IV.20.iii Nouvelle Droite – Le Figaro

Devenez complotiste avec le Volume IVChapitre 20 – Partie iii de l’incroyable Ordo ab Chao de l’auteur canadien David Livingstone, qui depuis 30 ans dévoile les coulisses de l’Histoire et vient de nous donner les droits de son intégrale traduction.

siege_figaro
Ancien siège du Figaro, 37, rue du Louvre, dans le 2ème arrondissement de Paris
franc2525cc2525a7ois252bcoty
François Coty (1874 – 1934)

L’hebdomadaire français Le Figaro Magazine deviendra l’un des principaux moyens de diffusion des idées de la Nouvelle Droite, avec notamment Patrice de Plunkett, membre du GRECE, comme rédacteur en chef adjoint, ainsi que de Benoist 1. Le Figaro a été acheté en 1922 par le parfumeur et homme d’affaires français François Coty (1874 – 1934), qui avait soutenu financièrement la Croix-de-Feu et l’Action Française 2. Coty était l’un des fondateurs de la ligue fasciste Solidarité Française. Lorsqu’elle a été dissoute par le gouvernement du Front populaire de Léon Blum en 1936, nombre de ses membres ont ensuite rejoint le Parti populaire français (PPF) fasciste de Jacques Doriot, qui était financé par les banques Rothschild et Lazard et par la synarchiste Banque Worms 3.

71mg2vmzbfl._sy500_
Robert Hersant (1920 – 1996)

En 1975, Le Figaro est racheté par la Socpresse, une société française qui contrôle Robert Hersant (1920 – 1996). Dans sa jeunesse, Hersant avait été membre du secrétariat général de la jeunesse du régime de Vichy. Il a été jugé en 1947 et condamné à dix ans de prison pour collaboration avec l’Allemagne nazie. En 1952, cependant, il bénéficie de l’amnistie générale. En septembre 1977, Louis Pauwels, membre du GRECE, entre dans les services culturels du Figaro et devient en octobre 1978 le directeur de l’hebdomadaire nouvellement créé Le Figaro Magazine. C’est Pauwels qui a fait connaître Isodore Isou et Maurice Lemaitre, un autre membre important du mouvement lettriste 4. En 1948, comme le synarchiste Raymond Abellio, Pawels avait fait partie du comité de rédaction du magazine Atlantis de Paul Le Cour. Pauwels a rejoint les groupes de travail de G.I. Gurdjieff pendant quinze mois, jusqu’à ce qu’il devienne rédacteur en chef de Combat en 1949 et rédacteur en chef du journal Paris-Presse.

combatCombat est un journal français créé en 1941, pendant la Seconde Guerre mondiale, comme un journal clandestin de la Résistance. Parmi ses principaux contributeurs figuraient des synarchistes non-conformistes de premier plan comme Emmanuel Mounier d’Esprit et Raymond Aron de l’Ordre Nouveau. Jean-Paul Sartre ainsi qu’un collaborateur, et de 1943 à 1947, son rédacteur en chef était Albert Camus. Combat partage également un bureau avec L’Esprit Public de Roland Laudenbach, un périodique qui sert de porte-parole à l’OAS. Combat a publié de nombreux articles de Parvulesco 5.

louis2bpauwels
Louis Pauwels (1920 – 1997)

Pauwels a dirigé la Bibliothèque Mondiale (précurseur du « Livre de Poche »), Carrefour, le mensuel féminin Marie Claire et la revue Arts et Culture en 1952. En 1954, alors qu’il est directeur littéraire de la Bibliothèque Mondiale, Pauwels rencontre Jacques Bergier, ancien résistant, espion, journaliste et écrivain. Et selon Pauwels, c’est André Breton qui a été chargé de les réunir, et qui a influencé leur intérêt pour le « Réalisme Fantastique ». 6 Bergier est né Yakov Mikhailovich Berger, à Odessa en 1912. Son père était un épicier juif en gros et sa mère, Etlia Krzeminiecka, était une ancienne révolutionnaire. Un de ses grand-oncles était un rabbin miraculeux et dans son autobiographie, Je ne suis pas une légende, Bergier dit qu’il était un cousin du physicien nucléaire George Gamow et d’un certain Anatoly, membre du peloton d’exécution qui a tiré sur le tsar Nicolas II. Bergier était un enfant doué qui, à l’âge de quatre ans, pouvait facilement lire le russe, le français et l’hébreu. En 1920, la guerre civile russe a forcé sa famille à déménager dans le nord-ouest de l’Ukraine, où il a fréquenté une école talmudique et s’est intéressé à l’étude de la Kabbale. Selon Walter Lang, Bergier a été approché par Fulcanelli avec un message pour Helbronner sur l’utilisation possible des armes nucléaires par l’homme 7. Bergier a également affirmé toute sa vie qu’il avait été correspondant de H.P. Lovecraft 8. Bergier est considéré par de nombreux spécialistes du sujet comme celui qui a introduit l’oeuvre de Lovecraft en France 9.

En particulier, Bergier affirme qu’en échange de certains services importants rendus pendant la Seconde Guerre mondiale, il a eu le rare privilège après la guerre, pour tous les gouvernements qui avaient combattu Hitler, de consulter leurs dossiers « file and forget » (FF), c’est-à-dire des documents sur des phénomènes inexpliqués. Ces documents ont servi de base à la rédaction de The Morning of the Magicians, qu’il a co-écrit avec Pauwels et qui a été publié pour la première fois en 1960. Le livre est devenu un best-seller, d’abord en français, puis a été traduit en anglais en 1963 sous le titre The Dawn of Magic, et en 1964 publié aux États-Unis sous le titre The Morning of the Magicians, en 1968 en livre de poche par Avon Books. Avon a également publié H.P. Lovecraft, Robert E. Howard, The Necronomicon (apparemment par Peter Levenda) et un certain nombre de bandes dessinées et de romans en fascicules. Avon a été acheté par la Hearst Corporation en 1959. En 1968, le rédacteur en chef d’Avon, Peter Mayer, a demandé à Anton LaVey d’écrire The Satanic Bible, qui a été publié par Avon en 1969 10.

220px-le_matin_des_magiciens

Selon Gary Lachman, « best-seller des deux côtés de l’Atlantique et de la Manche, Le Matin des Magiciens a suscité l’intérêt des masses pour « tout ce qui est occultement merveilleux » qui caractérisait l’époque et a influencé certaines des figures de proue de la culture populaire. » 11 Dans une vue d’ensemble généralisée et étendue de l’occulte ou du paranormal, le livre présente une collection de  » matière première pour la spéculation de l’ordre le plus étrange « , discutant des théories de conspiration, des anciennes prophéties, de l’alchimie, d’une race géante qui a autrefois régné sur la Terre, et des lignes de Nazca. Il comprend également des spéculations sur des sujets tels que l’occultisme allemand et les phénomènes surnaturels et prétend que la Société Vril et la Société de Thulé ont été les précurseurs philosophiques du parti nazi. Bergier et Pauwels ont également créé Planète, un magazine français de réalisme fantastique, lancé l’année suivant Le Matin des Magiciens, qui s’est déroulé de 1961 à 1972. Mark Sedgwick a souligné que Pauwels « a été responsable de la diffusion du traditionalisme simplifié dans toute l’Europe latine », puisque sa revue Planète a atteint un large tirage de 100 000 exemplaires dans les premiers mois, avec Guénon comme pièce maîtresse de son deuxième numéro 12. Des philosophes, des sociologues et des écrivains, tels que Mircea Eliade, Edgar Morin, Odile Passeron, Jean-Bruno Renard, Umberto Eco et Jean d’Ormesson, ont considéré qu’il s’agissait là du principal phénomène des années 60.

du-gabriel-matzneff-en-rafale
Gabriel Matzneff

De Benoist était un ami très proche de Gabriel Matzneff, un auteur français et pédophile notoire, qui contribuait régulièrement à Combat et écrivait également pour Le Figaro. Matzneff était issu d’une famille de nobles émigrés russes venus en France après la révolution de 1917 13. En 1974, Matzneff publie un essai intitulé Les Moins de seize ans, dans lequel il révèle son goût pour les « jeunes » et les mineurs des deux sexes. Matzneff revendique pour lui-même la description de « pédéraste » et « amoureux des enfants ». Il a également dénoncé le fait que le « charme érotique du jeune garçon » était nié par la société occidentale moderne « qui relègue le pédéraste au non-être, au royaume des ombres » 14.

David LIVINGSTONE

1 – “Nouvelle Droite.” World Heritage Encyclopedia.2 – Eugen Weber (trans. Michel Chrestien), L’Action française [« Action française, Royalism and Reaction in Twentieth-Century France »], (Paris, Fayard, coll. « Nouvelles études historiques », 1985) (1re éd. 1965, Éditions Stock), p. 219.

3 – Ceci. “Une banque collaborationniste : la banque Worms.” Agora (October 30, 2007). Retrieved from https://www.agoravox.fr/actualites/politique/article/une-banque-collaborationniste-la-30816

4 – Stewart Home. Mind Invaders (Bread and Circuses, 2016).

5 – “Le décès de Jean Parvulesco.” Le Magazine littéraire (novembre 23, 2010).

56 – Ibid.

7 – Neil Powell. Alchemy, the Ancient Science (Aldus Books Ltd, London, 1976), p. 53.

8 – Jason Colavito. “Establishing a Cthulhu-Ancient Astronaut Connection.” http://www.jasoncolavito.com (2012, updated 2014).

9 – T.D. Spaulding. “H.P. Lovecraft & The French Connection: Translation, Pulps and Literary History.” (Doctoral dissertation, University of South Carolina – Columbia, 2015).

10 – Michael Aquino. The Church of Satan (Createspace, 2013), p. 69.

11 – Lachman. Turn Off Your Mind, p. 7.

12 – Sedgwick. Against the Modern World, 208.

13 – “Matzneff at the Elysee.” The Literary Leaf, (January 1989); Cited in Gabriel Matzneff, (Editions du Sandre, 2010), p. 258.

14 – Gabriel Matzneff. The Less than Sixteen, (Julliard, 1994 reissue), p. 21-25, 29.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s