V.9.v Noosphère – ARPANET

Devenez complotiste avec le Volume VChapitre 9 – Partie v de l’incroyable Ordo ab Chao de l’auteur canadien David Livingstone, qui depuis 30 ans dévoile les coulisses de l’Histoire et vient de nous donner les droits de son intégrale traduction.

dr.2bjerome2bwiesner
Dr. Jerome Wiesner

Comme c’est souvent le cas, le développement des ordinateurs et de l’intelligence artificielle aux États-Unis était justifié par une prétendue menace posée par des avancées similaires en Union soviétique. Une équipe d’analystes du renseignement de la CIA, dirigée par John J. Ford, un expert soviétique travaillant au Agency’s Office of Scientific Intelligence, a commencé à étudier l’explosion de l’intérêt pour la cybernétique chez les Soviétiques. Les partisans russes de la cybernétique ont proposé d’optimiser le fonctionnement du système soviétique en créant un grand nombre de centres informatiques régionaux pour collecter, traiter et redistribuer les données économiques en vue d’une planification et d’une gestion efficaces. Selon l’ingénieur amiral Aksel Berg, président de l’Academy Council on Cybernetics en 1962, « Ces machines, appelées à juste titre « machines cybernétiques », résoudront le problème de la planification et du contrôle optimaux continus » 1. La presse populaire a commencé à appeler les ordinateurs « machines du communisme ». 2

Le 17 octobre 1962, Ford a soumis un résumé de ses conclusions à Arthur Schlesinger, Jr, l’assistant spécial du président Kennedy, qui a averti que « d’ici 1970, l’URSS pourrait disposer d’une technologie de production radicalement nouvelle, impliquant des entreprises totales ou des complexes d’industries, gérés par un contrôle en boucle fermée et à rétroaction, utilisant des ordinateurs autodidactes » 3. Le président Kennedy a ensuite demandé à son conseiller scientifique, le Dr Jerome Wiesner, qui avait participé à plusieurs conférences sur la cybernétique de la Macy Foundation, de mettre en place un groupe d’experts en cybernétique pour « examiner ce que nous faisons par rapport à ce qu’ils font et ce que cela signifie pour l’avenir » 4. En 1952, Wiesner a pris la direction du Research Laboratory of Electronics (RLE) du MIT, où les principaux membres du Cybernetics Group avaient tous élu domicile.

Les affirmations concernant les réseaux informatiques soviétiques étaient totalement infondées. Néanmoins, la recherche américaine en intelligence artificielle a bénéficié d’un soutien financier très important 5. Une grande partie des travaux des laboratoires d’intelligence artificielle de l’Université de Stanford et du MIT ont été financés par la Defense Advanced Research Projects Agency (DARPA) du Pentagone. La DARPA a commencé comme l’Advanced Research Projects Agency (ARPA) créée en 1958 par le président Dwight D. Eisenhower, dans le but de former et d’exécuter des projets de recherche et de développement pour étendre les frontières de la technologie et de la science capables d’aller bien au-delà des besoins militaires immédiats.

robert-taylor
Robert Taylor

À partir de 1963, l’Information Processing Techniques Office (IPTO) du Defense Department’s Advanced Research Projects Agency (ARPA) du ministère de la Défense a fortement financé le Projet MAC au MIT et d’autres initiatives d’intelligence artificielle. L’ARPA a financé l’Advanced Research Projects Agency Network (ARPANET), le précurseur de ce qui allait devenir l’Internet. L’ARPANET s’est développé lorsque, à la fin des années 1960, Robert Taylor, un spécialiste des fusées de la NASA et passionné de cybernétique de Wiener et des premiers ordinateurs, a transféré au Pentagone. Fin 1962, Taylor a rencontré J.C.R. Licklider, le premier annuaire de l’IPTO. Ancien participant aux conférences Macy du Cybernetics Group, Licklider a été appelé « le Johnny Appleseed de l’informatique » et a été crédité comme un pionnier de la cybernétique et de l’intelligence artificielle (IA). Alors qu’il était au MIT, Licklider était également très proche de Jerome Wiesner, et lorsque ce dernier est devenu le conseiller scientifique du président Kennedy, Licklider a été nommé à la tête d’un groupe sur les communications scientifiques et techniques. Ainsi, en plus de son travail au Pentagone, Licklider a partagé son temps entre l’ARPA et l’Office of Science and Technology de Wiesner.

j.c.r.2blicklider
J.C.R. Licklider

Licklider est également connu comme un pionnier de l’Internet, avec une vision précoce d’un réseau informatique mondial bien avant sa construction. Dans son article de 1960, « Man-Computer Symbiosis », Licklider a exposé sa vision d’un réseau de « centres de réflexion », de systèmes informatiques multi-utilisateurs en temps partagé, qui « incorporerait les fonctions des bibliothèques actuelles ainsi que les progrès anticipés en matière de stockage et de recherche d’informations et de fonctions symbiotiques » 6. Licklider a co-écrit « The Computer as a Communication Device » avec Robert Taylor qui a dirigé l’IPTO de 1966 à 1969. Sous la direction de Taylor, l’IPTO s’est efforcé de réunir des groupes de recherche « numériquement isolés » en une « supercommunauté » en développant l’ARPANET.

marvin-minksy-phd-b3
Marvin Minsky

Le Projet MAC (Multiple Access Computer, Machine Aided Cognitions, ou Man And Computer) a été lancé en 1963 grâce à une subvention de la DARPA. Le projet s’intéressait principalement aux problèmes de la vision, du mouvement et de la manipulation mécanique, et du langage, considéré comme la clé de machines plus intelligentes. Il a fait appel à un « groupe d’intelligence artificielle » dont Marvin Minsky était le directeur et John McCarthy, l’inventeur du Lisp. L’informaticien Marvin Minsky a été le co-fondateur du laboratoire d‘IA du Massachusetts Institute of Technology (MIT), et a écrit sur les relations entre l’intelligence humaine et l’intelligence artificielle à partir des années 1960.

David LIVINGSTONE

1 – Aksel’ Berg. “Kibernetika i nauchno-tekhnicheskii progress.” cited in Aleksandr Kuzin, ed., Biologicheskie aspekty kibernetiki, (Moscow, 1962), p. 14.

2 – Slava Gerovitch. “How the Computer Got Its Revenge on the Soviet Union.” Nautilus (April 9, 2015).

3 – Arthur Schlesinger, Jr., to Robert F. Kennedy, (October 20, 1962); Schlesinger Personal Papers, box WH-7, “Cybernetics”.

4 – John F. Kennedy, Dictating Memorandum, 28 November 1962; Presidential Recordings, John F. Kennedy Library, Boston, Mass., cassette J, dictabelt XXX.A.

5 – Slava Gerovitch. “How the Computer Got Its Revenge on the Soviet Union.” Nautilus (April 9, 2015).

6 – J.C.R. Licklider, “Man-Computer Symbiosis,” IRE Transactions on Human Factors in Electronics, vol. HFE-1 (March 1960), p. 7.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s