VI.8.i Katehon – Soft Power

Devenez complotiste avec le Volume VIChapitre 8 – Partie i de l’incroyable Ordo ab Chao de l’auteur canadien David Livingstone, qui depuis 30 ans dévoile les coulisses de l’Histoire et vient de nous donner les droits de son intégrale traduction.

Dans le grand rêve de créer un empire russe revitalisé, Poutine vise à reconquérir l’Ukraine, qui, comme l’explique Brzezinski dans son livre Le Grand Echiquier de 1997, est « un nouvel espace important sur l’échiquier eurasiatique » et « un pivot géopolitique car son existence même en tant que pays indépendant contribue à transformer la Russie ». Sans l’Ukraine, la Russie cesse d’être un empire eurasiatique 1. s’inspirant du livre de l’Amérique sur la guerre de la puissance douce, Poutine a lancé à la Russie une grande stratégie de guerre hybride, en utilisant des groupes de réflexion et des ONG. Pour riposter aux actions secrètes américaines, la Russie a développé sa puissance douce en investissant dans une pieuvre mondiale de divers instruments de diplomatie publique tout au long des années 2000. En 2013, le concept de politique étrangère de la Russie a défini la puissance douce comme « une boîte à outils complète pour atteindre des objectifs de politique étrangère en s’appuyant sur le potentiel de la société civile, l’information, les méthodes culturelles et autres et les technologies alternatives à la diplomatie traditionnelle » 2.

brzezinski-dugin
Zbigniew Brzezinski et Alexander Dugin, tous deux partisans de Halford Mackinder

Joseph Nye, qui est à l’origine de ce terme, a expliqué que la présidence de Trump a érodé la « puissance douce » des Etats-Unis 3, et un indice britannique, The Soft Power 30, a montré que l’Amérique est passée de la première place en 2016 à la troisième place l’année dernière 4. Un récent sondage Gallup réalisé dans 134 pays a révélé que, sous la direction de Trump, seulement 30 % des personnes avaient une opinion favorable des Etats-Unis, soit une baisse de près de 20 points depuis la présidence d’Obama. Le Pew Research Center a trouvé que la Chine avait une cote d’approbation de 30 %, atteignant ainsi la quasi-parité avec les États-Unis. En 2017, les estimations prédisent une baisse du tourisme de 7 milliards de dollars, la plus forte baisse que l’industrie ait connue depuis les attaques terroristes du 11 septembre 2001. Les demandes d’étudiants étrangers pour étudier dans les collèges et universités américains ont chuté de près de 40 % 5.

Poutine a reconnu que les États-Unis et l’OTAN exercent leur influence durable dans les zones d’intérêt de la Russie par le biais de diverses tactiques de soft power qui utilisent des ONG comme le National Endowment for Democracy (NED), Freedom House et les Open Society Foundations de George Soros pour fomenter des Révolutions Colorées. Le premier président du NED – une organisation souvent décrite comme un accessoire des services de renseignement américains, et qui a été soutenue financièrement par Richard Mellon Scaife- a avoué au Washington Post que « beaucoup de ce que nous faisons aujourd’hui a été fait secrètement il y a 25 ans par la CIA » 6. La reconnaissance des actions américaines a entraîné une tendance mondiale croissante des gouvernements à chercher à limiter et à délégitimer le financement étranger aux ONG locales, y compris non seulement la Russie, mais aussi l’Inde, l’Éthiopie, la Hongrie, le Qatar, l’Égypte et Israël 7. Sur le plan intérieur, les actions des États-Unis sont excusées par la perception que l’imposition de la démocratie n’est pas répréhensible parce qu’elle n’est pas seulement un idéal américain ou occidental, mais universel 8.

Le succès de la propagande occidentale est tel que le mot « démocratie » est devenu presque sacré. Cependant, le modèle américain de démocratie n’est qu’un système qui offre à ses citoyens la possibilité de choisir leurs dirigeants à intervalles réguliers. En fait, le système est complètement compromis par le financement des campagnes électorales et le lobbying que certains critiques ont décrit comme un système légalisé de corruption ou d’extorsion, garantissant que les intérêts privés gouvernent, quel que soit l’homme au pouvoir 9. Au lieu de cela, l’Amérique est devenue une oligarchie 10. En 2014, deux éminents politologues américains, Martin Gilens et Benjamin I. Page, auteurs de Democracy in America ? ont publié une étude sur les enquêtes nationales menées auprès du grand public entre 1981 et 2002, et ont conclu que « le point central qui ressort de nos recherches est que les élites économiques et les groupes organisés représentant les intérêts des entreprises ont des impacts indépendants substantiels sur la politique du gouvernement américain, tandis que les groupes d’intérêt de masse et les citoyens moyens n’ont que peu ou pas d’influence indépendante » 11.

La réalité est que le slogan de la « démocratie » n’est en fait que cela, un slogan vide, que les États-Unis utilisent pour excuser leurs diverses incursions impérialistes dans le monde, qu’elles soient dures ou douces. De telles accusations sont rejetées comme des théories de conspiration paranoïaques par la presse dominante de l’Occident. Néanmoins, comme l’indique Robert W. Merry dans The Atlantic, étant donné les dépenses considérables qui sont consacrées à de tels projets, une telle intrusion « est une question de politique étrangère qui mérite plus d’attention qu’elle n’en reçoit dans le discours américain » 12. Même si ces accusations devaient être rendues publiques, l’opinion générale est, comme l’a noté Merry, « que ces militants d’ONG ne font que ce qui vient naturellement à l’esprit de ceux qui pensent que les structures démocratiques américaines représentent des valeurs universelles qui devraient être adoptées universellement dans le monde entier » 13. Toutefois, de nombreuses critiques ont confirmé que les ONG ont « agi comme des groupes d’intérêt plutôt que comme des promoteurs de normes universelles, et comme des outils de la politique étrangère américaine plutôt que comme des représentants locaux de la « conscience mondiale » ou de la « société civile transnationale » 14. La vérité est que le Département d’État américain ne peut pas divulguer ce qui constitue des tactiques secrètes de politique étrangère, et le travail des ONG leur donne une possibilité de démenti plausible 15.

soros
George Soros

Le Kremlin en est venu à reconnaître que la politique étrangère américaine a utilisé les ONG occidentales et les attaques des médias sociaux, orchestrées de l’étranger sous le prétexte de soutenir la démocratie, de lutter contre la fraude électorale ou la corruption des régimes visés, pour catalyser des soulèvements tels que les révolutions de la couleur et le printemps arabe 16. Parmi les principales ONG, citons le National Endowment for Democracy (NED), l’International Republican Institute (IRI) et Freedom House, qui sont largement soutenus par des fonds gouvernementaux, et les Open Society Foundations (OSF) du milliardaire George Soros. Anciennement l’Open Society Institute, l’OSF a été fondée en 1993 par Soros pour soutenir financièrement des groupes de la société civile dans le monde entier, avec pour objectif déclaré de faire progresser la justice, l’éducation, la santé publique et les médias indépendants 17. En 1991, la Fondation Soros de Budapest a fusionné avec la Fondation pour une Entraide Intellectuelle Européenne, affiliée au Congress for Cultural Freedom (CCF), le front de la guerre froide de la CIA 18. L’Open Society Institute a été créé aux États-Unis en 1993 pour soutenir les fondations Soros en Europe centrale et orientale et dans l’ancienne Union soviétique. Et, comme l’a fait remarquer en 2007 Nicolas Guilhot, chercheur associé au CNRS, les fondations Open Society servent à perpétuer des institutions qui renforcent l’ordre social existant, comme l’ont fait avant elles la Fondation Ford et la Fondation Rockefeller, renforçant une vision capitaliste de la modernisation 19.

Poutine a soutenu que « les États-Unis ont été à l’origine des révolutions des couleurs dans l’ancienne région soviétique, en utilisant les griefs des populations contre leurs gouvernements afin d’imposer leurs valeurs qui contredisent la tradition et la culture locales. Ces efforts étaient dirigés contre l’Ukraine, la Russie et l’intégration eurasienne » 20 Les médias d’État russes ont affirmé que le gouvernement américain avait dépensé des millions de dollars pour soutenir la révolution, et des sites Internet russes ont été publiés avec des preuves présumées de l’implication directe des États-Unis dans les manifestations euromaïdiennes 21. En réponse, le Kremlin a riposté en imitant la stratégie américaine d’utilisation de la « puissance douce » pour faire avancer ses objectifs impériaux. Comme l’explique un document de recherche de Chatham House, « Pour la Russie, la puissance douce est souvent un exercice dirigé par l’État visant à exploiter les vulnérabilités d’un pays ciblé » 22.

Les techniques de guerre non conventionnelles de la Russie remettent en cause les dispositions de l’article 5 de la Charte de l’OTAN parce que le traité invoque la défense collective en réponse à une « attaque armée » par une autre puissance. Tout au long de leurs opérations, les Russes ont nié leur implication ou ont minimisé la taille et les activités de leurs forces militaires, rendant plus difficile de déterminer ou d’accepter qu’une attaque armée ait réellement eu lieu 23. L’OTAN qualifie cette forme de conflit de « guerre hybride ». Cette expression fait référence à un large éventail d’actions hostiles, dont la force militaire n’est qu’une petite partie, qui sont invariablement exécutées de concert dans le cadre d’une stratégie flexible avec des objectifs à long terme 24. Comme l’a souligné Molly K. McKew dans Politico, le but de cette guerre « non linéaire » n’est pas une politique étrangère visant à construire un nouveau bloc pro-russe, mais est ce que le Kremlin appelle une politique étrangère « multi-vecteurs », visant à saper la force des institutions occidentales en mobilisant des centres de pouvoir alternatifs 25.

David LIVINGSTONE

1 – Zbigniew Brzezinski. The Grand Chessboard: American Primacy and its Geostrategic Imperatives (Basic Books, 1997), p. 46.

2 – Concept of the Foreign Policy of the Russian Federation Approved by President of the Russian Federation V. Putin (February 12 2013).

3 – Joseph S. Nye. “Donald Trump and the Decline of US Soft Power.” Project Syndicate (February 6, 2018).

4 – Joseph S. Nye. “Donald Trump and the Decline of US Soft Power.” Project Syndicate (February 6, 2018).

5 – Moira Whelan. “Ugly rhetoric first.” The Soft Power 30: A Global Ranking of Soft Power 2017 (Portland: USC Center on Public Diplomacy, 2017).

6 – David Ignatius. “Innocence Abroad: The New World of Spyless Coups.” The Washington Post (September 22, 1991). Retrieved from https://www.washingtonpost.com/archive/opinions/1991/09/22/innocence-abroad-the-new-world-of-spyless-coups/92bb989a-de6e-4bb8-99b9-462c76b59a16/

7 – Ronald R. Krebs & James Ron. “Democracies Need a Little Help From Their Friends.” Foreign Policy (June 7, 2018); Robert W. Merry. “Why Do Some Foreign Countries Hate American NGOs So Much?” The Atlantic (April 2, 2012).

8 – Robert W. Merry. “Why Do Some Foreign Countries Hate American NGOs So Much?” The Atlantic (April 2, 2012).

9 – Robert Reich. “Robert Reich: Lobbyists are snuffing our democracy, one legal bribe at a time.” Salon (June 9, 2015); Russ Feingold. “US campaign finance laws resemble legalized bribery. We must reform them.” The Guardian (November 8, 2017); Mike Masnick. “Is Lobbying Closer To Bribery… Or Extortion?” TechDirt (April 10, 2012);

10 – Natalie Jones and Alastair Gee. “America’s super rich: six things to know.” The Guardian (September 26, 2018).

11 – Martin Gilens & Benjamin I. Page (September 2014). “Testing Theories of American Politics: Elites, Interest Groups, and Average Citizens.” American Political Science Association, 12(3): 564-581.

12 – Robert W. Merry. “Why Do Some Foreign Countries Hate American NGOs So Much?” The Atlantic (April 2, 2012).

13 – Ibid.

14 – Andrew Wilson. “Ukraine’s Orange Revolution, NGOs and the Role of the West.” Cambridge Review of International Affairs. 19(1), March 2006.

15 – Robert Pee. “Political Warfare Old and New: The State and Private Groups in the Formation of the National Endowment for Democracy.” 49th Parallel: Myth & Legacy, Issue 22, Autumn 2008.

16 – Orysia Lutsevych. “Agents of the Russian World Proxy Groups in the Contested Neighbourhood.” Russia and Eurasia Programme (Chatham House, April 2016).

17 – Kerric Harvey. Encyclopedia of Social Media and Politics (Thousand Oaks, CA: SAGE Publications, 2013).

18 – Nicolas Guilhot (2006). “A network of influential friendships: The foundation pour une entraide intellectuelle europeenne and east-west culturial dialogue.” Minerva (44), 379-409.

19 – Nicolas Guilhot (May 2007). “Reforming the World: George Soros, Global Capitalism and the Philanthropic Management of the Social Sciences.” Critical Sociology. 33 (3), 447–477. doi:10.1163/156916307X188988.

20 – Evgenii Mikolaichuk, ‘Amerikanskie den’gi na ukrainskoi krovi’ [American money on Ukrainian blood], Vremia.ua (February 1, 2014). Retrieved from http://vremia.ua/rubrics/zakulisa/5321.php.

21 – See Rukspert statistics, ‘Podderzhka Evromaidana amerikantsami’ [American support of Euromaidan]. Retrieved from http://ruxpert.ru/Поддержка_Евромайдана_американцами; Cited in Orysia Lutsevych. “Agents of the Russian World Proxy Groups in the Contested Neighbourhood.” Russia and Eurasia Programme (Chatham House, April 2016).

22 – Orysia Lutsevych. “Agents of the Russian World Proxy Groups in the Contested Neighbourhood.” Russia and Eurasia Programme (Chatham House, April 2016).

23 – Nicholas Fedyk. “Russian “New Generation” Warfare: Theory, Practice, and Lessons for U.S. Strategists.” Small Wars Journal (August 25, 2016).

24 – Sam Jones. “Ukraine: Russia’s new art of war.” Financial Times (August 28, 2014).

25 – Molly K. McKew. “Putin’s real long game.” Politico (January 1, 2017).

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s