III.9.v Avant-Garde – Dada

Devenez complotiste avec le Volume IIIChapitre 9 – Partie v de l’incroyable Ordo ab Chao de l’auteur canadien David Livingstone, qui depuis 30 ans dévoile les coulisses de l’Histoire et vient de nous donner les droits de son intégrale traduction.

cabaret-voltaire
Le cabaret Voltaire sur Spiegelgasse 1 in Zurich (vers 1930)
marcel_duchamp252c_1917252c_fountain252c_photograph_by_alfred_stieglitz
La Fontaine de Marcel Duchamp (1917)

Paradoxalement, l’art moderne trouve ses origines dans le mouvement anti-art de l’avant-garde européenne connue sous le nom de Dada, qui a influencé des styles et des groupes ultérieurs, notamment le surréalisme, le situationnisme, le pop art et Fluxus. Dada a rejeté la raison et la logique, célébrant le non-sens, l’irrationalité et l’intuition. Dada, qui était lui-même influencé par le futurisme, et qui avait également des affinités politiques avec la gauche radicale, était une protestation contre les intérêts nationalistes et colonialistes bourgeois, et contre la conformité culturelle et intellectuelle dans l’art comme dans la société, que les dadaïstes croyaient être la cause première de la guerre. Dada a donc concentré sa politique anti-guerre en rejetant les normes en vigueur dans l’art par le biais d’œuvres culturelles anti-art.

41ya56dhkol._sl250_L’œuvre la plus célèbre de cette période est probablement La Fontaine de Marcel Duchamp, un urinoir en porcelaine signé « R.Mutt », qui a fait scandale lorsqu’il a été présenté à l’exposition de la Society of Independent Artists à New York en 1917, mais qui a été rejeté par le comité, après de nombreuses discussions sur le fait que l’œuvre était ou non de l’art. La Fontaine de Duchamp est aujourd’hui considérée par certains historiens de l’art et théoriciens de l’avant-garde comme un jalon important de l’art du XXe siècle. Duchamp s’est donc plaint par la suite : « Le fait qu’ils soient considérés avec le même respect que les objets d’art signifie probablement que je n’ai pas réussi à résoudre le problème de la suppression totale de l’art » 1.
hugo_ball_cabaret_voltaire
Hugo Ball se produisant au Cabaret Voltaire (1916)

Dada a été créé par un groupe d’artistes et de poètes associés au Cabaret Voltaire à Zurich. En face du Cabaret Voltaire vivaient Lénine, Karl Radek et Gregory Zinoviev, qui étaient occupés à planifier la révolution bolchevique 2. Bien que le cabaret soit le lieu de naissance du mouvement Dada, il accueille des artistes de tous les secteurs de l’avant-garde, dont les Marinetti du Futurisme, et des artistes radicalement expérimentaux, dont beaucoup vont exercer une profonde influence, notamment Kandinsky, Paul Klee, Giorgio de Chirico, Sophie Taeuber-Arp et Max Ernst. Le 28 juillet 1916, Hugo Ball donne lecture du Manifeste Dada et publie également un journal du même nom, qui présente des œuvres de Guillaume Apollinaire et dont la couverture est conçue par Taeuber-Arp.

Tristan Tzara (né Samuel ou Samy Rosenstock) était surtout connu pour être l’un des fondateurs et l’une des figures centrales du mouvement. Dada est né d’une tradition artistique déjà bien vivante en Europe de l’Est, en particulier en Roumanie, qui a été transportée en Suisse lorsqu’un groupe d’artistes juifs modernistes – Tristan Tzara, Marcel et Iuliu Janco, Arthur Segal et d’autres – s’est installé à Zurich. Selon Menachem Wecker, les œuvres des dadaïstes juifs représentaient « non seulement les réponses esthétiques d’individus opposés à l’absurdité de la guerre et du fascisme » mais, invoquant la lumière usée sur le thème des nations, il insiste sur le fait qu’ils ont apporté « une perspective particulièrement juive à l’insistance sur la justice et à ce qu’on appelle aujourd’hui le tikkun olam » 3.
41umim4zkfl._sl250_Ces dernières années, des chercheurs tels que Tom Sandqvist, Milly Heyd, Haim Finkelstein et Marius Hentea ont mis l’accent sur la judaïcité des collaborateurs roumains de Dada 4, dans son livre Dada East: The Romanians of Cabaret Voltaire, Tom Sandqvist souligne que les influences hassidiques et kabbalistiques de sa jeunesse étaient évidentes dans son art 5. La ville natale de Tzara, Moinesti, est, selon Andrei Codrescu, « le centre du monde moderne, non seulement à cause de l’invention du Dada par Tristan Tzara, mais parce que ses Juifs ont été parmi les premiers sionistes, et Moinesti elle-même a été le point de départ d’un célèbre exode de son peuple à pied d’ici vers le pays des rêves, E’retz-Israel » 6.
800px-dada_artists252c_group_photograph252c_1920252c_paris
Artistes Dada, Paris (1920). De gauche à droite, au dernier rang : Louis Aragon, Theodore Fraenkel, Paul Eluard, Clément Pansaers, Emmanuel Fay (coupé). Deuxième rangée : Paul Dermée, Philippe Soupault, Georges Ribemont-Dessaignes. Au premier rang : Tristan Tzara (avec le monocle), Céline Arnauld, Francis Picabia, André Breton.

Norman Finkelstein lie le Dada de Tzara à l’influence de la notion de « rédemption par le péché » des Sabbatéens et des Frankistes 7. Selon le poète juif américain Jerome Rothenberg, il existe « des liens historiques évidents entre les transgressions du messianisme et les transgressions de l’avant-garde. » 8. Rothenberg qualifie ces hérésies de « mouvements libertaires » et les relie à la réceptivité juive aux forces de la sécularisation et de la modernité, ce qui conduit à son tour au « rôle critique des juifs et des ex-juifs dans la politique révolutionnaire (Marx, Trotsky etc. ) et dans la poétique d’avant-garde (Tzara, Kafka, Stein, etc.) » 9. Milly Heyd soutient la thèse de Rothenberg, en faisant remarquer que « Tzara utilise une terminologie qui fait partie intégrante de la pensée juive et soumet pourtant ces mêmes concepts à son attaque nihiliste » 10. Tzara déclare que « Dada utilise toutes ses forces pour établir l’idiot partout. Il le fait délibérément. Et tend constamment vers l’idiotie elle-même… Le nouvel artiste proteste ; il ne peint plus (ce n’est qu’une reproduction symbolique et illusoire) » 11.

David LIVINGSTONE

1 – Marcel Duchamp, “I Propose to Strain the Laws of Physics.” ARTnews 34 (December, 1968), p. 62.2 – Menachem Wecker. “Eight Jewish Dada Artists.” The Jewish Press (August 30, 2006).

3 – Ibid.

4 – Alfred Brodenheimer. “Dada Judaism: The Avant-Garde in First World War Zurich.” Jewish Aspects in Avant-Garde: Between Rebellion and Revelation, edited by Mark H. Gelber, Sami Sjöberg (Berlin: Walter de Gruyter, 2017), p. 26.

5 – Ibid.

6 – Andrei Codrescu. The Posthuman Dada Guide: Tzara and Lenin Play Chess (Princeton University Press, 2009).

7 – Norman Finkelstein. Not One of Them in Place and Jewish American Identity (SUNY Series in Modern Jewish Literature and Culture, State University of New York Press, New York, 2001), p. 100.

8 – Ibid.

9 – Ibid.

10 – Milly Heyd. “Tristan Tzara/Shmuel Rosenstock: The Hidden/Overt Jewish Agenda,” in Washton-Long, Baigel & Heyd (Eds.) Jewish Dimensions in Modern Visual Culture: Anti-Semitism, Assimilation, Affirmation (Brandeis University Press, 2010). p. 213.

11 – Ibid.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s