II.13.xii Age de la Déraison – Révolution Américaine

Devenez complotiste avec le Volume IIChapitre 13 – Partie xii de l’incroyable Ordo ab Chao de l’auteur canadien David Livingstone, qui depuis 30 ans dévoile les coulisses de l’Histoire et vient de nous donner les droits de son intégrale traduction.

declaration-of-rights-man-and-citizen-p-809
Déclaration des droits de l’homme et du citoyen, peinte par Jean-Jacques-François Le Barbier.

Ainsi, la Révolution Française, comme aux États-Unis, a réussi à créer un nouvel État laïque, en supprimant l’autorité du Christianisme et en la remplaçant par des idéaux promulgués secrètement par les sociétés secrètes. Ces idéaux ont ensuite été inscrits dans la American Declaration of Independence, l’United States Bill of Rights et la Déclaration française des droits de l’Homme et du Citoyen. Comme indice cryptique de leur véritable origine, la Déclaration des droits de l’Homme adoptée en France après la Révolution comporte plusieurs symboles occultes importants. Tout d’abord, le symbole Illuminati de l’œil qui voit tout à l’intérieur d’un triangle, que l’on trouve maintenant sur le Grand Sceau des États-Unis. Sous le titre se trouve un Ouroboros, un ancien symbole gnostique de Satan, que l’on trouve dans l’alchimie occidentale 1. En dessous, il y a une calotte phrygienne rouge, dérivée des Mystères païens de Mithras. L’ensemble de la Déclaration est gardé par les deux piliers maçonniques. Comme le Bonnet, l’orateur de l’Assemblée du Grand Orient s’en vantait en 1904 :

À la chute de la Bastille, la Franc-maçonnerie a eu l’honneur suprême de donner à l’humanité la charte qu’elle avait amoureusement élaborée. C’est notre Frère de la Fayette qui, le premier, a présenté le « projet d’une déclaration des droits naturels de l’homme et du citoyen vivant en société », pour en faire le premier chapitre de la Constitution. Le 25 août 1789, l’Assemblée constituante, dont plus de 300 membres étaient des maçons, adopta définitivement, presque mot pour mot, dans la forme déterminée dans les Loges, le texte de l’immortelle Déclaration des droits de l’homme 2.

washington-masonEn effet, la « liberté » est un idéal gnostique qui se réfère à la « liberté », mais à la liberté par rapport à Dieu. C’est ce qui a constitué la base des idéaux des Lumières, qui se sont répandus en Europe puis en Amérique, où ils ont influencé Benjamin Franklin et Thomas Jefferson, parmi beaucoup d’autres, et ont joué un rôle majeur dans la Révolution américaine. Parmi les cinquante-six rebelles américains qui ont signé la Declaration of Independence en 1776, seuls six n’étaient pas des maçons, qui ont été influencés par les arguments de John Locke concernant la liberté et le contrat social. Washington et Jefferson étaient tous deux d’ardents défenseurs d’Adam Weishaupt, tandis que Jefferson le qualifiait même de « philanthrope enthousiaste ». George Washington a écrit au contraire qu’il ne niait pas « les Doctrines des Illuminati, et les principes du jacobinisme ne s’étaient pas répandus aux États-Unis ». « Au contraire, » a-t-il répondu, « personne n’est plus vraiment satisfait de ce fait que moi ». Il a poursuivi :

L’idée que je voulais transmettre, c’était que je ne croyais pas que les Loges des francs-maçons de ce pays s’étaient efforcées, en tant que Sociétés, de propager les principes diaboliques des premiers, ou les principes pernicieux des seconds (s’ils sont susceptibles de se séparer). Il est trop évident que des individus parmi eux ont pu le faire, ou que le fondateur, ou l’instrument utilisé pour fonder les Sociétés démocratiques aux États-Unis, a pu avoir ces objets ; et qu’il avait en fait en vue une séparation du Peuple et de son Gouvernement, pour être mis en doute 3.

C’est Jefferson qui avait été responsable de l’infiltration des Illuminati dans les loges du « Rite écossais » en Nouvelle-Angleterre, alors nouvellement organisées. Jefferson a défendu le dicton de Weishaupt :

Comme Weishaupt vivait sous la tyrannie d’un despote et de prêtres, il savait qu’il fallait être prudent même dans la diffusion d’informations, et des principes de pure moralité. Cela a donné un air de mystère à ses opinions, a été le fondement de son bannissement… Si Weishaupt avait écrit ici, où aucun secret n’est nécessaire dans nos efforts pour rendre les hommes sages et vertueux, il n’aurait pensé à aucune machine secrète à cette fin 4.

Thomas Paine (1737 – 1809), l’un des Pères fondateurs des États-Unis, a été l’auteur de deux pamphlets très influents au début de la Révolution américaine, et a inspiré les Patriots en 1776 à déclarer l’indépendance de la Grande-Bretagne. Né en Angleterre, Paine a émigré dans les colonies britanniques américaines en 1774 avec l’aide de Benjamin Franklin, arrivant juste à temps pour participer à la Révolution américaine. Le Tractatus Theologico-politicus de Spinoza (1678) a eu une plus grande influence sur Paine que David Hume. Bien que rien ne prouve qu’il était lui-même franc-maçon, Paine a écrit un essai sur l’origine de la franc-maçonnerie, répétant l’affirmation selon laquelle la franc-maçonnerie dérivait de la religion des anciens druides. Pratiquement tous les rebelles ont lu son Common Sense (1776), proportionnellement le titre américain le plus vendu de tous les temps. The Age of Reason, publié en trois parties en 1794, 1795 et 1807, dans lequel il prône le déisme, promeut la raison et la libre pensée et s’oppose à la religion institutionnalisée en général et à la doctrine chrétienne en particulier.

benjamin_franklin_by_joseph_duplessis_1778
Benjamin Franklin (1706 – 1790)

Benjamin Franklin est connu pour avoir assisté occasionnellement aux réunions du tristement célèbre Hellfire Club pendant son séjour en Angleterre. Franklin a été l’ancien Grand Maître de la Loge des Neuf Soeurs française, établie à Paris en 1776, qui était une loge importante du Grand Orient de France et qui a eu une influence sur l’organisation du soutien français à la Révolution Américaine. Franklin a été initié à la loge maçonnique locale en 1730 ou 1731, et est devenu Grand Maître en 1734. La même année, il a édité et publié le premier livre maçonnique des Amériques, une réimpression des Constitutions des francs-maçons de James Anderson. Il a été le secrétaire de la Loge St. John’s à Philadelphie de 1735 à 1738. On dit que le deuxième prénom du fils illégitime de Franklin, William Temple Franklin, provient du fait qu’il a été conçu alors qu’il étudiait au Middle Temple, l’ancien quartier général des Templiers 5.

mkveisrael2
Synagogue Mikveh Israël, Philadelphie

Parmi les plus anciennes congrégations juives de Philadelphie, on trouve Mikveh Israël, fondée dans les années 1740 avec la contribution de Benjamin Franklin, et David Rittenhouse, astronome américain, inventeur et membre de la Royal Society of London 6. Mikveh Israël a compté parmi ses membres Haym Solomon (1740 – 1785), un homme d’affaires juif américain d’origine polonaise qui a financé la Révolution Américaine. Salomon a servi sur un bateau britannique comme interprète pour les soldats de Hesse qui étaient fournis par le patriarche de Rothschild, Mayer Amschel Rothschild, en Hesse-Kassel, au service de son prince, Guillaume IX. Salomon en profita pour aider les prisonniers de l’évasion britannique et encouragea les Hessois à déserter l’effort de guerre.

Created by Readiris, Copyright IRIS 2009
Haym Solomon (1740 – 1785) membre des Fils de la Liberté

Salomon a rejoint la branche new-yorkaise des Sons of Liberty, une société secrète largement composée de francs-maçons à l’origine du Boston Tea Party 7. Les Fils de la Liberté planifiaient leurs activités à la Green Dragon Tavern de Boston, connue par les historiens comme le « quartier général de la Révolution ». Andrews en 1766 8, les maçons utilisaient le premier étage pour leurs salles de réunion dirigées par le Grand Maître Joseph Warren, suivi de John Hancock. Paul Revere (un maçon) fut envoyé de là à Lexington sur son célèbre manège.

Une légende veut que lors de la conception du Grand Sceau, George Washington ait demandé quelle compensation Salomon souhaitait en échange de ses contributions financières à la guerre d’indépendance américaine. Il a répondu qu’il « ne voulait rien pour lui-même, mais qu’il voulait quelque chose pour son peuple ». Bien qu’il n’y ait aucune preuve, il existe une théorie selon laquelle les 13 étoiles représentant les colonies sur le sceau ont été disposées en forme d’étoile de David en commémoration des contributions de Salomon 9.

old-granary
Granary Burying Ground in Boston

Un obélisque érigé en 1827 à l’intention des parents et des proches de Benjamin Franklin, né à Boston et enterré à Philadelphie, est exposé en évidence dans le Granary Burying Ground de Boston. Le cimetière, qui a été fondé en 1660, est le lieu de repos final de nombreux patriotes de l’époque de la guerre d’Indépendance, dont Paul Revere, les cinq victimes du massacre de Boston et trois signataires de la Déclaration d’indépendance : Samuel Adams, John Hancock et Robert Treat Paine. John Endecott (vers 1588-1665), premier gouverneur de la colonie de la baie du Massachusetts, auquel John Winthrop a succédé, Samuel Sewall (1652-1730), juge du procès des sorcières de Salem, et Mary Goose (1665-1758), que les habitants de la région affirment être la première Mother Goose, sont également enterrés.

La porte et la clôture du cimetière, de style néo-égyptien, ont été conçues par l’architecte Isaiah Rogers (1810-49), qui a également conçu le temple maçonnique de Boston. Rogers a conçu un portail néo-égyptien identique pour le cimetière juif de Newport, le cimetière de la synagogue de Touro, inauguré en 1677. La synagogue est le plus ancien bâtiment de synagogue encore existant aux États-Unis, et le cimetière est le deuxième plus ancien cimetière juif du pays. Les deux cimetières présentent le motif « Soul Effigy », un crâne ou « tête de mort » avec une aile de chaque côté qui était une représentation de l’âme s’envolant vers le ciel après la mort. Ce symbole a ses racines dans la Nouvelle-Angleterre du XVIe siècle. En trois siècles, le symbole a évolué du crâne et des os croisés à un visage humain avec des ailes. Au milieu du XIXe siècle, l’effigie de l’âme a été remplacée par les chérubins ailés 10.

En 1998, lorsqu’un groupe appelé Friends of Benjamin Franklin House a décidé de transformer en musée la maison de ville de Franklin à Londres, où il a résidé de 1757 à 1777, ils ont découvert une fosse remplie d’environ 1 200 os humains. Les os, qui datent de l’époque où Franklin vivait dans la maison, ont été déterminés comme appartenant à dix corps, dont six étaient des enfants. La plupart des os montrent des signes de disséquation, de sciage ou de coupure. Un crâne a été percé de plusieurs trous. L’explication proposée est que les dissections ont été effectuées par le jeune ami et protégé de Franklin, William Hewson, qui avait été l’élève du plus brillant anatomiste de l’époque, William Hunter. L’anatomie étant encore mal vue, Hewson, Hunter et d’autres auraient dû s’en remettre à des pilleurs de tombes, appelés « hommes de la résurrection », pour se procurer des cadavres ou les déterrer eux-mêmes. Il y avait aussi une exécution publique hebdomadaire à la potence qui avait lieu de l’autre côté du mur du jardin 11.

David LIVINGSTONE

1 – David Livingstone. The Dying God, p. 94.2 – Monsignor George Dillon. Grand Orient Freemasonry Unmasked (London: Britons Publishing Company, 1950) p. 16.

3 – George Washington, 1732-1799. The Writings of George Washington from the Original manuscript sources. Electronic Text Centre, University of Virginia Library. Retrieved from https://etext.virginia.edu/etcbin/toccer-new2?id=WasFi36.xml&images=images/modeng&data=/texts/english/modeng/parsed&tag=public&part=388&division=div1

4 – Webster. Secret Societies and Subversive Movements, p. 174.

5 – Eric Stockdale & Randy J. Holland. Middle Temple Lawyers and the American Revolution (Thompson-West, 2007), p. 41.

6 – David B. Green. “This Day in Jewish History 1788: Benjamin Franklin Helps Save Floundering Philly Synagogue.” Haaretz ( April 30, 2015).

7 – “Knights of the Golden Circle.” Encyclopaedia Britannica (November 03, 2017); “Today in Masonic History: The Sons of Liberty.” Masonry Today (accessed December 28, 2017).

8 – Samuel Adams Drake. Old Boston Taverns and Tavern Clubs (Boston: W. A. Butterfield, 1917).

9 – “The Stars on the American Flag and the Great Seal.” GreatSeal.com [Retrieved 13 February 2013].

10 – Mike Runge. Deadwood’s Mount Moriah Cemetery (Arcadia Publishing, 2017), p. 126.

11 – Maev Kennedy. “This article is more than 16 years old Benjamin Franklin’s house: the naked truth.” The Guardian (August 11, 2003).

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s