III.1.i Théosophie – Réveil Occulte 

Devenez complotiste avec le Volume IIIChapitre 1 – Partie i de l’incroyable Ordo ab Chao de l’auteur canadien David Livingstone, qui depuis 30 ans dévoile les coulisses de l’Histoire et vient de nous donner les droits de son intégrale traduction.

Les Frères Asiatiques ont été l’inspiration d’un certain nombre d’ordres, qui ont représenté le noyau de l’occultisme occidental, à commencer par la Hermetic Brotherhood of Luxor, qui a contribué à l’émergence de l’Hermetic Order of the Golden Dawn et de l’Ordo Templi Orientis (OTO) d’Aleister Crowley. Ces organisations étaient le produit de la renaissance occulte du XIXe siècle, dont la notion de « Kabbale orientale » a finalement donné naissance au New Age, et a finalement engendré la montée des théories des nazis. Selon G. van Rijnberk, les Frères Asiatiques ont adopté une doctrine bouddhiste – le Prince Charles de Hesse-Kassel étant le premier à introduire l’idée de réincarnation – et ont utilisé la croix gammée comme symbole 1. La svastika n’était pas nouvelle pour le judaïsme, puisqu’elle se trouvait à côté de l’étoile de David dans l’ancienne synagogue de Capharnaüm en Israël, l’une des plus anciennes synagogues du monde, ainsi que sur diverses tombes juives du troisième siècle après J.-C. dans le sud de l’Italie, et elle était également imprimée dans le Sepher Reziel, un livre de Kabbale pratique du treizième siècle.

Comme le décrit Nevill Drury dans The New Age : Searching for the Spiritual Self, il existe quatre précurseurs clés du Nouvel Age, qui ont ouvert la voie à nombre de ses préceptes largement répandus 2 : Emanuel Swedenborg, Franz Mesmer (1734 – 1815), Helena P. Blavatsky (1831 – 1891) – un des fondateurs de la Theosophical Society, qui elle-même combinait un certain nombre d’éléments des religions orientales comme l’hindouisme et le bouddhisme avec des éléments occidentaux – et George I. Gurdjieff (c. 1866 – 1949).

Le Réveil Occulte a été fondé sur un bourgeonnement d’intérêt pour la communication avec le monde des « esprits ». Le fondement des pratiques spiritualistes du Réveil Occulte a été établi par Swedenborg et sa communication avec les « anges » et les « esprits ». Une autre influence clé fut celle de Franz Anton Mesmer (1734 – 1815), un franc-maçon et médecin allemand, qui devint très populaire pour avoir induit artificiellement des états de transe, où les sujets avaient tendance à rapporter des voyages dans le temps et des contacts spirituels. S’intéressant à l’astronomie, Mesmer a théorisé qu’il y avait un transfert énergétique naturel qui se produisait entre toutes choses, qu’il a appelé « magnétisme animal », un fluide magnétique dans le corps qui était censé relier l’humanité, la terre et les étoiles. Le nom de Mesmer est la racine du verbe anglais « mesmerize ».

Le Réveil Occulte représentait une réaction aux tendances sécularisantes qui l’avaient précédé, et était une tentative pour réaffirmer les aspects « spirituels » de l’univers. Cependant, les intérêts du Réveil Occulte confondaient le spiritisme avec le spiritualisme. En effet, le Réveil Occulte a introduit l’idée fausse moderne d’une distinction entre l’esprit et la matière. Puisque Dieu est une entité non physique consciente, les entités désincarnées étaient donc également considérées comme étant de « l’esprit ». Et, puisque l’attribut définissant de Dieu est une capacité à faire des miracles, tous les phénomènes qui ne sont pas explicables par les lois connues de la physique sont alors également interprétés à tort comme étant « surnaturels ». Ainsi, les habitants du Réveil Occulte ont pu se présenter comme une réponse éclairée à la stricte laïcité du monde universitaire, et comme sondant courageusement les limites de la réalité connue. Le moyen commun de communication avec les Esprits est ce qu’on appelle le channeling. Il est courant d’atteindre un état de transe, durant lequel les entités « possèdent » le mystique, et communiquent à travers lui, soit par la parole, soit par l’écriture automatique 3. Les séances sont alors devenues la mode en Europe où les médiums sont sollicités pour divertir les invités avec des phénomènes physiques et mentaux lors de fêtes privées.

David LIVINGSTONE

1 – G. van Rijnberk. Épisodes de la vie ésotérique, 1780-1824 : Extraits de la correspondance inédite de J. B. Willermoz, du prince Charles de Hesse-Cassel et de quelques-uns de leurs contemporains Broché – 1948 (Lyon: Derain, 1948); Novak. Jacob Frank, p. 61.

2 – Nevill Drury. The New Age: Searching for the Spiritual Self (London: Thames and Hudson, 2004), p. 8.

3 – Hanegraaf. New Age Religion and Western Thought, p. 23.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s