II.4.iv Rosae Crucis – Monas Hieroglyphica

Devenez complotiste avec le Volume IIChapitre 4 – Partie iv de l’immense Ordo ab Chao de l’auteur canadien David Livingstone, qui depuis 30 ans dévoile les coulisses de l’Histoire que nous publions pour la première fois en français.

john-dee-court
John Dee réalisant une expérience devant Elizabeth I

51qit4vxt4l._sl250_Guillaume Postel parle de la nouvelle étoile apparue en 1572, une supernova qui forme une croix avec les étoiles de Cassiopée, une croix qui y brille et reste visible pour tous pendant plus de seize mois consécutifs. La supernova est souvent appelée « la supernova de Tycho », en raison du travail considérable de Tycho Brahe, De nova et nullius aevi memoria prius visa stella (« Concernant l’étoile, nouvelle et jamais vue auparavant dans la vie ou la mémoire de quiconque », publié en 1573 avec des réimpressions supervisées par Johannes Kepler en 1602, et 1610). Bien que Tycho soit probablement l’observateur le plus précis du phénomène, ses collègues européens, tels que Wolfgang Schuler, Thomas Digges, John Dee, Francesco Maurolico, Jerónimo Muñoz, Tadeáš Hájek ou Bartholomäus Reisacher, sont presque aussi précis. En Angleterre, la reine Elizabeth a convoqué le mathématicien et astrologue Thomas Allen, « pour avoir son avis sur la nouvelle étoile apparue dans la Cassiopée à laquelle il a donné son jugement de manière très savante », comme l’antiquaire John Aubrey l’a consigné dans ses mémoires un siècle plus tard 1. Thomas Allen, l’un des grands collectionneurs du XVIIe siècle, est entré en possession d’au moins douze manuscrits de Dee et a peut-être employé Edward Kelly avant d’entrer au service de Dee. Allen possédait un manuscrit du XVIe siècle qui décrivait comment invoquer et lier les esprits simples 2.

Les anges ont partagé avec Dee leur connaissance d’Hénoch, qui est apparenté à Élie, dont le retour imminent a été confirmé par les anges, qui ont dit à Dee que bientôt les « prophètes du Seigneur descendront du ciel » 3. Comme le montre la Panthenousia de Postel sur la nouvelle étoile de 1572, il y a eu un regain d’intérêt pour la tentative de réforme millénaire de Roger Bacon au XIIIe siècle dans le domaine des sciences naturelles. L’Opus Tertius de Francis Bacon a été lu comme une extension du Troisième Statut de Joachim de Fiore. Les mathématiciens anglais de la Renaissance, Thomas Harriot et John Dee, ont utilisé les notes de Bacon sur les miroirs paraboliques et le verre de perspective.

Pendant qu’il lisait Leowitz, Dee a terminé son Monas Hieroglyphica inspiré de la Kabbale (1564). Dee attribue expressément à Trithemius, suite à la découverte fortuite d’une copie manuscrite de la Steganographia lors d’une mission diplomatique à Anvers en 1563, le mérite d’avoir stimulé la composition de sa Monade. Susana Åkerman a montré que le travail de Trithemius impliquait un schéma tiré des observations sur les grandes conjonctions par Abou Ma’shar 4. L’étude des nombres de Dee était liée à l’astrologie et à l’alchimie, et dans sa Monade, il a rapporté qu’il avait découvert une formule pour une science combinée de la Kabbale, de l’alchimie et des mathématiques qui permettrait à son possesseur de monter et descendre l’échelle d’être de la plus basse à la plus haute sphère.

L0068351 Monas hieroglyphica

Le Monas Hieroglyphica est un abécédaire des mystères d’un symbole qu’il a inventé, la Monade, dont il a expliqué la signification comme représentant la lune, le soleil, les éléments et le feu. Selon Dee, « Les très anciens sages et Mages nous ont transmis cinq signes hiéroglyphiques des planètes, tous composés des signes utilisés pour la Lune et le Soleil, ainsi que du signe des Éléments et du signe hiéroglyphique du Bélier, le Bélier » 5. En plaçant un point au centre du cercle, il devient un composite du symbole du soleil, surmonté d’un demi-cercle pour la lune, formant la figure des Cornes (Cornucopia). Ils sont soutenus par une croix, de quatre points représentant les quatre éléments, formant les bras et le corps. Pour les pieds, Dee ajoute le symbole du Bélier, représentant le Trigon ardent. Ainsi, la Monade de Dee représente la conjonction de Jupiter et de Saturne dans le signe du Bélier en 1583. Le Trigon ardent est le modèle de passage des planètes dans les signes zodiacaux du Bélier en 1583, du Sagittaire en 1603/4, l’année de la réouverture de la tombe de Christian Rosenkreutz, et du Lion en 1623, l’année du Furore Rose-Croix. Comme le conclut Åkerman, « l’influence de Dee sur les Rose-Croix semble donc profonde, puisque son signe était une invention compacte, une nouvelle façon picturale de souligner le rôle de l’alchimie (mercure, sol et luna) dans la nouvelle ère du trigon ardent » 6.

Gabriel Naudé (1600 – 1653), un critique des Rose-Croix, a soutenu que les frères secrets attendaient le retour d’Elias Arista, le maître alchimiste prophétisé par Paracelse qui devait apparaître en 1603 pour restaurer les arts et les sciences. Naudé était un bibliothécaire et un érudit français, et un écrivain prolifique qui a produit des ouvrages sur de nombreux sujets dont la politique, la religion, l’histoire et le surnaturel. Naudé soutenait que l’« instruction de toutes choses par la main du prophète Elie » de Guillaume Postel était identique à l’idée de Roger Bacon d’une future rénovation de tous les arts. Naudé s’est basé sur sa lecture des lettres de Bacon publiées en 1618 sous le titre Epistola Fratris Rogerii Baconis De Secretis Artis et Naturae et de nullitate Magia avec une dédicace à l’univers « Classimiris Restitutionis Phosphoris, illuminatis, Rosae Crucis Fratribus Unamis ». Le texte comprend les notes de John Dee sur Bacon et des documents de Robert Fludd. Naudé a souligné la déclaration de la préface selon laquelle le nouvel âge entraînerait un retour à la justice originelle, en commençant par une conversion des Juifs et des Ismaéliens de l’Islam 7.

David LIVINGSTONE

1 – “Thomas Allen.” Oliver Lawson Dick, ed., Aubrey’s Brief Lives. Edited from the Original Manuscripts, 1949, s.v. p. 5.

2 – Harkness. John Dee’s Conversations with Angels, p. 120.

3 – Ibid., p. 148.

4 – Åkerman. Rose Cross over the Baltic, p. 157.

5 – John Dee. Monas Hieroglyphica. trans. J.W. Hamilton Jones, 1947 (Antwerp: 1564).

6 – Susanna Åkerman. “Three phases of inventing Rosicrucian tradition in the seventeenth century.” In The Invention of Sacred Tradition, ed. James R. Lewis & Olav Hammer (Cambridge University Press, 2007), p. 167.

7 – Åkerman. Rose Cross over the Baltic, p. 174.

 

Un commentaire

  1. Le Livre d’Hénoch est un écrit pseudépigraphique, de ce fait il est apocryphe. Hénoch était le père de Mathusalem, nom devenu synonyme de longévité ; il aurait vécu 969 ans. Hermès est également un avatar de Mani, puis passé chez les Arabes où il a été identifié à Idris et Hénoch. Docteur Thâbit ibn Qorra (mort en 901) avait écrit et traduit en syriaque, puis en arabe un livre des «Institutions d’Hermès», paraphrase de la révélation d’Hermès trismégiste…
    Les Sabéens avaient inondé le monde musulman de multitudes d’ouvrages dits «pseudépigraphes», des Pseudo-Platon, Pseudo-Plutarque, Pseudo-Ptolémée, Pseudo-Pythagore, etc, qui furent la source d’une vaste littérature néo-platonicienne en Asie. On leur doit également le Pseudo-Denys, attribué St Denys l’Aréopagite, très vénéré chez les chrétiens orientaux… !
    Quant à la longévité, elle est non seulement considérée comme l’un des caractères des Rose-Croix, mais aussi comme l’un des buts du «grand œuvre» de l’alchimie.

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s