III.13.i Le Christ Aryen – L’Institut Tavistock

Devenez complotiste avec le Volume IIIChapitre 13 – Partie i de l’immense Ordo ab Chao de l’auteur canadien David Livingstone, qui depuis 30 ans dévoile les coulisses de l’Histoire que nous publions pour la première fois en français.

Les agents britanniques George Sylverster Viereck et Aleister Crowley ont partagé une connaissance de la Thule Society et du Général Erich Ludendorff, membre de l’Aufbau. Vers 1925, Crowley et Ludendorff se sont rencontrés et ont discuté de la « théologie nordique », y compris de la signification occulte de la Swastika 1. Selon les notes de Crowley, Ludendorff « a presque certainement reçu la [Swastika] de notre part. Je l’avais personnellement suggéré à Ludendorff en 25 ou 26 » 2. Crowley a également écrit dans un article de 1933 pour le Sunday Dispatch, « avant Hitler, je suis ». Crowley a marqué les pages de sa copie des Hitler Speaks de Hermann Rauschning – disponible à l‘Institut Warburg – qui montrait qu’il pensait que le « discours de table » de Hitler était d’inspiration thélémique. Crowley croyait également que Hitler avait lu le Livre de la Loi 3. Un membre du cercle restreint de Hitler affirmait que plusieurs rencontres avaient eu lieu entre Crowley et Hitler, affirmation reprise par René Guénon dans une lettre à Julius Evola en 1949 4.

Ludendorff était membre de la Société de Thulé, dont le fondateur, Rudolf von Sebottendorf, chargea Karl Harrer de créer un groupe politique destiné aux travailleurs ordinaires, qui devint le Deutsche Arbeiterpartei (DAP) en janvier 1919 5. Lorsque les Thuléens du DAP rencontrèrent Hitler cette même année, beaucoup d’entre eux le crurent le rédempteur prophétisé, bien que Hitler n’ait eu ni éducation formelle ni expérience politique 6. La raison de leur enthousiasme était les prétendues capacités rhétoriques d’Hitler, qui, selon de nombreux témoignages, se sont produites dans un état pouvant être lié à une transe hypnotique, au cours de laquelle il a salué les gloires d’une future Allemagne aryenne, répétant les illusions des ariosophes Guido von List et Lanz von Liebenfels.

41dcxpxnawl._sl250_Selon Greg Hallett, auteur de Hitler Was a British Agent, Hitler était en Angleterre en 1912-1913, un fait étayé par le livre de sa belle-sœur, The Memoirs of Bridget Hitler, et il prétend qu’Hitler ait passé les mois de février à novembre 1912 à suivre une formation au contrôle de l’esprit à l’école militaire britannique de psycho-opérations de guerre à Tavistock dans le Devon et en Irlande. La belle-soeur d’Hitler le décrit comme complètement perdu à son arrivée à son domicile de Liverpool, sans bagages. « J’avais l’impression qu’il était malade, que sa couleur était si mauvaise et que ses yeux étaient si étranges », écrit-elle. « Il lisait toujours, pas des livres, des petites brochures imprimées en allemand. Je ne sais pas ce qu’ils contenaient ni d’où ils venaient exactement » 7. Hallett a proposé que ce matériel de lecture était des manuels de Tavistock.

Ce qui a donné naissance au programme Tavistock, c’est l’utilisation par le British Army Psychological Warfare Bureau de la propagande pendant la Première Guerre Mondiale, qui visait à convaincre les Britanniques que la guerre était nécessaire et que l’Allemagne était un ennemi à détester. Un élément clé de ce plan était la provocation du naufrage du Lusitania par l’Allemagne. Profitant de cette expérience, le Bureau de la Guerre Psychologique de l’Armée Britannique créa l’Institut Tavistock pour les relations humaines sur ordre de la monarchie britannique et plaça le magnat de la presse britannique, Alfred Harmsworth, le vicomte Northcliffe, propriétaire du Daily Mail, du Daily Mirror et du Times, et admirateur de Cecil Rhodes, qui fut nommée directrice de la propagande sous David Lloyd George 8.

La Tavistock Clinic, rebaptisée plus tard Tavistock Institute of Human Relations, est une organisation britannique à but non lucratif créée à l’université d’Oxford en 1920 par le Dr Hugh Crichton-Miller, un psychiatre qui a mis au point des traitements psychologiques pour les soldats victimes de bombardements. Tavistock aurait été créé sur l’ordre du Royal Institute for International Affairs (RIIA) de la Round Table, et dépendrait de subventions des fondations Rockefeller et Carnegie, du ministère britannique de l’intérieur et d’autres soutiens anonymes 9. Ses membres se désignaient eux-mêmes comme un « collège invisible« , en référence au précurseur de la Royal Society au XVIIe siècle 10. Le personnel de Tavistock était composé d’Arnold Toynbee, futur directeur des études au RIIA, du Walter Lippmann de la Round Table et d’Edward Bernays 11.

Tavistock s’intéressait à la psychologie du comportement de groupe et du comportement organisationnel, en se basant sur la psychanalyse de Sigmund Freud 12. Comme le montre « The Consolation of Theosophy II », un article de Frederick C. Crews pour la New York Review of Books, plusieurs chercheurs ont établi que Freud faisait partie des figures clés qui ont développé la thérapie par la récupération de traumatismes oubliés, par une dette envers Mesmer 13. Les gens utilisent des états de type hypnotique depuis des milliers d’années, et dans de nombreuses cultures et religions. L’hypnose est ce qu’on a appelé dans le passé le fait de jeter un sort, ou la transe ou les états de conscience altérés des mystiques, des médiums et des chamans. Le psychiatre de recherche E. Fuller Torrey, dans The Mind Game, aligne les techniques hypnotiques sur la sorcellerie » 14.

Selon William Kroger et William Fezler dans Hypnosis and Behavior Modification, « Pendant des siècles, les méthodes zen, bouddhistes, tibétaines et yogiques ont utilisé un système de méditation et un état de conscience altéré similaire à l’hypnose. » 15 . Lorsqu’on a demandé à Ernest Hilgard, psychologue américain et professeur à l’université de Stanford – devenu célèbre dans les années 50 pour ses recherches sur l’hypnose – quelle était la différence entre l’hypnose utilisée par un praticien formé et celle utilisée par les chamans ou les sorciers, il a répondu : « Les praticiens formés en savent beaucoup sur la psychothérapie contemporaine et l’hypnose n’est qu’un adjuvant. En cela, ils se distinguent de ceux dont les pratiques sont essentiellement magiques. » 16

Les scientifiques occidentaux se sont impliqués pour la première fois dans l’hypnose vers 1770, sous l’influence de l’occultiste Franz Anton Mesmer. Les théories et les pratiques du mesmérisme ont grandement influencé le domaine en plein essor de la psychiatrie avec des praticiens de la première heure comme Jean Martin Charcot, Pierre Janet et Freud. From Mesmer to Freud: Magnetic Sleep and the Roots of Psychological Healing d’Adam Crabtree, retrace l’utilisation de l’hypnotisme par Mesmer pour découvrir l’influence de l’activité mentale inconsciente comme source de pensées ou d’impulsions refoulées dans les théories de Freud. Jonathan Miller a retracé les étapes par lesquelles les psychologues ont progressivement dépouillé le Mesmérisme de ses associations occultes, le réduisant à une simple hypnose et ouvrant ainsi la voie à la reconnaissance du fonctionnement mental non conscient 17.

David LIVINGSTONE

1 – Richard B. Spence. Secret Agent 666: Aleister Crowley, British Intelligence and the Occult, p. 194., p. 194.

2 – Peter-Robert Koenig. “The Templar’s Reich Milieu: The Slaves Shall Serve.” www.parareligion.ch (2006).

3 – Lachman. Aleister Crowley.

4 – David Luhrssen. Hammer of the Gods: The Thule Society and the Birth of Nazism (Potomac Books, Inc., 2012), p. 215 n. 17.

5 – Sedgwick. Against the Modern World, p. 96.

6 – Claus Hant. Young Hitler, (London: Quartet Books, 2010), p. 395.

7The Memoirs of Bridget Hitler (1979), pp. 29, 35.

8 – D. George Boyce. “Harmsworth, Alfred Charles William, Viscount Northcliffe (1865–1922).” Oxford Dictionary of National Biography (Oxford University Press, 2004).

9 – Jim Keith. Mass Control: Engineering Human Consciousness (Adventures Unlimited Press, 2003), p. 31.

10 – H.V. Dicks. Fifty Years of the Tavistock Clinic (Psychology Revivals) (Routledge, 2005) p. 107.

11 – John Coleman. The Tavistock Institute of Human Relations, p. 1.

12 – David Bakan. Sigmund Freud and The Jewish Mystical Tradition (Mineola: Dover Publications, 2004).

13 – See, e.g., Henri F. Ellenberger. The Discovery of the Unconscious: The History and Evolution of Dynamic Psychiatry (Basic Books, 1970); Malcolm Macmillan, Freud Evaluated: The Completed Arc (North-Holland, 1991; second edition forthcoming from MIT Press, 1997); and Adam Crabtree, From Mesmer to Freud: Magnetic Sleep and the Roots of Psychological Healing (Yale University Press, 1993).

14 – E. Fuller Torrey. The Mind Game (New York: Emerson Hall Publishers, Inc., 1972), p. 70.

15 – William Kroger & William Fezler. Hypnosis and Behavior Modification: Imagery Conditioning (Philadelphia: J. B. Lippincott Co., 1976), p. 412.

16 – Letter to the authors (September 15, 1985), Martin and Deidre Bobgan. Hypnosis: Medical, Scientific, or Occultic? (Santa Barbara: EastGate Publishers, 2001) p. 91.

17 – Jonathan Miller. “Going Unconscious,” in Hidden Histories of Science, edited by Robert B. Silvers (New York Review Books, 1995), pp. 1-35; cited in Frederick C. Crews, “The Consolation of Theosophy II” The New York Review of Books Vol. 43, No. 15 (October 3, 1996).

 

Un commentaire

  1. Extrait d’une lettre de Guénon.
    Le Caire, 13 septembre 1936
    « L’auteur de l’article sur Hitler, C. Kerniez, écrit de divers côtés sur l’astrologie et divers autres sujets, et j’ai même vu de lui des choses qui n’étaient pas mal ; il vient de faire paraître un livre sur le « Hatha-Yoga », que je n’ai pas vu, mais qu’on me dit être beaucoup plus sensé que la plupart des productions occidentales du même ordre. Il s’appelle en réalité F. Guyot il est, sous ce nom, rédacteur de la « Dépêche de Toulouse » (encore le groupe Sarrant…). Mais, dans l’article en question, quel gâchis ! je me demande même si cela n’est pas voulu, au moins jusqu’à un certain point ; en tout cas, je ne vois pas bien le siège de l’Agartha en Allemagne, ni surtout d’authentiques Orientaux accepter une pareille énormité ! S’il y a eu des Orientaux ou soi-disant tels dans cette affaire, il ne peut s’agir que de personnages du genre de ceux dont j’ai parlé plus haut… En tout cas, ce qu’il y a de certain, c’est que, au moment de l’ »avènement » d’Hitler, Crowley était présent à Berlin ; il a d’ailleurs sous ses ordres directs, en Allemagne, une étrange organisation dénommée « Saturn-Loge », dont j’ai des cahiers tout à fait extraordinaires.
    En voilà assez pour aujourd’hui, je crois ; mais le sujet est véritablement inépuisable !
    Croyez, je vous prie, Monsieur, à mes sentiments les meilleurs.
    René Guénon

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s