II.14.iii Haskalah – Gold- und Rosenkreuz

Devenez complotiste avec le Volume IIChapitre 14 – Partie iii de l’incroyable Ordo ab Chao de l’auteur canadien David Livingstone, qui depuis 30 ans dévoile les coulisses de l’Histoire et vient de nous donner les droits de son intégrale traduction.

sophiamystical-1
Sophia, Figures secrètes des Rose-Croix des XVIe et XVIIe siècles, 1775.

Ephraim Joseph Hirschfeld (1755 – 1820), un franc et militant dans le cercle de Mendelssohn, était un membre actif des Frères Asiatiques. Au cours de sa dernière année, Jacob Falk a contribué à la création d’un rite judéo-chrétien fondé par Moïse Dobrushka (1753 – 1794), cousin de Jacob Frank et petit-fils de Jonathan Eybeschütz, appelé les Frères Asiatiques, qui était consacré à une forme transcendante de Kabbale et qui ne nécessitait pas de conversion d’aucune des deux religions. Comme Franz Thomas von Schoenfeld, Dobruschka entre dans la franc-maçonnerie autrichienne et s’engage avec Hans Heinrich von Ecker und Eckhoffen (1750 – 1790). Eckhoffen avait été l’un des dirigeants de la Gold- und Rosenkreuz (Rose-Croix d’Or), fondée en 1747 ou 1757 à Berlin, comme une renaissance des Rose-Croix du XVIIe siècle organisée en 1710 par le Sincerus Renatus, et qui maintenait des liens avec la Stricte Observance du baron Hund.

C’est en partie en réaction contre l’orientation mystique et alchimique de la Gold- und Rosenkreuz que Weishaupt a eu l’idée de fonder les Illuminati. Sous la direction de son fondateur Hermann Fictuld (1700 – c. 1777), la Gold- und Rosenkreuz s’est réformée en profondeur en 1767 et de nouveau en 1777, sous la pression politique. Le thème rosicrucien ou alchimique se reflète dans l’insigne de l’ordre, qui représente des objets maçonniques encerclés par un ourobouros, l’ancien symbole gnostique du serpent se mordant la queue 1. Ses membres ont affirmé que les dirigeants de l’ordre rosicrucien avaient inventé la franc-maçonnerie et qu’eux seuls connaissaient la signification secrète des symboles maçonniques. L’Ordre Rose-Croix, affirmaient-ils également, avait été fondé par un Égyptien nommé « Ormusse » ou « Licht-Weise » qui avait émigré en Écosse, sous le nom de « Bâtisseurs de l’Est ». Puis l’Ordre original a disparu et était censé avoir été ressuscité par Oliver Cromwell sous le nom de « Franc-maçonnerie » 2.

johann_christoph_woellner
Johann Christoph von Wöllner

« Depuis 1779, à Aufklärung Berlin, la capitale de la Prusse », explique Terry Melanson, l’auteur de Perfectibilists: The 18th Century Bavarian Order of the Illuminati, « la Gold- und Rosenkreuz avait manœuvré dans l’ombre avec un grand succès » 3 Le prince héritier de Prusse qui devint en 1786 le roi, Frédéric Guillaume II de Prusse (1744 – 1797), le neveu de Frédéric II le Grand, appartenait également à la Gold- und Rosenkreuz et tomba sous l’influence de deux autres membres, Johann Christoph von Wöllner et Johann Rudolf von Bischoffwerder. Bien qu’il n’ait pas de nom, Wöllner, pasteur prussien enclin au mysticisme, devient effectivement premier ministre. Wöllner était le directeur suprême à la tête d’un vaste réseau d’initiés rosicruciens, qui comprenait 26 cercles et un total de 200 adeptes 4. En 1788, Wöllner fut nommé conseiller privé actif de l’État et de la justice et chef du département spirituel pour les affaires luthériennes et catholiques. À partir de cette position, il poursuit des réformes religieuses de longue durée dans l’État prussien.

La querelle entre les Rose-Croix et les Illuminati, explique Melanson, était légendaire 5. Les Rose-Croix mystiques étaient des adversaires enragés des Illuminati, et dès 1781, ils avaient diffusé des documents accablants les concernant. Ils ont mis en place un système d’espionnage et ont réussi à découvrir les détails concernant les Illuminati bien avant que les autorités ne deviennent suspectes. En novembre 1783, la Loge « Three Globes » de Berlin, qui était devenue entièrement contrôlée par la Gold- und Rosenkreuz, a déclaré la guerre aux Illuminati, décrivant ces derniers comme une « secte maçonnique qui mine la religion chrétienne et transforme la franc-maçonnerie en un système politique ». 6 Les Rose-Croix cherchaient encore à se venger de l’ordre en 1789, juste après le début de la Révolution française 7. Selon l’ancien membre des Illuminati, Leopold Alois Hoffmann, qui appartenait aux Frères Asiatiques :

Un groupe d’entre nous s’est engagé à travailler pour le renversement de l’Illuminisme, et j’ai été choisi comme porte-parole du groupe. Mes nouvelles connaissances m’ont remis des documents secrets dont le contenu a stimulé mon zèle et mon indignation 8.

Wöllner était un ami de l’ex-jésuite Ignaz Franck (1725 – 1795), qui fut le premier à condamner publiquement les Illuminati. Il accusa les « traîtres » maçonniques, les « frères de Judas », de préparer la voie à l’Antéchrist 9. Le 1er septembre 1786, peu après que le Franck eut envoyé un rapport officiel et une liste des Illuminati bavarois au Grand Prieur de la Gold- und Rosenkreuz de l’Allemagne du Sud, ce dernier répondit par la communication suivante :

Les derniers jours des Illuminati en Bavière approchent rapidement. Depuis la mort du prêtre Lang, frappé [par la foudre] à Ratisbonne aux côtés de Weishaupt alors qu’il se préparait à partir en mission à Berlin, j’ai travaillé de toutes mes forces à leur destruction, pour le maintien de la religion de Jésus et le salut de ma patrie, pour les jeunes et pour le bien de notre Ordre 10.

Bischoffwerder, Hans Rudolf von
Johann Rudolf von Bischoffwerder

Franck était le confesseur de l’électeur de Bavière, le duc Charles Théodore, et avait exercé une influence considérable sur le souverain depuis 1765, lorsque Franck fut nommé tuteur de la fille de Charles Théodore 11. Bien que les Illuminati aient infiltré la Loge Theodore of Good Counsel, qui porte son nom, le 22 juin 1784, Charles Théodore publia un édit contre les sociétés secrètes ou non autorisées par le souverain. Le 2 mars 1785, Charles Théodore publia le deuxième édit contre les sociétés secrètes, en nommant spécifiquement les Illuminati et la Franc-maçonnerie. Enfin, lorsqu’en juillet 1785, Lanze fut foudroyé et que les instructions de l’Ordre furent découvertes, Charles Théodore « fut furieux » et publia un troisième édit le 16 août 1787, exigeant que « tous les membres de l’Ordre se repentent et s’inscrivent auprès du gouvernement dans les huit jours, sous peine d’une sévère punition » 12.

Les interrogatoires des membres ont été menés par Franck et le censeur Johann Caspar von Lippert pour mener les purges contre les Illuminati présumés. Conformément à la tradition jésuite, Franck « fuyait les pièges du pouvoir afin d’agir d’autant plus efficacement en coulisses », explique Klaus Epstein dans The Genesis of German Conservatism 13, Charles Théodore nommait Franck à la tête de la très redoutée Commission spéciale de gelben Zimmer des Schlosses qui enquêtait sur les Illuminati, encourageait les informateurs et décidait de sanctions exemplaires 14.

Lors de l’impression et de la publication des documents originaux des Illuminati en 1787, le Charles Theodore s’est assuré que des copies soient envoyées aux différents gouvernements de la Grande Allemagne et au-delà. Cependant, le gouvernement bavarois n’avait tout simplement pas le pouvoir de faire respecter quoi que ce soit au-delà de ses frontières. Le 15 novembre 1790, le Charles Theodore publia sa dernière dénonciation publique des Illuminati, et un quatrième verdict :

L’électeur a appris, en partie grâce à la confession spontanée de certains membres, en partie grâce à une bonne intelligence, que malgré les édits de 1784 et 1785 (et au cours du même mois en 1787), les Illuminati tiennent toujours, bien qu’en nombre plus restreint, des réunions secrètes dans tout l’électorat, mais surtout à Munich et dans les environs ; ils continuent à attirer de jeunes hommes à la cause et ont maintenu une correspondance avec des sociétés [secrètes] et avec des membres d’autres pays. Ils continuent d’attaquer l’État et surtout la religion, soit verbalement, soit par des pamphlets 15.

David LIVINGSTONE

1 – Terry Melanson. Perfectibilists: The 18th Century Bavarian Order of the Illuminati (Kindle Locations 7873-7877). Trine Day. Kindle Edition.2 – Marsha Keith Schuchard. “Falk, Samuel Jacob.” Hanegraaff. Dictionary of Gnosis & Western Esotericism, p. 357.

3 – Christopher Mcintosh. Rose Cross and the Age of Reason (SUNY Press, 2012), p. 66.

4 – Eugen Lennhoff, Oskar Posner, “Rosenkreuzer,” Internationales Freimaurerlexikon.

5 – Terry Melanson. Perfectibilists: The 18th Century Bavarian Order of the Illuminati (Kindle Locations 603-604).

6 – Terry Melanson. Perfectibilists: The 18th Century Bavarian Order of the Illuminati (Kindle Location 606). Trine Day. Kindle Edition.

7 – Terry Melanson. Perfectibilists: The 18th Century Bavarian Order of the Illuminati (Kindle Location 2462). Trine Day. Kindle Edition.

8 – René le Forestier. Les Illuminés de Bavière et la franc-maçonnerie allemande, p. 409; Cited in Terry Melanson. Perfectibilists: The 18th Century Bavarian Order of the Illuminati (Kindle Locations 701-703). Trine Day. Kindle Edition.

9 – Terry Melanson. Perfectibilists: The 18th Century Bavarian Order of the Illuminati (Kindle Locations 2461-2463). Trine Day. Kindle Edition.

10 – Epstein. The Genesis of German Conservatism (Princeton University Press, 1966), p. 520; cited in Terry Melanson. Perfectibilists: The 18th Century Bavarian Order of the Illuminati (Kindle Locations 2455-2457). Trine Day. Kindle Edition.

11 – René Le Forestier. Les Illuminés de Bavière et la Franc-Maçonnerie Allemande [Paris: 1914], (Archè reprint, 2001), p. 406; cited in Terry Melanson. Perfectibilists: The 18th Century Bavarian Order of the Illuminati (Kindle Locations 599-601). Trine Day. Kindle Edition.

12 – Terry Melanson. Perfectibilists: The 18th Century Bavarian Order of the Illuminati (Kindle Locations 890-893). Trine Day. Kindle Edition.

13 – Terry Melanson. Perfectibilists: The 18th Century Bavarian Order of the Illuminati (Kindle Locations 831-832). Trine Day. Kindle Edition.

14 – Epstein. The Genesis of German Conservatism (Princeton University Press, 1966), p. 102. Cited in Terry Melanson. Perfectibilists: The 18th Century Bavarian Order of the Illuminati (Kindle Locations 820-822). Trine Day. Kindle Edition.

15 – P. 100. Cited in Terry Melanson. Perfectibilists: The 18th Century Bavarian Order of the Illuminati (Kindle Location 832). Trine Day. Kindle Edition.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s