II.5.v Fureur Rosicrucienne – Leviathan

Devenez complotiste avec le Volume IIChapitre 5 – Partie v de l’incroyable Ordo ab Chao de l’auteur canadien David Livingstone, qui depuis 30 ans dévoile les coulisses de l’Histoire et vient de nous donner les droits de son intégrale traduction.

NPG 225; Thomas Hobbes by John Michael Wright
Thomas Hobbes (1588 – 1679).

En 1620, Mersenne s’installe au couvent de l’Annonciade à Paris, où il étudie les mathématiques et la musique et rencontre d’autres âmes sœurs telles que Descartes, Étienne Pascal, Pierre Petit, Gilles de Roberval, Thomas Hobbes et Nicolas-Claude Fabri de Peiresc. Il correspond avec Giovanni Doni, Constantijn Huygens, Galileo Galilei et d’autres savants en Italie, en Angleterre et en République néerlandaise. Il a été un ardent défenseur de Galilée, l’aidant à traduire certains de ses ouvrages mécaniques.

Hobbes, qui est considéré comme l’un des fondateurs de la philosophie politique moderne, associé à des personnalités littéraires comme Ben Jonson et vers 1620, a travaillé pendant un certain temps comme secrétaire de Francis Bacon. Hobbes s’est également associé étroitement avec la famille Cavendish. Hobbes correspondait à William Cavendish (1593-1674), le premier duc de Newcastle, un courtisan de Jacques Ier et un ami de Charles Ier et de sa femme Henrietta Maria, et membre de l’Order of the Garter. Le duc de Newcastle était le mécène, entre autres, de Ben Jonson, Shirley, Davenant, Dryden, Shadwell et Flecknoe, et de Hobbes, Gassendi et Descartes. Il est connu pour avoir envoyé Hobbes faire une course à Londres pour trouver un livre de Galilée au début des années 1630. Le frère cadet du comte, Charles Cavendish, avait également des contacts parmi les scientifiques du continent, dont Mersenne 1. Leur parent, également William Cavendish (1551-1626), qui en 1618 devait devenir le premier comte du Devonshire, engagea Hobbes en 1608 pour être le tuteur de son fils, William Cavendish (1590-1628), qui devint plus tard le deuxième comte du Devonshire. Avec Cavendish et Hobbes comme secrétaire, une réunion à Venise a conduit à un échange de lettres prolongé de 1615 à 1628 avec Fulgenzio Micanzio, couvrant les affaires militaires et religieuses. Ben Jonson eut accès à une partie de cette correspondance, et des documents de Micanzio se retrouvèrent dans ses Discoveries 2.

leviathan
Le frontispice du livre Leviathan de Thomas Hobbes.

William Cavendish, le deuxième comte du Dmievonshire, correspond avec Paolo Sarpi. Hobbes a traduit la correspondance entre William Cavendish et Fulgenzio Micanzio, ami et assistant personnel de Sarpi, alors qu’il aurait été exposé à la théorie de Sarpi sur la suprématie des souverains temporels 3. Selon Gregorio Baldin, certains aspects de l’analyse de Hobbes sur l’excommunication dans le Leviathan peuvent suggérer que Hobbes s’est inspiré des arguments de Sarpi. En ce qui concerne l’analyse de Hobbes sur l’excommunication utilisée par les papes comme arme politique, explique Baldin, elle est liée dans De Cive à son traitement de « l’interdit », l’exemple le plus célèbre étant la « crise de l’interdit de Venise » 4. Hobbes est connu pour son soutien à l’absolutisme, fondé sur un pessimisme enraciné dans la pensée de Sarpi. Sarpi prétendait qu’il existait en chaque individu ce qu’il appelait la libido dominandi, un appétit insatiable qui corrompt inévitablement l’humanité :

Il arrive qu’avec tout ce qui est bon et bien institué, la malice humaine conçoive progressivement des méthodes pour opérer de façon abusive et rendre insupportable ce qui a été établi à bon escient et avec les plus hauts principes 5.

Hobbes est surtout connu pour son livre Leviathan de 1651. Partant d’une compréhension mécaniste des êtres humains et des passions, Hobbes a postulé ce que serait la vie sans gouvernement, une condition qu’il appelle « l’état de nature ». Dans cet État, chaque personne aurait le droit, ou l’autorisation, de faire ce qui lui plaît. Selon Hobbes, cela conduirait à une « guerre de tous contre tous » (bellum omnium contra omnes). Ainsi, si les humains souhaitent vivre en paix, ils doivent renoncer à la plupart de leurs droits naturels et créer des obligations morales afin d’établir une société politique et civile. C’est l’une des premières formulations de la théorie du gouvernement connue sous le nom de « contrat social ». Hobbes a conclu que les gens ne suivront pas les lois de la nature sans être d’abord soumis à un pouvoir souverain, sans lequel toutes les idées de bien et de mal sont dénuées de sens : « Par conséquent, avant que les noms de Juste et d’Injuste puissent avoir leur place, il doit y avoir un certain pouvoir coercitif, pour contraindre les hommes à l’égalité dans l’exécution de leurs pactes » 6.

David LIVINGSTONE

1 – Tom Sorell. “Hobbes, Thomas (1588–1679).” Routledge Encyclopedia of Philosophy (2002).2 – Ian Donaldson (editor), Ben Jonson: A Critical Edition of the Major Works (1985), p. xiv.

3 – Ibid.

4 – Gregorio Baldin. “Hobbes, Sarpi and the Interdict of Venice.” Storia del pensiero politico, 2/2016, May-August.

5 – Su le immunità della chese, SG, p. 293; cited in William James Bouwsma, Sather Professor of History William J Bouwsma. Venice and the Defense of Republican Liberty: Renaissance Values in the Age of the Counter Reformation (University of California Press, 1968), p. 518.

6Leviathan. 1, XV.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s