V.15.i Choc des Civilisations – Ennemi Nécessaire

Devenez complotiste avec le Volume VChapitre 15 – Partie i de l’incroyable Ordo ab Chao de l’auteur canadien David Livingstone, qui depuis 30 ans dévoile les coulisses de l’Histoire et vient de nous donner les droits de son intégrale traduction.

september-11-1367294

Pour les prédicateurs évangéliques du CNP et leurs sympathisants sionistes chrétiens dispensationnalistes, selon leur interprétation subjective du Livre de l’Apocalypse, l’avenir des chrétiens est inextricablement lié à l’avenir d’Israël, et cet avenir ne peut se réaliser qu’avec la destruction du Dôme du Rocher, pour faire place à la reconstruction du Temple de Jérusalem et au retour du Messie. Pour les évangéliques les plus fanatiques, le compte à rebours d’Armaguédon a commencé avec le retour des Juifs en Israël, suivi rapidement par d’autres signes indiquant la proximité d’une épreuve de force finale : les armes nucléaires, l’intégration européenne, la prise de Jérusalem par Israël, et les guerres américaines en Afghanistan et dans le Golfe 1. Comme l’a rapporté Adam Curtis, la dichotomie créée par les néoconservateurs leur a permis d’alimenter le dualisme simpliste de la communauté évangélique, en encadrant le conflit actuel dans des proportions bibliques : « cette bataille dramatique entre le bien et le mal était précisément le genre de mythe que Leo Strauss avait enseigné à ses étudiants serait nécessaire pour sauver le pays de la décadence morale » 2.

Les aspirations millénaires des sociétés secrètes occultes, qui cherchent l’accomplissement du Livre de l’Apocalypse, ont été remodelées pour le public moderne comme le « Choc des Civilisations », ou Armageddon, une épreuve de force finale entre musulmans et chrétiens, chacun ayant des attentes concurrentes de leurs prophéties du retour du Messie Jésus. En fin de compte, le choc sert de dialectique hégélienne à manipuler pour faire avancer les ambitions sionistes de l’État d’Israël, en opposant les chrétiens évangéliques à l’exemple le plus odieux du fanatisme salafiste et des Frères Musulmans, l’État Islamique d’Irak et du Levant, également connu sous le nom d’ISIS.

Les ISIS ne sont qu’une caricature des préjugés occidentaux sur l’Islam, délibérément manipulés par les médias pour alimenter la paranoïa évangélique sur la fin des temps, qui, comme l’a observé Graeme Wood dans « Ce que veut vraiment l’ISIS » pour l’Atlantique, sont diamétralement opposés aux attentes de la fin des temps qui motivent la stratégie militaire de l’ISIS. L’Islam étant issu de la même tradition judéo-chrétienne, il existe de nombreux parallèles avec les prophéties du Livre des Révélations que l’on trouve dans la littérature islamique, notamment la venue de Gog et Magog, et le retour de Jésus-Christ, qui conduira les musulmans vertueux à vaincre l’anti-Christ (appelé Dajjal), qui dans ce cas aura induit en erreur une coalition de juifs et de chrétiens. Comme l’a noté Jay Michaelson dans « Evangelicals & ISIS Feel Fine About the End of the World », écrit dans The Daily Beast :

Et si deux ennemis mortels voulaient tous les deux une bataille cataclysmique qui mettrait fin au monde, à peu près au même moment, à peu près au même endroit ?

Pouvez-vous dire « prophétie auto-réalisatrice » ? 3

Pour les plus fanatiques, le compte à rebours d’Armaguédon a commencé avec le retour des Juifs en Israël, suivi rapidement par d’autres signes annonçant la proximité d’une épreuve de force finale : les armes nucléaires, l’intégration européenne, la prise de Jérusalem par Israël et les guerres américaines en Afghanistan et dans le Golfe 4. Le Brookings Institute a récemment publié les résultats de son enquête intitulée « American Attitudes Toward the Middle East and Israel », qui a découvert que 73% des 50 millions de chrétiens évangéliques américains croient que les événements mondiaux se retourneront contre Israël à mesure que nous nous approcherons de la fin des temps. En outre, 79 % des évangéliques interprètent la violence qui se déroule au Moyen-Orient comme un signe que la fin des temps est proche 5.

Les mêmes attentes eschatologiques définissent la mission confuse et barbare de l’ISIS. Les ISIS sont l’antithèse nécessaire dans le choc des civilisations. Ils sont une caricature des préjugés occidentaux sur l’Islam, délibérément manipulés par les médias pour alimenter la paranoïa évangélique sur la fin des temps. Selon Jay Michaelson, qui a écrit une thèse de doctorat sur Sabbatai Zevi :

En effet, en tant qu’étudiant du millénarisme depuis un certain temps… il était choquant de voir la congruence entre la vision de l’État islamique des Temps de la Fin et celle du christianisme évangélique : une grande bataille quelque part au nord et au nord-est de Jérusalem, une bataille finale à Jérusalem avec la quasi-défaite des croyants héroïques par une figure de l’Antéchrist, et puis Jésus apparaissant du ciel pour gagner la bataille une fois pour toutes 6.

carl-schmitt-in-later-days
Carl Schmitt (1888 – 1985) « Juriste de la Couronne » du Troisième Reich et ami proche de Leo Strauss

41kpclkrdzl._sl250_Sous l’influence de Leo Strauss, la stratégie des néoconservateurs a représenté l’adoption du concept fasciste de Carl Schmitt de « l’ennemi nécessaire ». La critique et les clarifications de Strauss sur le concept de politique ont conduit Schmitt à faire des amendements importants dans sa deuxième édition. Strauss a écrit à Schmitt en 1932, et a résumé les implications de sa théologie politique comme suit :

Parce que l’homme est par nature mauvais, il a donc besoin de domination. Mais la domination peut être établie, c’est-à-dire que les hommes ne peuvent être unifiés que dans une unité contre d’autres hommes. Toute association d’hommes est nécessairement une séparation des autres hommes… le politique ainsi compris n’est pas le principe constitutif de l’État, de l’ordre, mais une condition de l’État 7.

51th4bvub2l._sl250_Selon Allan Janik dans sa revue de A Dangerous Mind : Carl Schmitt dans La pensée européenne de l’après-guerre :

…la politique de représailles déterminées de George Bush au lendemain du 11 septembre 2001 suit un scénario impliquant que les États-Unis identifient un ennemi mortel contre lequel ils peuvent se définir clairement, qui pourrait bien avoir été écrit par Schmitt. Bush, Donald Rumsfeld et compagnie (avec peut-être même quelques « Nouveaux Européens ») – comme Schmitt – croient que les Etats puissants ont un mandat pour s’affirmer quoi qu’il arrive, c’est-à-dire que le droit international est pour les faibles et non pour les forts comme l’ont démontré les Etats-Unis en Afghanistan et en Irak… 8

leo-strauss
Leo Strauss (1899 – 1973)

Les néoconservateurs ont suivi Strauss en pensant « qu’un ordre politique ne peut être stable que s’il est uni par une menace extérieure », comme l’a écrit Drury dans son livre, Leo Strauss and the American Right, et que, « suivant Machiavel, il a soutenu que si aucune menace extérieure n’existe, alors il faut en fabriquer une » 9. Au début des années 1990, avec la défaite effective de l’Union soviétique et le discrédit du communisme, cette nouvelle menace allait devenir le « fondamentalisme » islamique, pour se lancer dans un plan global de réorganisation du Moyen-Orient par la diffusion de la « démocratie ». Cependant, selon Drury, les néoconservateurs « n’ont vraiment aucune utilité pour le libéralisme et la démocratie, mais ils sont en train de conquérir le monde au nom du libéralisme et de la démocratie » 10 Comme l’explique Drury, même si Strauss « avait une profonde antipathie pour le libéralisme et la démocratie, ses disciples ont fait de grands efforts pour le cacher » 11.

francis2bfukuyama
Francis Fukuyama

La démocratie libérale occidentale, nous dit le néoconservateur Francis Fukuyama, est la « fin de l’histoire » au sens hégélien, représentant le triomphe de siècles de progrès intellectuel. Fukuyama a été fortement influencé par Alexander Kojève qui, dès 1948, pensait que les États-Unis étaient le modèle de la vie économique à la fin de l’histoire. Bien avant la fin de la guerre froide, Kojève anticipait le triomphe de l’Amérique sur l’Union soviétique, prévoyant qu’il ne s’agirait pas d’un triomphe militaire, mais d’un triomphe économique 12. En fin de compte, la revendication de Fukuyma emprunte indirectement à la conception kabbalistique d’Isaac Luria du processus de l’histoire intellectuelle humaine. En d’autres termes, combinée à l’avènement de la démocratie libérale, la suprématie de la civilisation « occidentale » marque soi-disant le point culminant de l’évolution intellectuelle humaine. Selon les propres termes de Fukuyama :

alexandre2bkoje25cc2580ve
Alexandre Kojève (1902 – 1968)

Ce à quoi nous assistons peut-être n’est pas seulement la fin de la guerre froide ou le passage d’une période particulière de l’après-guerre, mais la fin de l’histoire en tant que telle, c’est-à-dire le point final de l’évolution idéologique de l’humanité et l’universalisation de la démocratie libérale occidentale en tant que forme finale de gouvernement humain 13.

Cependant, comme l’a précisé Fukuyama dans un article d’opinion du Washington Post en 2008, « le seul véritable concurrent de la démocratie dans le domaine des idées aujourd’hui est l’islamisme radical » 14. C’est en réponse à l’affirmation de Fukuyama que Samuel Huntington a développé la notion de « Choc des Civilisations ». Huntington a passé plus d’un demi-siècle à l’université de Harvard, où il a été directeur du Centre des affaires internationales et professeur à l’université Albert J. Weatherhead III. Il a également été co-auteur de The Crisis of Democracy: On the Governability of Democracies, un rapport publié par la Commission trilatérale en 1976. En 1977, son ami Zbigniew Brzezinski, qui avait été nommé conseiller à la sécurité nationale dans l’administration de Jimmy Carter, l’a invité à devenir coordinateur de la planification de la sécurité pour le Conseil national de sécurité de la Maison Blanche.

samuel-p-huntington-2004
Samuel Huntington

Huntington est le fondateur du John M. Olin Institute for Strategic Studies de Harvard, qui a été financé par la John M. Olin Foundation, la Smith Richardson Foundation et la Bradley Foundation. En outre, la Fondation Olin a financé des professeurs de grandes écoles dans tout le pays et a gardé la trace de ceux qui sont passés par le programme Olin de Huntington, en notant que beaucoup d’entre eux sont entrés dans la fonction publique et le monde universitaire. Entre 1990 et 2001, cinquante-six des quatre-vingt-huit boursiers Olin du programme de Harvard ont continué à enseigner à l’université de Chicago, Cornell, Dartmouth, Georgetown, Harvard, MIT, Penn et Yale. Beaucoup d’autres sont devenus des personnalités publiques au sein du gouvernement, des groupes de réflexion et des médias. Parmi les lauréats, on trouve John Yoo, le juriste qui est devenu l’auteur notoire du controversé « mémo sur la torture » de l’administration George W. Bush, légalisant l’interrogatoire brutal par le gouvernement américain des personnes soupçonnées de terrorisme 15.

La fabrication de la prétendue menace de l’Islam a manifestement déguisé des objectifs politiques plus néfastes. Comme l’a expliqué Gilles Keppel :

41rwxj54mtl._sl250_La théorie du choc des civilisations de Huntington a facilité le transfert au monde musulman d’une hostilité stratégique que l’Occident avait héritée de décennies de guerre froide. Le parallèle établi entre les dangers du communisme et ceux de l’Islam a donné aux planificateurs stratégiques de Washington l’illusion qu’ils pouvaient se dispenser d’analyser la nature de la « menace » islamique et se contenter de transposer les outils théoriques conçus pour appréhender une menace aux réalités très différentes de l’autre.

Le mouvement néoconservateur a joué un rôle crucial dans la réalisation de cette permutation rhétorique. Il a mis un mode de pensée facile au service d’un programme politique précis, visant à étendre le modèle démocratique américain au Moyen-Orient – la seule partie du monde qu’il n’avait pas pénétrée à la fin du XXe siècle – et à modifier la politique américaine dans la région pour donner à la sécurité d’Israël la priorité sur une alliance avec la pétro-monarchie saoudienne 16.

Huntington pensait que si l’ère de l’idéologie était terminée, le monde n’était revenu qu’à un état de choses normal caractérisé par des conflits entre blocs culturels. Dans sa thèse, il a soutenu que le principal axe de conflit à l’avenir se situera sur le plan culturel et religieux. Il suggère que ce sont les différentes civilisations, en tant que rang le plus élevé de l’identité culturelle, qui deviendront de plus en plus utiles pour analyser le potentiel de conflit. Comme le résume Bryan Turner, « le débat populaire autour de la thèse de Huntington a occulté sa dépendance intellectuelle à l’égard d’une tradition académique de philosophie politique qui cherchait à définir la souveraineté en termes de luttes civilisationnelles entre amis et ennemis, à savoir l’héritage de Carl Schmitt et de Leo Strauss » 17.

Dans un article paru dans Foreign Affairs, une publication du Council on Foreign Relations, la principale institution mondialiste du monde, Huntington a expliqué que le « choc des civilisations » découlait de la nouvelle réalité selon laquelle, alors que l’ère de l’idéologie était terminée, la situation normale du monde serait exposée et caractérisée par des conflits entre blocs culturels. Il a fait valoir qu’à l’avenir, le principal axe de conflit se situera sur le plan culturel et religieux. Il s’agit de la civilisation occidentale, qui comprend les États-Unis, l’Angleterre, l’Europe occidentale et l’Australie. L’Amérique latine est marquée par l’adhésion au christianisme catholique, et Huntington présente l’Afrique subsaharienne comme une civilisation possible.

clash_of_civilizations_map

Le plus important est le monde orthodoxe, composé de l’ancienne Union soviétique, puis de la Chine et du monde islamique. Huntington affirme également que les conflits de civilisation sont « particulièrement fréquents entre les musulmans et les non-musulmans », identifiant les « frontières sanglantes » entre les civilisations islamiques et non islamiques. Huntington affirme qu’une « connexion sino-islamique » est en train d’émerger, dans laquelle la Chine coopérera plus étroitement avec l’Iran, le Pakistan et d’autres États pour accroître sa position internationale. La Russie et l’Inde sont ce qu’Huntington appelle des « civilisations de basculement » et peuvent favoriser l’une ou l’autre partie.

David LIVINGSTONE

1 – Richard G. Kyle. Apocalyptic Fever: End-Time Prophecies in Modern America (Wipf and Stock Publishers, 2012), p. 4.

2 – Adam Curtis, “The Power of,” BBC documentary, 2004.

3 – Jay Michaelson. “Evangelicals & ISIS Feel Fine About the End of the World.” The Daily Beast (March 8, 2015).

4 – Jay Michaelson. “Evangelicals & ISIS Feel Fine About the End of the World.” The Daily Beast (March 8, 2015).

5 – Shirley Telhami. “American Attitudes Toward the Middle East and Israel.” Centre for Middle East Policy at Brookings (November, 2015).

6 – Jay Michaelson. “Evangelicals & ISIS Feel Fine About the End of the World” The Daily Beast (August 3, 2015).

7 – Heinrich Meier, Carl Schmitt and Leo Strauss: the hidden dialogue, (University of Chicago Press 1995), p. 125.

8 – Allan Janik, book review of “A Dangerous Mind: Carl Schmitt in Post-War European Thought.” By Jan-Werner Miiller. (Central European History (2005), 38 : pp 500-502)

9 – Jim Lobe, “POLITICS-U.S.: Strong Must Rule the Weak, said Neo-Cons’ Muse,” Inter Press Service (May 7 2003)

10Leo Strauss and the American Right, (St. Martin’s 1999)

11 – Shadia B. Drury. “Saving America: Leo Strauss and the neoconservatives,” Evatt Foundation (11 September 2003).

12 – Shadia Drury. Alexandre Kojève, p. 43.

13The End of History and the Last Man (Fukuyama, 1992)

14 – Francis Fukuyama, “They Can Only Go So Far,” The Washington Post (August 24, 2008).

15 – Jane Mayer. Dark Money: The Hidden History of the Billionaires Behind the Rise of the Radical Right (New York: DoubleDay, 2016).

16 – Gilles Keppel. The War for Muslim Minds, p. 62.

17 – Bryan S. Turner. “Sovereignty and Emergency Political Theology, Islam and American Conservatism.” Theory, Culture & Society 2002 (SAGE, London, Thousand Oaks and New Delhi), Vol. 19(4): 103–119.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s