II.12.iv Kabbale Orientale – Tantra de la Main Gauche

Devenez complotiste avec le Volume IIChapitre 12 – Partie iv de l’incroyable Ordo ab Chao de l’auteur canadien David Livingstone, qui depuis 30 ans dévoile les coulisses de l’Histoire que nous publions pour la première fois en français.

left-handtantraLe Tantra présente plusieurs similitudes avec le gnosticisme. Essentiellement, les doctrines du Tantra prêchent un non-dualisme, proposant une vision de la réalité comme l’auto-expression d’une seule Conscience Divine, et sont caractérisées par des rituels qui proposent la possibilité d’atteindre une spiritualité accrue à travers le monde, en identifiant le microcosme avec le macrocosme. Le praticien tantrique cherche à utiliser le prana, une énergie qui circule dans l’univers, y compris dans son propre corps, pour atteindre des objectifs qui peuvent être spirituels, matériels ou les deux. Une longue formation est généralement nécessaire pour maîtriser les méthodes tantriques, auxquelles les élèves sont généralement initiés par un gourou. Le yoga, y compris les techniques de respiration et les postures (asana), est utilisé pour soumettre le corps au contrôle de la volonté. Les mudras, ou gestes, mantras ou syllabes, mots et phrases, mandalas et yantras, diagrammes symboliques des forces à l’œuvre dans l’univers, sont tous utilisés comme aides à la méditation et à l’acquisition de pouvoirs spirituels et magiques. Le Tantra de la Main Gauche, en particulier, enseignait une répudiation de la moralité conventionnelle où les Sabbatéens pouvaient voir une similitude avec leur propre doctrine de la « Sainteté du péché ». Si les éléments briseurs de tabous sont symboliques pour le Tantra « Voie de Droite » (Dakshinachara), ils sont pratiqués littéralement par le Tantra « Voie de Gauche » (Vamachara). Le vamachara est un mode de culte ou sadhana (pratique spirituelle) qui est considéré comme hérétique selon les normes védiques. Le rituel secret peut inclure des fêtes de substances autrement interdites, des relations sexuelles, des cimetières, ainsi que la défécation, l’urination et les vomissements. Reflétant le « mariage sacré » du gnosticisme, le plus important est l’union sexuelle rituelle connue sous le nom de Maïthuna, au cours de laquelle l’homme et la femme deviennent pour le moment divins : elle est la déesse Shakti, et lui le dieu Shiva. Les adeptes du Tantra chinois et tibétain affirment que le fait de s’abstenir d’éjaculer conduit à une expérience plus intense, culminant dans la capacité de communiquer avec les esprits, d’effectuer une écriture automatique, de faire de la voyance et de voyager dans l’astral 1. De même, comme l’explique Marsha Keith Schuchard :

…en s’associant avec des mystiques moraves et juifs à Londres, le Swedenborg, âgé de 56 ans, a appris à réaliser le mariage mystique kabbalistique dans son esprit, par la sublimation de son énergie sexuelle en énergie visionnaire. En méditant sur les puissances masculine et féminine dissimulées dans les vaisseaux des lettres hébraïques, en visualisant ces lettres sous la forme de corps humains, en régulant l’inspiration et l’expiration du souffle et en obtenant une érection sans progression vers l’éjaculation, le révérend kabbaliste pouvait atteindre un état de transe orgasmique qui l’élevait au monde des esprits et des anges.

Swedenborg situe la source de ses théories kabbalistiques non pas chez les Juifs, mais en Asie. Fasciné par le mythe de la « Shambhala », il voyagea en Inde et en Asie centrale, ramenant avec lui les rites sexuels qui furent incorporés dans sa New Jerusalem Society 2. Influencé par les Sabbatéens et leurs doctrines sexuelles, Swedenborg fut intrigué par la similarité des techniques de méditation du Tantra Yogique avec celles de la Kabbale 3. Au cours de la première participation de Swedenborg avec les Frères Moraves, un des missionnaires de Zinzendorf auprès des Juifs recrute également des Indiens d’Asie de Malabar qui viennent à Londres. À Londres, Swedenborg et ses associés moraves ont étudié les formes kabbalistiques de méditation, de visualisation, de contrôle de la respiration et de yoga sexuel qui étaient similaires aux pratiques tantriques. En même temps, explique Schuchard, Swedenborg entretenait une relation d’amour-haine avec les Juifs dont il continuait à apprendre les techniques kabbalistiques de méditation et d’interprétation de la Bible. Cependant, l’antisémitisme qui régnait en Suède a conduit Swedenborg à déplacer progressivement ses théories sur les sources de la Kabbale d’Israël vers l’Asie 4.

Profitant du grand intérêt pour la culture asiatique suscité par la Compagnie suédoise des Indes orientales, qui l’employait secrètement, Swedenborg soutenait que les yogis de la Grande Tartarie avaient découvert les secrets du kabbalisme bien avant les Juifs. Hallengren soutient que le « Grand Tartarie » de Swedenborg faisait partie du peuple turco-mongol de Mongolie, entre le Tibet et la Sibérie, et qu’il avait accès à de rares manuscrits et traditions orales asiatiques rapportés par des parents et des collègues de retour au pays 5.

Dans son journal spirituel, Swedenborg s’est inspiré du journal de voyage de Philip Strahlenberg, un officier suédois et ancien prisonnier, pour décrire la relation spirituelle entre les Tibétains, les Tartares, les Chinois et les Sibériens. Swedenborg partageait un intérêt pour Strahlenberg avec James Parsons, un membre de la Royal Society, qui était très versé dans l’hermétisme, le Talmud et le Zohar. Comme Swedenborg, Parsons a étudié les rapports de Strahlenberg et les théories suédoises antérieures de l’histoire gothique, ce qui l’a amené à proposer des similitudes entre les croyances kabbalistiques, tibétaines, nordiques-gééliques et chrétiennes en une divinité trinitaire. Parsons a publié ses conclusions dans The Remains of Japhet (l767).

Swedenborg a également acquis un livre rare qui liait explicitement les traditions mystiques yogique et kabbalistique, le Conformite de la Coutoumes des Indiens Orientaux avec celles des Juifs de La Créquiniére (1704), qui a été traduit en anglais par le panthéiste radical John Toland et a suscité beaucoup d’intérêt parmi les étudiants maçonniques des sciences ésotériques 6. La Crequinière revendique une origine asiatique pour les « rites priapiques » des Juifs, représentés par des sculptures érotiques de figures de fertilité masculine et féminine. Les rites priapiques seraient restés en Inde jusqu’à l’époque de Salomon, et « en la soixante-cinquième année de Jésus-Christ, ils ont été transportés en Chine » 7.

David LIVINGSTONE

1 – Ruan, Sex in China, (New York: Plenum, l991) 60-68.

2 – Fr L. “Esotericism and Espionage: the Golden Age, 1800 – 1950.” Journal of the Western Mystery Tradition, No. 16, Vol. 2. Vernal Equinox 2009.

3 – Marsha Keith Schuchard, “Why Mrs. Blake Cried: Swedenborg, Blake and the Sexual Basis of Spiritual Vision.” Esoterica (Volume II, 2000).

4 – Marsha Keith Schuchard. “Why Mrs. Blake Cried: Swedenborg, Blake and the Sexual Basis of Spiritual Vision Esoterica (Volume II, 2000). Retrieved from http://www.esoteric.msu.edu/VolumeII/Blake.html

5 – Anders Hallengren, “The Secret of Great Tartary.” Arcana, I (l994), 35-54.

6 – Schuchard. Why Mrs Blake Cried.

7 – Cited in Schuchard. Why Mrs Blake Cried.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s