II.5.i Fureur Rosicrucienne – Interdit Vénitien

Devenez complotiste avec le Volume IIChapitre 5 – Partie i de l’incroyable Ordo ab Chao de l’auteur canadien David Livingstone, qui depuis 30 ans dévoile les coulisses de l’Histoire et vient de nous donner les droits de son intégrale traduction.

venice-1697
La Sérénissime République de Venise a construit son indépendance politique et sa puissance économique grâce au commerce maritime dès le VIIIème siècle.
800px-isaac_casaubon_from_npg
Isaac de Casaubon (1559 – 1614)

Selon Frances Yates, écrivant dans Giordano Bruno and the Hermetic Tradition, le célèbre expert du mouvement rosicrucien, les historiens devraient pouvoir se référer à l’« ère pré-Casaubon » ou à l’« ère post-Casaubon ». Casaubon (1559 – 1614), un ami de Joseph Scaliger, est né à Genève de parents protestants, mais s’est ensuite installé en Angleterre. En 1614, Casaubon publie De rebus sacris et ecclesiasticis exercitationes XVI, dédié à son patron le roi Jacques, qui consiste en une analyse philologique de la traduction latine du Corpus Hermeticum de Ficino, dont il prouve qu’il s’agit des écrits originaux d’un très ancien prêtre égyptien, Hermès Trismégiste, mais des faux post-chrétiens du troisième ou quatrième siècle après J.-C. Les affirmations de Casaubon ont été utilisées pour écarter les affirmations de l’Ordre de la Rose-Croix, également connu sous le nom de Rose-Croix, qui s’accrochait à la mythologie démystifiée. Selon Yates, la découverte de Casaubon doit être considérée comme « l’un des facteurs, et un facteur important, qui a permis de libérer les penseurs du XVIIe siècle de la magie » 1.

paolo_sarpi
Paolo Sarpi (1552-1623)

Le prince Christian d’Anhalt, conseiller en chef de Frédéric V du Palatinat, était en contact avec l’homme d’État vénitien Paolo Sarpi (1552-1623), et le représentant en chef du Palatinat, le baron Christian Von Dohna, était un visiteur fréquent de Venise au cours de ces années. La situation en Italie était importante pour ceux qui, en Allemagne, espéraient une nouvelle impulsion de la part de Frédéric V, avec le soutien attendu du roi Jacques, dans le cadre du mouvement de résistance à Venise contre la papauté dirigée par Sarpi. À 27 ans, Sarpi est nommé provincial de l’Ordre des Servites de la République de Venise. L’Ordre servite est l’un des cinq ordres mendiants catholiques originaux. Ses objectifs sont la sanctification de ses membres, la prédication de l’Évangile et la propagation de la dévotion à la Mère de Dieu, avec une référence particulière à ses douleurs. Le vaste réseau de correspondants de Sarpi comprend Francis Bacon William Harvey.

iii_1_gailieo_galilei_pitti_palace1
Galileo Galilei (1564 –1642)

Parmi les nombreux amis de Sarpi se trouvait Galileo Galilei (1564 -1642), qui était parrainé par Cosimo de Medici. En 1615, Galilée envoya la « Lettre à la Grande Duchesse Christina », écrite pour Christina, fille de Charles III de Lorraine et petite-fille de Catherine de Médicis, afin d’adapter le modèle copernicien aux doctrines de l’Église catholique. La lettre était une version révisée de la « Lettre aux Castelli », qui a été dénoncée par l’Inquisition romaine, ce qui a conduit à ce que Galilée soit trouvé « violemment soupçonné d’hérésie » et forcé de se rétracter, passant le reste de sa vie en résidence surveillée 2. Galilée pensait que personne en Europe ne pouvait surpasser Sarpi en mathématiques, tandis que Sarpi disait de la condamnation de Galilée par Rome : « Le jour viendra, j’en suis presque sûr, où les hommes, mieux versés dans ces questions, déploreront la honte de Galilée et l’injustice commise à l’égard d’un si grand homme » 3.

Sarpi est largement considéré comme l’un des premiers défenseurs de la séparation de l’Église et de l’État. Venise, avec sa population culturellement diversifiée, a longtemps suivi une politique religieuse libérale, résistant à l’intrusion de l’Église dans ses affaires politiques. En 1606, le pape Paul V a exigé que Venise abroge une loi limitant la construction d’églises et lui remette deux prêtres, dont l’un était accusé de meurtre, que le gouvernement de Venise avait l’intention de juger devant ses tribunaux civils. Lorsque Venise refusa, le pape excommunia le Sénat et le Doge, le chef de l’État de Venise, et plaça la république sous un interdit, ce qui signifiait que tous les prêtres étaient exclus de leurs fonctions. Le clergé vénitien a largement ignoré l’interdiction et a rempli ses fonctions comme d’habitude, la principale exception étant les jésuites, qui sont partis et ont été en même temps officiellement expulsés 4. Sarpi, ayant été nommé consultant du gouvernement, a écrit en faveur du cas vénitien. Entre 1610 et 1618, il écrivit son History of the Council of Trent, un ouvrage important dénonçant l’absolutisme papal.

sir_henry_wotton_25281568-16392529252c_studio_of_michiel_jansz_van_mierevelt
Sir Henry Wotton (1568 – 1639)

Parmi les amis de Sarpi se trouvait Sir Henry Wotton (1568 – 1639), l’ambassadeur britannique qui avait espéré amener Venise à adopter une réforme similaire à l’anglicanisme. Wotton se rendit à Rome en passant par Vienne et Venise, et en 1593, il passa quelque temps à Genève avec Isaac Casaubon. En 1595, Wotton est admis au Temple du Milieu. Wotton a passé la plus grande partie de sa carrière à Venise, où il a aidé le Doge dans sa résistance à l’Interdit, en étroite association avec Sarpi. Dès sa rédaction, Wotton envoya une copie de l’History of the Council of Trent de Sarpi au roi Jacques d’Angleterre, où elle fut publiée pour la première fois. C’est Antonio de Dominis, archevêque de Spalato, converti à l’anglicanisme en 1616, qui publia pour la première fois le livre de Sarpi en italien, en Angleterre, en 1619, avec une dédicace à Jacques Ier l’appelant comme celui en qui les réformateurs italiens avaient confiance 5. En 1620, Wotton avait été envoyé dans une ambassade spéciale auprès de Ferdinand II à Vienne, pour faire ce qu’il pouvait au nom d’Elizabeth de Bohème. Le célèbre poème de Wotton « sur sa maîtresse, la reine de Bohême », la comparant à la rose, reine des fleurs, fut écrit à Greenwich Park en juin 1620, juste avant la défaite.

En 1609-1610, Wotton, Sarpi et Johann Baptist Lenk, agissant à Venise pour Christian d’Anhalt, ont été impliqués dans des discussions avec Fulgenzio Micanzio (1570 – 1654), un autre partisan de Galilée 6. Frère servite, Micanzio était un proche de Sarpi et est devenu son biographe. Grâce à ses efforts à la cour de Jacques Ier d’Angleterre, Micanzio s’efforça de faire publier les Essais de Francis Bacon en italien 7. Sarpi correspondait avec Casaubon qui, avec Micanzio, soutenait ses efforts pour « s’occuper de Baronius » 8. Micanzio prit des notes détaillées sur les Annales Ecclesiastici de Baronius (1538 – 1607), qui parurent entre 1588 et 1607. Les Annales étaient une réponse officielle de la Contre-Réforme à l’Historia Ecclesiae Christi (Histoire de l’Église du Christ) luthérienne, qui cherchait à démontrer comment l’Église catholique représentait l’Antéchrist et s’était écartée des croyances et des pratiques de l’Église primitive. En retour, les Annales ont pleinement soutenu les revendications de la papauté pour diriger l’unique véritable église. Le premier volume traitait des prophètes païens, parmi lesquels se trouvaient Hermès Trismégiste et les Oracles Sibyllins de Rome. Certains, affirmait-on, avaient prévu la naissance du Christ, ce qui fut contesté par Casaubon dans son De rebus sacris et ecclesiasticis exercitationes, XVI, ouvrage que le roi Jacques lui avait demandé d’écrire.

dudley_carleton252c_by_van_mierevelt252c_1628
Dudley Carleton, 1st Viscount Dorchester (1573 – 1632)

À cette époque, Micanzio est également en contact avec Dudley Carleton, 1er vicomte Dorchester (1573 – 1632), secrétaire d’État anglais, qui en 1610 est fait chevalier et envoyé comme ambassadeur à Venise. Une grande partie du travail de Carleton était liée à la protection de l’hérésie religieuse. Pendant son séjour à Venise, il a fait en sorte que l’ex-Carmelite Giulio Cesare Vanini soit envoyé en Angleterre, et a également aidé Giacomo Castelvetro à sortir de la prison de l’Inquisition en 1611 9. Carleton a commandé en 1613 un rapport à Paolo Sarpi sur la théologie de l’hérétique germano-néerlandais Conrad Vorstius 10, avec Isaac Wake et Nathaniel Brent, qui ont ensuite fait passer clandestinement l’History of the Council of Trent de Sarpi pour la publier à Londres 11.

Comme dans d’autres parties de l’Europe protestante, le gouvernement vénitien était désireux d’obtenir des informations pour savoir si James avait l’intention de soutenir Frédéric. Un ambassadeur vénitien, faisant rapport au Doge en novembre 1619, a souligné qu’une action contre le Saint Empire romain en Bohême affaiblirait les ambitions impériales des puissances hispano-hébergeoises pour la soumission de l’Italie, et qu’un affaiblissement de ces puissances est « ce que votre Sérénité a toutes les raisons de souhaiter ». Par conséquent, « la prospérité commune dépend du succès du Palatin » 12.

John Donne, autre poète proche et ami commun de Sarpi et Wotton, a exhorté Elizabeth Stuart dès son mariage à être une « nouvelle star ». Le traité sur « la réforme générale du monde entier » qui a été publié avec la Fama était une traduction en allemand d’un chapitre des Ragguagli di Parnaso de Traiano Boccalini, publié à Venise en 1612-13. Boccalini, ami de Sarpi et d’autres intellectuels italiens du cercle de Sarpi, dont Galilée, était un libéral italien anti-Hapsbourg 13. Dans ses Mythologiae Christianae Libritres(1619), Andreae a une section sur « Bocalinus », qu’il disait avoir été persécuté par des « méchants fous ».

David LIVINGSTONE

1 – Yates. Giordano Bruno and the Hermetic Tradition, p. 399.

2 – Maurice A. Finocchiaro. Galileo on the world systems: a new abridged translation and guide (Berkeley and Los Angeles, CA: University of California Press, 1997), p. 47.

3 – “Paolo Sarpi.” Encyclopedia Britannica (Encyclopædia Britannica, inc., August 10, 2018).

4 – Eric Cochrane. Italy 1530–1630 (Longman, 1988). p. 262.

5 – Yates. Rosicrucian Enlightenment, p. 172.

6 – Roland Mousnier. The Assassination of Henry IV (Scribner, 1973), p. 181.

7 – A. P. Martinich. Hobbes: A Biography (1999), pp. 37-9.

8 – William J. Bouwsma. Venice and the Defense of Republican Liberty (University of California Press, 1968), pp. 600-1.

9 – John Martin. “Castelvetro, Giacomo.” Oxford Dictionary of National Biography (online ed.). Oxford University Press.

10 – David Wootton. Paolo Sarpi: Between Renaissance and Enlightenment (Cambridge University Press, 2002), p. 91.

11 –A. J. Hegarty. “Brent, Sir Nathaniel.” Oxford Dictionary of National Biography (online ed.).

12 – Yates. Rosicrucian Enlightenment, p. 172.

13 – Ibid, p. 173.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s