I.3.v Ere Hellénistique – Anakim

Devenez complotiste avec le Volume IChapitre 3 – Partie v de l’incroyable Ordo ab Chao de l’auteur canadien David Livingstone, qui depuis 30 ans dévoile les coulisses de l’Histoire et vient de nous donner les droits de son intégrale traduction.

francis_danby_deluge
Le Déluge (1840) de Francis Danby.

Les premiers écrits apocalyptiques ont été produits en Palestine aux troisième et deuxième siècles avant Jésus-Christ. Parmi les apocalypses trouvées chez les Esséniens, on trouve le Livre des Jubilés, attribué à Moïse, et le Livre d’Hénoch, qui fut une source précoce importante de la Kabbale 1. Le Livre des Jubilés développe l’histoire de la Genèse et de l’Exode, et est présenté comme une révélation secrète communiquée à l’origine par les anges à Moïse sur le mont Sinaï. Le Livre d’Hénoch, par son angélologie, sa démonologie et sa cosmologie, a également fourni d’importants éléments préliminaires dans le développement de la Kabbale 2.

Le Livre d’Hénoch fait partie d’un certain nombre d’ouvrages connus sous le nom d’Apocryphes, généralement d’origine inconnue ou douteuse. Les Apocryphes, du mot grec apokryptein, qui signifie « se cacher », font référence à un ensemble de littérature biblique qui a été exclu du canon orthodoxe de l’Ancien et du Nouveau Testament. La Septante contenait un certain nombre de livres que les chefs religieux juifs ont ensuite rejetés de l’Ancien Testament, mais que l’Église chrétienne primitive a conservés sous le nom d’Apocryphes, en les insérant entre l’Ancien et le Nouveau Testament. Il n’existe pas de liste complète de ces ouvrages, et certains sont plus importants que d’autres.

Parmi ceux qui sont habituellement classés dans la littérature apocryphe de l’Ancien Testament, on trouve les Psaumes de Salomon, les parties juives des livres sibyllins, le Livre d’Hénoch, l’Assomption de Moïse, l’Apocalypse Syriaque de Baruch, l’Apocalypse Grecque de Baruch, le Livre des Jubilés, les Testaments des Douze Patriarches, le Martyre d’Isaïe, le Testament de Job, plusieurs écrits sur le sujet d’Adam et Eve, l’Histoire de Johannes Hyrcanus, et divers autres ouvrages légendaires et apocalyptiques. D’autres œuvres encore ont survécu. La majorité d’entre elles, pour tenter de leur donner une légitimité, ont été attribuées à diverses personnalités bibliques du passé lointain, plutôt qu’à leurs auteurs réels. En raison de cette attribution erronée de la paternité, ces œuvres ont été connues sous le nom de Pseudépigraphe. Leur forme littéraire rend difficile la datation de la plupart d’entre elles, mais la majorité reflète des doctrines introduites depuis l’exil babylonien. La plupart d’entre eux datent d’entre 200 avant J.-C. et 100 après J.-C., et ont été tirés de copies ultérieures, soit dans la langue originale, l’hébreu, l’araméen ou le grec, soit dans des versions traduites trouvées lors de fouilles archéologiques.

Le Livre d’Hénoch est une œuvre pseudo-pigraphique, nommée d’après Hénoch, qui, selon la Bible, était le septième patriarche après Adam et vivait avant le déluge. Hénoch n’est pas mort, mais à l’âge de 365 ans, il a « marché avec Dieu », ce qui signifie qu’il a été enlevé directement au ciel. Après avoir commencé par le récit des Anges Déchus, connus sous le nom de Veilleurs ou Nephilim, le Livre d’Hénoch offre une description du voyage miraculeux d’Hénoch, en compagnie de l’ange Uriel, de qui il apprend les secrets de la création, le Soleil, la Lune et les signes du zodiaque. Le livre enseigne l’existence du Fils de l’Homme, l’Élu, le Messie, qui « dès le début a existé en secret » 3 et dont « le nom a été invoqué en présence du Seigneur des Esprits, avant que le soleil et les signes ne soient créés » 4 ; selon Moshé Idel, le texte d’Hénoch préconise l’utilisation de structures spécifiques, ainsi que des incantations, qui pourraient « provoquer la descente des entités célestes et leur utilisation magique » 5.

Alors qu’au cours des siècles, de nombreux lecteurs de la Bible se sont débattus avec l’identité des « Fils de Dieu » (Nephilim) de la Bible, selon les Apocryphes et les Pseudépigraphes, ils ont été identifiés comme des Anges Déchus, appelés « Veilleurs » [Watchers dans version anglaise]. Dans le livre de Daniel, il y a trois références à la classe des « veilleurs, des saints ». Le terme est introduit par Nabuchodonosor qui dit avoir vu « un observateur, un saint descendre (singulier verbe) du ciel » 6. On pense souvent que l’histoire des Anakim est peut-être liée au mythe sumérien des Annunaki, sept juges des Enfers, les enfants du dieu Anu, qui avaient autrefois vécu au ciel mais qui ont été bannis pour leurs méfaits.

Bien que la Bible n’en fasse pas mention, de nombreuses interprétations ultérieures ont affirmé que les Nephilim se sont mariés avec les descendants féminins de Caïn, donnant ainsi naissance à la race des Anakim. On trouve des références à la descendance de Seth se rebellant contre Dieu et se mêlant aux filles de Caïn à partir du deuxième siècle après J.-C., dans les sources chrétiennes et juives. J.-C., tant dans les sources chrétiennes que juives, comme le rabbin Shimon bar Yochai, Saint Augustin, Sextus Julius Africanus et les lettres attribuées à Saint Clément. C’est également l’opinion exprimée dans la Bible orthodoxe éthiopienne canonique moderne en amharique : Henok 2:1-3 : « et la postérité de Seth, qui était sur la montagne sainte, les vit et les aima. Et ils se dirent l’un à l’autre : Venez, choisissons pour nous des filles parmi les enfants de Caïn ; ayons des enfants pour nous ».

Un récit similaire est fourni dans The Conflict of Adam and Eve with Satan, une œuvre extracanonique chrétienne du sixième siècle trouvée dans Ge’ez, traduite d’un original arabe. Dans le livre 2, les « fils de Dieu » sont identifiés comme les enfants de Seth, et les « filles des hommes » comme des femmes descendant de Caïn, qui ont réussi à faire descendre la plupart des Sethites de leur montagne et à rejoindre les Caïnites dans la vallée en contrebas, sous l’instigation de Génon, fils de Lémec. Ce Genun, qui est décrit comme l’inventeur des instruments de musique, semble correspondre au Jubal biblique, est aussi l’inventeur des armes de guerre. Les Caïnites, descendants de Caïn le premier assassin, sont décrits comme extrêmement méchants, étant enclins à commettre des meurtres et des inceste. Après avoir séduit les Séthites, leurs descendants deviennent les Nephilim, qui sont tous détruits par le déluge, comme le décrivent également Hénoch et les Jubilés.

De même, comme le racontent les Manuscrits de la Mer Morte, deux cents anges connus sous le nom de Gardiens sont descendus du ciel pour goûter aux plaisirs de la Terre et ont été, selon le Livre des Jubilés, conduits par Mastema, ou Satan. Ce sont eux qui ont enseigné aux hommes les connaissances apportées avec eux dans leur descente du ciel : la magie et l’astrologie. Selon le Livre d’Hénoch, les Fils de Dieu, « prirent des femmes, chacune choisissant pour elle-même ; qu’elles commencèrent à approcher, et avec lesquelles elles cohabitèrent ; leur apprenant la sorcellerie, les incantations, et la division des racines et des arbres » 7, explique le texte :

…Azazyel, enseigna aux hommes la fabrication d’épées, de couteaux, de boucliers, de cuirasses, la fabrication de miroirs, et le travail des bracelets et des ornements, l’utilisation de la peinture, l’embellissement des sourcils, l’utilisation de pierres de toute sorte, précieuses et choisies, et de toutes sortes de teintures, de sorte que le monde fut modifié. L’impiété augmentait, la fornication se multipliait, et ils transgressaient et corrompaient toutes leurs voies. Amazarak enseigna tous les sorciers et les diviseurs de racines ; Armers enseigna la solution de la sorcellerie ; Barkayal enseigna aux observateurs des étoiles ; Akibeel enseigna les signes ; Tamiel enseigna l’astronomie ; et Asaradel enseigna le mouvement de la lune 8.

Pour satisfaire leurs énormes appétits, les Anakim parcoururent la terre, massacrant toutes les espèces d’oiseaux, de bêtes, de reptiles et de poissons. Finalement, les créatures voraces se sont retournées les unes contre les autres, se dépouillant mutuellement de la chair de leurs os et étanchant leur soif dans des rivières de sang. Alors que cette vague de destruction déferlait sur la terre, les cris angoissés de l’humanité atteignirent quatre puissants archanges, Uriel, Raphaël, Gabriel et Michel, qui, sur ordre de Dieu, provoquèrent un rapide châtiment. Uriel est d’abord descendu sur terre pour avertir Noé de la venue d’un déluge, lui conseillant de préparer une arche pour transporter sa famille et un chargement de créatures en sécurité. Raphaël est alors tombé sur un chef des Gardiens (appelé Shemyaza), l’a lié aux mains et aux pieds, et l’a poussé dans les ténèbres éternelles. Ensuite, Gabriel, chargé de tuer la race corrompue, les encouragea à se battre entre eux. Enfin, Michel a rassemblé les autres Gardiens [Watchers dans version anglaise], les a forcés à assister à la mort de leur progéniture et les a condamnés aux tourments éternels. C’est alors seulement que les cieux s’ouvrirent et que les eaux du Grand Déluge emportèrent les dernières traces de la destruction que les Anges déchus avaient causée.

Cependant, les Anakim n’ont pas été entièrement anéantis par le Déluge. Le Livre des Jubilés raconte comment un reste des Anakim a été épargné. Quelque temps après le Déluge, Noé apprit que des esprits maléfiques, nés des Anges Déchus, trompaient ses petits-enfants et en tuaient certains. Dieu ordonne alors aux archanges d’emprisonner les démons à l’intérieur de la terre. Mais Mestama (le diable) implore Dieu : « Seigneur, Créateur, que certains d’entre eux restent devant moi, qu’ils écoutent ma voix et fassent tout ce que je leur dirai ; car si certains d’entre eux ne me sont pas laissés, je ne pourrai pas exécuter la puissance de ma volonté sur les fils des hommes. » Et Yahvé répond : « Que la dixième partie d’entre eux reste devant lui, et que neuf parties descendent dans le lieu de la condamnation. » Et ainsi, les anges lient neuf des dix mauvais esprits dans les ténèbres, mais la dixième partie reste afin « qu’ils soient soumis devant Satan sur la terre » 9. L’épargne d’un certain nombre d’Anges Déchus a permis la légende de la Kabbale selon laquelle la race des Anakim s’est poursuivie à travers les descendants de l’un des petits-fils de Noé, Canaan.

David LIVINGSTONE

1 – Kaufmann Kohler & Louis Ginzberg. “Cabala.” Jewish Encyclopedia (1906).

2 – Ibid.

3 – Chap. LXI 10.

4 – Chap. XLVIII.

5 – Moshe Idel. Kabbalah: New Perspectives (New Haven: Yale UP, 1988), p. 167.

6Book of Daniel, 4:13, 17, 23.

7Book of Enoch, VII:10.

8Book of Enoch, VIII:1-8

9 – Jeffrey Burton Russell. The Devil: Perceptions of Evil from Antiquity to Primitive Christianity (Ithica, NY: Cornell University Press, 1987), p. 193.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s