V. Agenda 2020 – Origines

Nous avions interviewé Cyril Leysin en décembre dernier pour « Le Nouvel Ordre Mondial Démasqué » paru aux Editions de Chiré contenant de précieuses informations sur Big Pharma. Actualité oblige, nous lui avons demandé un article pour mettre en perspective le Corona Virus et de nous emmener dans ses coulisses. Voici donc la cinquième partie d’Agenda 2020 en comprenant sept. Bon courage.

Pour revenir à une époque plus récente, rappelons que la Chloroquine (baptisée alors « Resochin ») fut découverte en 1934 par le scientifique allemand Hans Andersag (1902-1955) et ses collègues des laboratoires BAYER, faisant alors partie d’IG Farben, qui fut une entreprise essentielle du régime nazi, durant toute la Seconde Guerre Mondiale, et qui employa quantités de prisonniers des camps. 

ROUNDUPDe très nombreux dirigeants de BAYER furent ensuite recyclés après la guerre aux mêmes postes de direction, et il y a peu de temps, BAYER a racheté l’entreprise MONSANTO avec son fameux « RoundUp » qui empoisonne la terre entière.

Rappelons que durant la Seconde Guerre Mondiale, l’entreprise BAYER mena de nombreuses expériences sur des cobayes humains détenus dans les camps de concentration qui conduisirent à de nombreux décès. 

Hans Andersag a travaillé avec le biochimiste austro-allemand Richard Johann Kuhn (1900-1967) qui est crédité de la découverte de l’agent neurotoxique mortel « SOMAN » en 1944, classé comme arme de destruction massive par les Nations Unies (résolution 687 de l’ONU)…

Dés 1929, Richard Johann Kuhn fut directeur à l’institut pour la recherche médicale Kaiser Wilhelm (de 1937 à 1945) puis après la guerre, directeur de l’institut Max Planck (quand l’institut Kaiser Wilhelm fut renommée société Max Planck). Kuhn étudia avec Richard Willstätter dont la thèse de doctorat portait sur la structure de la cocaïne et qui eut comme conseiller doctoral Johann F. W. Adolf von Baeyer (1835-1917) petit fils de Julius E. Hitzig (1780-1849) le petit-fils de Daniel Itzig (1723-1799) Juif de cour de Frédéric II et de Frédéric-Guillaume II de Prusse, déjà évoqué, dont le gendre était David Friedländer.
On voit ainsi une continuité évidente depuis plusieurs siècles, pour établir une gouvernance mondiale, avec une alliance entre des « élites » juives imprégnées des idées des « lumières », de Talmud et de Kabbale, avec des sociétés secrètes comme l’Ordre des illuminés de Bavière, et des dynasties païennes, combattant le Catholicisme, organisant et finançant guerres et révolutions.
J’ai déjà prouvé les visées eugénistes et malthusiennes des personnes qui dirigent les plus grands groupes privés, bancaires, et les institutions mondialistes.

Nous avons signalé que SANOFI s’est déclaré prêt à offrir aux autorités françaises des millions de doses de « Plaquenil » (sulfate d’hydroxychloroquine) présenté comme un « anti-paludique 1».

Revenons aussi sur le partenaire américain de SANOFI, REGENERON Pharmaceuticals, Inc. qui est une société de biotechnologie dont le siège est à Eastview (Etat de New York). La société a été fondée en 1988. 

Dés 2012, Bloomberg a annoncé queSANOFI et REGENERON travaillaient ensemble sur le développement de nouveaux produits, et en juillet 2015, SANOFIsigna une nouvelle collaboration mondiale avec REGENERON.

L’entreprise REGENERON Pharmaceuticals a été fondée par le PDG Leonard Schleifer, et George Yancopoulos (né en 1959) président et chef de la direction scientifique. Yancopoulos a travaillé dans le domaine de l’immunologie moléculaire à l’Université Columbia avec Frederick Wayne Alt (né en 1949) professeur de génétique à la Harvard Medical School qui effectue également des recherches pour le Howard Hughes Medical Institute (HHMI) depuis 1987.

Concernant Howard Hughes et l’important institut médical Howard Hughes, je vous renvoie à mon ouvrage Le Nouvel Ordre Mondial Démasqué (éditions Chiré DPF), ne pouvant développer davantage ce sujet dans cet article déjà assez long. 

Leonard S. Schleifer (né en 1953) est le fondateur et chef de la direction de la société de biotechnologie REGENERON Pharmaceuticals. Né dans une famille juive, Schleifer est le fils de Florence et Charles Baker Schleifer. Il est diplômé d’un BS de l’Université Cornell (cofondée par l’initié Skull and Bones Andrew Dickson White) et d’un MD-PhD de l’Université de Virginie où il a étudié avec Alfred G. Gilman (1941-2015).

Or, Alfred Goodman Gilman était un pharmacologue et biochimiste qui a étudié les sciences à  l’Université de Yale, et en 2005, Alfred Goodman Gilman a été nommé directeur de la compagnie pharmaceutique Eli Lilly & Co 2.

Rappelons que l’actuel Secrétaire à la Santé des USA nommé par Donald Trump, Alex Azar, fut président de la division américaine d’Eli Lilly and Company (de 2012 à 2017). 

Les parents d’Alfred Goodman Gilman étaient Mabel (Schmidt) et Alfred Zack Gilman Sr. (1908-1984)  professeur à l’école de médecine de Yale.

Alfred Zack Gilman Sr.  était un pharmacologue connu pour ses premières techniques de chimiothérapie utilisant le « Nitrogen mustards » 3 (mal traduit en français par « moutarde azotée ») avec son collègue Louis S. Goodman (1906-2000), qui après un internat à l’hôpital Johns Hopkins, rejoignit la faculté de médecine de Yale.

Alfred Zack Gilman Sr. a fait partie des facultés de l’école de médecine de Yale, de l’université des médecins et chirurgiens de Columbia et de l’université de médecine Albert Einstein, où il a fondé le département de pharmacologie. 

faculté de médecine de l'Université de Yale.svgCi-contre, les armoiries de l‘Université de médecine de Yale à New Haven (Connecticut) fondée en 1810, et qui a officiellement ouvert ses portes en 1813. Encore une fois, nous retrouvons le Serpent, à l’honneur parmi les initiés.

Gilman Sr. était le fils de Joseph Gilman et Rebecca Ives GilmanAlfred Gilman s’est tourné vers la science, recevant un baccalauréat du Yale College en 1928 et un doctorat en Physiological Chemistry de Yale en 1931. 

Gilman Sr. est devenu chef de section de pharmacologie à l’Arsenal Edgewood de l’armée américaine dans le Maryland. Il faut préciser que le gouvernement américain a construit des usines pour la fabrication de gaz toxiques et ces installations furent appelées Edgewood Arsenal.

 Ainsi l’Arsenal Edgewood comprenait des usines de fabrication de Nitrogen mustards  ou « Gaz moutarde », de chloropicrine (fortement cancérigène), de Phosgène, et d’autres installations pour remplir les obus d’artillerie avec ces produits chimiques

Précisons que la Chloropicrine avait été fabriquée pour être utilisée comme gaz toxique pendant la Première Guerre Mondiale et découverte en 1848 par le chimiste écossais John Stenhouse (1809-1880) co-fondateur de la Société de Chimie (Chemical Society) en 1841. Stenhouse avait étudié avec le professeur Thomas Graham  (1805-1869) qui fut Maître de la Monnaie royale (Master of the Mint, de 1855 jusqu’à sa mort). Précisons qu’après le mandat de Graham, le rôle de Maître de la Monnaie royale a été fusionné en 1870 avec le bureau du Chancelier de l’Échiquier (l’équivalent en France du Ministre du Budget, poste occupé actuellement par Gérald Darmanin petit fils d’un Juif de la république de Malte)

Rappelons-nous que le célèbre mathématicien et astronome Isaac Newton (1642-1726/27) versé dans l’alchimie fut aussi à son époque Gardien de la Monnaie (1696-1700)  et Maître de la Monnaie Royale (1700-1727).

Au cours de 1837-1839, Stenhouse avait assisté aux cours de chimie à l’Université de Glasgow, puis étudia sous la direction de Justus Liebig à l’Université de Giessen en Allemagne. Liebig, qui se lia d’amitié avec Georges Cuvier (1769–1832) et Alexander von Humboldt (1769-1859),  est généralement connu du grand public pour son célèbre cube de bouillon de bœuf de marque « Oxo »

Mais soulignons que Liebig fut l’élève de Karl Wilhelm Gottlob Kastner (1783-1857) qui avait obtenu son doctorat en 1805 sous la direction de Johann Göttling. Cela est d’une importance historique majeure, car Johann Friedrich August Göttling (1753-1809) étudia la chimie (pour ne pas dire l’alchimie) du Soufre, de l’Arsenic, du Phosphore et du Mercure

A partir de 1785, Göttling a étudié les sciences naturelles à l’Université de Göttingen, et au moment de la Révolution française en 1789, l’illuminé de Bavière Johann Wolfgang von Goethe prit des dispositions pour que Göttling  soit professeur agrégé de chimie et de technologie à l’Université d’Iéna 4.Göttling fut une source importante de Goethe pour l’étude de la chimie. 

Mais revenons à une période plus récente, pour constater les conséquences dramatiques de cette prise de pouvoir par les sociétés secrètes, apprentis sorciers, gnostiques et alchimistes… alliés à la très haute finance juive, et aux rabbins kabbalistes. Rappelons aussi la célèbre doctrine de « rédemption par le péché » prônée par le faux messie Jacob Frank et ses suiveurs. 

En 1918, la production de l’arsenal Edgewood de l’armée américaine avait atteint 2 756 tonnes par mois et totalisé 10 817 tonnes de gaz toxique produites avant l’armistice de novembre 1918. Une partie du gaz fut expédiée à l’étranger pour être utilisée dans des obus d’artillerie français et britannique. 5

D’autre part, de 1948 à 1975, l’US Army Chemical Corps mena des recherches classifiées confidentielles sur des sujets humains à l’Edgewood Arsenal

Certaines études portaient sur la Guerre « psychochimique » et ont été baptisées Medical Research Volunteer Program (1956–1975). 

Des scientifiques américains ont utilisé trois gaz neurotoxiques développés en collaboration avec des scientifiques allemands – tabunsomanet sarin – et ont mené plusieurs expériences au Centre Edgewood biologique et chimique de l’armée américaine. 

Un rapport classifié intitulé Psychochemical Warfare : A New Concept of War a été produit en 1949 par Luther Wilson Greene, directeur technique des Laboratoires chimiques et radiologiques d’Edgewood.

À la fin des années 40 et au début des années 50, l’armée américaine a travaillé avec l’anesthésiologiste de Harvard Henry K. Beecher  (1904-1976) dans son centre d’interrogatoire à Camp King en Allemagne sur l’utilisation de composés psychoactifs (MescalineLSD,… ), y compris des expériences sur des sujets humains.

Les expériences impliquaient au moins 254 substances chimiques, mais se concentraient principalement sur les incapacitants du spectre intermédiaire, tels que le LSD, les THC, les benzodiazépines et le BZ. Rappelons que LSD fut synthétisé à partir d’autres dérivés de l’ergot de seigle en 1938, puis en 1943 par Albert Hofmannet Arthur Stoll chez Sandoz.

Environ 7 000 militaires américains et 1 000 civils ont été des sujets d’essai pendant près de trois décennies 6 impliquant des expositions à plus de 250 produits chimiques différents, selon le ministère de la Défense (DoD). Aucun suivi à long terme n’était prévu dans le cadre des études du DoD.

Au cours de la semaine du 14 juillet 1969, le personnel du Naval Applied Science Laboratory, en collaboration avec le personnel du Limited War Laboratory,  a effectué un test de défoliation le long du littoral de l’île Poole,  Aberdeen Proving Ground à l’aide d’Agent Orange et l’Agent Orange amélioré, Orange Plus ou Super Orange (SO)  7

Rappelons que l’Agent Orange est l’un des « herbicides arc-en-ciel » (herbicides Rainbow). 

Pulvérisation AGENT ORANGE. Opération 'Ranch_Hand'Ci-contre, pulvérisation de défoliant, qui fait partie de l’opération Ranch Hand, pendant la guerre du Vietnam par des avions UC-123B conçus par Chase Aircraft société achetée par Henry John Kaiser (1882-1967) un industriel américain devenu le père de la construction navale américaine moderne qui a créé  les chantiers navals Kaiser, qui ont construit des navires Liberty pendant la Seconde Guerre Mondiale, puis a formé Kaiser Aluminium et Kaiser Steel. Il a dirigé les sociétés d’automobiles Kaiser-Frazer suivi par Kaiser Motors

En bon « philanthrope » Henry John Kaiser créa aussi la Fondation de la famille Kaiser

Depuis 2014, Kaiser Permanente est la plus grande compagnie d’assurance maladie aux États-Unis, dont le siège est à Oakland , en Californie , dans les Etats-Unis . Le consortium Kaiser Permanente a été fondé en 1945 par l’industriel Henry J. Kaiser et le médecin Sydney Garfield, et son chiffre d’affaires en 2017 était de 72,7 milliards de dollars. 8

En plus de pulvériser ces substances chimiques extrêmement toxiques au Vietnam, au Laos et au Cambodge, l’armée américaine a également pulvérisé ces « Rainbow Herbicides » et de nombreux autres défoliants chimiques aux États-Unis,  Canada, Porto Rico, Corée, Inde, Thaïlande,  Philippines, à Porto Rico, à Hawaï, en Malaisie,… 

AGENT ORANGECi-contre, quelques exemples de malformations d’enfants dont les parents avaient été exposés à la dioxine et aux nombreuses autres substances chimiques toxiques larguées par avions.

Pendant la période appelée « l’état d’urgence malais » (1948-1960), la Grande-Bretagne a été la première nation à larguer des produits hautement toxiques au début des années 1950.

Pendant la Seconde Guerre Mondiale, les Nitrogen mustards  ou « moutardes azotées » ont été étudiées à l’École de médecine de Yale par Alfred Gilman et Louis Goodman, et les essais cliniques de ces composés chimiques toxiques  pour le soi disant « traitement » du Lymphome (cancer) ont commencé en décembre 1942 9.

Je demande à mon lecteur d’être ici particulièrement attentif et de faire un effort même s’il n’est pas habitué aux formules chimiques. Les informations qui suivent sont très importantes. 

La chlorméthine, également connue sous le nom de mechlorethamine, mustine, et dans les États soviétiques embikhin, est une moutarde à l’azote vendue sous la marque Mustargen,  un soi disant « médicament » à base de Nitrogen mustards  ou « moutarde azotée » (HN2), qui a été le premier « agent alkylant » à être utilisé en thérapeutique (1942)  est encore utilisée dans sa formulation d’origine malgré une toxicité excessive.

Les Nitrogen mustards  ou « moutardes à l’azote » qui sont utilisées à des fins de guerre chimique sont :

  • HN1:bis (2-chloroéthyl) éthylamine
  • HN2bis (2-chloroéthyl) méthylamine
  • HN3:Tris (2-chloroéthyl) amine

 Les HN1, HN2, HN3 sont classés comme substances du Tableau 1 dans la Convention sur les armes chimiques

Les pharmacologues de Yale, Louis Goodman et Alfred Gilman, ont été les premiers à mener un essai clinique, le 27 août 1942, en utilisant l’agent HN3 (tris (2-chloroéthyl) amine) sur un patient appelé JD 10.

L’année suivante, le « groupe de Chicago », dirigé par Leon O. Jacobson, mena des essais avec HN2 (chlorméthine).

 D’autres essais cliniques après la guerre, furent dirigés parCornelius P. Rhoads au Memorial Sloan-Kettering

Soulignons qu’en 1929, Rhoads rejoignit le personnel de l’Institut Rockefeller Institute pour la recherche médicale, appelé aujourd’hui Université Rockefeller, où il travailla pour Simon Flexner qui a été le premier directeur du Rockefeller Institute for Medical Research (1901-1935) (devenu plus tard Rockefeller University), administrateur de la Fondation Rockefeller, qui était également l’ami et le conseiller de John D. Rockefeller Jr. (1874-1960).

Il est essentiel de préciser que le frère de Simon, Abraham Flexner (1866- 1959) était un éducateur américain, connu pour son rôle dans la réforme de l’enseignement médical et supérieur au XXe siècle aux États-Unis et au Canada. La Fondation Carnegie lui commanda une évaluation approfondie dans 155 écoles de médecine aux États-Unis et au Canada. Ce fut le rapport Flexner publié en 1910, qui a déclenché la réforme de l’enseignement médical aux États-Unis et au Canada.

Albert Einstein , Abraham Flexner, John R. Hardin et Herbert Maass

Sur la photo ci-dessus, de gauche à droite:  l’imposteur et plagiaire de Poincaré Albert Einstein (voir Dean Mamas), Abraham Flexner, John R. Hardin et Herbert Maass à l’Institute for Advanced Study (Einstein Drive, Princeton, New Jersey) fondé en 1930 par Abraham Flexner, avec les prétendus « philanthropes » milliardaires Louis Bamberger et Caroline Bamberger Frank Fuld (photo de 1939).

Avec un financement de la Fondation Rockefeller, Abraham Flexner :

… a exercé une influence décisive sur le cours de la formation médicale et a laissé une marque durable sur certaines des écoles de médecine les plus renommées du pays 11.

Notre lecteur qui a suivi cet article depuis le début, doit être interpelé par le nom d’Alfred Zack Gilman (1908-1984) qui fit ses études à l’Université de Yale.

En effet, nous avions évoqué l’initié Skull and Bones Daniel Coit Gilman (1831-1908) diplômé de Yale College(en 1852), qui fut un éducateur et universitaire américain, qui a joué un rôle déterminant dans la fondation de l’école scientifique de Sheffield à l’Université de Yale, qui fut le deuxième président de l’Université de Californie, Berkeley, le premier président de l’Université Johns Hopkins, et le président fondateur de la Carnegie Institution.

Daniel Coit Gilman. Skull and Bones
Daniel Coit Gilman

Daniel Coit Gilman  a également été cofondateur de la Russell Trust Association, qui administre les affaires commerciales de la société secrète Skull and Bones.

Il est remarquable que nous trouvions une fois de plus l’ombre omniprésente de cet Ordre de Skull and Bones, et de certains membres de la communauté juive, derrière cette utilisation d’un agent chimique hautement toxique présenté comme « médicament »

Dans son livre Le pouvoir occulte américain, l’historien et économiste Antony Sutton dénonçait la capacité de l’Ordre (S&B) à établir des chaînes d’influences qui leur permettent d’assurer une continuité dans leur plan de domination de la politique et des structures internationales comme l’ONU, l’OMC, la Banque mondiale, le FMI, l’UNESCO, l’OMS, etc… 

D’autre part, si nous observons les mesures qui ont été prises depuis quelques jours avec une obligation d’isolement, une interdiction de se regrouper, un contrôle des personnes avec obligation de fournir une attestation, des amendes pour ceux qui n’obéissent pas, … cela fait de plus en plus penser au « Patriot Act » mis en place au lendemain du 11 septembre 2001, et au livre de l’eugéniste Aldous Huxley auteur du livre « Le Meilleur des Mondes », qui était le frère de l’eugéniste Julian Huxley premier directeur de l’UNESCO et cofondateur du WWF.

Le but des artisans du Nouvel Ordre est d’arriver à un contrôle total de la population de la naissance à la mort, avec la PMA, l’avortement, un marquage génétique, et finalement l’euthanasie acceptée. Rappelons que le philosophe Peter Singer titulaire de la chaire d’éthique de l’université de Princeton (États-Unis) et professeur à l’université Charles-Sturt (Melbourne) en Australie, milite pour le meurtre (avortement post-natal) des enfants après la naissance, en toute impunité.

Gardons à l’esprit que la dialectique hégélienne (thèse et antithèse, vers la synthèse qui est le Nouvel Ordre Mondial…) est à l’œuvre, et que le pouvoir actuel se sert toujours d’un « contre-pouvoir » apparent pour faire avancer le projet mondialiste. Méfions nous d’un prétendu « test », d’un soi disant « traitement » (chloroquine, hydroxychloroquine, etc…) ou d’un prétendu « vaccin » que les autorités corrompues et mafieuses qui occupent la France nous proposeront, ou essayeront de nous imposer, sous le prétexte fallacieux de nous « protéger » et de « prendre soin de nous ».

Les dix plus gros mensonges sur le sidaRappelons que les média avaient aussi joué un rôle très trouble et très important lors de la soi-disant « pandémie » de SIDA qui n’a jamais eu lieu, et que le médicament AZT distribué hâtivement avait entraîné de nombreux décès. Voir à ce sujet les conclusions du Pr de Harven 12, et le site https://rethinkingaids.com/.

Le Pr de Harven avait clairement affirmé que le prétendu « virus » VIH totalement fantomatique n’avait « jamais été observé dans le sang d’un patient dont on disait qu’il était atteint d’une virologie élevée ».

Le diagnostic de la séropositivité peut être donné suite à diverses conditions médicales (malaria, grippe, vaccin antigrippal, lèpre, tuberculose, etc..). Comme le disait Coluche, « le SIDA est un virus qui se transmet médiatiquement ».
D’autre part, le « ZIKA » appartient aux Rockefeller comme nous l’avions aussi découvert. Voir à ce sujet le brevet déposé par J. Casals, de la Fondation Rockefeller …

L’étude de ces questions est essentielle pour ne plus être sans cesse manipulé par des médias sous contrôle et des prétendus « experts » formés dans des universités financés par des criminels eugénistes et malthusiens. 

Cyril LEYSIN

1Voir par exemple cet article de la grande presse aux ordres pour vérifier cette information : https://www.lesechos.fr/industrie-services/pharmacie-sante/coronavirus-sanofi-pret-a-offrir-son-antipaludique-si-les-essais-cliniques-sont-confirmes-11865332« Alfred G. Gilman, MD, PhD : Classe de 2013 » . Association américaine pour la recherche sur le cancer. 

3https://goldbook.iupac.org/terms/view/M04071. PAC, 1995, 67, 1307 (Glossaire des noms de classe des composés organiques et des intermédiaires de réactivité générés sur la structure (Recommandations IUPAC 1995) ) à la page 1350 

4 – Matériaux et expertise dans l’Europe moderne : entre le marché et le laboratoire édité par Ursula Klein, EC Spary

5Ayres, Leonard P. (1919). La guerre avec l’Allemagne (deuxième éd.). Washington, DC: United States Government Printing Office. p. 79 et 80.

6Malcolm Dando; Martin Furmanski (2006). « Programmes Incapacitant de Midspectrum ». Dans Mark Wheelis; Lajos Rózsa (éd.). Cultures mortelles: armes biologiques depuis 1945 . Harvard University Press. pp. 245-246. ISBN 978-0-674-04513-2.

7 – Informations du ministère de la Défense (DoD) sur les tests d’herbicides et le stockage en dehors du Vietnam(PDF) (rapport). Ministère des Anciens Combattants. 25 mai 2012. p. 5. Archivé (PDF) de l’original le 11 juin 2014. 

8« Faits rapides » . KaiserPermanente.org .

9 – Gilman A (mai 1963). « L’essai clinique initial de la moutarde azotée ». Un m. J. Surg . 105 (5): 574–8. doi : 10.1016 / 0002-9610 (63) 90232-0 . PMID  13947966

10 – Gilman, Alfred (1963). « L’essai clinique initial de la moutarde azotée ». Suis J Surg . 105 (5): 574-578. doi : 10.1016 / 0002-9610 (63) 90232-0 . PMID  13947966

11Bonner, Thomas Neville (février 1998). « Recherche d’Abraham Flexner ». Médecine académique73 (2): 160-166. doi : 10.1097 / 00001888-199802000-00014 . PMID  9484189

12 – Etienne de Harven avait écrit Les Dix plus Gros Mensonges sur le Sida en 2005 avec Jean-Claude Roussez, aux éditions Dangles. Jean-Claude Roussez est journaliste et auteur scientifique et technique, qui a publié, entre autres, de nombreuses études relatives aux applications médicales des hautes technologies. Étienne De Harven était docteur en médecine et professeur émérite d’anatomopathologie à l’Université de Toronto, au Canada, également membre du Comité consultatif sur le SIDA du Président de la République Sud Africaine.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s