III.19.v Shangri-la – Grande Fraternité d’Asie

Devenez complotiste avec le Volume IIIChapitre 19 – Partie v de l’incroyable Ordo ab Chao de l’auteur canadien David Livingstone, qui depuis 30 ans dévoile les coulisses de l’Histoire et vient de nous donner les droits de son intégrale traduction.

germans-in-lahsa
Dr Bruno Beger et Dr Ernst Schäfer, officiers d’Ahnenerbe, reçus par des dignitaires tibétains à Lhassa (1938).
51g34rw6gcl._sl250_Ernst Schäfer, chasseur et biologiste allemand, a participé à trois expéditions au Tibet, en 1931, en 1934-1935 et en 1938-1939, prétendument pour le sport et la recherche zoologique. Bruno Beger, qui était également lié à l’actuel Dalaï Lama XIV, qui était considéré comme un lien particulier entre les nazis et le Tibet 1, a été le tuteur personnel du jeune Dalaï Lama jusqu’au début des années 1950. L’ancien officier SS Heinrich Harrer, surtout connu pour ses livres, dont Seven Years in Tibet (1952), qui a servi de base à deux films du même titre, le premier en 1956 et le second en 1997, avec Brad Pitt dans le rôle de Harrer. Une forte amitié s’est développée entre Harrer et le Dalaï Lama, qui durera toute leur vie 2.
Coïncidant avec l’expédition Schäfer de 1934-1935, une autre expédition a été menée par le théosophe russe Nicholas Roerich. C’est Roerich qui a écrit le concept du ballet controversé d‘Igor Stravinsky, Le Sacre du Printemps. Comme le suggère son sous-titre « Images de la Russie païenne », le thème de l’opéra est le culte païen du dieu mourant, dont la résurrection était traditionnellement célébrée à Pâques. Dans l’opéra, Stravinski a osé associer le rite au sacrifice humain. Lorsque le ballet a été présenté pour la première fois au Théâtre des Champs-Élysées en 1913, la nature controversée de la musique et de la chorégraphie a provoqué une émeute dans le public.
n_roerich
Nicholas Roerich (1874–1947)

Roerich, avec sa femme Helena, a été le premier à traduire en russe La Doctrine Secrète de Blavatsky. En 1919, les Roerich s’étaient installés à Londres où ils ont rejoint la scène théosophique locale dominée par Annie Besant. Artiste prolifique, les peintures de Roerich sont exposées dans des musées réputés dans le monde entier. Roerich est également l’auteur d’un pacte international pour la protection des institutions artistiques et universitaires et des sites historiques, connu sous le nom de « Pacte Roerich », pour lequel il a été nominé pour le Prix Nobel de la Paix. Les Roerich ont participé à la poursuite des aspirations des synarchistes de Saint-Pétersbourg pour l’Asie centrale, qui ont uni les martinistes, les agents doubles russes et les lamas tibétains. L’objectif ultime des Roerichs, généralement appelé « Grand Plan », a été inspiré par le Maître Morya, l’un des principaux « Maîtres Ascensionnés » de Blavatsky.

Comme Dorjieff et le « Baron Fou » Roman Ungern-Sternberg, le Grand Plan était d’établir un « Nouveau Pays » pan-bouddhiste et transnational s’étendant du Tibet à la Sibérie méridionale, y compris un territoire qui était alors gouverné par la Chine, la Mongolie, le Tibet et l’Union Soviétique. Le nouveau pays de Roerich devait être dirigé par le Panchen Lama, le chef spirituel du Tibet, qui avait été forcé de fuir le pays en 1923 en raison de désaccords avec le Dalaï Lama, le chef laïc du pays. Ce « Nouveau Pays » a été conçu comme l’expression terrestre du royaume invisible de Shambhala, « le lieu saint, où le monde terrestre se relie aux états de conscience les plus élevés » 3. Il a été prophétisé que le retour du Panchen Lama marquerait le début d’une nouvelle ère. Comme l’explique Markus Osterrieder, dans « From Synarchy to Shambhala: The Role of Political Occultism and Social Messianism in the Activities of Nicholas Roerich » :
Les montagnes de l’Altaï – et, plus largement, la Sibérie – étaient au cœur même du Grand Plan, une composante indispensable du « Nouveau Pays », car Roerich pensait que l’Altaï deviendrait un double pour Shambhala – comme la légendaire terre de Belovod’e, ou le pays des eaux blanches, célébré dans de nombreuses légendes populaires russes, notamment chez les sectaires comme les Beguny. C’est pourquoi l’une des légendes de l’Altaï qui a le plus excité Roerich est le récit d’un vaste enchevêtrement de tunnels censés alvéoler les royaumes souterrains au plus profond des montagnes. S’inspirant des contes d’Agartha (ou Agarthi), Roerich imaginait un réseau complexe de tunnels et de chambres reliant l’Altaï à l’Himalaya. Même le Dalaï Lama a été entraîné dans les spéculations de Roerich, car, comme il le pensait, les tunnels de l’Altaï menaient jusqu’à Lhassa et au palais du Potala 4.
path-to-shambhala-nicholas-roerich
Path to Shambhala by Nicholas Roerich.
Selon certains chercheurs, Roerich est devenu membre de l’Ordre Martiniste de Papus pendant son séjour à Saint-Pétersbourg avant la Première Guerre Mondiale 5. De même, les affinités de Roerich avec le martinisme et la synarchie se retrouvent dans ses liens avec l’Ancient Mystical Order Rosae Crucis (AMORC) de Harvey Spencer Lewis. Dans Shambhala: In Search of a New Era, Roerich fait également allusion à une similitude entre Shambhala et Thulé, et mentionne l’association de Shambhala avec la ville souterraine d’Agharti, accessible par des tunnels sous les montagnes himalayennes. Aux États-Unis, Roerich avait rencontré Alfred Orage, un disciple de Gurdjieff, et son associé H.G. Wells. Roerich devint finalement l’émissaire de Gurdjieff aux États-Unis. Roerich a peut-être entendu parler des précédents voyages de Gurdjieff en Asie centrale depuis Orage. Il avait d’abord été exposé aux enseignements mystiques bouddhistes et avait entendu parler de la légende de Shambhala à Saint-Pétersbourg, lors de sa participation à la construction du temple bouddhiste sous la direction de Lama Dorjieff 6.
gleb-bokiy
G.I. Bokii (1879–1937)

Les expéditions de Roerich ont été soutenues par la Joint State Political Directorate (OGPU), la police secrète de l’Union soviétique de 1922 à 1934. Le chef du « Département spécial » de l’OGPU était G.I. Bokii, un ancien membre de l’Ordre Kabbalistique de la Rose-Croix (OKR+C) de Papus, le « cercle intérieur » de l’Ordre Martiniste, et un adepte des rituels sexuels tantriques. Bokii avait mis Aleksandr Barchenko, également ancien membre de l’OKR+C, à la tête d’un laboratoire spécial au sein de l’Institut de médecine expérimentale de Moscou pour étudier l’hypnose, la télékinésie, la visualisation à distance et l’Extra Sensorial Perception (ESP) , dans le but de les utiliser à des fins d’intelligence.

aleksandrbarchenko
Alexander Barchenko (1881— 1938)

La revendication de Saint-Yves d’Alveydre sur l’existence d’une confrérie secrète à Agartha, qui aurait été connue des sectes mystiques de l’Antiquité et des Templiers, sera plus tard le point de départ des recherches menées sous les auspices de l’OGPU 7. Après son arrestation en 1937 par l’OGPU dans le cadre de la Grande Purge, Barchenko a avoué au cours des interrogatoires comment il avait été approché en 1923 par deux membres de ce qu’il a appelé la « Grande Fraternité d’Asie », qui était censée être une organisation occulte chapeautant toute l’Asie intérieure, réunissant diverses confréries mongoles et tibétaines, des ordres musulmans et derviches et même des groupes sectaires juifs, hassidiques et chrétiens 8. Bokii était également membre de l’Edinoe Trudovoe Bratstvo (ETB), fondé par Barchenko, dont le but premier était d’établir un contact direct avec Shambhala, et qui comprenait de nombreux autres tchékistes et agents doubles britanniques, actuels ou anciens 9. L’ETB a duré jusqu’à sa dissolution par Staline à la fin des années 1930, suite à des accusations selon lesquelles leurs activités occultes faisaient partie de complots de trahison associés aux services secrets britanniques en Extrême-Orient.

Bokii était également en relation avec le Dr Piotr Badmaev, membre de la Green Dragon Society et associé du Lama Dorjieff, d’Ukhtomskii, de Nicholas Roerich et du cousin de Blavatsky, Sergei de Witte, à Saint-Pétersbourg à la cour de Nicolas II, dans leur mission de le promouvoir comme « Tsar blanc de Shambhala » 10. En 1939, Edouard Saby publie Hitler et les forces occultes, dans lequel il dépeint Hitler comme un médium, un magicien et un initié, et évoque également le lien avec le Tibet : « N’est-ce pas Trebitsch-Lincoln, l’ami des Badmaev, qui a initié Hitler, en lui révélant la doctrine d’Ostara, une école secrète de l’Inde, où les lamas enseignent la suprématie des Aryens » 11.
henry_a._wallace
Le vice-président Henry Wallace

Cependant, les expéditions de Roerich au Tibet ont été simultanément soutenues par le vice-président de l’époque, Henry Wallace. Wallace était également membre de la Theosophical Society. Selon Arthur Schlesinger, Jr, « la recherche de la lumière intérieure de Wallace l’a conduit vers d’étranges prophètes… C’est dans cette recherche qu’il a rencontré Nicholas Roerich, un émigré russe, peintre et théosophe. Wallace fit plusieurs faveurs à Roerich, notamment en l’envoyant en expédition en Asie centrale, soi-disant pour « collecter des herbes résistantes à la sécheresse ». Dans une lettre à Roerich, Wallace déclarait : « La recherche – que ce soit pour la parole perdue de la Maçonnerie, ou le Saint Calice, ou les potentialités de l’époque à venir – est le seul objectif qui vaille la peine. Tout le reste est un devoir karmique. Mais tout le monde est sûrement un Galahad potentiel ? Alors, puissions-nous nous efforcer d’atteindre le Calice et la flamme qui le surplombe » 12.

all-seeing-eye-dollar
On soupçonne largement que c’est Roerich qui a inspiré Wallace pour ajouter le Grand Sceau des États-Unis, conçu pour la première fois en 1782, au verso du billet de 1 dollar, avec une pyramide inachevée et le symbole des Illuminati de l’Œil qui Voit Tout 13. Wallace a proposé l’idée au président Roosevelt en 1934. Selon Wallace, dans une lettre datée du 6 février 1951 :
Roosevelt, en regardant la reproduction colorée du Sceau, a d’abord été frappé par la représentation du « All-Seeing Eye », une représentation maçonnique du Grand Architecte de l’Univers. Ensuite, il a été impressionné par l’idée que les fondations du nouvel ordre des âges avaient été posées en 1776 (1er mai 1776, fondation des Illuminati) mais ne seraient achevées que sous l’œil du Grand Architecte. Roosevelt, comme moi, était un maçon du 32e degré. Il suggéra que le Sceau soit apposé sur le billet de banque plutôt que sur une pièce de monnaie 14.
Avec l’aide de Wallace, Roerich a également pu obtenir le soutien du président Franklin Delano Roosevelt pour le pacte Roerich, pour lequel Roerich a été nominé pour le Prix Nobel. Le pacte a été signé à la Maison Blanche en 1935 avec la participation de FDR. Roosevelt était devenu membre du Rite Ecossais de haut niveau en 1929, et a été nommé Grand Maître honoraire de l’Ordre de New York de DeMolay en 1934 à la Maison Blanche. En 1942, inspiré par le roman de James Hilton de 1933, Lost Horizon – inspiré de la quête de Roerich pour Shambhala mais nommé dans le roman Shangri-la, une lamaserie utopique dans les montagnes du Tibet dont les habitants jouissent de la longévité – Roosevelt a nommé sa nouvelle retraite dans le parc de la montagne Catoctin, Camp Hi-Catoctin [aujourd’hui Camp David], du même nom 15.

David LIVINGSTONE

1 – Victor & Victoria Trimondi. “The Shadow of the Dalai Lama – Part II – 12. Fascist occultism and it’s close relationship to Buddhist Tantrism.” Retrieved from http://www.trimondi.de/SDLE/Part-2-12.htm

2 – “His Holiness the Dalai Lama said Heinrich Harrer Will Always be Remembered by the Tibetan People.” Central Tibetan Administration.

3Nikolaj Rerih: Serdce Azii. New York _929, part 2, Šambala, list _0.

4 – Osterrieder. “From Synarchy to Shambhala,” p. 117.

5 – Ibid., p. 15.

6 – Frank Joseph & Laura Beaudoin. Opening the Ark of the Covenant: The Secret Power of the Ancients, the Knights Templar Connection, and the Search for the Holy Grail (Franklin Lakes, NJ: New Page Books, 2007) p. 28.

7 – Oleg Shishkin. “The Occultist Aleksandr Barchenko and the Soviet Secret Police (1923-1938)” Birgit Menzel, Michael Hagemeister and Bernice Glatzer Rosenthal, ed. The New Age of Russia: Occult and Esoteric Dimensions (Studies on Language and Culture in Central and Eastern Europe, Volume 17) p. 87.

8 – Osterrieder. “From Synarchy to Shambhala,” p. 118.

9 – Oleg Shishkin. Bitva za Gimalai (Moscow: Eksmo, 2003), p. 48; cited in Richard B. Spence, “Red Star Over Shambhala: Soviet, British and American Intelligence & the Search for Lost Civilisation in Central Asia,” New Dawn, September 25, 2005.

10 – Fr. L, “Esotericism and Espionage: the Golden Age, 1800–1950,” Journal of the Western Mystery Tradition, No. 16, Vol. 2. Vernal Equinox 2009.

11 – Edouard Saby, Hitler et les forces occultes: La magie noire en Allemagne. La vie occculte du Fuhrer (Paris: Société d’Éditions Littéraires et de Vulgarisation, 1939): 131, trans. N. Goodrick-Clarke in T. Hakl, Unknown Sources, p. 26.

12 – Terry Melanson. “The All-Seeing Eye, The President, The Secretary and The Guru.” Conspiracy Archive, (July 2001).

13 – Ibid.

14 – Ibid.

15 – Osterrieder. “From Synarchy to Shambhala,” p. 24.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s