IV.21.ix Opération Gladio – Ordre du Temple Solaire

Devenez complotiste avec le Volume IVChapitre 21 – Partie ix de l’incroyable Ordo ab Chao de l’auteur canadien David Livingstone, qui depuis 30 ans dévoile les coulisses de l’Histoire que nous publions pour la première fois en français.

orderofthesolartemple

canseliet
Eugène Canseliet (alias Fulcanelli), alchimiste et membre de la confrérie des Polaires

Le réseau Gladio était également lié à la secte néo-templière des OVNI appelée l’Ordre du Temple Solaire, créée par d’anciens membres de l’Ancient Mystical Order Rosae Crucis (AMORC), plus connue pour être associée à une série de meurtres et de suicides de masse en 1994 et 1995 qui ont fait plusieurs dizaines de victimes en France, en Suisse et au Canada. Le Temple Solaire était étroitement associé à une organisation portant le même nom, l’Ordre Souverain du Temple Solaire (OSTS), fondée au château d’Arginy dans le Beaujolais en France en 1952.

L’alchimiste Eugène Canseliet, qui avait été membre de la Fraternité des Polaires, a participé à la fondation de l’OSTS 1. Selon Paul Le Cour, collaborateur de Pierre Plantard dans la formulation du mythe du Prieuré de Sion, Canseliet était également le véritable auteur du Mystère des Cathédrales de Fulcanelli, qui prétendait explorer le symbolisme alchimique de l’architecture templière 2. Canseliet avait également été membre de la Fraternité d’Héliopolis avec Schwaler de Lubicz 3, et avait été en contact avec le synarchiste Jean Cocteau, qui, selon son biographe, Patrick Mauries, « à la fin de sa vie, il s’était passionné pour les UFS (qu’il appelait « soucoupes ») et avait affirmé être le premier poète « parapsychologique » 4. Cocteau a écrit un avant-propos de la première et classique étude française sur les OVNI, Lueurs sur les Soucoupes Volantes d’Aime Michel. En 1946, il travaille au service de recherche, prenant contact avec le compositeur d’avant-garde Pierre Schaeffer, membre de l’association « Travail et Culture » en association avec Louis Pauwels. En 1958, avec la publication de son livre sur la vague d’OVNIs (Mystérieux Objets Célestes) de 1954 en France, Michel a élaboré une théorie appelée orthoténie avec l’aide de Jacques Bergier 5.

princerainieriiiofmonaco
Le temple solaire a été officiellement parrainé par le prince Rainier III de Monaco, dont l’épouse, la princesse Grace, est devenue membre.

Les origines de l’OSTS remontent à la « Renaissance d’Arginy », une expérience mystique du 12 juin 1952, lorsque l’auteur ésotérique français Jacques Breyer (1922 – 1996) et deux compagnons ont été contactés en secret « Maîtres du Temple » et a demandé d’établir une « Renaissance templière ». C’est ainsi que l’OSTS a été créée le 24 juin 1966 et constituée en société de droit monégasque en 1967. Monaco a été choisi parce que le Grand Maître choisi par Breyer pour l’OSTS était Jean-Louis Marsan (1923 – 1982), un mondain monégasque et ami du Prince Ranier III. En 1968, un ordre schismatique a été rebaptisé l’Ordre Renouvelé du Temple Solaire (ROTS) sous la direction du militant politique français de droite Julien Origas, dont certains rapports ont affirmé qu’il avait été membre des SS nazis pendant la Seconde Guerre Mondiale. Hutin a également rapporté que les Chevaliers du Service d’Action Civique (SAC), une force de police française parallèle, avaient des liens avec Julien Origas et Raymond Bernard 6.

Raymond Bernard, Grand Maître de l’AMORC et première figure de l’organisation en France dans les années 1970, avait demandé à Julien Origas de créer une section de l’Ordre Souverain du Temple Initiatique (OSTI) en 1971. L’OSTI est issu du leader martiniste Papus, sous lequel ont été fusionnés plusieurs groupes occultes, dont l’Ordre du Temple créé en 1804 par Fabré-Palaprat se réclamant en dernier lieu des Grands Maîtres des Templiers, selon la Charte de Larmenius. Bernard était également un ami de Pierre Plantard 7. Tous les prétendus Grands Maîtres du Prieuré de Sion, sauf deux, figurent également sur des listes de prétendus « Imperateurs » et « membres distingués » de l’AMORC, et la plupart des noms trouvés dans la liste fictive des Grands Maîtres du Prieuré de Sion proviennent d’un document compilé par Bernard.

Le journaliste français Serge Hutin a fait état des liens entre l’AMORC, la CIA, la Propaganda Due (P2), la mafia corse, le SAC (Service d’Action Civique) et divers autres ordres chevaleresques, et de leur implication dans le terrorisme international. Hutin a cité un rapport de son ancienne partenaire Marie-Rose Baleron de Brauwer, représentante de l’AMORC pour la région du Puyde-Dôme, qui avait pu démontrer que les Chevaliers du SAC, une police française parallèle, avaient des liens avec Raymond Bernard et Julien Origas 8 .

melnik
Constantin Melnik, chef de file du SCECE formé à la RAND

Constantin Melnik, qui était à la tête du Service de Documentation Extérieure et de Contre-Espionnage (SDECE), a également participé à la fondation de l’OSTS 9. Melnik, qui a été formé par la RAND Corporation, a conçu La Main Rouge, un groupe de terroristes parrainés par l’État qui a opéré pendant la guerre d’Algérie. Melnik, qui s’était exilé aux États-Unis, a été appelé à reprendre ses activités par François de Grossouvre, qui dirigeait Arc-en-ciel, l’antenne régionale du Gladio de Lyon. En 1981, de Grossouvre devient le conseiller de l’ancien membre de la Cagoule, le président François Mitterrand, pour les opérations secrètes. Mitterrand était un des principaux défenseurs de l’Europe unie. Avec le chancelier allemand Helmut Kohl, il est à l’origine du Traité de Maastricht, qui a été signé en 1992 et a transformé la CEE en UE.

claudio2bmutti2bclose
Le protégé de Jean-Francois Thiriart, Claudio Mutti, membre de la GRECE. Le protégé de Jean-Francois Thiriart, son collègue Claudio Mutti, membre de la GRECE.

En 1981, Julian Origas a fait la connaissance de Luc Jouret, un ancien militaire belge lié à Gladio 10. Jouret et Joseph Di Mambro, membre de l’AMORC et associé de Jacques Breyer, ont fondé le Temple Solaire en 1984 à Genève sous le nom d’Ordre International Chevaleresque de Tradition Solaire (OICTS), puis l’ont rebaptisé Ordre du Temple Solaire. Jouret, un ancien militaire belge lié à Gladio, était apparemment un ami de Claudio Mutti 11, un ancien disciple de Franco Freda, converti à l’Islam sous l’influence de Guénon, qu’il a découvert grâce à son étude d’Evola. Mutti avait enseigné le roumain et le hongrois à l’université de Bologne, avant de perdre cet emploi lorsqu’il a dû purger une peine de prison pour ses activités terroristes. Mutti a fondé la maison d’édition Edizioni all’Insegna del Veltro, qui a publié les œuvres de Julius Evola, de Johann von Leers, de Savitri Devi et du négationniste Robert Faurisson. Lorsqu’il se convertit à l’Islam, Mutti prit le nom d’Omar Amin, en l’honneur de Johann von Leers, qui avait pris le même nom avant lui lors de sa propre conversion 12.

order-of-the-solar-temple-cult-6
Joseph di Mambro

Selon la littérature de l’OTS, l’autorité centrale était la Synarchie du Temple, dont la composition était secrète. Ses 33 principaux membres étaient connus sous le nom de Elder Brothers of the Rosy Cross, et leur siège se trouvait à Zurich, en Suisse. Les Loges avaient des autels, des rituels et des costumes. Au cours des cérémonies, les membres portaient des robes de type croisé et devaient tenir en respect une épée, dont Di Mambro disait qu’elle était un authentique artefact des Templiers, qui lui avait été donnée il y a mille ans dans une vie antérieure. De leur propre aveu, le Temple Solaire avait notamment pour but d’établir « des notions correctes d’autorité et de pouvoir dans le monde », de préparer la seconde venue de Jésus en tant que dieu-roi solaire et de favoriser l’unification de toutes les églises chrétiennes et de l’islam 13.

ots-luc-jouret-1985-via-cbc-635x357-1
Luc Jouret

Le groupe se serait inspiré, pour ses enseignements, de l’Ordo Templi Orientis (OTO) d’Aleister Crowley et de l’Hermetic Order of the Golden Dawn 14. George D. Chryssides, de l’université de Wolverhampton, a cité l’influence des idées d’Alice Bailey sur l’Ordre du Temple Solaire et les organisations d’OVNI associées 15. Selon le Temple Solaire, l’étoile Sirius était la demeure d’un certain nombre de Maîtres Ascensionnés, également connus sous le nom de Great White Brotherhood, qui sont venus sur terre et ont habité Agartha. La raison du suicide des membres du Temple Solaire était ostensiblement de retourner « chez eux » dans le système Sirius. Les documents postés aux médias par les dirigeants de la secte affirmaient : « La Grande Loge Blanche de Sirius a décrété le Rappel des derniers authentiques Porteurs d’une Sagesse Ancestrale ». De plus, le Temple Solaire a mis l’accent sur la Grande Pyramide de Gizeh comme point de mire d’un événement immanent dans les années à venir 16.

Entre 1994 et 1997, un certain nombre de membres du Temple Solaire ont été assassinés de manière rituelle ou se sont suicidés en masse. Les décès sont survenus à Cheiry et Salvan, en Suisse occidentale, dans le Vercors, en France, et à Morin Heights et Saint-Casimir, au Québec. Au Canada, le Temple Solaire était spécifiquement lié à la société d’électricité Hydro-Québec. Le journaliste franco-canadien Pierre Tourangeau a enquêté sur la secte pendant deux ans. Quelques jours après le massacre, il a rapporté que la secte était financée par le produit d’un trafic d’armes vers l’Europe et l’Amérique du Sud. Simultanément, Radio Canada a annoncé que le groupe avait gagné des centaines de millions de dollars en blanchissant les profits par le biais de la tristement célèbre Bank of Credit and Commerce International (BBCI), liée à la CIA. La Presse de Montréal a observé : « Each new piece of information only thickens the mystery » 17. Le 21 décembre 1997, Channel Four au Royaume-Uni a diffusé une enquête qui rapportait que la Princesse Grace était morte dans un accident de voiture en 1982, après avoir été désillusionnée par Di Mambro et avoir menacé de le dénoncer, selon l’ancien chauffeur de Di Mambro.

David LIVINGSTONE

1 – André Douzet. “The Treasure Trove of the Knights Templar,” Nexus, vol. 4, no. 3, April/May 1997.

2 – Patrick Rivière. Fulcanelli: His True Identity Revealed (Red Pill Press, Ltd, 2006), p. 84.

3 – André Douzet. “The Treasure Trove of the Knights Templar,” Nexus, vol. 4, no. 3, (April/May 1997).

4 – Cited in Picknett & Prince. The Sion Revelation, p. 98.

5 – Aimé Michel, coll. “About Flying Saucers – Mysterious Celestial Objects (OMC),” Planet Presence (Planet Ed, 1966), p.134

6 – Philip Coppens, “Knights of the Extreme Right.”

7 – Massimo Introvigne. “Beyond The Da Vinci Code: History and Myth of the Priory of Sion.” CESNUR 2005 International Conference (June 2-5, 2005 – Palermo, Sicily).

8 – Philip Coppens, “Knights of the Extreme Right.”

9 – Ibid.

10 – Ibid.

11 – Keith. Mind-control, World Control, p. 193.

12 – “Neofascismo e Islam,” Online Gnosis: Rivista Italiana di Intelligence (n. 4/2005).

13 – “Peronnik,” Pourquoi la Résurgence de l’Ordre du Temple? Tome Premier: Le Corps (Monte-Carlo: Éditions de la Pensée solaire, 1975).

14 – Israel Regardie, The Eye in the Triangle, (June, 1993).

15 – George D. Chryssides. An untitled paper presented at the CESNUR Conference held in Palermo, Sicily, 2005.

16 – Picknett & Prince. Stargate Conspiracy, pp. 292-293.

17 – “America’s Dog Star Days,” Rigorous Intuition, (June 14, 2005).

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s