III.4.ii Sionisme – Dispensationalisme

Devenez complotiste avec le Volume IIIChapitre 4 – Partie ii de l’incroyable Ordo ab Chao de l’auteur canadien David Livingstone, qui depuis 30 ans dévoile les coulisses de l’Histoire que nous publions pour la première fois en français.

brandeisl-1
Louis Dembitz Brandeis (1856 – 1941)

Louis Brandeis serait au centre d’une conspiration de la Round Table pour faire avancer la cause du sionisme, par le recrutement de Cyrus I. Scofield, un ministre américain, dont l’Annotated Bible, best-seller, a popularisé le dispensationalisme parmi les évangéliques et les sionistes chrétiens. Important dans l’exploitation de la Grande-Bretagne pour ses ambitions, le sionisme a fait usage du millénarisme sabbatéen, tel qu’il s’exprime dans une interprétation de la fin des temps connue sous le nom de dispensationalisme, qui s’est développée à partir du christianisme évangélique et a contribué à l’émergence du sionisme chrétien. Les origines des évangéliques remontent généralement à 1738, divers courants théologiques ayant contribué à sa fondation, notamment le méthodisme anglais, l’Eglise Morave du comte Zinzendorf et le piétisme luthérien allemand 1.

800px-scofieldci
Cyrus I. Scofield (1843 – 1921)

En plus d’influencer les dirigeants et les grandes figures du mouvement protestant évangélique, tels que les puritains anglais John Wesley, George Whitefield et Jonathan Edwards des Great Awakenings en Angleterre et aux États-Unis, l’Eglise Morave a également été responsable d’une autre secte évangélique, les Frères de Plymouth2. John Nelson Darby (1800 – 1882), l’une des figures influentes des Frères de Plymouth, a conçu le système de dispensationnalisme qui a été incorporé dans le développement de l’évangélisme moderne et qui reflète les aspirations millénaires du sabbataïsme. Comme indice de leur crypto-judaïsme probable, les dispensationnistes chrétiens embrassent parfois ce que certains critiques ont appelé péjorativement la « judéophilie », qui comprend le soutien à l’État d’Israël, l’observation des fêtes juives traditionnelles et la pratique des rituels religieux juifs traditionnels 3. L’influence des Frères de Plymouth sur le christianisme évangélique dépasse leur nombre relativement restreint. Le mouvement compte aujourd’hui de nombreuses congrégations dans le monde entier, et de nombreux dirigeants du mouvement évangélique contemporain sont issus des cette fraternité.

Lorsque William Wilberforce, leader de la secte Clapham et grand champion de l’abolition de l’esclavage, est mort en 1833, l’un de ceux qui ont assisté à ses funérailles était Lord Shaftesbury (1801 – 1885), qui fut l’un des premiers sionistes chrétiens de premier plan. Shaftesbury était membre de la Canterbury Association, tout comme deux des fils de Wilberforc, Samuel et Robert. Lewis Carrol, auteur d’Alice au Pays des Merveilles, a été ordonné par l’évêque d’Oxford, Samuel Wilberforce. Shaftesbury épouse en 1830 Lady Emily Caroline Catherine Frances Cowper, qui est probablement la fille naturelle de Lord Palmerston (plus tard son beau-père officiel). Shaftesbury fut l’un des premiers partisans de la restauration des Juifs en Terre Sainte, fournissant la première proposition d’un important politicien pour réinstaller les Juifs en Palestine. En 1875, Shaftesbury déclara à l’assemblée générale annuelle du Palestine Exploration Fund (PEF)– qui avait parrainé la première loge maçonnique en Palestine – que « Nous avons là une terre foisonnante de fertilité et riche en histoire, mais presque sans habitant – un pays sans peuple, et regardez ! dispersée dans le monde, un peuple sans pays », étant l’un des premiers usages par un éminent homme politique de la phrase « Une terre sans peuple pour un peuple sans terre », qui allait devenir largement utilisée par les sionistes 4.

À la fin du XIXe siècle, l’ancien consensus évangélique s’est fragmenté et les églises protestantes se sont divisées sur de nouvelles idées intellectuelles et théologiques, telles que l’évolution darwinienne et la critique historique de la Bible. Ceux qui ont adopté ces idées libérales sont devenus des modernistes, tandis que ceux qui les ont rejetées sont devenus des fondamentalistes. Les fondamentalistes ont défendu la doctrine de l’inerrance biblique et ont adopté un système dispensationnaliste pour l’interprétation de la Bible 5.

Les croyances dissidentes sont au premier plan du sionisme chrétien, qui partage exactement les mêmes ambitions que les sionistes, mais au lieu de cela, lorsque Dieu aura tenu ses promesses envers la nation d’Israël, le monde à venir se traduira par un royaume millénaire et un Troisième Temple où le Christ, à son retour, dirigera le monde depuis Jérusalem pendant mille ans. Les croyances dissidentes ont été popularisées aux États-Unis par l’évangéliste Cyrus Scofield (1843 – 1921). Cependant, Scofield avait des antécédents de fraude et abandonna sa femme et ses deux filles, peut-être en partie à cause de sa consommation excessive d’alcool 6. Deux ans après la conversion déclarée de Scofield au christianisme en 1879, l’Atchison Patriot décrivit Scofield comme « un avocat, un politicien et un huissier en général », et poursuivit en racontant quelques-uns des « nombreux actes malveillants » de Scofield. Il a notamment commis une série de faux à Saint-Louis, pour laquelle il a été condamné à six mois de prison. Comme l’écrivit un biographe, Scofield « était secret sur son passé et n’hésitait pas à déformer les faits de ses années d’ombre » 7. Au début des années 1890, Scofield commença à se faire appeler Rev. C.I. Scofield, D.D., mais il n’existe aucune trace d’une institution universitaire lui ayant décerné le titre de Docteur honoris causa en théologie. Néanmoins, lorsque la Bible de référence de Scofield fut publiée par Oxford University Press en 1909, elle devint rapidement la déclaration la plus influente du dispensationnisme. La Bible de Scofield a également approuvé la théorie de la malédiction de Ham 8.

Scofield a été fortement influencé par Darby, comme en témoignent les notes explicatives de sa Scofield Reference Bible. Une doctrine fondamentale est l’attente de la Seconde Venue et l’établissement d’un Royaume de Dieu sur Terre. Scofield a également prédit que les lieux saints islamiques seraient détruits et que le Temple de Jérusalem serait reconstruit, signalant la fin de l’ère de l’Église, lorsque tous ceux qui cherchent à garder l’alliance avec Dieu reconnaîtront Jésus comme leur Messie, au mépris de l’Antéchrist.

Les bases du sionisme chrétien ont été posées lorsque Darby a visité les États-Unis et a catalysé un nouveau mouvement. Celui-ci s’est exprimé lors de la Conférence biblique de Niagara en 1878, qui a publié une proclamation en 14 points, dont le texte suivant :

que le Seigneur Jésus viendra en personne pour introduire l’ère millénaire, quand Israël sera restauré sur sa propre terre, et que la terre sera remplie de la connaissance du Seigneur ; et que cet avènement personnel et pré-millénaire est l’espoir béni qui nous est proposé dans l’Évangile et que nous devrions constamment rechercher. (Luc 12:35-40 ; 17:26-30 ; 18:8 Actes 15:14-17 ; 2 Thess. 2:3-8 ; 2 Tim. 3:1-5 ; Tite 1:11-15)

En 1844, George Bush, professeur d’hébreu à l’université de New York et cousin d’un ancêtre du président Bush, a publié un livre intitulé The Valley of Vision; or, The Dry Bones of Israel Revived, dans lequel il appelait à « élever » les Juifs « à un rang de réputation honorable parmi les nations de la terre » en permettant leur restauration sur la terre d’Israël où la majeure partie serait convertie au christianisme. Cela, selon Bush, profiterait non seulement aux Juifs, mais à toute l’humanité, en formant un « lien de communication » entre l’humanité et Dieu. « Il flambera de notoriété… » Il a ajouté : « Il fera une splendide démonstration à toutes les familles et à toutes les langues de la vérité » 9.

410a6unuogl._sl250_En 1891, le magnat William Eugene Blackstone, qui s’est inspiré de la Conférence biblique du Niagara pour publier le livre Jesus is Coming, a fait pression sur le président Benjamin Harrison pour la restauration des Juifs, dans une pétition signée par 413 éminents Américains, qui est devenue connue sous le nom de Blackstone Memorial. Parmi ces personnes figuraient le président de la Cour Suprême des États-Unis, le président de la Chambre des représentants, le président de la commission des relations étrangères de la Chambre des représentants et plusieurs autres membres du Congrès, le futur président William McKinley, ainsi que le président de la Cour suprême Melville Fuller, John D. Rockefeller, J.P. Morgan Sr. et d’autres industriels célèbres. On pouvait y lire, en partie : « Pourquoi les pouvoirs qui, en vertu du traité de Berlin, en 1878, ont donné la Bulgarie aux Bulgares et la Serbie aux Serbes ne rendraient-ils pas maintenant la Palestine aux Juifs ?… Ces provinces, ainsi que la Roumanie, le Monténégro et la Grèce, ont été arrachées aux Turcs et données à leurs propriétaires naturels. La Palestine n’appartient-elle pas de plein droit aux Juifs ? » 10 .

Le 16 mai 1916, Nathan Straus, à la demande de Louis Brandeis, futur juge de la Cour suprême, écrit au révérend Blackstone :

M. Brandeis s’est parfaitement imprégné du travail que vous avez accompli dans le sens du sionisme. Cela vous aurait fait du bien de l’entendre affirmer la valeur de votre document pour la cause. En fait, il est d’accord avec moi pour dire que vous êtes le père du sionisme, car votre travail est antérieur à Herzl 11.

51g93pndthl._sl250_Brandeis a recruté C.I. Scofield après qu’il ait rejoint le prestigieux Lotos Club de New York. Fondé principalement par un jeune groupe d’écrivains et de critiques, le club était composé de journalistes, d’artistes, de musiciens, d’acteurs et d’amateurs de littérature, de sciences et de beaux-arts. Mark Twain, l’un des premiers membres, l’a appelé « l’As des clubs ». Le Club a pris son nom d’après « The Lotos-Eaters« , un poème de Tennyson. Faisant allusion à l’utilisation de l’opium, le poème décrit un groupe de marins qui, en mangeant les lotos [lotophages], sont mis dans un état altéré et isolés du monde extérieur.

Dans The Incredible Scofield and His Book, Joseph M. Canfield soupçonne que Scofield était associé à l’un des membres du comité du club, l’avocat de Wall Street Samuel Untermeyer 12. Sioniste actif, Untermyer était président du Keren Hayesod, l’agence par laquelle le mouvement était mené en Amérique 13. Selon le professeur David W. Lutz dans Unjust War Theory: Christian Zionism and the Road to Jerusalem :

Untermeyer a utilisé Scofield, un avocat de la ville du Kansas sans formation formelle en théologie, pour injecter les idées sionistes dans le protestantisme américain. Untermeyer et d’autres sionistes riches et influents qu’il a présentés à Scofield ont promu et financé la carrière de ce dernier, y compris des voyages en Europe 14.

Samuel Untermyer fit chanter le président américain Woodrow Wilson, en ayant connaissance de la liaison de Woodrow Wilson avec Mary Peck, la femme d’un collègue professeur, en échange de la nomination de Louis Brandeis à la Cour suprême 15. Enfin, s’appuyant sur l’avis juridique du juge Brandeis, Wilson déclara la guerre à l’Allemagne le 7 avril 1917.

David LIVINGSTONE

1 – Donald M. Lewis, Richard V. Pierard. Global Evangelicalism: Theology, History & Culture in Regional Perspective (InterVarsity Press, 2014); Evan Burns. “Moravian Missionary Piety and the Influence of Count Zinzendorf.” Journal of Global Christianity (1.2 / 2015); Jonathan M. Yeager. Early Evangelicalism: A Reader (Oxford University Press, 2013); Mark A. Noll. The Rise of Evangelicalism: The Age of Edwards, Whitefield, and the Wesleys (InterVarsity Press, 2004).

2 – Tim O’Neill. “The Erotic Freemasonry of Count Nicholas von Zinzendorf,” in Secret and Suppressed: Banned Ideas and Hidden History, ed. Jim Keith (Feral House, l993), pp. 103-08.

3 – Catalin Negru. History of the Apocalypse (Lulu Press, 2015).

4 – Palestine Exploration Fund. Quarterly Statement for 1875 (London, 1875). p. 116.

5 – Frances FitzGerald. The Evangelicals: The Struggle to Shape America (Simon and Schuster, 2017), p. 5.

6 – Michael Phillips. White Metropolis: Race, Ethnicity, and Religion in Dallas, 1841–2001 (Austin: University of Texas, 2006), p. 47–48.

7 – John D. Hannah, “Scofield, Cyrus Ingerson” American National Biography Online (February 2000)

8 – R. Todd Mangum & Mark S. Sweetnam. The Scofield Bible: Its History and Impact on the Evangelical Church (InterVarsity Press, 2009), p. 82.

9 – Hillel Halkin. “Power, Faith, and Fantasy by Michael B. Oren.” Commentary (January 1, 2007).

10 – Yaakov Ariel. On Behalf of Israel; American Fundamentalist Attitudes toward Jews, Judaism, and Zionism, 1865–1945 (New York: Carlson Publishing, 1991), pp. 70–72.

11 – William Blackstone papers, Wheaton College, Il.

122 – Cited in Maidhc Ó Cathail. “Zionism’s un-Christian Bible.” Dissident Voice (November 24th, 2009).

13 – “Samuel Untermyer,” The 1911 Classic Encyclopedia.

14 – Cited in Maidhc Ó Cathail. “Zionism’s un-Christian Bible.” Dissident Voice (November 24th, 2009)

15 – Sam A. Cohen. Future of the Middle East – United Pan-Arab States (Bloomington, IN: Author House, 2014) p. 357.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s