III.1.vi Théosophie – Salafisme

Devenez complotiste avec le Volume IIIChapitre 1 – Partie vi de l’incroyable Ordo ab Chao de l’auteur canadien David Livingstone, qui depuis 30 ans dévoile les coulisses de l’Histoire et vient de nous donner les droits de son intégrale traduction.

jamal-ad-din-al-afghani-1883
Jamal ud Din al Afghani (1838/1839 – 1897)

Selon l’historien K. Paul Johnson, l’un des « Ascended Masters » de H.P. Blavatsky, en tant que prétendu chef d’un ordre appelé la Brotherhood of Luxor, aurait été Jamal ud Din al Afghani (1838/1839 – 1897), espion britannique, mystique soufi et réformateur islamique 1. Tout en agissant comme Grand Maître des Francs-Maçons d’Egypte, Afghani a été simultanément le fondateur de la tradition fondamentaliste fanatique de l’Islam « Salafi », dont les Frères Musulmans et l’ISIS – qui ravagent actuellement des parties de la Syrie et de l’Irak – sont une excroissance. Malgré l’appellation « Afghani », pour revendiquer la nationalité afghane, les universitaires pensent généralement qu’il était plutôt un chiite iranien 2. Plus précisément, l’Afghan était plus probablement un Ismaélien. Lors de ses nombreux voyages en Inde, Afghani, sous le nom d’emprunt de Jamal Effendi, rendait visite à l’Agha Khan, chef héréditaire des Ismaéliens, qui vivait là à l’époque 3.

Afghani était le Grand Maître de l’Étoile d’Égypte de la loge maçonnique de l’Est, et le chef des francs-maçons d’Égypte, qui comprenait environ trois cents membres, dont la plupart étaient des érudits et des fonctionnaires de l’État. De manière révélatrice, Afghani et ses frères maçonniques se référaient à eux-mêmes comme « ikhwan al saffa wa khullan al wafa,», en référence délibérée au nom complet des Frères de Sincérité originaux, qui dérivaient des influences ismaéliennes 4.

Plusieurs de ceux qui ont été témoins des enseignements de l’Afghan confirment qu’il s’est écarté de l’orthodoxie. Parmi eux se trouve Lutfi Juma, qui raconte que « ses croyances n’étaient pas le véritable Islam, bien qu’il ait l’habitude de les présenter comme telles » 5. De plus, les Afghans avaient acquis une connaissance considérable de la philosophie islamique, en particulier des Perses, dont Avicenne, un érudit ismaélien nommé Nasir ud Din Tusi, et d’autres, et du soufisme. Les preuves prouvent également qu’il possédait de tels ouvrages, mais aussi qu’il s’intéressait à des sujets occultes, comme les alphabets mystiques, les combinaisons numériques, l’alchimie et d’autres sujets kabbalistiques 6. Selon les propres termes de l’Afghan, cités dans l’ouvrage d’Elie Kedourie intitulé Afghani and Abduh: An Essay on Religious Unbelief and Political Activism in Modern Islam :

On ne coupe la tête de la religion qu’avec l’épée de la religion. Par conséquent, si vous nous voyiez maintenant, vous verriez des ascètes et des adorateurs, agenouillés et faisant la génuflexion, ne désobéissant jamais aux commandements de Dieu et faisant tout ce qui leur est ordonné 7.

Comme le démontre K. Paul Johnson dans The Masters Revealed, les voyages de l’Afghan ont souvent coïncidé dans le temps et dans l’espace avec ceux de Blavatsky. Au début des années 1980, il était en Asie centrale et dans le Caucase lorsque Blavatsky était à Tbilissi. À la fin des années 1960, il était en Afghanistan jusqu’à ce qu’il soit expulsé et retourne en Inde. Il se rendit à Istanbul et fut de nouveau expulsé en 1871, lorsqu’il se rendit au Caire, où son cercle de disciples était semblable à celui de la Brotherhood of Luxor de Blavatsky. Afghani fut forcé de quitter l’Égypte et s’installa à Hyderabad, en Inde, en 1879, l’année où les fondateurs de la Theosophical Society arrivèrent à Bombay. Il a ensuite quitté l’Inde, et a passé un court moment en Égypte avant d’arriver à Paris en 1884. L’année suivante, il se rendit à Londres, puis en Russie où il collabora avec l’éditeur de Blavatsky, Mikhaïl Katkov 8.

L’un des plus proches collaborateurs de l’Afghan était James Sanua, un acteur né au Caire dans une famille juive italienne d’origine séfarade qui avait de bonnes relations. La petite amie de Sanua, Lydia Pashkov, était une femme d’origine russe et correspondante du Figaro à Paris, un magazine financé par l’Okhrana, les services secrets russes 9. Sanua et Pashkov, ainsi que Lady Jane Digby, étaient également des amis et des compagnons de voyage de Blavatksy 10.Jane Digby, ou Lady Ellenborough (1807-1881), était une aristocrate anglaise qui a vécu une vie scandaleuse d’aventures romantiques, ayant eu quatre maris et de nombreux amants, dont le roi Louis Ier de Bavière, son fils le roi Othon de Grèce, l’homme d’État Félix Schwarzenberg et un général de brigade albanais. Elle est morte à Damas, en Syrie, en tant qu’épouse du cheikh arabe Medjuel al Mezrab, qui avait vingt ans de moins qu’elle.

Digby était un ami proche de Wilfred Scawen Blunt, qui était le maître d’équipage britannique de l’Afghan avec Edward G. Browne 11, également l’un des principaux orientalistes de Grande-Bretagne. L’épouse de Blunt était Lady Anne, une petite-fille du poète Lord Byron. La fille de Blunt et de Lady Anne, Judith Blunt-Lytton, épousa Neville Bulwer-Lytton, petit-fils d’Edward Bulwer-Lytton et fils du comte de Lytton. Blunt a eu plusieurs maîtresses, dont Jane Morris, la muse du préraphaélite Dante Gabriel Rossetti. Blunt et Lady Jane étaient des amis proches de Jane Digby et de Sir Richard Burton, le célèbre explorateur et espion britannique qui est surtout connu pour ses voyages déguisés à la Mecque, pour sa traduction des Mille et une nuits et pour avoir fait publier le Kama Sutra en anglais. Burton était également un ami de Blavatsky et un membre de la Theosophical Society britannique.

abd_al-qadir
Abdul Qadir al Jazairi (1808 – 1883)

Tous étaient proches d’Abdul Qadir al Jazairi (1808 – 1883), un savant islamique algérien, soufi et chef militaire. Abdul Qadir a mené une lutte contre l’invasion française en Algérie au milieu du XIXe siècle, pour laquelle il est considéré par certains Algériens comme leur héros national. Le gouvernement français lui a décerné la Grand-Croix de la Légion d’honneur, et il a reçu la « magnifique étoile » des francs-maçons de France. Il a également été honoré par Abraham Lincoln pour ce geste avec plusieurs canons qui sont maintenant exposés au musée d’Alger. La ville d’Elkaker dans l’Iowa a été nommée en son honneur. En 1864, la Loge « Henri IV » lui a adressé une invitation à rejoindre la Franc-maçonnerie, qu’il a acceptée, étant initié à la Loge des Pyramides à Alexandrie, en Égypte 12.

K. Paul Johnson dans les Masters Revealed, énumère Abdul Qadir comme une influence probable sur Blavatsky, qui semble avoir fait référence à lui dans une lettre dans laquelle elle écrit : « J’ai vécu avec les Derviches tourneurs, avec les Druses du Mont Liban, avec les Arabes bédouins et les Marabouts de Damas. » 13 Marabout est un terme nord-africain qui désigne un saint soufi, et Abdul Qadir était considéré comme le cheikh soufi prééminent de Damas, étant le chef des soufis Qadiriyyah. Blunt était censé s’être converti à l’islam sous l’influence des Afghans et partageait ses espoirs d’établir un califat arabe basé à la Mecque pour remplacer le sultan ottoman à Istanbul. Lorsque Blunt rendit visite à Abdul Qadir en 1881, il décida qu’il était le candidat le plus prometteur pour le « califat », une opinion partagée par les Afghans et son disciple, Mohammed Abduh 14.

David LIVINGSTONE

1 – K. Paul Johnson. Masters Revealed, pp. 47-51.

2 – Ibid.

3 – Livingstone, Terrorism and the Illuminati, p. 164

4 – Samir Raafat, “Freemasonry in Egypt: Is it still around?” Insight Magazine, (March 1, 1999). [http://surrenderingislam.com/essential-reading/freemasonry-egypt-it-still-around]

5 – Nikki Keddie. Sayyid Jamal ad-Din “al Afghani”: A Political Biography p. 116.

6 – Ibid

7 – (New York: The Humanities Press, 1966), p. 45.

8 – K. Paul Johnson. Initiates of Theosophical Masters, (Albany: State University of New York Press, 1995), p. 71.

9 – “Paris Okhrana 1885-1905.” Center for the Study of Intelligence. Studies Archive Indexes, vol 10 no 3. Retrieved from https://www.cia.gov/library/center-for-the-study-of-intelligence/kent-csi/vol10no3/html/v10i3a06p_0001.htm

10 – K. Paul Johnson. Initiates of Theosophical Masters, (Albany: State University of New York Press, 1995), p. 161.

11 – Robert Dreyfuss. Hostage to Khomeini, (New Benjamin Franklin House, June 1981).
12 – Colonel Churchill. Life of Abdel Kader (London: Chapman and Hall, 1867), p. 328 [http://www.archive.org/stream/lifeofabdelkader00churrich#page/328/mode/2up]; Robert Morris, Freemasonry in the Holy Land. New York: Masonic Publishing Company, 1872. p. 577. [http://www.archive.org/stream/freemasonryinho01morrgoog#page/n586/mode/2up]

13 – Johnson. The Masters Revealed, p. 67.

14 – Johnson. Initiates of Theosophical Masters, p. 81.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s