III.19.vi Shangri-la – Lucis Trust

Devenez complotiste avec le Volume IIIChapitre 19 – Partie vi de l’incroyable Ordo ab Chao de l’auteur canadien David Livingstone, qui depuis 30 ans dévoile les coulisses de l’Histoire et vient de nous donner les droits de son intégrale traduction.

shangri-la
Alice Ann Bailey (1880 – 1949) en contact avec l’un des Maîtres Ascensionnés de Blavatsky

Alice Bailey (1880-1949) a également été en contact avec l’un des Maîtres Ascensionnés de Blavatsky. Malgré son pedigree New Age, elle a trahi certaines des idées raciales qui ont infecté les nazis, et a néanmoins exercé une influence déterminante sur la création des Nations Unies. Après avoir perdu sa lutte avec Annie Besant pour la direction du mouvement théosophique, avec son mari Foster Bailey, Alice a lancé la société d’édition Lucifer en 1923, qui a publié le périodique théosophique Lucifer. D’abord appelée la Loge tibétaine, elle en changea une fois de plus le nom en 1922 pour celui de Lucis Trust, un nom dérivé à l’origine des Fratres Lucis, ou Hermetic Brotherhood of Light. Le travail de la Lucis Trust est effectué par l’intermédiaire de son Arcane School de l’occulte et d’une organisation appelée World Goodwill.

djawahl-khul
Djwhal Khul, le « Maître Ascensionné » d’Alice Bailey

Ensemble, ils travaillent à la mise en œuvre de ce que l’on appelle « le Plan », comme l’ont révélé 24 livres écrits par Bailey et publiés par Lucis Trust. Alice Bailey, cependant, a affirmé que c’était Djwhal Khul, son « Maître Ascensionné », qui a en fait écrit les livres qu’il a canalisés à travers elle alors qu’elle était en état de transe. Bailey et Djwhal Khul ont enseigné que la Hiérarchie des Maîtres existe à Shambhala, fondée par les Vénusiens il y a 18 millions d’années sur l’île sacrée de Gobi, qui se trouve maintenant dans le désert mongol. C’est là que les Atlantes ont fondé une colonie il y a environ 60 000 ans. Après la destruction de l’Atlantide, Shambhala est devenu le berceau de la cinquième race aryenne, ancêtres des Européens blancs. Bailey a écrit que « l’esprit aryen » avait, à cette époque, perdu ses pouvoirs magiques sur la nature et que, pour compenser, il avait développé une intelligence supérieure à celle des autres races contemporaines 1. Le but du « Plan » est de mettre en place la « Convergence Harmonique », également connue sous le nom d’Omega, Convergence de l’Esprit, Fusion ou Tournant, qui ne peut se produire que lorsque les nations mettent de côté leurs « différences » dans un Nouvel Ordre Mondial d’unité globale basé sur les principes de la franc-maçonnerie.

Selon Djwhal Khul, la franc-maçonnerie est une version terrestre d’une école initiatique qui existe sur Sirius, et que les différents degrés hiérarchiques de la franc-maçonnerie sont parallèles aux différents niveaux d’initiation qu’un adepte doit passer pour entrer dans « la grande Loge sur Sirius » 2. Sirius a un rôle central en Théosophie, où il est considéré comme un pouvoir ésotérique source. Pour Alice Bailey, Sirius canalise l’énergie du « centre cosmique » vers la Terre en passant par le système solaire. Selon le Djwhal Khul, la Franc-maçonnerie est très ancienne et est une version terrestre d’une école initiatique qui existe sur Sirius, et les différents degrés hiérarchiques de la franc-maçonnerie sont parallèles aux différents niveaux d’initiation de la « Grande Loge sur Sirius » 3. Bailey a vu Sirius comme la véritable « Grande Loge Blanche » et pense qu’elle est la maison de la « Hiérarchie Spirituelle ». En franc-maçonnerie, Sirius est l’Étoile Flamboyante, qu’Albert Pike a assimilée à Osiris, et l’« Étoile de l’Initiation » suivie par les Mages. Selon Bailey, la Franc-maçonnerie est :

… le gardien de la loi ; elle est la maison des Mystères et le siège de l’initiation. Elle tient dans son symbolisme le rituel de la Déité, et la voie du salut est picturalement préservée dans son œuvre. Les méthodes de la Déité sont démontrées dans ses Temples, et sous l’Oeil qui voit tout, le travail peut aller de l’avant. Il s’agit d’une organisation bien plus occulte qu’on ne peut le réaliser, et elle est destinée à être l’école de formation pour les futurs occultistes avancés. Dans ses cérémonies se cachent la maîtrise des forces liées à la croissance et à la vie des royaumes de la nature et à l’épanouissement des aspects divins chez l’homme. Dans la compréhension de son symbolisme viendra le pouvoir de coopérer avec le plan divin. Il répond au besoin de ceux qui travaillent sur le premier rayon de la volonté ou du pouvoir 4.

Comme Rudolf Steiner, Bailey a adapté le concept non seulement de Lucifer, mais aussi de l’Antéchrist, et l’a cette fois-ci associé à la Force Shambhala. Selon Bailey, à partir de Shambhala, le Seigneur Sanat Kumara – qui a été assimilé à Lucifer par Blavatsky – dirige la Hiérarchie Spirituelle connue seulement de quelques scientifiques occultes avec lesquels ils communiquent par télépathie. Mais à mesure que le besoin de leur implication personnelle dans le plan augmentera, il y aura une « extériorisation de la Hiérarchie », lorsque tout le monde connaîtra leur présence sur Terre. Lorsque le gouvernement mondial et la religion seront enfin réalisés, le Nouvel Age, ou l’Ere du Verseau, aura vu le jour. Ce n’est qu’alors que Jésus-Christ l’Avatar apparaîtra et que la mise en œuvre du Nouvel Ordre Mondial commencera pleinement. Ce « Christ », considéré comme une réincarnation du Comte de Saint-Germain, est connu sous le nom de Seigneur Maitreya, et on dit qu’il est également attendu par les juifs, les musulmans, les bouddhistes et les hindous, bien qu’il soit connu respectivement comme le Messie, l’Imam Mahdi, le cinquième Bouddha ou Krishna.

un-mediation-room-1
Lucis Trust gère la seule chapelle religieuse de l’ONU, la salle de méditation

La Lucis Trust est une institution influente qui bénéficie d’un « statut consultatif », ce qui lui permet d’avoir une relation de travail étroite avec les Nations Unies, y compris un siège aux sessions hebdomadaires. Il gère également la seule chapelle religieuse de l’ONU, la Salle de Méditation. La World Goodwill, fondée en 1932, et également ONG reconnue par l’ONU, a été, selon Steven Sutcliffe, la promotion de groupes de « serviteurs du monde » pour, comme il le cite Bailey, « servir le Plan, l’Humanité, la Hiérarchie et le Christ » 5, comme l’explique Steve Bonta :

La Lucis Trust est également très impliqué dans la promotion d’une idéologie mondialiste, qu’il qualifie de « bonne volonté ». Son organisation World Goodwill est étroitement liée aux cercles élitistes internationaux. Les auteurs et les participants à ses différentes conférences se lisent comme un Who’s Who des initiés mondialistes. Sur son site web, par exemple, on trouve la Déclaration universelle des responsabilités humaines, présentée en avril 1998 comme un document d’accompagnement de la célèbre Déclaration universelle des droits de l’homme des Nations unies. Parmi les signataires du document de la Bonne Volonté Mondiale, on trouve Helmut Schmidt, ancien chancelier de l’Allemagne de l’Ouest ; Malcolm Fraser, ancien premier ministre australien ; Oscar Arias Sanchez, ancien premier ministre du Costa Rica ; Shimon Peres ; Robert McNamara ; Paul Volcker ; et Jimmy Carter 6.

Parmi le groupe d’administrateurs internationaux qui dirigent la Lucis Trust, on trouve les principaux dirigeants du Council on Foreign Relations (CFR), dont le neveu de David Rockefeller, John D. Rockefeller IV, Robert McNamara, Norman Cousins et Henry Kissinger. Comme l’a souligné Terry Melanson, « cela lierait alors l’influente organisation occulte de Bailey à la conspiration internationale des élitistes, y compris le Council on Foreign Relations (CFR), les Bilderbergs et la Commission trilatérale » 7 . L’écrivain et éditeur Norman Cousins est devenu un ambassadeur non officiel dans les années 1960, et le fait qu’il ait facilité la communication entre le Saint-Siège, le Kremlin et la Maison Blanche a contribué à l’élaboration du traité soviéto-américain d’interdiction des essais, pour lequel il a été remercié par le président John F. Kennedy et le pape Jean XXIII, ce dernier lui ayant remis sa médaille personnelle.

Cousins a longtemps été président des World Federalists, la branche américaine du World Federalist Movement. En 1947, cinq petites organisations fédéralistes mondiales se sont réunies à Asheville, en Caroline du Nord, et ont convenu de fusionner sous le nom de United World Federalists. Ces cinq groupes avaient, l’année précédente, rencontré les représentants de quinze autres à Montreux pour discuter de la création d’une organisation fédéraliste mondiale. C’est un an plus tard, en août 1947, également à Montreux, que plus de 51 organisations de 24 pays se sont réunies à la Conference of the World Movement for World Federal Government. Le Mouvement préconise la mise en place d’un système fédéral mondial d’institutions mondiales renforcées et démocratiques soumises aux principes de subsidiarité, de solidarité et de démocratie.

Les fédéralistes avaient espéré que la conférence d’examen des Nations Unies prévue en 1955 ferait avancer l’ONU vers un système fédéral mondial. Cependant, le manque de volonté politique a dissipé tout intérêt pour une telle conférence. Vers 1965, le Mouvement fédéraliste mondial avait établi des bureaux à proximité de l’ONU. Les fédéralistes de cette période se sont concentrés sur les amendements à la Charte des Nations unies comme moyen d’avancer, impliquant des réformes des institutions telles qu’un Security Council plus représentatif, une World Court et une General Assembly démocratiquement élue. Les fédéralistes ont également proposé un certain nombre de nouvelles institutions telles qu’une commission sur le développement durable, une autorité internationale de développement, un corps permanent de maintien de la paix et une cour pénale internationale.

David LIVINGSTONE

 

1 – Alice Bailey. “Education in the New Age” (Lucis Trust, 1954); “Discipleship For a New Age” (Lucis Press, 1944) and “The Externalisation of the Hierarchy” (Lucis Press, 1957).

2 – Andrija Puharich. “A Way to Peace through ELF Waves.” Cited in Lynn Picknett & Clive Prince. The Stargate Conspiracy.

3 – Alice A. Bailey. A Treatise on the Seven Rays, Vol. V: The Rays and the Initiations, p. 418.

4 – Alice Bailey. The Externalization of the Hieararchy (Lucis Trust, 1985).

5 – Steven J. Sutcliffe. Children of the New Age: A History of Spiritual Practices (Routledge, 2003). p. 51.

6 – Steve Bonta. “New Age Roots.” The New American. Vol. 15, No. 05, (March 1, 1999). Retrieved from

7 – Terry Melanson. “Lucis Trust, Alice Bailey, World Goodwill and the False Light of the World.”

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s