II.14.vi Haskalah – Réforme du Judaïsme

Devenez complotiste avec le Volume IIChapitre 14 – Partie vi de l’incroyable Ordo ab Chao de l’auteur canadien David Livingstone, qui depuis 30 ans dévoile les coulisses de l’Histoire et vient de nous donner les droits de son intégrale traduction.

En effet, les Sabbatéens ont inventé le terme de « judaïsme orthodoxe », pour suggérer que leurs interprétations hérétiques n’étaient qu’une évolution de la vraie foi, tout en rejetant les traditions sur lesquelles elle était fondée, à savoir la Torah et le Talmud, au profit de l’antinomianisme de la Kabbale. Comme le commentait le rabbin Samson Raphael Hirsch en 1854 :

Ce ne sont pas les Juifs « orthodoxes » qui ont introduit le mot « orthodoxie » dans la discussion juive. Ce sont les juifs modernes « progressistes » qui ont été les premiers à appliquer ce nom aux juifs « anciens » et « arriérés » comme terme péjoratif. Ce nom a d’abord été mal perçu par les « vieux » juifs. Et à juste titre. Le judaïsme « orthodoxe » ne connaît aucune variété de judaïsme. Il conçoit le judaïsme comme un et indivisible. Il ne connaît pas de judaïsme mosaïque, prophétique et rabbinique, ni de judaïsme orthodoxe et libéral. Elle ne connaît que le judaïsme et le non-judaïsme. Il ne connaît pas les juifs orthodoxes et libéraux. Il connaît en effet des juifs consciencieux et indifférents, de bons juifs, de mauvais juifs ou des juifs baptisés ; tous, néanmoins, des juifs avec une mission dont ils ne peuvent se défaire. Ils ne sont distingués en conséquence que lorsqu’ils remplissent ou rejettent leur mission 1.

Une conséquence intermédiaire de l’appel de Haskalah à moderniser la religion juive a été l’émergence du judaïsme réformé en Allemagne au début du XIXe siècle. Selon Gershom Scholem, qui explique Elisheva Carlebach, « le sabbatanisme est la matrice de tous les mouvements importants qui ont émergé aux XVIIIe et XIXe siècles, du hassidisme au judaïsme réformé, en passant par les premiers cercles maçonniques et l’idéalisme révolutionnaire » 2, Scholem a écrit que « les « croyants » sabbatiques se sentaient les champions d’un nouveau monde qui devait être établi en renversant les valeurs de toutes les religions positives » 3.

C’est le rabbin Antelman, dans To Eliminate the Opiate, qui a souligné que les Frankistes ont introduit le sabbatéisme à grande échelle dans le judaïsme, principalement par le biais des mouvements réformateurs et conservateurs, ainsi que par des organisations de tendance sioniste comme le Congrès juif américain, le Congrès juif mondial et le B’nai B’rith, qui signifie « Fils de l’Alliance » en hébreu. Le B’nai B’rith, la plus ancienne organisation de service juive au monde, a été créé en 1843 par plusieurs Juifs allemands vivant à New York et membres des Francs-Maçons ou des Odd Follows, ainsi que par plusieurs sociétés fraternelles secrètes. 4

Le judaïsme réformé est aujourd’hui la plus grande dénomination des Juifs américains. Les recherches du rabbin Antelman ont démontré que selon le judaïsme réformé – qui reflète le rejet franc de la Torah – presque tout ce qui est lié à la loi rituelle et aux coutumes juives traditionnelles est du passé et ne convient donc plus aux Juifs de l’ère moderne. Comme le remarque le rabbin Antelman, « la malédiction du gnosticisme insipide imprègne donc la maison sainte d’Israël et existe en son sein comme une cinquième colonne de destruction » 5.

Un franquiste du nom de rabbin Zecharias Frankel (1801-1875) s’est séparé du mouvement réformateur, qu’il considérait comme trop radical, pour attaquer le judaïsme d’un autre front en appelant soi-disant à un retour à la loi juive 6. Cependant, selon Frankel, la loi juive n’était pas statique, mais s’était toujours développée en réponse à des conditions changeantes. Il a qualifié son approche du judaïsme de « positive-historique », ce qui signifie que l’on doit accepter la loi et la tradition juives comme normatives, mais que l’on doit être ouvert au changement et au développement de la loi de la même manière que le judaïsme s’est toujours développé historiquement.

Frankel a également été le mentor d’un autre Frankiste, un rabbin roumain et anglais d’origine moldave, Solomon Schechter (1847 – 1915), le fondateur du Mouvement juif conservateur américain. Bien que Schechter ait souligné la centralité de la loi juive en disant : « En un mot, le judaïsme est absolument incompatible avec l’abandon de la Torah », il croyait néanmoins en ce qu’il appelait l’Israël catholique 7. L’idée de base était que la loi juive se forme et évolue en fonction du comportement du peuple, et il est allégué que Schechter a ouvertement violé les interdictions associées à l’observance traditionnelle du sabbat 8.

moses-hess
Moses Hess (1812 – 1875)

Moïse Hess (1812 – 1875) a été l’un des premiers dirigeants importants de la cause sioniste, étant considéré comme le fondateur du sionisme ouvrier, prônant à l’origine l’intégration des Juifs dans le mouvement socialiste. Hess était le petit-fils du rabbin David T. Hess qui a succédé au rabbinat de Manheim, après que celui-ci ait été saisi par les disciples sabbatiques du rabbin Eybeshütz 9. Hess, l’un des premiers dirigeants importants de la cause sioniste, est considéré comme le fondateur du sionisme travailliste, prônant à l’origine l’intégration des Juifs dans le mouvement socialiste.

Hess était un grand admirateur des rabbins hassidiques de Chabad-Lubavitch qui, selon lui, vivaient « de manière socialiste » et dont l’aspect philosophique, du point de vue de la Kabbale théorique, expliquait-il, est développé dans la Tanya. Hess a observé :

Le grand bien qui résultera de la combinaison du hassidisme avec le mouvement national (sionistes laïques) est presque incalculable… Même les rabbins, qui jusqu’à présent ont déclaré que le hassidisme était une hérésie, commencent à comprendre qu’il n’y a que deux alternatives pour les grandes masses juives d’Europe de l’Est : soit être absorbées avec les réformateurs, par la culture extérieure qui pénètre progressivement, soit éviter cette catastrophe par une régénération intérieure dont le hassidisme est certainement un précurseur 10.

En 1862, Hess publie Rome and Jerusalem: A Study in Jewish Nationalism, qui appelle à l’établissement d’un commonwealth socialiste juif en Palestine. Selon Hess, il y a deux époques qui marquent le développement de la loi juive : la première a suivi l’exode d’Egypte, et la seconde le retour de Babylone. Cependant, selon Hess, dans les siècles suivants, les réformateurs juifs ont été motivés par d’autres motifs que patriotiques. Avec la troisième époque encore à venir, qui sera la rédemption du troisième exil, les réformateurs juifs redécouvriront le « génie juif » et restaureront la restauration de l’État juif.

Le « génie juif » représente la capacité des Juifs à intellectualiser leur religion, sans être limités par la tradition. À Rome et à Jérusalem, Hess explique ce processus, justifiant l’usurpation du judaïsme orthodoxe par les réformateurs :

Le judaïsme n’est pas menacé, comme le christianisme, par les aspirations nationalistes et humanistes de notre temps, car en réalité, ces sentiments appartiennent à l’essence même du judaïsme. C’est une erreur très répandue, très probablement empruntée au christianisme, que de comprimer toute une vision de la vie en un seul dogme. Je ne suis pas d’accord avec Mendelssohn pour dire que le judaïsme n’a pas de dogmes. Je prétends que l’enseignement divin du judaïsme n’a jamais, à aucun moment, été achevé et terminé. Il a toujours continué à se développer, son développement étant basé sur l’harmonisation du génie juif avec celui de la vie et de l’humanité. Le développement de la connaissance de Dieu, par l’étude et l’investigation consciencieuse, n’est non seulement pas interdit dans le judaïsme, mais est même considéré comme un devoir religieux. C’est la raison pour laquelle le judaïsme n’a jamais exclu la pensée philosophique, ni même condamné celle-ci, et aussi pourquoi il n’est jamais venu à l’idée d’un bon juif de « réformer » le judaïsme selon ses conceptions philosophiques. C’est pourquoi il n’y a pas eu de véritables sectes dans le judaïsme. Même récemment, alors que les dogmatiques orthodoxes et hétérodoxes ne manquaient pas dans le judaïsme, il n’y a pas eu de sectes ; car la base dogmatique du judaïsme est si large qu’elle permet le libre jeu de toute spéculation mentale et de toute création. Des divergences d’opinion concernant les conceptions métaphysiques ont toujours existé chez les Juifs, mais le judaïsme n’a jamais exclu personne. Les apostats se sont détachés du lien du judaïsme. « Et même eux n’ont pas abandonné le judaïsme », a ajouté un rabbin savant, en présence duquel j’ai exprimé l’opinion citée ci-dessus 11.

Selon Hess, Saadia Gaon, Maïmonide, Spinoza et Mendelssohn ne sont donc pas devenus apostats, malgré les nombreuses protestations contre leurs interprétations « progressistes », et bien que les « rationalistes modernes », se référant aux Juifs orthodoxes, excommunieraient les Spinozistes s’ils le pouvaient. Selon Hess, Spinoza était « la dernière expression du génie juif » et le véritable prophète du mouvement messianique de Sabbataï Tsevi 12. En se basant sur la pensée de Spinoza, Hegel et Schopenhauer, Hess a construit une idée matérialiste du progrès humain. C’est Spinoza, explique Hess, qui a conçu le judaïsme comme étant fondé sur le nationalisme. Dans la lignée des mouvements nationaux émergeant à travers l’Europe, Hess croyait que les Juifs aussi se rebelleraient contre l’ordre existant, fortifiés par leur « instinct racial » et par leur « mission culturelle et historique d’unir toute l’humanité au nom du Créateur éternel » 13.

Hess dénonce l’opinion orthodoxe qui insiste sur la vision du judaïsme en tant que religion. Selon Hess, le judaïsme est une nationalité, « qui est inséparablement liée à l’héritage ancestral et aux souvenirs de la Terre Sainte, la Ville éternelle, lieu de naissance de la croyance en l’unité divine de la vie, ainsi qu’à l’espoir en la future fraternité des hommes. » 14 Hess affirme que tout Juif a en lui la potentialité d’un Messie, tandis que toute Juive celle d’une  » Mater dolorosa « , l’un des noms de la Vierge Marie, évoqué en relation avec les Sept Douleurs de Marie, populaires parmi les catholiques romains, et un sujet clé pour l’art marial dans l’Église catholique.

David LIVINGSTONE

1 – Samson Raphael Hirsch, Religion Allied to Progress, in JMW. p. 198; Cohn-Sherbok, Dan. Judaism: History, Belief, and Practice (Routledge, 2004). p. 264.

2 – Elisheva Carlebach. The Pursuit of Heresy: Rabbi Moses Hagiz and the Sabbatian Controversies (Columbia University Press, 1990), p. 15.

3 – Gershom Scholem. The Messianic Idea in Judaism: And Other Essays on Jewish Spirituality (Knopf Doubleday Publishing Group, 2011), p. 77.

4 – Edward E. Grusd. B’nai B’rith; the story of a covenant (New York: Appleton-Century, 1966), pp. 12-13.

5 – Rabbi Antelman. To Eliminate the Opiate. Volume 2 (Jerusalem: Zionist Book Club, 2002), p. 102.

6 – Ibid., p. 135.

7 – Inaugural address as President of the JTSA in 1902.

8American Hebrew 57:18 (6 September 1895), p. 60.

9 – Rabbi Antelman, To Eliminate the Opiate, Volume 2., p. 20.

10 – Moses Hess. The Revival of Israel: Rome and Jerusalem (Lincoln: University of Nebraska Press, p. 248.

11 – Moses Hess. Rome and Jerusalem: A Study in Jewish Nationalism (New York: Bloch Publishing Company, 1918), pp. 96-97.

12 – Ibid., p. 83.

13 – Moses Hess. Rome and Jerusalem: A Study in Jewish Nationalism (New York: Bloch Publishing Company, 1918), p. 36.

14 – Moses Hess. The Revival of Israel: Rome and Jerusalem, p. 45.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s