II.13.x Age de la Déraison – Saint Germain, Cagliotro & Mesmer

Devenez complotiste avec le Volume IIChapitre 13 – Partie x de l’incroyable Ordo ab Chao de l’auteur canadien David Livingstone, qui depuis 30 ans dévoile les coulisses de l’Histoire et vient de nous donner les droits de son intégrale traduction.

cagliostro-performance-dresden
« Evocation des esprits à Dresde par Cagliostro ». Illustrations de Germania : deux mille ans d’histoire allemande par Juan Scherr (Barcelone : Montaner et Simon, 1882).

Le congrès de 1785 convoqué par les Amis Réunis et les Philalèthes a également vu la participation de l’Anton Mesmer, du comte St Germain et du comte Cagliostro, un autre élève du rabbin Falk. Cagliostro était un disciple de la figure la plus célèbre de l’époque, l’énigmatique comte de Saint-Germain. Germain était le soi-disant Grand Maître de la franc-maçonnerie et était devenu une connaissance de Louis XV, roi de France, et de sa maîtresse Madame de Pompadour. On croyait que St Germain avait des pouvoirs alchimiques qui lui permettaient de transmuter le plomb en or, ainsi que de nombreux autres pouvoirs magiques tels que la capacité de se téléporter, de léviter, de traverser les murs, d’influencer les gens par télépathie, et même d’être immortel. Le prince Charles de Hesse-Kassel, qui était préoccupé par la recherche des « supérieurs cachés » et du « vrai secret », était également un fervent adepte de l’alchimie, possédant son propre laboratoire, et était l’élève du comte St Germain, qu’il avait accueilli chez lui.

count_of_st_germain
Comte de St Germain. Le prince Charles de Hesse-Kassel le considérait comme « l’un des plus grands philosophes qui aient jamais vécu ».

La véritable identité de St Germain n’a jamais été établie, mais les spéculations de l’époque tendaient à s’accorder sur le fait qu’il était d’origine juive. Il serait le fils de François II Rakoczi, le prince de Transylvanie, petit-fils de George II Rakoczi et de Sophia Bathory, deux familles qui ont utilisé l’emblème de l’Ordre du Dragon 1. En 1639, Samuel Hartlib publia un pamphlet dédié à Rakoczi, qui était à l’époque l’espoir des protestants dispersés du sud-est de l’Europe, maintenant que la Bohême avait été reconquise et que les Suédois s’étaient repliés sur la côte de la Baltique 2.

Cagliostro prétend avoir été admis dans l’Ordre Souverain Militaire de Malte, ou Chevaliers de Malte, parmi lesquels il a étudié l’alchimie, la Kabbale et la magie. Cagliostro a déclaré au cours d’un procès être né de chrétiens de noble naissance mais abandonné comme orphelin sur l’île de Malte. Il a affirmé avoir voyagé dans son enfance à Médine, à La Mecque et au Caire. À son retour à Malte, où il a été reçu par Manuel Pinto da Fonseca, le 68e Prince et Grand Maître de l’Ordre Souverain Militaire de Malte de 1741 jusqu’à sa mort, qui partageait un intérêt pour l’alchimie 3.

Selon un rapport de l’Inquisition du Vatican (1791), « Cagliostro a perçu que leurs cérémonies [des francs-maçons] étaient défigurées et déshonorées par la magie et la superstition. Les principes de Swedenborg, un prédicateur suédois, et ceux de M. Falk, un rabbin juif, sont considérés comme des chefs par les illuminés. » Le chef maçonnique de Cagliostro, Frederick Rodolphe Saltzmann, rapporte que « [Cagliostro] dit beaucoup de bien de Swedenborg et se plaint d’avoir été persécuté. En vain, les Suédois veulent maintenant ressusciter ses cendres, ils ne découvriront rien. Le plus grand homme d’Europe est le célèbre Falk à Londres » [85]. Selon Catherine la Grande (1729-1796), « Cagliostro est arrivé au bon moment pour lui-même, lorsque plusieurs loges de francs-maçons, éprises des principes de Swedenborg, étaient à tout prix désireuses de voir les esprits ; elles se sont donc précipitées vers Cagliostro, qui a déclaré qu’il avait tous les secrets du Dr Falk »[86].

Le maréchal Keith Schuchard a présenté la preuve que c’est Falk qui a envoyé Cagliostro en mission de la franc-maçonnerie égyptienne 4. Cagliostro, dit-on, avait été initié au rite par le comte St Germain 5. Très proche du Grand Maître de l’Ordre des Chevaliers de Malte, Manuel Pinto de Fonseca, Cagliostro a fondé le rite de la Haute Maçonnerie égyptienne en 1784. Entre 1767 et 1775, il reçoit les trois hauts degrés hermétiques Arcana Arcanorum du Chevalier Luigi d’Aquino, frère du Grand Maître national de la Maçonnerie napolitaine. En 1788, Cagliostro les introduit dans le Rite du Misraïm et donne un brevet à ce Rite. Le Rite égyptien de Cagliostro était un système très complexe d’oracles, de rituels quasi égyptiens et de magie cérémonielle. Bien que le rite maçonnique ait été divisé en loges d’hommes et de femmes. Cependant, comme l’a noté le chercheur psychique Paul Tabori, dans son ouvrage Secret et Interdit, les principales cérémonies d’initiation des degrés dans les « loges des femmes » étaient ouvertement orgiaques. Selon Tabori, la cérémonie principale d’initiation aux diplômes dans les « loges de femmes » était ouvertement orgiaque :

Après avoir passé plusieurs tests, les novices se rassemblaient à l’aube dans le « temple ». Un rideau s’est levé et les spectateurs ont regardé un homme assis sur un globe doré, complètement nu, tenant un serpent dans sa main.

La figure nue était Cagliostro lui-même. La « grande prêtresse » a expliqué aux dames étonnées que la vérité et la sagesse étaient toutes deux nues et qu’elles (les dames) devaient suivre leur exemple. Ensuite, les beautés se sont déshabillées et Cagliostro a prononcé un discours dans lequel il a déclaré que le plaisir sensuel était le but le plus élevé de la vie humaine. Le serpent qu’il tenait dans ses mains donna un coup de sifflet, après quoi trente-six « génies » entrèrent, revêtus de gaze blanche. « Tu es », dit Cagliostro, « choisi pour accomplir mes enseignements ! C’était le signe du début des orgies » 6.

anton_mesmer_wellcome_images
Anton Mesmer et son « magnétisme animal ».

Cagliostro a souvent été comparé à Franz Anton Mesmer (1734 – 1815), un franc-maçon et médecin allemand, qui est devenu très populaire pour avoir induit artificiellement des états de transe, aujourd’hui connus sous le nom d’hypnotisme. Le nom de Mesmer est la racine du verbe anglais « mesmerize » (hypnotiser). S’intéressant à l’astronomie, Mesmer a théorisé qu’il existait un transfert énergétique naturel entre toutes choses, qu’il a appelé « magnétisme animal », dû à un fluide magnétique dans le corps qui était censé relier l’humanité, la terre et les étoiles. La thérapie de Mesmer, expliquent Erika Fromm et Ronald Shor, « était une combinaison de l’ancienne procédure d’imposition des mains avec une version déguisée de l’exorcisme démoniaque médiéval. Sa théorie était une combinaison de concepts astrologiques anciens, de mysticisme médiéval et de vitalisme du XVIIe siècle » 7. De plus, certains sujets du mesmérisme se sont spontanément engagés dans la télépathie, la précognition et la voyance 8.

David LIVINGSTONE

1 – Isabel Cooper-Oakley. The Comte de St. Germain (Milan, Italy: Ars Regia, 1912).

2 – Hugh Trevor-Roper. The Crisis of the Seventeenth Century (Indianapolis: Liberty Fund, 1967), p. 239.

3 – Henry Ridgely Evans. “Cagliostro—A Study in Charlatanism.” The Monist, vol. 13, no. 4, 1903, p. 527.

84 – Marsha Keith Schuchard. “Jacobite and Visionary: the Masonic Journey of Emanuel Swedenborg (1688–1772).” Ars Quatuor Coronatorum, Vol. 115, 2002. Retrieved from https://skirret.com/papers/schuchard-swedenborg.html

85 – As cited in S. Spector. The Jews and British Romanticism, Volume 2. (Springer, 2016), p. 74.

86 – As cited in Keith Schuchard. “Dr. Samuel Jacob Falk,” p. 207.

4 – “Freemasonry, Secret Societies, and the Continuity of the Occult Tradition in English Literature.” Ph.D. diss., (Austin: University of Texas, 1975) p. 353; “Yeats and the Unknown Superiors: Swedenborg, Falk, and Cagliostro,” Hermetic Journal, 37 (1987) p. 18.

5 – Webster, Nesta. Secret Societies and Subversive Movements, p. 174.

6 – Jim Keith. Secret and Suppressed: Banned Ideas and Hidden History (Feral House. Kindle Edition), p. 104).

7 – Erika Fromm and Ronald Shor, eds. Hypnosis: Development in Research and New Perspectives (New York; Aldine Publishing Co., 1979), p. 20.

8 – Ibid., p. 10.

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s