III.3.vii Ultime Thulé – Maladie Allemande

Devenez complotiste avec le Volume IIIChapitre 3 – Partie vii de l’incroyable Ordo ab Chao de l’auteur canadien David Livingstone, qui depuis 30 ans dévoile les coulisses de l’Histoire et vient de nous donner les droits de son intégrale traduction.

holocaust-1_640x345_acf_cropped-1024x552-1
Des homosexuels portant le triangle rose dans un camp de concentration nazi

Comme Levenda l’a également souligné, il est probable que l’homosexualité de la hiérarchie nazie ait été héritée des pratiques sexuelles promues par Aleister Crowley. Jorg Lanz Von Liebenfels et Guido von List, qui ont influencé les idées d’Hitler, étaient également homosexuels. L’historien Frank Rector rapporte que le parti ouvrier allemand, précurseur du parti nazi de Hitler, « a été fondé dans un bar gay de Munich appelé le Bratworstglockl » 1, ce qui, selon Scott Lively et Kevin Abrams, les auteurs de The Pink Swastika, aiderait à expliquer les relations étroites qu’entretenait Hitler avec ses mécènes soi-disant homosexuels Dietrich Eckart et Karl Haushofer.

Avant la guerre, l’homosexualité restait à un niveau modéré en Allemagne. Après la guerre, cependant, elle est devenue si répandue que les gens en Angleterre et en France ont commencé à l’appeler la « maladie allemande ». Finalement, notent les auteurs de The Hidden Holocaust, « l’homosexualité a tellement augmenté en Allemagne qu’immédiatement après la révolution marxiste, les homosexuels ont utilisé la liberté débridée de l’époque pour former des clubs et des associations qui représenteraient leurs intérêts » 2. Et, comme le démontrent Scott Eric Lively et Kevin Abrams, les auteurs de The Pink Swastika, l’homosexualité était largement répandue dans la hiérarchie nazie. Cependant, leur livre a reçu des condamnations assez sévères de la part d’autres universitaires, qui sont plus préoccupés par ce qu’ils considèrent comme le parti pris « anti-gay » des auteurs, et qui ne comprennent donc pas la signification de leurs conclusions.

Parmi leurs nombreuses sources figure l’historien juif Samuel Igra, qui a publié en 1945 le Germany’s National Vice, qui a qualifié l’homosexualité de « courant empoisonné » qui a traversé le cœur du nazisme. Igra, qui a fui l’Allemagne en 1939, affirme que Hitler « avait été un homme prostitué à Vienne au moment de son séjour là-bas, de 1907 à 1912, et qu’il a pratiqué la même vocation à Munich de 1912 à 1914. » 3 Desmond Seward, dans Napoleon and Hitler, affirme que Hitler est inscrit comme homosexuel dans les registres de la police viennoise. 4 Bien qu’il y ait eu au moins quatre femmes, dont sa propre nièce, avec lesquelles Hitler a eu des relations sexuelles, comme l’ont noté l’historien Robert G. L. Waite ainsi que Walter Langer, ses rencontres sexuelles avec des femmes comprenaient sa perversion coprophile ainsi que d’autres formes extrêmes de masochisme.

Qu’Hitler ait ou non été personnellement impliqué dans des relations homosexuelles, les preuves sont nombreuses qu’il s’est entouré d’homosexuels pratiquants. Langer note que les gardes du corps personnels d’Hitler étaient « presque toujours des homosexuels à 100% » 5. Rudolf Hess était connu dans les milieux homosexuels sous le nom de « Fraulein Anna » 6. Les « tendances pédérastiques » du chef SS Heinrich Himmler ont été filmées par le cinéaste nazi Walter Frenz 7. Dans The Twelve Year Reich, Richard Grunberger raconte qu’un parti donné par le propagandiste nazi Joseph Goebbels a dégénéré en orgie homosexuelle 8.

Il est bien connu que les nazis persécutaient les homosexuels, tout comme les Juifs, les Tsiganes et autres « inférieurs ». Cependant, comme l’a reconnu le chroniqueur ouvertement gay du London Independent, Johann Hari, dans un article intitulé « The Strange, Strange Story of the Gay Fascists », « il y a toujours eu un chevauchement bizarre et disproportionné entre l’homosexualité et le fascisme ». Comme le démontrent les auteurs de The Pink Swastika, la persécution des homosexuels par les nazis était le reflet d’un conflit qui divise typiquement la communauté gay, entre « femmes » et « bouches ». Comme l’explique Hari, les nazis « ont promu une forme d’homosexualité agressive et hypermasculine, condamnant les « femmes hystériques des deux sexes », en référence aux hommes gays féminins » 9.

spartans

En effet, les nazis ont perçu le summum de la vénération des prétendues vertus masculines comme étant accomplies par les relations homosexuelles, une pratique courante dans les sociétés guerrières comme l’ancienne Sparte. Eva Cantarella, une classiciste de l’Université de Milan, a déclaré que « les nations les plus guerrières ont été celles qui étaient les plus dépendantes de l’amour des jeunes hommes » 10. Ces sociétés sont décrites dans The Sambia, par l’anthropologue Gilbert Herdt, qui a étudié l’homosexualité dans diverses sociétés, et qui a écrit que « l’homosexualité rituelle a été signalée par des anthropologues dans des régions dispersées du monde [révélant un]… lien omniprésent entre l’homosexualité rituelle et l’ethos guerrier… Nous trouvons ces formes similaires d’homosexualité guerrière dans des endroits aussi divers que la Nouvelle-Guinée, l’Amazonie, la Grèce antique et le Japon historique » 11.

Comme le souligne Barbara Spackman, dans Fascist Virilities: Rhetoric, Ideology, and Social Fantasy in Italy, le terme « virilité », associé aux cultes de la jeunesse, du devoir, du sacrifice, de la force, de l’obéissance, de la sexualité, de la guerre, etc., représentait un élément clé de la vision fasciste du monde. Mussolini pensait que la virilité des corps masculins était essentielle ; Mussolini a tenté d’affiner sa conception de l’empire romain antique et guerrier, de reconstruire dans un contexte moderne l’ancienne et guerrière « descendance italienne » comme modèle national, puis européen et enfin international. Zeev Sternhell, par exemple, cite la virilité comme l’une des nombreuses qualités et cultes qui caractérisent la « nouvelle civilisation » voulue par le fascisme, pourtant ces cultes se lisent en fait comme les entrées d’un dictionnaire pour un seul terme maître 12. A la même époque, la croyance était fondée sur la science selon laquelle les femmes étaient biologiquement inférieures aux hommes. C’est pour cette raison que la poursuite active de l’exercice et des sports modernes a été fortement recommandée comme mesure pour accroître la masculinité et combattre tout signe de féminité 13.

Selon les auteurs de The Pink Swastika, les homosexuels nazis « étaient des militaristes et des chauvins dans le moule hellénique. Leur but était de faire revivre les cultes militaires pédérastiques des cultures païennes pré-chrétiennes, en particulier le culte du guerrier grec » 14, a déclaré Plutarque, un historien grec du premier siècle après J.-C : « ce sont surtout des peuples guerriers comme les Boéotiens, les Lacédémoniens et les Crétois, qui étaient accros à l’homosexualité » 15. Cantarella note que Plutarque a écrit sur « le bataillon sacré » de Thèbes, composé de 150 couples homosexuels masculins, et sur la légendaire armée spartiate, qui intronisait tous les garçons de douze ans dans le service militaire où ils étaient « confiés à des amants choisis parmi les meilleurs hommes de l’âge adulte » 16. Sparte a été l’inspiration de l’État fasciste que l’on retrouve dans La République de Platon, et Platon a demandé à Phaedrus, dans le discours d’ouverture du Symposium, de faire l’éloge de l’homosexualité de la manière suivante :

Car je ne connais pas de plus grande bénédiction pour un jeune homme qui commence la vie qu’un amant vertueux, ou pour l’amant, qu’une jeunesse aimée. Car le principe qui devrait guider les hommes qui veulent vivre noblement – ce principe, dis-je, ni la parenté, ni l’honneur, ni la richesse, ni aucun autre motif n’est capable de s’implanter aussi bien que l’amour … Et s’il n’y avait qu’un moyen de faire en sorte qu’un État ou une armée soit composé d’amoureux et de leurs amours, ils seraient les meilleurs gouverneurs de leur propre ville … et en se battant aux côtés les uns des autres, même s’ils ne sont qu’une poignée, ils domineraient le monde.

Comme l’homosexualité ouverte des Grecs était l’idéal, le psychanalyste allemand Wilhelm Reich l’a expliqué dans son classique de 1933, he Mass Psychology of Fascism :

Pour les fascistes, le retour de la sexualité naturelle est donc considéré comme un signe de décadence, de lascivité, de luxure et de saleté sexuelle… les fascistes… affirment la forme la plus sévère du patriarcat et réactivent en fait la vie sexuelle de l’ère platonique dans leur forme de vie familiale… Rosenberg et Bluher [les principaux idéologues nazis] reconnaissent l’État uniquement comme un État masculin organisé sur une base homosexuelle 17.

hans2bblu25cc2588her
Hans Blüher (1888 –1955)

Hans Blüher (1888 -1955) était un écrivain et philosophe allemand, qui s’est fait connaître comme membre et historien du Wandervogel, un mouvement populaire de groupes de jeunes allemands à partir de 1896. Dans les années 1912 et 1913, Blüher et Freud ont échangé des idées autour de l’évaluation de l’homosexualité masculine, un point sur lequel Freud et Blüher n’étaient pas entièrement d’accord. Les commentaires de Blüher sur les aspects homosexuels du mouvement Wandervogel et sur le rôle que l’homoérotisme et les liens entre hommes ont joué dans la création de la culture et des institutions européennes ont été vivement contestés. Blüher les soutenait avec une théorie du Männerbund, la « société guerrière » entièrement masculine des cultures pré-modernes 18. Blüher pensait que la pédérastie et les liens entre hommes constituaient la base d’une nation et d’un État plus forts, ce qui devint un concept populaire dans certains segments de la jeunesse hitlérienne. Blüher soutint plus tard les nazis mais se retourna contre eux en 1934, lorsque Röhm fut assassiné sur ordre d’Hitler pendant la Nuit des Longs Couteaux.

hanns-heinz-ewers-0998f471-8c75-4066-9067-6e97be2cfa9-resize-750
Hanns Heinz Ewers, associé de Crowley (1871 – 1943)

L’ami de Crowley, l’auteur de romans d’horreur Hanns Heinz Ewers, était un associé de Guido von List et Lanz von Liebenfels, qui étaient également homosexuels 19. Les étudiants en sciences occultes sont également attirés par ses œuvres, en raison de son amitié de longue date et de sa correspondance avec Aleister Crowley. Ewers était un étudiant dévoué de Nietzche et un adepte du mouvement eugénique 20. Ewers a également beaucoup voyagé en Orient, et a développé une fascination pour l’ésotérisme indo-aryen 21. Ewers a écrit de nombreuses nouvelles, principalement sur « la pornographie, le sport sanguinaire, la torture et l’exécution » 22.En 1913, Ewers a écrit le scénario de The Student of Prague, un film d’horreur muet considéré comme le premier film d’art allemand 23. Basé sur une nouvelle d’Edgar Allan Poe et de Faust, le film raconte l’histoire d’un homme qui vend son âme au diable.

Ewers est aujourd’hui surtout connu pour ses oeuvres d’horreur, notamment sa trilogie de romans sur les aventures de Frank Braun, un personnage modelé sur lui-même. Le premier livre d’Ewers, The Sorcerer’s Apprentice, traite des tentatives de Braun de manipuler un petit culte de chrétiens évangéliques dans un petit village de montagne italien pour son propre profit financier, et des horribles résultats qui en découlent. Braun revient en 1911 à Alraune, où il collabore à la création d’un homuncule ou androïde féminin en imprégnant une prostituée dans un laboratoire avec le sperme d’un meurtrier exécuté. L’histoire est basée sur une superstition médiévale selon laquelle la racine de mandragore de forme humanoïde a été produite par le sperme d’hommes pendus sous la potence. Les alchimistes prétendaient que les pendus éjaculaient après que leur cou ait été brisé et que la terre absorbait leurs « forces » finales. La racine elle-même était utilisée dans les philtres d’amour et les potions, tandis que son fruit était censé faciliter la grossesse. On disait que les sorcières qui « faisaient l’amour » à la racine de mandragore produisaient une progéniture qui n’avait pas de sentiments d’amour véritable et n’avait pas d’âme 24. Dans le Vampyr de 1921, Braun où il est transformé en telle créature buveuse de sang.

Jonathan Katz, un historien de l’Holocauste, écrit que la plupart, sinon la totalité, des membres fondateurs du Deutsche Arbeiterpartei (DAP) étaient soit homosexuels, soit bisexuels 25 Après la guerre, la Germanenorden, influencée par l’admiration de List pour le Vehmgericht, ou Holy Vehm, a commencé à être utilisée comme organisation de couverture pour recruter des assassins politiques. 26. Selon Nicholas Goodrick-Clarke, « le vehmgericht pourrait se relever pour rétablir l’ordre dans un monde où les tendances modernes apparaissent à certains individus comme une menace pour leur culture. List et ses disciples ont trouvé satisfaction dans ce fantasme d’une force militante, omniprésente mais cachée, qui semblait promettre la restauration d’un nouvel empire panallemand ». 27Au moins 354 ennemis des nazis ont été assassinés sur plusieurs années par la campagne de Vehm, le plus important étant Walther Rathenau, ministre des affaires étrangères de la République allemande pendant la Première Guerre mondiale. Ironiquement, nombre des victimes ont été tuées pour des raisons sexuelles et non politiques. Waite écrit :

La Feme [Vheme] était souvent dirigée contre d’anciens camarades des organisations de l’après-Corps libre. La multiplicité même des Bunds et des sociétés secrètes a conduit à la compétition, aux querelles et à la mort… La compétition et les conflits ont été intensifiés par le fait que beaucoup des Flibustiers étaient homosexuels et donc enclins à la jalousie et aux « querelles d’amoureux » 28.

Parmi ces assassins figurent Gerhard Rossbach, Edmund Heines et d’autres homosexuels « Butch » qui contribueront plus tard à façonner le parti nazi. L’historien Robert G. L. Waite a décrit Rossbach, généralement crédité d’avoir inventé les uniformes bruns du parti nazi, comme un « assassin sadique du soi-disant Fehmgericht et de l’homosexuel notoire qui, selon son propre témoignage, a perverti Ernst Röhm » 29. Rossbach a participé au putsch de Beer Hall de 1923, et a été recruté par Adolf Hitler pour aider à organiser la Sturmabteilung (SA). Heines était un dirigeant du parti nazi et l’adjoint d’Ernst Röhm dans la SA.

hitler-with-ernst-rohm
Hitler et le dirigeant des SA Ernst Röhm (1887 – 1934)

Hitler était étroitement associé aux homosexuels Ernst Röhm, le fondateur des SA 30. Le 30 juin 1934, Hitler fit arrêter et fusiller Ernst Röhm, soupçonné de déloyauté, ce qui fut l’exécution la plus médiatisée du massacre connu sous le nom de la Nuit des Longs Couteaux. L’exécution de Röhm a également été le début d’une répression massive contre les homosexuels. Cependant, selon l’historien allemand Lothar Machtan, Röhm et le grand nombre de personnalités homosexuelles au sein de la SA ont été tués par Hitler pour faire taire les spéculations sur sa propre homosexualité. Un grand nombre des S.A., également connus sous le nom de « Brownshirts », étaient homosexuels. « Leur homosexualité était très masculine », écrivait l’historien de l’homosexualité Alfred Rowse, « Ils vivaient dans un monde masculin, sans femmes, un monde de camps et de défilés, de rassemblements et de sports » 31. Louis Snyder, éminent historien de l’époque nazie, a raconté que « ce qu’il fallait, selon Roehm, c’était un groupe fier et arrogant qui pouvait se bagarrer, caresser, briser des vitres, tuer et massacrer pour l’enfer. Les hétérosexuels, à ses yeux, n’étaient pas aussi habiles dans ce genre de comportement que les homosexuels pratiquants » 32. Comme l’admet Roehm dans son autobiographie, « Comme je suis un homme immature et méchant, la guerre et les troubles m’attirent plus que le bon ordre bourgeois » 33. Le corps des officiers des S.A. est devenu le Sicherheitsdienst (SD), organisé par Reinhard Heydrich, le second de Himmler. C’est cette branche du service de sécurité des S.A., qui contrôlait les camps de concentration. Des trois divisions SS, note Abrams, le Sicherheitsdienst était la plus sadique 34.

David LIVINGSTONE

1 – Frank Rector. The Nazi Extermination of Homosexuals, (New York: Stein and Day, 1981) p. 69.2 – Günter Grau & Claudia Shoppmann. The Hidden Holocaust?: Gay and Lesbian Persecution in Germany 1933-45 (Routledge, 2013), p. 110.

3 – Samuel Igra. Germany’s National Vice (London: Quality Press Ltd., 1945) p. 65.

4 – Desmond Seward, Napolean and Hitler: A Comparative Biography (New York, Simon & Schuster) p. 299.

5 – Walter C. Langer. The Mind of Adolf Hitler (New York: Signet Books, 1972) p. 179.

6 – Waite, Robert G. L. The Psychopathic God Adolf Hitler (New York: Signet Books ,1977) p. 283f.

7 – Washington City Paper (April 4, 1995).

8 – Richard Grunberger. The 12-Year Reich: A Social History of Nazi Germany 1933-1945 (New York: Ballantine Books, 1971) p. 70.

9 – Johann Hari, “The Strange, Strange Story of the Gay Fascists, » The Huffington Post, (October 21, 2008).

10 – Eva Cantarella. Bisexuality in the Ancient World, (New Haven & London: Yale University Press, 1992), p. 71.

révélant un – Note révélant un

11 – Gilbert Herdt. The Sambia , (New York: CBS College Pub lishing, 1987) p. 203.

12 – Zeev Sternhell, « Fascist Ideology, » in Fascism: A Reader’s Guide, ed. Walter Laqueur (Berkeley: University of California Press, 1976), 315-76.

13 – Sandro Bellassai (2005). “The masculine mystique: anti-modernism and virility in fascist Italy.” Journal of Modern Italian Studies, 3, 314-335

14 – Scott Lively and Kevin E. Abrams. The Pink Swatika: Homosexuality in the Nazi Party (Sacramento: Veritas Aeterna, 2002) p. 42.

15 – Scott

16 – Scott Lively

17 – Wilhelm Reich. The Mass Psychology of Fascism, (New York: Farrar, Straus & Giroux, 1970). 91ff cited in The Pink Swastika, p. 57.

18 – H. Schurtz. Alterklassen und Männerbünde (Berlin, 1902); A. Van Gennep. The Rites of Passage (Chicago, 1960). [90] J. Neubauer. “Sigmund Freud und Hans Blüher in bisher unveröffentlichten Briefen.” Psyche (February 1996), 50(2):123-48.

19 – Stephen E. Flowers. “Introduction.” Hanns Heinz Ewers. Strange Tales (Lodestar Books, Mar. 3, 2011).

20 – Bob Herzberg. The Third Reich on Screen, 1929-2015 (McFarland, 2016), p. 27.

21 – Eric Kurlander. Hitler’s Monsters, p. 75.

22 – Mary Ellen Snodgrass. Encyclopedia of Gothic Literature (New York, Facts on File, 2004), p.106-7.

23 – Heide Schlüpmann. “The first German art film: Rye’s The Student of Prague (1913),” German Film & Literature, ed. Eric Rentschler, (Methuen Inc., NY, NY, 1986), p. 9.

24 – Retrieved from http://www.goodreads.com/book/show/18464748-alraune

25 – Jonathan Katz. Gay American History: Lesbian and Gay Men in the U.S.A., p. 632 n94.

26 – Robert G.L. Waite. Vanguard of Nazism: The Free Corps Movement in Postwar Germany 1918-1923 (New York, W.W. Norton and Company, 1969), p. 216ff.

27 – Nicholas Goodrick-Clarke. The Occult Roots of Nazism: The Ariosophists of Austria and Germany 1890-1935 (Wellingborough, England: The Aquarian Press, 1985), p. 77.

28 – Waite. Vanguard of Nazism. p. 222f

29 – Ibid.. p. 131, n. 112

30 – Robert G. L. Waite. The Psychopathic God Adolf Hitler (New York: Signet Books ,1977) p. 283f.

31 – A.L. Rowse. Homosexuals in History: Ambivalence in Society, Literature and the Arts (New York, Macmillan Publishing Company, 1977) p. 214.

32 – Dr. Louis L. Snyder. Encyclopedia of the Third Reich, (New York: Paragon House, 1989) p. 55.

33 – Johann Hari, “The Strange, Strange Story of the Gay Fascists,” The Huffington Post, (October 21, 2008).

34 – Kevin E. Abrams. “The Other Side of the Pink Triangle.” Lambda Report, (August 1994).

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s