V.6.i Projet Monarch – Greenbaum Speech

Devenez complotiste avec le Volume VChapitre 6 – Partie i de l’incroyable Ordo ab Chao de l’auteur canadien David Livingstone, qui depuis 30 ans dévoile les coulisses de l’Histoire et vient de nous donner les droits de son intégrale traduction.

eyes-wide-shut-1
Orgie satanique dans Eyes Wide Shut (1999) de Stanley Kubrick

Il y aurait eu un sous-projet de MK-Ultra connu sous le nom de « Project Monarch », géré par des réseaux internationaux de pédophiles, des barons de la drogue et des satanistes, qui auraient utilisé une forme de « programmation de contrôle mental basée sur le traumatisme » pour créer des esclaves sexuels contrôlés par l’esprit 1. Bien qu’il n’y ait aucune mention d’un « Project Monarch » dans la littérature disponible, un certain nombre de victimes se sont manifestées pour décrire des expériences similaires. On en trouve la preuve dans le Subproject 136 de la CIA MK-Ultra, entrepris en 1961, qui était consacré à l’étude de l’ESP chez les enfants, les médiums et les schizophrènes. Le but n’était pas de déterminer si la perception extrasensorielle existe, mais plutôt de déterminer les facteurs de personnalité qui contribuent aux compétences de la perception extrasensorielle, et tout autre facteur à prendre en compte dans l’utilisation de la perception extrasensorielle comme méthode de communication. Comme l’étude l’a noté, « tout résultat positif dans ce sens aurait une utilité évidente pour l’Agence » 2 Le document de la CIA décrit ensuite ce qui deviendrait bientôt la marque de cette trajectoire particulière de MK-Ultra, l’induction Multiple Personality Disorder (MPD), rebaptisé plus tard Dissasociative Identity Disorder (DID) [Trouble Disssociatif de l’Identité (TDI)] Selon le document : « en travaillant avec des sujets individuels, une attention particulière sera accordée aux états dissociatifs, qui tendent à accompagner les expériences spontanées de ESP. De tels états peuvent être induits et contrôlés dans une certaine mesure par l’hypnose et les médicaments » 3 :

Des études d’apprentissage seront instituées dans lesquelles le sujet sera récompensé ou puni pour ses performances globales et renforcé de diverses manières – par des chocs électriques, etc… Dans d’autres cas, des drogues et des astuces psychologiques seront utilisées pour modifier ses attitudes. Les expérimentateurs s’intéresseront particulièrement aux états dissociatifs… à la personnalité multiple dans ce que l’on appelle les médiums, et l’on tentera d’induire un certain nombre d’états de ce type, en utilisant l’hypnose 4.

Plus précisément, MK-Ultra avait pour but de rechercher la possibilité de reproduire une telle communication en « conjurant » efficacement des entités spirituelles en victimes désignées, par l’utilisation de drogues, et/ou la torture – plus connue sous le nom de Satanic Ritual Abuse (SRA). Depuis la profusion de rapports sur les SRA apparus dans les années 1980 et 1990, à la suite de la publication de Michelle Remembers, ces rapports ont été rejetés comme une « panique morale » et le résultat d’un « syndrome de la fausse mémoire ». Par exemple, l’anthropologue Jean LaFontaine, dans son livre de 1998 intitulé Speak of the Devil, ne nie pas que des rituels aient lieu, mais suggère étrangement qu’ils ont été inventés par des abuseurs d’enfants pour effrayer leurs victimes ou justifier l’abus dont le but premier était la gratification sexuelle, plutôt que rituel ou religieux. Cependant, en 2001 et 2002, la psychanalyste et psychothérapeute britannique Valerie Sinason et son collègue Robert Hale, dans une étude pilote financée par le ministère de la santé et publiée par la loi sur la liberté d’information, ont conclu qu’ils avaient trouvé des preuves cliniques de la pratique répandue des abus rituels sataniques au Royaume-Uni.

D. Corydon Hammond, un médecin et professeur respecté, spécialisé dans le traitement des patients ayant des alter-personnalités, a prononcé un discours, largement connu sous le nom de « Greenbaum Speech », dans lequel il a affirmé avoir appris de ses patients que MK-Ultra était lié à un réseau international de satanistes venus aux États-Unis avec les nazis. Le discours était intitulé « Hypnose in MDP: Ritual Abuse » , prononcé lors de la Fourth Annual Eastern Regional Conference on Abuse and Multiple Personality,, le 25 juin 1992, à l’hôtel Radisson Plaza, Mark Center, Alexandria, Virginie. Hammond a affirmé que ses patients avaient révélé que pendant la Seconde Guerre mondiale, Allen Dulles et d’autres agents de renseignement étaient en Suisse pour chercher des moyens de faire venir d’anciens scientifiques nazis aux États-Unis. Parmi eux se trouvait un adolescent, qui avait été élevé dans une tradition juive hassidique et un fond de mysticisme kabbalistique. Le garçon a changé son nom en Dr. Green, a obtenu un diplôme de médecine et a poursuivi son travail qui est devenu le centre de programmation des cultes.

Quant à leur objectif, Hammond a ajouté : « Je pense que le but est qu’ils veulent une armée de candidats mandchous, des dizaines de milliers de robots mentaux qui se livreront à la prostitution, à la pornographie infantile, à la contrebande de drogues, à la contrebande internationale d’armes, à la réalisation de snuff movies, à toutes sortes de choses très lucratives et qui feront leurs enchères et, finalement, les mégalomanes au sommet croient qu’ils créeront un ordre satanique qui régnera sur le monde ». Cette programmation, a-t-il affirmé, se fait souvent sur des bases militaires. La secte serait composée de membres respectables et puissants de la société qui utilisent les fonds générés pour faire avancer leur programme. Ses patients nommés les appelaient les Illuminati, qui semblent entretenir des conseils dans plusieurs parties du monde et une au niveau international. Quant à savoir si tout cela est vrai ou non, Hammond a répondu :

Je ne peux pas vous dire avec certitude si c’est vrai. Ce que je peux dire, c’est que je crois maintenant que la programmation des abus rituels est très répandue, qu’elle est systématique, qu’elle est très organisée à partir d’informations hautement ésotériques qui ne sont publiées nulle part, qui n’ont été diffusées dans aucun livre ou talk-show, que nous avons trouvées partout dans ce pays et dans au moins un pays étranger 5.

James Randall Noblitt, anciennement psychologue clinique de l’armée de l’air, est professeur de psychologie clinique à l’université internationale Alliant de Los Angeles, et Pamela Sue Perskin sont les auteurs de Cult and Ritual Abuse: Its History, Anthropology, and Recent Discovery in Contemporary America, qui soutient que certaines allégations d’abus intergénérationnels et ritualisés dans les cultes sont étayées par des preuves. La conclusion de Noblitt et Perkins est que le TDI, qui est une version occidentale de ce qui a été connu historiquement et anthropologiquement comme la possession, est un état produit par un traumatisme rituel. Noblitt et Perkins notent que les hypnotiseurs croient généralement qu’on ne peut pas hypnotiser un autre individu pour qu’il fasse quelque chose contre sa volonté ou quelque chose qui viole sa conscience. Les auteurs observent cependant que dans les programmes culturaux, le traumatisme causé par l’horreur des abus et de la violence rituels crée des états de dissociation, ou TDI, où les survivants signalent la perte de leur sens normal du contrôle exécutif. Noblitt définit donc la programmation comme « la manipulation ou le traumatisme de personnalités altérées, de fragments ou d’autres états ou entités mentaux dissociés dans le but de contrôler l’esprit » 6.

Les auteurs citent le livre d’Henri Ellenberger The Discovery of the Unconscious (1970), qui fournit des contributions de Pierre Janet, Sigmund Freud, Alfred Adler et Carl Jung, et qui a retracé l’ascendance de la psychiatrie dynamique en commençant par la magie des chamans et des sorciers à travers les récits historiques européens de possession démoniaque. Ellenberger conclut : « La possession a fini par disparaître, mais elle a été remplacée par la personnalité multiple » 7, écrivent Josef Breuer et Freud :

Plus nous nous occupions de ces phénomènes, plus nous étions convaincus que la dissociation de la conscience, si frappante dans les cas classiques familiers de double conscience, existe de façon rudimentaire dans toute hystérie, et que la tendance à cette dissociation, et avec elle la tendance à l’apparition d’états anormaux de conscience que nous comprenons comme des « états hypnoïdes », est le phénomène principal de cette névrose. Dans cette optique, nous sommes d’accord avec Binet et avec les deux Janet 8.

Noblitt et Perkins citent de nombreux livres de psychiatres et de thérapeutes professionnels qui ont trouvé des preuves empiriques pour soutenir les revendications de SRA. L’une des premières analyses de la littérature a été publiée dans l’ouvrage de Valerie Sinason intitulé Treating Survivors of Satanist Abuse (1994). La même année, l’article de Kathleen Faller intitulé « Ritual Abuse : A Review of the Research » (1994) de Kathleen Faller présentait une analyse critique détaillée des études empiriques, notant qu’il existe des preuves corroborantes pour certaines allégations de RA. Une section sur les abus rituels dans Memory, Trauma, Treatment and the Law par Daniel Brown, Alan Scheflin et Cory Hammond (1998) a examiné des études sélectives mais représentatives et a également conclu que certaines des preuves soutiennent les allégations de l’ARS. Des études sur l’abus organisé qui incluent le sujet de l’abus rituel ont été publiées par Gough, Kelly et Scott (1993) et plus récemment dans l’article scientifique de Michael Salter, « Organised Abuse » : A Neglected Category of Sexual Abuse with Significant Lifetime Mental Healthcare Sequelae » de Michael Salter.

Noblitt et Perkins citent également des exemples d’auteurs qui étaient des professionnels qualifiés ainsi que des survivants d’abus rituels. Par exemple, une survivante utilisant le pseudonyme de Margaret Smith a écrit le livre Ritual Abuse: What It Is, Why It Happens, How to Help (1993) ; Barbara Jackson, une survivante d’abus rituels et biochimiste formée à Harvard, qui a parlé de son expérience d’abus rituels lors de la Conférence nationale sur les crimes contre les enfants en septembre 1993 à Washington, D.C. ; le Dr. Cathy Kezelman, un médecin en Australie, a décrit sa propre expérience d’abus rituels et son rétablissement dans son livre Innocence Revisited: A Tale in Parts (2010). L’auteur de Breaking the Circle of Satanic Ritual Abuse (1992) et de Cover-Up of the Century (1994), de Daniel Ryder, aurait été à la fois survivant et thérapeute. Dans l’autobiographie des survivants d’abus rituels, Silent No More: The Lamb Speaks, l’auteur, le Dr Margaret Lamb Johnson Hayes, a écrit : « Si moi, en tant que psychiatre certifié par le conseil d’administration et ancien officier de l’U.S. Air Force et du Foreign Service, je ne suis pas crédible, qui l’est ? » 9

Les expériences rapportées ont tendance à être cohérentes. Par exemple, Pamela Hudson (1991), qui a évalué 24 enfants dans un cas d’abus rituel présumé dans un centre de jour de Fort Bragg en Californie, a identifié 16 formes d’abus : (1) être enfermés dans une cage ou une « prison » ; (2) se faire dire que leurs parents, leurs animaux domestiques ou leurs jeunes frères et sœurs seraient tués s’ils parlaient de ces abus ; (3) être enterrés dans le sol dans des cercueils qu’ils appelaient « boîtes » ; (4) être détenus sous l’eau ; (5) être menacés avec des fusils et des couteaux ; (6) recevoir des injections d’aiguilles, saigner, se droguer ; (7) être photographiés pendant l’abus ; (8) être attachés la tête en bas sur une « étoile », suspendus à un poteau ou un crochet, brûlés avec des bougies ; (9) les auteurs portent des robes et des masques noirs ; (10) ils ont participé à un mariage simulé ; (11) ils ont déféqué et uriné ; (12) ils ont vu des animaux tués ; (13) ils ont vu des enfants torturés ou agressés ; (14) ils ont vu des enfants et des bébés tués ; (15) ils ont vu du sang couler sur leur tête ; et (16) ils ont été emmenés dans des églises, d’autres crèches, des maisons et des cimetières pour les abus rituels. Sur ce nombre, 13 enfants ont reconnu avoir subi au moins un des abus énumérés, sans compter le 14e. Quatre enfants ont déclaré le numéro 14, avoir vu des enfants et des bébés se faire tuer 10.

David LIVINGSTONE

1 – Michael Barkun. A culture of conspiracy: apocalyptic visions in contemporary America (Berkeley: University of California Press, 2003). p. 76.
2 – CIA MORI ID 17395, p. 18. ESP Research, 1961 and 1962.

3 – Ibid., p. 3.

4 – Ibid., p. 6.

5 – Hypnosis in MPD: Ritual Abuse—The Greenbaum Speech. Retrieved from http://www.cassiopaea.org/cass/greenbaum.htm

6 – Noblitt & Perskin “Cult and Ritual Abuse” (Santa Barbara: ABC-CLIO, 2014).

7 – Ellenberger, 1970, p. 111; cited in Noblitt & Perskin “Cult and Ritual Abuse” (Santa Barbara: ABC-CLIO, 2014).

8 – Cited in Noblitt & Perskin “Cult and Ritual Abuse” (Santa Barbara: ABC-CLIO, 2014).

9 – Cited in Noblitt & Perskin “Cult and Ritual Abuse” (Santa Barbara: ABC-CLIO, 2014).

10 – Cited in Noblitt & Perskin “Cult and Ritual Abuse” (Santa Barbara: ABC-CLIO, 2014).

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s