III.19.ii Shangri-la – Ahnenerbe

Devenez complotiste avec le Volume IIIChapitre 19 – Partie ii de l’incroyable Ordo ab Chao de l’auteur canadien David Livingstone, qui depuis 30 ans dévoile les coulisses de l’Histoire que nous publions pour la première fois en français.

himmler-desk-afp
Heinrich Himmler (1900 – 1945) était le Reichsführer du Schutzstaffel (SS), un membre éminent du parti nazi et l’un des principaux architectes de l’Holocauste.
armanen_runes
Tableau des runes d’Armanen avec noms et valeurs sonores

Hitler a combiné les théories de Karl Haushofer et celles d’Alfred Rosenberg, membre de l’Aufbau, pour former la base de Mein Kampf. Lorsque Hitler est devenu chancelier en 1933, il a adopté la géopolitique panallemande de Haushofer comme politique pour la course à la conquête de l’Europe de l’Est, de la Russie et de l’Asie centrale par la race aryenne. Celui qui pouvait les contrôler, croyait-il, pouvait contrôler le monde. Il préconise donc la colonisation nazie de la région afin que l’Allemagne puisse avoir accès à ses centres de pouvoir cachés 1.

Sous l’influence de Haushofer, Hitler autorisa la création de l‘Ahnenerbe, l’institut scientifique de la SS, fondé par Herman Wirth et Heinrich Himmler, qui se considérait comme une « société d’étude de l’Histoire Ancienne Intellectuelle ». Après l’arrivée au pouvoir du Nationalsozialistische Deutsche Arbeiterpartei (NSDAP), Wirth rejoint le parti en 1934 et devient peu après membre de la SS, et Adolf Hitler lui redonne personnellement son ancien numéro du NSDAP. En 1934, le journaliste et fonctionnaire nazi Johann von Leers avait mis Wirth en contact avec Heinrich Himmler, un étudiant passionné d’occultisme, qui devint le deuxième homme le plus puissant de l’Allemagne nazie et l’un des principaux responsables de l’Holocauste.

En 1935, Wirth et Himmler ont fondé l’Ahnenerbe pour faire des recherches sur l’histoire anthropologique et culturelle de la race aryenne, et plus tard pour expérimenter et lancer des voyages dans le but de prouver que les populations nordiques préhistoriques et mythologiques avaient autrefois régi le monde, notamment en parrainant des expéditions au Tibet à la recherche de leurs ancêtres aryens. L’Ahnenerbe a été incorporé dans la SS par Himmler en 1937. En tant que chef suprême de la SS, Himmler consulta des voyants, des diseurs de bonne aventure, amassa la plus grande bibliothèque privée de sorcellerie en dehors de l’université de Berlin, et se plongea dans les légendes d’Arthur et des Chevaliers de la Table Ronde. Les SS adoptèrent les directives raciales de l’Ordo Novi Templi (ONT) de Liebenfels pour l’admission dans l’ordre 2. Les SS adoptèrent également la croix gammée et le crâne et les os, mais leur symbole le plus célèbre était la double règle S, un emblème dérivé des doctrines de Guido von List, qui l’identifiait avec les insignes du Saint Vehm 3.

karl252bmaria252bwiligut
Karl Maria Wiligut (1866 – 1946)

Himmler a été inspiré pour adopter les symboles runiques par l’occultiste Karl Maria Wiligut, qui était également associé à l’ONT. Une fois diagnostiqué comme schizophrène et mégalomane, Wiligut aurait possédé une « mémoire ancestrale » qui lui aurait permis de se rappeler l’histoire du peuple teuton jusqu’en l’an 228 000 avant J.-C. Wiligut présenta Himmler à Otto Rahn, qui devint membre à part entière de la SS en 1936. Rahn a attiré l’attention de Himmler pour son livre Crusade Against the Grail – dont les recherches sur les liens entre les cathares et le Saint Graal coïncident avec celles de la Fraternité des Polaires – qui est devenu une lecture obligatoire pour les officiers SS. En 1936, Rahn entreprit un voyage en Islande au nom des SS et, en 1937, il publia Luzifers Hofgesind (Cour de Lucifer) , un journal de voyage de sa quête de la tradition gnostique et cathare à travers l’Europe, qu’il présentait positivement comme préservant la tradition luciférienne. On pense que le livre a inspiré un personnage du film de Steven Spielberg de 1989, Indiana Jones et la Dernière Croisade, où la recherche du Graal a d’abord nécessité la localisation du « Journal du Graal » d’un ancien archéologue.

otto-rahn
Otto Wilhelm Rahn (1904 – 1939)

Selon L’abbaye Profanée, de Montserrat Rico Góngora, Himmler pensait que le Saint Graal aiderait l’Allemagne à gagner la guerre et lui accorderait des pouvoirs surnaturels. Himmler est venu à Montserrat inspiré par l’opéra Parsifal de Richard Wagner, qui mentionne que le Saint Graal pourrait être conservé dans « le merveilleux château de Montsalvat dans les Pyrénées ». Dans le Parsifal de Wagner, la Lance, qui transperce le côté du Rédempteur sur la Croix, et le Saint Graal, qui recueille le sang qui coule, étaient tous deux venus à Montsalvat pour être gardés par les Chevaliers du Graal sous la règle de Titurel, père d’Amfortas. Bien que d’autres aient affirmé qu’il s’agissait de Montségur en France, il était largement admis dans les milieux nazis que ce château était Montserrat, une croyance renforcée par le fait que la première représentation de l’opéra s’est tenue à l’opéra Liceu de Barcelone en 1913.

9224
Wewelsburg, le château du Graal nazi…
northtower
… et temple du Soleil Noir

Himmler a utilisé le château Renaissance de Wewelsburg, dans le nord de l’Allemagne, comme château du Graal et lieu de culte central des SS, où il a officié dans une sorte de pacte de douze membres SS nommés et a exécuté des cérémonies païennes. Le point central du complexe de Wewelsburg était l’Obergruppenführersaal, en référence aux douze premiers généraux SS de haut rang. Il s’agissait d’une salle en pierre avec douze piliers et niches, dans laquelle Himmler avait installé une table ronde arthurienne en chêne pour asseoir les douze. Une roue solaire à douze branches, connue sous le nom de Soleil Noir, était encastrée dans le sol, représentant la Saturne occulte.

En 1935, les Ahnenerbe ont parrainé des expéditions pour localiser les ancêtres aryens à Shambhala et Agartha. L’expédition de 1939 se serait rendue au Tibet dans le but précis d’établir un contact radio vital entre le IIIe Reich et les lamas en 1939, et les Stanzas de Dzyan de Blavatsky ont servi de code pour tous les messages entre Berlin et le Tibet pendant la Seconde Guerre Mondiale 4. Pauwels et Bergier soutiennent que Hitler a envoyé l’expédition dans le but de retrouver Agarthi, dont il avait pris connaissance grâce à sa relation avec « l’homme aux gants verts » 5.

evola1
« Baron » Julius Evola, membre de la Fraternité des Polaires

Après la reddition de l’Italie aux forces alliées en 1943, Evola s’est installé en Allemagne où il a passé le reste de la guerre et a également travaillé comme chercheur sur la franc-maçonnerie pour la SS Ahnenerbe à Vienne. Inspiré par le membre SS Herman Wirth, Evola réinterprète la perception de Guénon selon laquelle l’origine de la « Tradition Primordiale » est hyperboréenne 6, mais la théorie de Guénon est dénuée de racisme. Guénon, dans son « Introduction Générale à l’Etude des Doctrines Hindoues », a fait référence au mythe de l’origine aryenne des civilisations, une « illusion classique ». Guénon était néanmoins convaincu que la tradition hyperboréenne était la plus ancienne de l’humanité et qu’elle s’était étendue à différentes civilisations depuis le Pôle Nord 7.

Selon Joscelyn Godwin, « les grandes lignes de la préhistoire d’Evola ressemblent à celles de la théosophie, avec des racines lémuriennes, atlantes et aryennes qui se succèdent, et un déplacement de pôle marquant la transition d’une époque à l’autre. «  8 . Dans Révolte contre le Monde Moderne, Evola explique qu’il n’y a pas une tradition, mais deux : une tradition plus ancienne et dégénérée qui est féminine, matriarcale, non héroïque, associée aux restes de races telluriques négroïdes de la Lémurie ; et une tradition supérieure qui est masculine, héroïque, « uranienne » et purement aryo-hyperboréenne à l’origine. Cette dernière a plus tard donné naissance à une tradition occidentale-atlantique, qui combine des aspects des deux à travers les migrations historiques des Hyperboréens et leur assimilation dégénérée d’influences spirituelles exotiques du Sud.

Evola admire Himmler et considère les SS comme une élite modèle, dont il écrit dans la Vita Italiana : « Nous sommes enclins à penser que nous pouvons voir le noyau d’un Ordre au sens supérieur de la tradition dans le « Corps noir » » 9. Himmler charge alors Wiligut d’évaluer Evola. Apparemment jaloux, Wiligut conclut qu’« Evola fonctionne à partir d’un concept aryen de base mais ignore tout des institutions germaniques préhistoriques et de leur signification », domaines dans lesquels Wiligut était censé avoir excellé, et recommanda de rejeter la proposition « utopique » d’Evola 10.

David LIVINGSTONE

1 – Goodrick-Clarke. Black Sun, p. 116.

2 – “SS,” John Michael Greer, The New Encyclopedia of the Occult, (St. Paul, Minn: Llewellyn Publication, 2004) p. 450.

3 – Guido von List. The Secret of the Runes.

4 – Goodrick-Clarke. The Occult Roots of Nazism, p. 221.

5 – L. Pauwels and J. Bergier. The Morning of the Magicians (London: Souvenir Press, 2001, p. 197-198.

6 – Stéphane François. “The Nouvelle Droite and ‘Tradition’.” Journal for the Study of Radicalism , Vol. 8, No. 1 (Spring 2014), p. 98.

7 – Ibid.

8 – Godwin. Arktos, p. 60.

9 – (August 15, 1938).

10 – Sedgwick. Against the Modern World, p. 107.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s