Comprendre l’Affaire Matzneff – Amalek et François-Xavier Rochette

Quatrième saison de True Detective d’une affaire à tiroirs sur laquelle ont enquêté Amalek (ODDR) et François-Xavier Rochette (Rivarol). Nous emmenant bien au-delà de la (di)version du vieil éphébophile paravent à l’Affaire Epstein : sur la piste suggérée par Matzneff lui-même, celle d’une secte à réseaux. Premier épisode.

Ecrit en pleine lumière par l’intéressé, personne ne se demande de quels amis pédophiles ni de quels réseaux parle Matzneff ? Ni de quelle secte !
1. Bonjour à vous deux. Comment en êtes-vous arrivés à vous intéresser à cette affaire ?

Amalek (ODDR) : Ayant été attiré par la dissidence de droite des années 2010, j’avais été désagréablement surpris d’apprendre que ce type était une sorte de coqueluche dans les milieux intellos-mondains d’une pseudo-extrême-droite parisienne. Je m’étais un peu penché sur ses écrits pour produire des articles sur la Nouvelle Droite quand j’avais compris qu’il y avait des personnages étranges dans cette mouvance. Des nostalgiques de la pédérastie à la grecque, identifiables à des revendications néo-païennes et viscéralement antichrétiennes. J’étais donc préparé à m’intéresser de près à cette affaire.

François-Xavier Rochette (Rivarol) : En réalité, je me suis intéressé à l’affaire Matzneff avant-même l’Affaire MatzneffJ’ai toujours trouvé étrange le fait que ce personnage ouvertement pédophile avait droit de cité dans des publications estampillées à droite ou à l’extrême-droite alors qu’il ne possédait aucune épaisseur intellectuelle et que ses propos tournaient toujours autour, finalement, de la seule question qui l’obsède : la sexualisation de l’enfant. J’ai à plusieurs reprises relevé cette anomalie sans que cela ne fasse réagir dans le landernau droitard et « faf ». Ce silence n’a fait qu’accroître mes doutes sur la raison de sa petite médiatisation dans une partie de la mouvance et ailleurs. La littérature, le blabla ne servaient qu’à masquer une opération de promotion de la pédophilie. Cependant, la visibilité de Matzneff restait relativement faible et son actualité parcimonieuse jusqu’à ce qu’il devienne en 2013 à la fois le récipiendaire du Prix Renaudot pour un énième livre ouvertement pédomane Séraphin, c’est la fin et chroniqueur pour le magazine mainstream et ouvertement sioniste Le Point. Quelques personnes s’en sont alors offusquées dont votre serviteur.  Mais aucun scandale salvateur n’a éclaté et le violeur d’enfants a pu tranquillement poursuivre ses activités et posé dans tout Paris jusqu’à la sortie tonitruante du récit de Vanessa Springora il y a 9 mois Le Consentement. Enfin, allions-nous pouvoir exposer les méfaits et les complicités pédofriendly de Matzneff, enfin, pensions-nous alors, les journalistes du Système et d’ailleurs devront tout dérouler et faire la lumière sur certaines spécificités d’un microcosme pédomane. Las, s’il y a bien eu une réaction médiatique, tous les journalistes, hormis quelques indépendants, se sont focalisés sur le Matzneff amateur de Lolitas, d’adolescentes, sans jamais ne serait-ce qu’évoquer les petits garçonnets qu’il sodomise à la chaîne (alors que le sadique s’en glorifie maintes fois dans ses écrits). C’est à partir de là que j’ai décidé d’enquêter sur Matzneff et sur ses connexions afin de comprendre la raison de cette étrange et persistante pudeur qui maintenait dans l’ombre la réalité matznévienne. 

2. Les milieux droitard et dissident ont dans leur ensemble soutenu Matzneff. Pourquoi ?

François-Xavier Rochette : Pas tous, fort heureusement 1. Quelques-uns ont relayé mes papiers sur le sujet mais il est vrai que le nombre de néo-roycos et de nationaux sans oublier évidemment les clubistes de la Nouvelle Droite et de la « Dissidence » à défendre Gabriel Matzneff est important. La première raison de ce soutien, la plus facile à formuler réside dans le fait que beaucoup de ces gens ont côtoyé l’énergumène dans des dîners, dans des émissions radio et parfois ont travaillé avec lui. Je pense en particulier aux disciples de Boutang qui ont écrit comme Matzneff dans La Nation Française, hebdomadaire gaulliste et néo-royaliste critique à l’égard de la pensée de Charles Maurras jugée antisémite. Gérard Leclerc ancien de la Nouvelle Action Française (de l’ami de Mitterrand Bertrand Renouvin) s’est cru obligé de défendre l’animal.

De jeunes militants nationalistes souhaitent un joyeux anniversaire à Matzneff !

Les habituels grands soutiens de Matzneff, Alain de Benoist en particulier ont été subitement taiseux, hormis l’un de ses compagnons de route et de piscine, Roland Jaccard, qui défendit en compagnie d’Elisabeth Levy leur ami dans Causeur 2 ; Elisabeth Levy qui cultive aujourd’hui l’image d’une patriote souverainiste un brin identitaire a en effet débuté dans le magazine Globe de Pierre Bergé, revue violemment antifrançaise, immigrationniste et cosmopolite où officiait… Gabriel Matzneff . Je dois dire que je ne comprends pas toujours pourquoi certaines personnalités de la « Dissidence » ont parfois usé de beaucoup d’énergie pour minimiser la carrière diabolique du tortionnaire mondain.

Amalek : Simplement parce que depuis longtemps la Nouvelle Droite a produit du contenu de propagande pédérastique à l’attention de son public. En particulier dans les années 70-80, dans la foulée de Mai 68, l’équivalent des Cohn-Bendit de la gauche mais dans les milieux de droite. Le GRECE est l’expression d’une génération de faux nationalistes mais vrais boomers,  en rupture avec l’héritage chrétien français traditionnel. C’est eux qui tiennent la représentation, d’une large portion de  l’appareil médiatique assimilé à la fachosphère, ne serait-ce qu’en terme de moyens. Même s’ils sont dépassés et ne représentent au final pas grand chose, paradoxalement. Matzneff est leur ami, ils le défendent par logique de classe. Mais aussi par une connivence philosophique et un parcours en commun de longue date, plus ou moins assumés de nos jours.

J’ai déjà écrit plusieurs articles sur la Nouvelle Droite, j’établissais que cette tendance aussi bien politique que religieuse, antichrétienne et progressiste incarnée par le GRECE avait compté en ses rangs des apologètes de la pédérastie comme Guillaume Faye à une époque 3. La Nouvelle Droite comptait parmi ses auteurs de références Alain Daniélou, un traditionaliste guénonien selon lequel la religion antique européenne était le culte du phallus et qu’en abolissant les pratiques rituelles sodomites, l’Eglise avait rompu le lien cosmique. Un ami et collaborateur de Gabriel Matzneff auquel il rend d’ailleurs hommage dans Séraphin, c’est la fin 4. Il y avait aussi au sein de cette mouvance quelqu’un comme Michel Caignet, l’éditeur du magazine ouvertement pédophile Gaie France, qui publiait des entrevues avec des « néo-droitards » comme Alain de Benoist, Guillaume Faye, Pierre Gripari et bien sûr Matzneff … Caignet a été condamné pour sa participation à des réseaux pédocriminels internationaux comme Ado 76Toro Bravo… Le reportage de Faites Entrer l’Accusé sur le Pasteur Doucé explique que Michel Caignet bénéficiait de passe-droits sachant rendre service aux RG. Une sorte d’Esptein de l’époque, mais néo-nazi !

3. Certains ont concédé (ou feint de) découvrir un Matzneff adepte du tourisme sexuel…

Amalek : Quand j’ai écrit des articles qui parlaient de Matzneff, ça ne m’a pas pris longtemps pour tomber sur des citations très gênantes de ce monsieur. Et je ne l’ai pas fréquenté ni ai eu un quelconque intérêt à m’intéresser à son travail, contrairement à eux, sauf pour prouver que c’était un porc, quand la rédaction d’un article le justifiait. Ils n’ont donc aucune excuse et bien sûr je n’y crois pas 5Les moeurs pédomanes de certains d’entre eux sont plus qu’un secret de polichinelle, il n’y a qu’à se pencher sur ce petit réseau de pédomanes depuis Montherlant et Roger Peyrefitte, sans parler de René Schérer… Tout le monde savait que Matzneff n’était pas simplement un touriste sexuel depuis longtemps, alors le reconnaître seulement à présent, c’est se payer la tête du monde. Comme Elisabeth Lévy, vociférant que Matzneff était innocent car il n’avait “que” deux plaintes pour viol sur mineur, à une heure de grande antenne sur un plateau TV !

François-Xavier Rochette : Ce fut une détestable surprise. Nous avions vu Vanessa Springora sur Canal+ manipulée par des journalistes qui s’échinaient par tous les moyens à dessiner un Matzneff prédateur solitaire de lolitas adolescentes par définition et à oblitérer les passages littéraires d’un Matzneff se vantant de sodomiser des petits garçons (parfois de huit ans). Or, cette stratégie de dommage contrôle a été reprise par quasiment tous les plumitifs de la droite dite conservatrice, libérale et même chez beaucoup de journalistes estampillés catholiques. Si d’aucuns se sont tus, d’autres ont déployé une énergie considérable pour déminer l’Affaire Matzneff à l’instar de Canal+. Au lieu de profiter de cette divine surprise, de cette fenêtre de tir permettant d’entamer le grand nettoyage des Ecuries d’Augias, ceux-là ont tout fait pour que le fumier et la fange restent bien à l’intérieur du microcosme dissident. Autre anomalie qui découle de cette vulgaire analyse défendant un pauvre Matzneff amateur de jeunes femmes et victime du nouvel ordre moral qui proviendrait tout droit des Etats-Unis. Selon ce discours abject qui le victimise (et accuse ses contempteurs de se comporter comme des “chiens en meute”), Matzneff ne fut qu’une sorte d’artiste sulfureux et solitaire. Or, il est avéré que ses soutiens ont été nombreux durant sa carrière.

Après l’Oeil de Matzneff, Christophe Girard nous parle Triangle.

L’Affaire Christophe Girard en atteste. C’est bien lui, alors qu’il travaillait pour l’empire de Pierre Bergé, qui aidait financièrement et logistiquement Gabriel Matzneff (qui l’avoue lui-même aujourd’hui au New-York Times). C’est incroyable. Les critiques de la « Dissidence » qui prétend être en guerre contre le camp Pierre Bergé devrait pleuvoir. La « Dissidence » a tout pour construire une charge implacable contre ses ennemis et que fait-elle ? Elle se fait l’avocat de Matzneff. C’est incompréhensible. 

4. Mais ces dissimulations contredisent la thèse d’une diversion de l’Affaire Epstein !

François-Xavier Rochette : On ne voit pas pourquoi elle pourrait être un paravent ; surtout qu’elle explose à un moment où plus personne en France ne parle de l’Affaire EpsteinPourquoi fabriquer une affaire pour faire oublier une affaire qui était déjà oubliée ? D’autre part, c’est le même gros journal, en l’occurrence le New-York Times, qui est le plus en pointe dans les enquêtes sur l’Affaire Epstein aux Etats-Unis et dans les enquêtes sur l’Affaire Matzneff en France. Quelque chose me dit que cette presse n’a pas du tout l’intention de faire oublier la première affaire par la seconde, bien au contraire. Il est évident que le New York Times a commencé une grande enquête dont l’Affaire Matzneff n’était que l’amorce 6. Ce n’est visiblement ni Matzneff, petite ordure mondaine, ni Christophe Girard mais, dans un premier temps en tout cas, l’empire de Pierre Bergé qui est visé par le New-York Times

Amalek : C’est plutôt l’Affaire Epstein qui a servi, pour certains, de diversion à l’Affaire Matzneff ! On a clairement démontré que Gabriel Matzneff est juif 7, invalidant la thèse du « fusible goy » Pourquoi le Système se servirait de Matzneff comme d’un fusible pour se protéger, alors que ses fondements vascillent depuis la publication du Consentement de Springora ? Et pourquoi, si le Système avait lui-même voulu voir choir Matzneff, se trouve-t’il à présent si compromis aux travers de Christophe Girard, forcé à démissionner (sous les applaudissments de soutien du préfet Lallement et d’Anne Hidalgo) et à présent poursuivi pour viol sur mineur ? Je dirais plutôt que les affaires Epstein et Matzneff sont deux volets parmi d’autres d’une affaire globale de corruption généralisée des moeurs et du personnel politique, pour des raisons de contrôle social, dirais-je, en lien avec la judéo-maçonnerie et les services secrets. Sans oublier le versant religieux de ces pratiques qui est indéniable. C’est la religion sans nom dont parle Alexandre Lebreton, le culte qui dirige le monde et opère à grande échelle sur toutes les strates de la société. Du temple molochien de l’Ile Epstein jusqu’aux écrits hallucinés du pseudo-mystique pédéraste Matzneff qui nous explique que les portes de la perception s’ouvrent quand on sodomise un enfant. Des écrits qui lui ont valu la sympathie de personnages puissants tels que Pierre Bergé, Bernard-Henri Levy ou François Mitterrand.

Matzneff a été sexuellement intime avec Nathalie Rheims, qui se vantait dans un roman autobiographique d’avoir été dépucelée par un quadragénaire quand elle avait 13 ans.  Elle a ensuite eu pour amant Matzneff a 15 ans, ils s’en vantent dans une émission avec Thierry Ardisson. 

Matzneff a badiné avec une Rothschild de 15 ans mais serait un fusible ! Pourtant, sans le consentement de la famille, ne l’aurait-elle pas déjà enterré vivant ?

Nathalie Rheims fait partie de la famille Rothschild par sa mère Lili Khramer 8. Son père Maurice Rheims est cet ami de Matzneff auquel il a dédicacé un texte, à propos de sa fameuse bague de Codognato dans Séraphin, c’est la fin 9. C’est à cette occasion qu’il fit cette fameuse photo où il cachait son oeil à la manière d’un illuminati de Série B en portant cette bague à tête de mort.

Elle et Matzneff ont le même éditeur, Léo Scheer, dont le directeur n’est autre que le mari de Nathalie Rheims. Elle a notamment commis une sorte de roman initiatique Le Rêve de Balthus à propos du peintre pédomane Balthus, ancien directeur de la Villa Médicis. Elle est d’ailleurs spécialisée dans les récites pédopornos puisqu’elle a aussi écrit Place Colette, un roman autobiographique sur les viols qu’elle a subi de manière répétée de la part de l’acteur Jacques Toja. Sauf que ce récit n’emploie nullement un ton victimaire mais plutôt enthousiaste à propos de cette relation contre-nature 10. Publié aux éditions de son mari Léo Scheer, ami de longue date et éditeur de Gabriel Matzneff 11. Matzneff a pour autre éditeur principal les éditions Gallimard, éditrices également de nombreux ouvrages des Rothschild 12. Sachant cela comment s’étonner de le voir défendre Macron quant aux liens qui l’unissent lui aussi aux Rothschild 13 ? Et surtout, comment sérieusement imaginer que ce Matzneff, associé à cette dynastie ashkénaze, serait un goy « éphébophile sacrifié » pour, à la sortie du livre de Vanessa Springora, soudainement couvrir une Affaire Epstein dont on ne parlait alors plus depuis des mois ?

5. Finalement l’Affaire Matzneff, ne serait-ce pas le tunnel entre la Nouvelle Gauche, libertaire, et la Nouvelle Droite, toute aussi décadente ?

Amalek : L’Affaire Matzneff fait le pont entre tous ceux qui l’ont soutenu, défendu, déclaré l’apprécier. Entre certaines figures pseudo-dissidentes et ce fameux Bernard-Henry Lévy déclarant “bien l’aimer” 14, et avec lequel il partage les colonnes du Point.  C’est la pédophilie qui fait le pont entre la gauche socialiste et la Nouvelle Droite, Matzneff n’en est que le symbole. Le Système répartit les rôles et les tendances à ses agents qui communient pour certains dans les moeurs pédérastes, c’est aussi simple que cela. Les multiples déclarations et actions en faveur de Matzneff, toutes tendances politiques confondues, apparaissent comme une forme de validation publique, comptant pour un signe de ralliement, à tout ce que l’auteur pédophile représente en terme de valeurs. Une façon de dire “je suis comme vous, je ne suis pas dangereux”. Et à présent certains rappliquent à sa rescousse pour sauver le Soldat Matzneff, comme des bons petits soldats du Système. D’autres, l’ayant soutenu du temps de sa gloire, se font plus discrets à présent.

François-Xavier Rochette : L’image qu’ont de Matzneff les gens qui le connaissent un peu est complètement erronée. Il est présenté comme un Chrétien antisioniste de droite forte. Il n’est rien de cela. Son orthodoxie est toute formelle et depuis ses débuts il n’a collaboré qu’à des journaux et à des revues radicalement sionistes. D’abord Aux Ecoutes de son ami héritier Thierry Lévy, puis à Combat de Philippe Tesson, à la Nation Française du siono-gaulliste Pierre Boutang, au Monde, à Globe de l’incontournable Pierre Bergé, dernièrement au Point Un menteur, un imposteur qui n’était clair que sur un seul point : sa pédomanie. Ses amitiés en disent plus long que tout : Thierry Lévy, l’avocat infatigable des pédomanes (il fut d’ailleurs l’avocat de Matzneff), Guy Hocquenghem (giton de René Schérer et militant pédomane), René Schérer lui-même (philosophe de la pédomanie), le cultureux co-patron d’Arte Pierre-André Boutang (ce fils de Pierre Boutang qui fut découvert mort le même jour que le plus grand violeur d’enfants Tony Duvert, étrange coïncidence) et même Frédéric Mitterrand. On se demande in fine que fichait ce type dans les mouvances de droite ? Matzneff louait la pédomanie, on le sait (et tout le petit monde germanopratin le savait, « Dissidence » de papier y compris), mais ce n’est pas tout même si ce trait aurait du naturellement le démoniser : il a toujours combattu la famille d’une manière générale (jusqu’au mois de décembre 2019 chez Frédéric Taddéï qui l’a invité à de nombreuses reprises), il a promu l’avortement et depuis toujours l’euthanasie. Pourquoi ce vieux marabout déplumé n’a-t-il pas été éjecté de tous ces milieux si non grâce à la complicité de certains de ses cadres et de ses chefs?

6. Quant à un Frédéric Mitterrand autobiographant sa Mauvaise Vie à la manière d’un Matzneff, ne serait-il pas lui aussi en lien avec ce type de réseaux ?

François-Xavier Rochette : Frédéric Mitterrand est ce qu’on appelle communément un pédéraste ; ses écrits auto-biographiques, peut-être prosélytes, en attestent. Pour autant, c’est bel et bien son oncle qui passe pour un farouche hétérosexuel frénétique qui a été le plus ambigu dans ses rapports avec une certaine frange d’écrivains et de personnalités. C’est François Mitterrand, alors Président de la République, qui a, à plusieurs reprises, complimenté publiquement, dans des revues littéraires, Gabriel Matzneff alors que ce dernier avait déjà tout dit sur les viols qu’il avait commis sur des garçonnets parfois faméliques. Matzneff avait de plus toujours sur lui, dans une poche ou dans son porte-feuille une lettre chaleureuse pour ne pas dire dithyrambique de Mitterrand, une lettre qui équivalait à une sorte d’Ausweis à cette époque où le Pouvoir de Mitterrand aussi bien dans le monde de la culture que sur la justice était formidable. L’ère de la Mitterrandie ressemble d’ailleurs à une période faste pour tous les militants pédomanes. Même quand des affaires évidentes de réseaux pédomaniaques éclataient, il y avait toujours une décision, une signature, un ordre pris très haut dans l’Etat voire à son sommet pour remettre en cause les enquêtes en cours. Le cas du Coral est une illustration frappante de cette collusion entre le Pouvoir et une véritable caste de pédomanes intouchables.

Beaucoup d’acteurs de cette mouvance pédocriminelle dont le philosophe René Schérer (frère du cinéaste Eric Rohmer) pensait que les années 80 allaient voir émerger la légalisation totale de la pédomanie. Certains militants et journalistes voulurent hâter son avènement. C’est ainsi que l’on voyait, en particulier dans Libé, des articles faisant l’apologie de la pédomanie, d’autres défendant ouvertement des pédocriminels, souvent violents. Avec cet argument ailleurs formulé sans sourciller : si la société était davantage permissive, les gentils pédomanes n’auraient pas parfois besoin de violence pour arriver à leurs fins! C’était l’époque où le canard gauchiste publiait les dessins (réalisés à la fin des années 70 dans des revues confidentielles) de Kiki Picasso (Christian Chapiron), ouvertement pédo-pornographiques… Jamais François Mitterrand n’a agi pour freiner ces entreprises de propagande pédomane. Il est au contraire vraisemblable qu’il voyait tout ça d’un bon oeil. Aujourd’hui, l’amitié très forte qu’il cultivait avec Pierre Bergé qu’il a connu par l’entremise de Jack Lang, ne peut-elle pas être comprise à la lumière de leur passion commune pour des auteurs comme Matzneff et Montherlant et pour un grand secret qui semble à nos yeux être l’un des plus solides ciments du Pouvoir que d’aucuns appellent Synarchie ? On sait que Bertrand Delanoë n’aurait jamais été élu à la mairie de Paris sans le soutien de Pierre Bergé, mais beaucoup disent que Mitterrand n’aurait pas été élu Président de la République sans ce même soutien. C’est évident pour 1988 ; d’ailleurs Bergé n’avait monté son magazine Globe que dans ce but (et Matzneff y contribua grandement). Ce n’est pas un hasard si l’homme lige de l’empire Bergé, Christophe Girard, est devenu l’incontournable adjoint à la culture à la mairie de Paris après avoir été un fidèle parmi les fidèles de Pierre Bergé. Et que fit Christophe Girard dès la prise de ses fonctions politiques? Il mit tout en oeuvre pour que Gabriel Matzneff obtienne une aide publique, jusqu’à la fin de son existence, sans conditions, pour qu’il poursuive son activité d’écrivain pédomane. Ce que l’on sait, c’est que Girard a tout fait pour garder sa place (une place très confortable qui lui permettait aussi de nettoyer, de faire le ménage, de liquider des indices sur des faits passés, de chasser les curieux, d’avoir une oreille alerte sur les menaces qui viennent etc.) Nous nous sommes d’ailleurs demander si le scandale Griveaux (la diffusion de sa verge) n’avait pas été fabriqué pour faire oublier ses propres casseroles… Puis a explosé la crise sanitaire. Las, alors que Girard se réinstallait dans ses bureaux parisiens, deux nouveaux articles estivaux publiés dans le New York Times le pulvérisèrent, le second accusant carrément l’énergumène de multiples violences sexuelles commises contre un mineur de 15 ans. A qui le tour?

Mitterrand avec Bergé et Lang à la Roche de Solutré. Mais il ne savait pas…

Amalek : Un Frédéric Mitterrand ou un Gabriel Matzneff témoignent de cette espèce de caste de gros dégueulasses intello-mondains, de gens raffinés qui ironisent sur les enfants qu’ils ont violé entre le fromage et le café. C’est un signal assez inquiétant pour une société, je trouve. S’agissant de sa pseudo-élite dirigeante. Voir que tous les milieux politiques sont solidaires d’une crapule pareille devrait inciter à en tirer les conclusions qui s’imposent à propos de notre pays. L’oncle de Frédéric, feu François Mitterrand protégeait lui aussi Matzneff. Il y a bien évidemment de nombreux pédophiles de gauches comme justement Frédéric Mitterrand, Pierre Bergé, Christophe Girard, Jack Lang, Daniel Cohn Bendit, Michel Polac et il y en a beaucoup à droite aussi ! Au fond, est-ce que l’amour du viol sur mineur ne dépasse pas ces divisions d’opérette ? Le Système est révolutionnaire et il répand la révolution dans toutes les strates de la société. Et l’emploi des moeurs déviantes a toujours été son arme de prédilection. Il y avait déjà des sociétés secrètes sodomites qui pervertissaient la noblesse sous Louis XIV, les temps changent, pas les méthodes. François Mitterrand a façonné cette extrême-droite, la CIA faisait pression sur lui à cause de la puissance du Parti Communiste de George Marchais, l’anti-immigrationniste, pour le remplacer par un parti plus convenable, dans le contexte de guerre froide. Ce sont les réseaux stay-behind, tel Gladio, en lien avec la Loge P2, cela est parfaitement documenté, qui ont garni les rangs de l’extrême-droite naissante des années 70, déjà. On sait bien que la pédocriminalité n’est pas étrangère à ces réseaux qui s’en servent comme une manne financière ainsi que d’un moyen de pression sur les politiques, par le biais du chantage, en filmant ou photographiant les hommes politiques dans des positions compromettantes pour ensuite pouvoir les tenir. Donc, on est pas étonné de voir que François Mitterrand soutienne un pédocriminel de réseau comme Matzneff. Tout comme Michel Caignet était en lien avec le Père Glencross, qui tenait un studio pédopornographique dans son presbytère, ce dernier ayant servi d’adresse pour qu’Hubert Védrine, un ministre mitterrandien, se présente aux élections dans la Nièvre ! Et bien sûr, Michel Caignet et Gabriel Matzneff se connaissaient puisque l’un avait interviewé l’autre dans le magazine pédophile Gaie France. C’est un tout petit monde, celui des gens qui nous gouvernent.

7. Bergé a « épousé » Madison Cox, entre autres paysagiste de l’Ile Epstein, a racheté la collection Cocteau surchargée de symbolisme occulto-hermétiste et avait pour livre de chevet Magia Sexualis 15. Il y a tout de même un faisceau d’indices d’une nébuleuse internationale et historique conjuguant réseaux pédocriminels et dimension rituelle…

Amalek : Si on croit à l’existence de ces réseaux abominables qui pratiquent un culte extrêmement ténébreux qui semble remonter jusqu’à l’antique Babylone, violant, torturant, massacrant, sacrifiant des enfants sur l’autel de divinités qu’on croirait oubliées à notre époque, il est vraiment impossible de ne pas soupçonner Bergé, le mécène de Matzneff, d’en faire partie. Il suffit de comparer La Vilaine Lulu de feu son amant Yves-Saint-Laurent avec les multiples témoignages d’enfants survivants de ces réseaux pour s’en convaincre 16. D’ailleurs Bergé eut le même avocat et ami que Gabriel Matzneff en la personne d’Emmanuel Pierrat 17.

François-Xavier Rochette : Dès l’annonce de la disparition de Pierre Bergé à 87 ans, les journaux avaient mis le paquet pour retracer la vie de celui qu’un journal américain avait décrit quelques jours auparavant comme le vrai maître de la république française (Town and Country, septembre 2017) ! Un Bergé dépeint à l’instar du magazine américain, comme l’incarnation de la nouvelle France… Le Figaro le croque comme un génie sensible, affectueux qui aurait voulu devenir académicien pour faire plaisir à sa maman (« elle aurait été tellement fière »). On frémit, car, répétons-le, tout est pourri chez Pierre Bergé. Et l’homme entendait imposer sa pourriture à la France entière, qu’il détestait au plus haut point. Pierre Bergé était un concentré d’Anti-France. Il quitte le domicile familial à 17 ans pour rejoindre la Lutèce cosmopolite, non le Paris historique. La preuve avec le compagnonnage qu’il fit avec le « citoyen du monde », l’activiste Garry Davis qui prônait la disparition de toutes les nations en vociférant dans la capitale comme un aliéné. À l’âge de 19 ans, ce mégalomane narcissique monte un journal éphémère (deux numéros sortis) qu’il intitule modestement La Patrie mondiale. Déjà, tout un programme…

Chapelle Saint Pierre à Villefranche-sur-Mer, « The Culturium » de Cocteau

Voici les citations les plus marquantes de celui qui démarra sa carrière comme le giton du peintre Bernard Buffet avant d’utiliser Yves Saint-Laurent (il le séduit dès qu’il apprend qu’il sera financé par le milliardaire américain Mack Robinson) pour s’enrichir avec gourmandise.

Pierre Bergé, Liberté, j’écris ton nom (1991) :

« Fais en sorte que l’idée d’humanité excède en toi celle de toute autre communauté. Fais-toi citoyen du monde autant qu’il est possible. Les États, en d’autres termes, comptent moins que le destin de l’humanité. Lorsqu’ils deviennent des obstacles au progrès de la paix, les États doivent s’effacer devant la loi commune. […] Ou bien la défense invétérée, obscurantiste des “nations”. Ou bien la décision résolue d’assumer des paris raisonnables dont pourrait sortir le progrès de l’humanité. […] Non à ce qui nous enracine, oui à ce qui nous libère de nos racines ; non à ce qui nous rend tributaire d’une concrète, trop concrète communauté, oui à ce qui nous inscrit dans un espace symbolique plus abstrait. L’Europe est un de ces espaces. Si je suis européen, c’est parce que l’Europe nous éloigne de l’obscure magie des  racines, des terroirs et des appartenances trop simples. » 

Pierre Bergédans Globe Hebdo, 11 août 1993 :

« Le dimanche a des relents étranges. Ce fut pendant des siècles le “jour du Seigneur”. Il ne fallait pas travailler pour mieux se consacrer à Dieu et mieux prier ? En un mot, la conception même du dimanche est réactionnaire. Aujourd’hui, alors que les églises se vident, il serait sain que les boutiques comme les musées et les cinémas se remplissent. » 

Pierre Bergédans Liberté, j’écris ton nom (1991) :

« J’aimais ce mélange de Beurs, de juifs, d’Arabes, de métis (sic) comme moi. J’aimais ces métèques […]. J’ai toujours su que le meilleur de la France était fait de races diverses, brassées au cours de siècles, et que le métissage lui apportait le sang neuf dont elle avait besoin. J’ai parfois même regretté d’être à ce point franco- français et de n’avoir pu trouver chez mes ancêtres la moindre origine étrangère. » Liberté, j’écris ton nom.

Fabrice Thomas, l’ancien chauffeur de Pierre Bergé qui a écrit un livre à charge contre son ancien patron, le dit et le redit. Il ne pouvait faire éditer son livre en France car le règne de la terreur imposé par Pierre Bergé y est encore prégnant. Finalement le livre est sorti au Québec dans un premier temps, après sa mort ! Il faut dire que l’animal était agressif, méchant, impitoyable. Les vies humaines n’avaient que très peu de valeur pour lui comme en atteste son célèbre tweet de 2013 qui, étrangement, n’interpella pas la justice française.

« Vous me direz, si une bombe explose le 24 mars sur les Champs à cause de la Manif pour tous, c’est pas moi qui vais pleurer. » Ou de joie, aurait-il pleuré, tant les visions d’horreur semblaient le réjouir.

N’est-ce pas sous son magistère que Yves Saint-Laurent créa son immonde bande dessinée La Vilaine Lulu, parue en 1967 (grâce à l’éditeur Claude Tchou, père de l’ancien directeur de cabinet de Marine Le Pen, Philippe Martel, tout se rejoint !) Album dans lequel une petite fille passe son temps à violer, à torturer, à tuer, à décapiter des enfants et des catholiques. Pour le coup, en France, Yves Saint-Laurent n’eut aucun mal à publier cette horreur qu’il affirmait initialement être la description d’une réalité. Plus tard, Saint-Laurent tenta quelque explication pour se protéger en dédramatisant. Il évoqua un collègue de sa prime jeunesse qui s’amusait à se déguiser en petite fille pour faire rire la fine équipe de l’atelier où évoluait le couturier.

Officiellement, selon les dires d’Yves Saint Laurent, Lulu serait née quelque dix ans auparavant, lorsqu’Yves Saint-Laurent travaillait chez Christian Dior :

« Nous étions jeunes, et nous nous amusions beaucoup, raconte le couturier. Souvent, après six heures, un collaborateur de Dior se déguisait. Un soir, il avait remonté ses pantalons jusqu’aux genoux. Je me souviens, il portait de longues chaussettes noires. Dans la cabine des mannequins, il avait trouvé un jupon de tulle rouge et un chapeau de gondolier. Tout petit, presque inquiétant avec son air têtu et rusé, il m’avait impressionné et je lui avais dit : Tu es la vilaine Lulu ».

En 1967, Yves Saint-Laurent était sous l’emprise totale de Pierre Bergé. En 1957 il ne connaissait pas encore son amant sadique qu’il rencontra quelques mois plus tard chez Bernard Buffet. Cette version servait probablement, donc, à protéger son bourreau. Cette bande dessinée démoniaque ressemble en effet à l’univers mental de Pierre Bergé. Fabrice Thomas pourrait, nous le pensons, le confirmer.

8. Alexandre Lebreton a récemment publié une vidéo sur la Golden Dawn, loge paramaçonnique très liée à l’Ordo Templi Orientis, qui a servi de passerelle entre théosophisme New Age et occultisme nazi 18. L’Affaire Matzneff impliquant autant Gauche et Droite, l’OTO ou l’une de ses survivances serait-elle ladite secte de Matzneff ?

Amalek : La Golden Dawn française avait pour représentant un certain Jean-Pascal Ruggiu qui faisait partie de la côterie d’ésotéristes du Groupe de Thèbes qui se réunissait autrefois dans les locaux du Grand Orient De France (GODF) rue Cadet à Paris. Le livre L’Enfant Sacrifié à Satan repris par Alexandre Lebreton dans sa vidéo étudie la piste de la tendance la plus droitarde qui constitue ces fameux réseaux de l’horreur, pratiquant des rites alchimiques très obscurs en s’identifiant au mythe de Thulé qui vient des nazis, ce roman biographique a pour décor notamment Pigalle qui était à la même époque le terrain de chasse des nazis allemands et français Mickael Khunen et Michel Caignet (d’ailleurs cité dans L’Enfant Sacrifié à Satan) qu’on disait affiliés à l’Ordo Templi Orientis (OTO) dans les années 80, comme le luciférien Christian Bouchet, lui aussi membre du Groupe de Thèbes 19 ! Les pistes partent dans tous les sens avec des noms qui reviennent sans cesse, associés à des affaires criminelles ultra-sordides. Et tout l’entourage de la Nouvelle Droite et même ses acteurs de premier plan sont compromis plus ou moins avec ces criminels, tout cela est parfaitement factuel. C’est à chacun d’en tirer les conclusions qui s’imposent, une fois qu’on a fait le constat. 

Rituel de la Golden Dawn impliquant du Pédo-Satanisme – Samir Aouchiche « L’Enfant sacrifié à Satan » (si indisponible cf Odysee)

Est-ce un hasard si la secte de l’Alliance Krypten, dont parle justement L’Enfant Sacrifié à Satan de Bruno Fouchereau et Samir Aouchiche , se réfère à la Société de Thulé dans ses rites, crache sur ce qu’elle appelle “judéo-christianisme” comme les pseudo-intellectuels de la Nouvelle Droite ? C’est assez troublant, comme lorsque le narrateur parle de la venue d’un prénommé “Bruno, important candidat d’extrême-droite”, à ces sauteries sordides… Cela c’est pour le versant occultiste, dit de droite, de ces réseaux mais ils sont incrustés dans toutes les strates de la société. Matzneff se trouve juste au centre de cet enchevêtrement.

Le Faites Entrer l’Accusé sur le Pasteur Doucé expliquant, entre autres, que Michel Caignet bénéficiait de passe-droits pour services rendus aux RG.
9. « De solides ciments du Pouvoir que d’aucuns appellent Synarchie » dites-vous, pouvez-vous développer ces liens souterrrains entre République et sociétés secrètes ?

François-Xavier Rochette : Je ne sais pas si la pédomanie est consubstantielle à quelque microcosme dirigeant, si cette perversion est entretenue comme on entretient un grand secret pour nourrir une certaine complicité, une solidarité entre leurs membres, et pour les « tenir » indéfiniment. Je ne sais pas non plus si cette pédomanie constitue en quelque sorte une pratique religieuse para-maçonnique voire ultra-maçonnique partagée par des supérieurs inconnus. Mais force est de constater que les affaires, les scandales en la matière qui mêlent politiques et juges en particulier et qui éclatent bien accidentellement sont pour le moins intrigants. L’Affaire du Coral de 1982 n’a pas révélé tous ses secrets, tout simplement parce que l’enquête a été sabotée comme sait si bien le faire le Pouvoir quand il se sent en danger. Au tout début de l’affaire, le nom de Matzneff mais aussi ceux de Jack Lang, de Frédéric Mitterrand et ceux de nombreuses personnalités associées à la Mitterrandie comme Jean-Pierre Rosenczveig, conseiller de la secrétaire d’Etat à la famille Georgina Dufoix sont cités par des témoins. Certains vont mourir, d’autres, après trois tentatives de suicide, vont rédiger et signer des déclarations où ils prétendent avoir menti (sans aucune raison du reste…). Enfin de faux témoignages circulent ainsi que des accusations imaginaires dans le but évident de discréditer l’ensemble du dossier. Quelle leçon faut-il tirer de cette affaire (et de bien d’autres comme celle du pasteur Doucé) ? Faut-il naïvement croire que le Pouvoir nettoie des scènes pour étouffer des faits qui n’auraient jamais du avoir lieu ? Ou pour éluder des faits qui n’auraient jamais du être « sus » ? Pourquoi le Pouvoir s’embêterait-il à coopter, à recruter, à pistonner, à faire monter une telle quantité de tarés s’ils ne faisaient pas tous partie d’un même clan dont l’une des spécificités est précisément la pratique pédomaniaque ? S’il ne fallait que se prémunir du scandale, le meilleur moyen serait d’écarter ces gens de la sphère du pouvoir ! Or, ils abondent…

Amalek : J’ai déjà mentionné l’existence de sociétés secrètes sodomites à l’époque de Louis XIV, dans Madame Palatine de Dirk van der Cruysse 20, on apprend que Louis XIV lui-même aurait été violé pendant sa jeunesse, et qu’on soupçonna alors le Cardinal Mazarin ou ses neveux, les frères Mancini 21. Ces derniers ayant importé ce qu’on appelait le vice italien parmi les nobles de la Cour du Roi Soleil 22. Ces ordres sodomites parodiant les ordres de chevalerie croisés, s’appelaient Ordre de Saint Lazare et Ordre de Saint Michel. Pour l’anecdote, le célèbre franc-maçon Chevalier Ramsay, doit son titre de chevalerie à son initiation au sein de l’Ordre de Saint Lazare par Philippe d’Orléans 23. Je sais aussi que Napoléon a financé et soutenu avec les plus grands honneurs Bernard-Raymond Fabré-Palaprat lorsque celui-ci créa deux ordres, l’un laïc, de caractère néo-templier, l’Ordre du Nouveau Temple, ainsi qu’un ordre ecclésial, l’Eglise Johanniqu24C’est l’origine de toutes ces sectes gnostiques qui depuis se sont multipliées et comptent en leur rang des illuminés comme Papus ou Aleister Crowley. On sait que ces auteurs sont appréciés dans certains clubs d’illuminés prétendument d’extrême-droite, y-compris royalistes. L’oeuvre de Matzneff est parsemée de références à l’occultisme luciférien 25

10. Merci à vous deux. Matzneff sera jugé en septembre 2021. D’ici là, croyez vous que la vérité éclatera et que des figures de la Gauche et de la Droite seront éclaboussées ?
Combo Bergé MK-Ultra et l’Eglise Sainte Rita : une façon de fêter le Solstice !

Amalek : C’est déjà en cours, le Pouvoir républicain est bien ennuyé car il se sait dans la ligne de mire de journalistes du New York Times dont les révélations ont pour l’instant fait tomber Christophe Girard qui n’est pas n’importe qui sur la Place de Paris. Il est à présent carrément accusé de viol sur mineur à son tour. Ce fou venait d’inaugurer une stèle à la mémoire du pédophile militant mort justement du sida Guy Hocquenghem, inaugurée par l’équipe ayant applaudi Girard à sa démission forcée, celle de la mairie et de la préfecture de Paris. Toute la galaxie Bergé et ses nombreuses ramifications sont ébranlées, et on est pas au bout des révélations fracassantes. Pour les impatients, je conseille en guise d’avant-goût, la lecture de cet article à propos de liens occultes entre Pierre Bergé et une drôle d’extrême-droite se réunissant dans la sulfureuse église Sainte Rita de Paris : Le Pen, Michou, Matzneff, le Marquis de Olmetta, Mgr Dominique Philippe… dans un lieu dont Pierre Bergé avait sponsorisé une messe d’hommage à Michael Jackson précédemment, lieu où se réunissait une confrérie templière au decorum digne d’un très mauvais film historique le 21 décembre 2012 26.

François-Xavier Rochette : J’ai perdu mes illusions quant à la bravoure de la presse, de la grosse presse d’une manière générale. Je pense désormais que l’explosion des affaires est toujours le fait d’une partie ou d’une autre qui exploite un scandale, parfois après l’avoir créé en mettant en lumière certains faits (sans rien inventer, précisons-le). Aujourd’hui le poids du New-York Times est énorme dans le développement de l’Affaire Matzneff. Sans la contribution de ce mastodonte médiatique, Christophe Girard n’aurait jamais été contraint à démissionner. Cependant, la recherche de la vérité ne doit pas dépendre des articles du journal américain. Elle doit rester du ressort du travail de tous les hommes de Bien, plus largement de tous les curieux qui savent désormais qu’il est absolument fou et grotesque de se fier aux informations déversées par les journaleux aux ordres. 

1 – Cf. l’article Des militants parisiens sabordent le goûter d’anniversaire du pédocriminel Matzneff (Amalek).

2 – Cf. l’article et Croisade morale: Matzneff agressé au quartier latin (Causeur).

3 – Cf. l’article La pédérastie à la grecque, la pédocriminalité et la Nouvelle Droite (Amalek).

4 – Cf. cet extrait et l’article Le Cancer Pédéraste de La Nouvelle Droite Pédophile (Amalek).

5 – Cf. les articles Affaire Gabriel Matzneff : ses amitiés gênantes avec l’extrême-droite parisienne (Amalek) et Gabriel Matzneff, le chouchou de l’élite pédosataniste (François-Xavier Rochette).

6 – Cf. les articles Un écrivain pédophile — et l’élite française — sur le banc des accusés, Un soutien de Gabriel Matzneff affirme n’avoir rien su de ses activités pédophiles et Longtemps contrainte au silence, la victime d’un écrivain pédophile témoigne enfin (New York Times).

7 – Cf. les artices Gabriel Matzneff, un pédophile aussi juif que le Ghetto de Varsovie (Amalek) et Oui, Matzneff est bel et bien juif ! (François-Xavier Rochette).

8 – « Elle est apparentée à la famille Rothschild, descendante à la fois par son arrière-grand-père (branche dite « von Worms ») et par son arrière-grand-mère (branche dite « de Naples ») du banquier Mayer Amschel Rothschild (1744-1812), fondateur de la dynastie. » (cf. Geneanet)

9 – Cf. cet extrait et l’article Les voluptés de Codognato (Gazette Drouot). 

10 – Cf. l’article Ne lisez surtout pas «Place Colette», atroce roman de pédophilie badine (Slate).

11 – Cf. l’article Pédophilie : l’éditeur Léo Scheer rappelle à son tour les livres de Gabriel Matzneff (Le Parisien).

12 – Cf. résultats de recherche des ouvrages des Rothschild publiés aux Editions Gallimard (Google).

13 – Cf. l’article Matzneff – Vous avez dit Rothschild ? (Gabriel Matzneff pour Le Point).

14 – Cf. les articles Quand BHL soutenait le pédocriminel Matzneff en 2018 (Les Crises) et Gabriel Matzneff : Carême, vous dis-je – Page 3 (Gabriel Matzneff pour Le Point).

15 – De Paschal Beverly Randolph et traduit en français par Maria de Naglowska. Cf. la vidéo Pierre Bergé adepte de magie sexuelle et de contrôle mental (Fabrice Thomas/LLP) (Alexandre Lebreton).

16 – Cf. les vidéos ARTE et Pierre Bergé nous parlent de « La Vilaine Lulu » d’Yves Saint Laurent et « La Vilaine Lulu » d’Yves Saint Laurent, ce que ARTE n’a pas montré… (Alexandre Lebreton).

17 – Cf. l’article SOS Violenfance, association fondée par les amis de Matzneff, pour assurer sa défense ! (François-Xavier Rochette).

18 – Cf. les articles Ultime Thulé – Ordo Templi Orientis et Théosophie – Golden Dawn (David Livingstone).  

19 – Cf. l’article KPN et compagnie : le NSBM sous influence satanique, pédophile et nécrophile (Amalek).

20 – Cf. l’article « Le Vice Italien » ou les mœurs sodomites de la cour de Louis XIV (Amalek).

21 – Cf. l’article Jules Mazarin et son Temps (Melodoro).

22 – Cf. l’ article Monsieur fut élevé comme une petite fille (ETC).

23 – Cf. l’article Age de la Déraison – Loges d’Écosse (David Livingstone).

24 – Cf. l’article Les Eglises Gnostiques : une véritable Contre-Eglise (Amalek).

25 – Cf. l’article La philosophie mystique du pédosataniste Gabriel Matzneff (François-Xavier Rochette).

26 – Cf. les articles Les amitiés sodomites, sataniques et proxénètes de Jean-Marie Le Pen et Les Faux Tradis : l’infiltration satanique (Amalek).

3 commentaires

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s