V.11.ii New Age – Rockefeller Brothers

Devenez complotiste avec le Volume VChapitre 11 – Partie ii de l’incroyable Ordo ab Chao de l’auteur canadien David Livingstone, qui depuis 30 ans dévoile les coulisses de l’Histoire et vient de nous donner les droits de son intégrale traduction.

rockefeller-brothers-cropped
Les cinq frères Rockefeller en 1967. De gauche à droite : David, Winthrop, John D. III, Nelson et Laurance.

Le mouvement New Age est étroitement lié au mouvement environnemental, qui est fortement financé par le Rockefeller Brothers Fund. Le Rockefeller Brothers Fund a été fondé en 1940 en tant que principal véhicule philanthropique pour les cinq frères Rockefeller de la troisième génération : John D. Rockefeller III, Nelson, Laurance, Winthrop et David. Laurance a été président du Rockefeller Brothers Fund pendant près de 20 ans, alors qu’il était en politique en tant que gouverneur de New York (1958-74), puis en tant que vice-président de Gerald Ford (1975-77). De 1956 à 1960, le Fonds a financé une étude conçue par son président de l’époque, Nelson Rockefeller, pour analyser les défis auxquels les États-Unis sont confrontés. Henry Kissinger a été recruté pour diriger le projet. Sept groupes d’experts ont été constitués pour examiner des questions telles que la stratégie militaire, la politique étrangère, la stratégie économique internationale, la réorganisation gouvernementale et la course aux armements nucléaires 1. Selon le biographe de Nelson Rockefeller, Joseph E. Persico, le rapport Prospect for America de 1958 du Fonds a eu une telle influence « que lors de l’élection de 1960, les deux partis s’en sont écartés pour leur programme. L’emblème même de l’administration Kennedy a été repris d’une section du rapport des frères Rockefeller intitulée « Les nouvelles frontières » » 2.

51qxo1oqtl._sl250_Comme Peter Collier et David Horowitz l’ont rapporté dans The Rockefellers, dans les années 1960, la plupart des cousins de la famille ont utilisé leur richesse pour alimenter des causes radicales 3. Après la mort de la veuve de John D. Rockefeller Jr., Martha Baird Rockefeller, en 1971, elle a légué sa succession de 72 millions de dollars à des œuvres de charité – dont 10 millions au Rockefeller Family Fund. La fille de Laurance Rockefeller, Marion, a écrit dans une note interne pour les autres cousins : « La tâche telle que nous la voyons est souvent d’attaquer les forces politiques et économiques mêmes qui perpétuent la contribution déductible d’impôt… Nous pensons que le Fonds a l’obligation de rechercher des organisations comme l’American Friends Service Committee, les Friends of the Earth (FOE), les stations Pacifica, American Documentary Films et autres. Le Rockefeller Family Fund, explique Martin Morse Wooster, « a toujours été un véhicule de financement de gauche depuis lors » 4. « Et les cousins ont progressivement gagné en influence au Rockefeller Brothers Fund, une transition marquée par le fait que David Rockefeller Jr. a succédé à son père à la présidence du fonds en 1983 » 5.

villa-serbelloni
Villa Serbelloni à Bellagio, Italie, site de la fondation du Club de Rome en 1965.
aurelio_peccei_252819762529
Aurelio Peccei

Malgré le fait que la principale source de leur richesse ait été les combustibles fossiles, le programme Rockefeller a fortement soutenu la cause du réchauffement climatique et du développement durable, qui a été principalement avancée par le Club de Rome. Le Club de Rome est né d’une conférence internationale de 1965 intitulée « Les conditions de l’ordre mondial », tenue à la Villa Serbelloni à Bellagio, en Italie, qui appartenait à la Fondation Rockefeller et qui était parrainée par le front de la CIA, le Congress for Cultural Freedom (CCF), avec une subvention de la Fondation Ford et de l’American Academy of Arts and Sciences 6. Le Club de Rome a été fondé trois ans plus tard, en avril 1968, par Aurelio Peccei, un industriel italien, et Alexander King, un scientifique écossais. Il a été créé lorsqu’un petit groupe international de personnes issues du monde universitaire, de la société civile, de la diplomatie et de l’industrie se sont réunies à la Villa Farnesina à Rome, d’où son nom. Peccei est également devenu actif au sein d’organisations telles que le World Wildlife Fund (WWF), les Friends of the Earth et l’International Ocean Institute 7. Les Friends of the Earth ont été fondés en 1969 à San Francisco par David Brower, Donald Aitken et Gary Soucie après la séparation de Brower avec le Sierra Club, et ont reçu un financement du Rockefeller Brothers Fund 8.

alexander_king_252819872529
Alexander King (left)

Les fondateurs du Club de Rome étaient tous de hauts fonctionnaires de l’OTAN. Parmi eux, Aurelio Peccei, le président de Fiat qui était également président du Economic Committee of the Atlantic Institute, et Alexander King, le co-fondateur, qui était directeur général des affaires scientifiques du General of Scientific Affairs of the Organisation for Economic Co-operation and Development (OECD). Fin octobre 1968, six mois seulement après la réunion fondatrice du Club de Rome, l’OECD, en collaboration avec la Fondation Rockefeller, a organisé à Bellagio un « Symposium de travail sur la prévision et la planification à long terme » 9.

Le Club de Rome a attiré l’attention du public avec son rapport Limits to Growth (1972), qui s’est vendu à 12 millions d’exemplaires en plus de 30 traductions, ce qui en fait le livre sur l’environnement le plus vendu de l’histoire mondiale. Résultat d’un exercice de modélisation cybernétique révolutionnaire au MIT, il prévoyait un scénario malthusien, selon lequel la croissance économique ne pouvait se poursuivre indéfiniment en raison de la disponibilité limitée des ressources naturelles, notamment du pétrole.

David LIVINGSTONE

1 – Niall Ferguson. Kissinger 1923-1968: The Idealist (Penguin, 2015).

2 – Martin Morse Wooster. “The Rockefeller Brothers Fund and Rockefeller Family Fund: How a Great Capitalist’s Fortune Came to Fund Anti-Capitalist Causes.” Capital Research Center (January 18, 2005).

3 – Ibid.

4 – Ibid.

5 – Ibid.

6 – Frances Stonor Saunders. The Cultural Cold War: The CIA and the World of Arts and Letters (New York: The New Press, 1999), p. 291.

7 – Macmillan Aurelio Peccei, organizational web page, accessed April 22, 2012.

8 – “Grants.” Rockefeller Brothers Fund. Retrieved from https://www.rbf.org/grantees/friends-earth

9 – Matthias Schmelzer. “Born in the corridors of the OECD’: the forgotten origins of the Club of Rome, transnational networks, and the 1970s in global history.” Journal of Global History (2017), 12, p. 34.

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s