II.11.ii Rédemption par le Péché – Hassidisme

Devenez complotiste avec le Volume IIChapitre 11 – Partie ii de l’incroyable Ordo ab Chao de l’auteur canadien David Livingstone, qui depuis 30 ans dévoile les coulisses de l’Histoire et vient de nous donner les droits de son intégrale traduction.

800px-der_samstug_2528saturday2529
Des Juifs se sont rassemblés devant une synagogue à Fürth, en Bavière, le jour du sabbat.
Bien qu’Emden n’ait pas approuvé le mouvement hassidique qui s’est développé de son vivant, ses livres sont très appréciés des Hassidim 1. Les « Hassidim » de la Bible, également appelés Kasidéens, sont identifiés par les francs-maçons aux Esséniens, qui tiennent une place particulière dans l’ordre. Dans The History of Free Masonry publié en 1804, Alexander Lawrie, qui est considéré comme une excellente autorité sur la franc-maçonnerie écossaise, affirme que les Kasidiens – sur la base de l’historien français Joseph Scaliger, qui a mené des recherches sur les premières sectes mystiques juives – descendaient des Esséniens. Scaliger, un ami d’Isaac Casaubon et de Guillaume Postel, a utilisé la presse de Plantin, qui, selon de nombreux historiens, a servi de façade à une sorte de « pré-maçonnerie » 2.
Comme Casaubon, Scaliger possédait une copie du Sefer Hassidim 3. Scaliger a participé à un débat avec le bibliste Johannes Drusius (1550-1616) et le jésuite Nicolas Serarius (1555-1609), où il a affirmé que les anciens Hassidim étaient devenus les Esséniens. Scaliger pensait que les Therapeutae étaient une branche des Esséniens, et que les Hassidim en étaient les descendants 4. Selon Scaliger, les Hasidaeans n’étaient pas une secte, mais un ordre ou une confrérie, ou une corporation « spécialement dédiée à l’observation de la Loi », et dont l’origine remonte à la période d’Esdras 5. Citant Scaliger, Lawrie écrit :
Les Kasidéens étaient une Fraternité religieuse, ou un Ordre des Chevaliers du Temple de Jérusalem, qui se sont engagés à orner les porches de cette magnifique structure, et à la préserver des blessures et de la déchéance. Cette association était composée des plus grands hommes d’Israël, qui se distinguaient par leurs dispositions charitables et pacifiques, et se signalaient toujours par leur zèle ardent pour la pureté et la préservation du Temple. De ces faits, il ressort que les Esséniens n’étaient pas seulement une ancienne fraternité, mais qu’ils étaient issus d’une association d’architectes, qui étaient liés à la construction du temple de Salomon. Cet ordre n’était pas non plus limité à la Terre Sainte. Comme les fraternités des Dionysiaques, les Francs-maçons, il existait dans toutes les parties du monde ; et bien que les loges de Judée soient principalement, sinon entièrement, composées de Juifs, les Esséniens admettaient dans leur ordre des hommes de toute religion et de tout rang dans la vie. Ils adoptèrent de nombreux mystères égyptiens ; et, comme les prêtres de ce pays, les Mages de Perse, et les Gymnosophes en Inde, ils unirent l’étude de la morale, avec celle de la philosophie naturelle. 6
baal-shem-tov
Baal Shem Tov (1698 – 1760).

Le mouvement hassidique moderne a débuté en Ukraine avec Israel ben Eliezer (1698 – 1760), connu sous le nom de Besht, un acronyme pour Baal Shem Tov. Baal Shem, qui signifie en hébreu « Maître du Nom », fait référence à l’occupation historique juive de certains rabbins kabbalistiques qui savaient utiliser les noms de Dieu dans le judaïsme pour des guérisons pratiques par la Kabbale, des miracles, des exorcismes et des bénédictions. Le Baal Shem a écrit des amulettes et prescrit des remèdes, et de nombreux miracles lui ont été attribués. De nombreux disciples de Baal Shem Tov croyaient qu’il venait de la lignée davidique, traçant sa lignée jusqu’à la maison royale du roi David, et par extension avec l’institution du Messie juif 7. Le Besht prétendait avoir atteint le devekut (« adhésion »), ce qui signifie que son âme avait atteint le niveau élevé où il pouvait parler avec le Messie, et intervenir entre les humains et Dieu. Il avait la capacité de protéger la communauté juive de la peste et de la persécution. Il croyait que le plaisir physique peut donner lieu à un plaisir spirituel. Un acte physique peut devenir un acte religieux s’il est accompli en tant qu’adoration de Dieu et si l’acte est accompli dans un état de devekut.

Le hassidisme s’inspire fortement de la Kabbale lurienne. « L’un des héritages durables » des controverses sabbatéens, explique Martin Goodman dans The History of Judaism, « a été la popularisation de la langue de la kabbale lourianique dans la liturgie commune, que nous avons déjà vue. Cela devait à son tour façonner le mouvement le plus durable du début de la période moderne, le hassidisme » 8. Le rabbin Nahman de Kosow – qui s’était rangé du côté d’Eybeschütz et était également soupçonné par Emden d’être un sabbatéen secret – est devenu un fervent adepte du Baal Shem Tov 9. De nombreux chercheurs, dont Gershom Scholem, voient les racines du mouvement hassidique du judaïsme dans le sabbatéisme 10. Dans Major Trends in Jewish Mysticism, Gershom Scholem a défini la Kabbale lourianique, le sabbatéisme et les hassidim comme trois étapes différentes du même processus de développement historique du mysticisme juif, en soutenant que le hassidisme était une réaction directe au mouvement sabbatéen et que son inspiration théologique principale provenait de la Kabbale lourianique 11.

Bien que le mouvement hassidique soit désormais considéré comme faisant partie du judaïsme orthodoxe, il a souvent été condamné comme hérétique par les juifs traditionnels. C’est le rabbin Elijah ben Shlomo Zalman (~1720-1797), connu sous le nom de Vilna Gaon, et ceux qui ont suivi sa scolastique classique talmudique et halakhique, qui ont opposé la résistance la plus farouche aux Hassidim. On les appelait Mitnagdim, ce qui signifie « [ceux qui sont] opposés [aux Hassidim] ». Les efforts des Mitnagdim pour supprimer les Hassidim ont duré trois décennies, accompagnés de dénonciations écrites et orales, qui décrivaient le Hassidisme comme une secte déviante et l’identifiaient même parfois au sabbatéisme 12.

Le noyau de vérité de ces accusations se trouve dans la doctrine hassidique qui suggère que l’on doit servir Dieu non seulement avec les « bonnes impulsions » mais aussi avec les mauvaises 13, une notion assez similaire à celle parfois citée dans le contexte du sabbatanisme de la « rédemption par le péché » 14, une croyance liée à la doctrine lurianienne de la montée des saintes étincelles (niẓoẓot), bien que Besht ait limité ce concept au salut de l’âme individuelle. Les Hassidim croyaient que l’immanence de Dieu en toute chose signifiait que même un grand mal ou une grande pollution avait une étincelle du divin cachée quelque part en elle. Les Hassidim considéraient que cela signifiait que l’on devait non seulement racheter et élever les saintes étincelles de la main du mal, mais qu’il était impératif de corriger et d’élever le mal lui-même. Comme l’explique le disciple et successeur du Besht, Rabbi Dov Baer ben Avraham de Mézeritch, également connu sous le nom de « Grand Maggid », puisque le mal résidait autrefois dans la divinité elle-même, il devait être bon à l’origine. si nous pouvons le ramener à la source, non seulement il sera purifié de sa méchanceté, mais sa force s’ajoutera au bien du Divin 15.

Le Maggid est considéré comme le premier représentant systématique de la philosophie mystique qui sous-tend les enseignements du Baal Shem Tov, et, par son enseignement et son leadership, comme le principal architecte du mouvement 16. Le cercle restreint des disciples du Maggid, connu sous le nom de Chevraia Kadisha (« Sainte Fraternité »), comprenait le Rabbin Shneur Zalman de Liadi, un adepte du système de Kabbale d’Isaac Luria, et le fondateur de la branche du Hassidisme de Chabad-Lubavitch, que ses contemporains accusaient d’être un sabbatique 17. Shneur Zalman était le fils de Baruch, arrière-petit-fils du mystique et philosophe Judah Loew ben Bezalel, le « Maharal de Prague » 18. Le nom « Chabad » est un acronyme hébreu pour Chochmah, Binah, Da’at (« Sagesse, compréhension et connaissance »), les trois premières séphiroths de l’arbre de vie kabbalistique, en dessous de Keter (« Couronne »). « Lubavitch » est le nom yiddish du village biélorusse d’origine Lyubavichi, aujourd’hui en Russie, où les dirigeants du mouvement ont vécu pendant plus de cent ans. Le Zohar et la Kabbale d’Isaac Luria, sont fréquemment cités dans les ouvrages de Chabad.

David LIVINGSTONE

1 – Harvey Falk. “Rabbi Jacob Emden’s Views on Christianity.” Journal of ecumenical studies, Volume 19, no. 1 (Winter 1982), pp. 105–11.

2 – Marsha Keith Schuchard. Restoring the Temple of Vision, p. 178-179.

3 – Anthony Grafton & Joanna Weinberg. I Have Always Loved the Holy Tongue: Isaac Casaubon, the Jews, and a Forgotten Chapter in Renaissance Scholarship (Harvard University Press, 2011), p. 289.

4 – G. Vermes. “Essenes and Therapeutia.” Revue de Qumrân, Vol. 3, No. 4 (12) (October 1962), p. 500.

5 – Joseph J. Scaliger (1605) Elenchus Trihaeresii Nicolai Serarii; cited in Francis Schmidt. “The Hasideans and the Ancient Jewish ‘Sects’: A Seventeenth-Century Controversy.” in Sacha Stern, Sects and Sectarianism in Jewish History (Leiden: Brill, 2011), p. 196.

6 – Alexander Lawrie. The History of Free Masonry (Edinburgh: Grand Lodge of Scotland, 1804), p. 38.

7 – Immanuel Etkes. Rabbi Shneur Zalman of Liady: The Origins of Chabad Hasidis (Brandeis University Press, 2015), p. 149.

8 – Ibid.

9 – Gershon David Hundert. Essential Papers on Hasidism (New York University Press, 1991), p. 78.

10 – Shaul Magid. Hasidism on the Margin: Reconciliation, Antinomianism, and Messianism (Madison: University of Wisconsin Press, 2003), p. xi.

11 – Gershom Scholem. Major Trends in Jewish Mysticism (New York 1995), pp. 320-325.

12 – Ibid.

13 – Yoram Jacobson. Hasidic Thought (MOD Press, 1998).

14 – Yeshayahu Balog & Matthias Morgenstern. “Hasidism: A Mystical Movement Within Eastern European Judaism.” European History Online (EGO), (Mainz: Institute of European History (IEG), December 3, 2010).

15 – George Robinson. “Hasidic Mysticism.” MyJewishLearning.com (accessed April 28, 2018).

16 – Kaufmann Kohler & Louis Ginzberg. “Baer (Dov) of Meseritz.” Jewish Encyclopedia.

17 – Immanuel Etkes. Rabbi Shneur Zalman of Liady: The Origins of Chabad Hasidis (Brandeis University Press, 2015), p. 185.

18Hayom Yom, introduction.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s