III.17.ii Régime de Vichy – Les Veilleurs

Devenez complotiste avec le Volume IIIChapitre 17 – Partie ii de l’incroyable Ordo ab Chao de l’auteur canadien David Livingstone, qui depuis 30 ans dévoile les coulisses de l’Histoire et vient de nous donner les droits de son intégrale traduction.

Après la première guerre mondiale, un grand nombre de mouvements dédiés à l’union économique et politique de l’Europe sont apparus. Un exemple en est le Verband für kulturelle Zusammenarbeit, d’inspiration fasciste, fondé à Vienne en 1921, qui a coopéré étroitement avec son organisation sœur, la Fédération des Unions intellectuelles, avec laquelle il s’est ensuite uni sous le nom d’Association pour la coopération culturelle (« Kulturbund »1. Le Kulturbund, qui était l’homologue autrichien du Herrenclub d’Arthur Moeller van den Bruck, a été fondé par le prince Karl Anton von Rohan. Cependant, parmi les organisations culturelles, économiques et politiques, la Pan-European Union (PEU), créée en 1923 par Coudenhove-Kalergi – politicien et philosophe autrichien, pionnier de l’intégration européenne – a eu la plus grande importance et influence. Et c’est grâce à la PEU que la vision de Nietzsche, Mazzini et Saint-Yves d’Alveydre d’une Union Européenne synarchiste a atteint une force politique sérieuse.

Richard-4
Comte Richard Nikolaus von Coudenhove-Kalergi (1894-1972)

La cause du PEU a d’abord été soutenue par Tomáš Masaryk, qui s’était engagé dans le Mouvement Cosmique de Max Theon 2. En décembre 1921, Coudenhove-Kalergi a rejoint la loge maçonnique Humanitas à Vienne, dont les membres soutenaient son mouvement. Au milieu de l’année 1925, le maître de la loge viennoise, Richard Schlesinger, envoya une circulaire aux maîtres des grandes loges du monde leur demandant de soutenir les projets politiques de Coudenhove-Kalergi 4. Le journal maçonnique The Beacon déclara en mars 1925 :

La franc-maçonnerie, en particulier la franc-maçonnerie autrichienne, peut être éminemment satisfaite d’avoir Coudenhove-Kalergi parmi ses membres. La Franc-maçonnerie autrichienne peut à juste titre rapporter que le Frère Coudenhove-Kalergi se bat pour ses convictions paneuropéennes : l’honnêteté politique, la perspicacité sociale, la lutte contre le mensonge, l’effort pour la reconnaissance et la coopération de tous ceux qui sont de bonne volonté. Dans ce sens supérieur, le programme du Frère Coudenhove-Kalergi est une œuvre maçonnique de premier ordre, et pouvoir y travailler ensemble est une noble tâche pour tous les frères maçons 5.

51rtrobx-l._sl250_Dans leur ouvrage Synarchie et pouvoir de 1968, André Ulmann et Henri Azeau ont interviewé l’un des membres du Mouvement Synarchique d’Empire (MSE), qui a affirmé que celui-ci avait « inspiré l’action du comte Richard Nikolaus von Coudenhove-Kalergi (1894-1972) et son pan-européanisme » 6. Alors que la direction du MSE est restée secrète, les noms de deux des auteurs du pacte synarchiste ont été révélés : Vivien Postel du Mas et l’homme d’affaires Jean Coutrot 7. Postel du Mas et Jeanne Canudo sont à l’origine de la fondation du MSE 8. Postel du Mas est également membre de la Theosophical Society française et fonde vers 1936 la branche théosophique Kurukshétra, basée sur des idées de la droite pro-allemande 9. C’est cette branche qui aurait donné naissance en 1937 au Mouvement de l’empire synarchiste. Tant du Mas que son associé Canudo se sont souvenus d’être un militant énergique pour l’unité européenne – appartenant à la Fraternité des Polaires de Guénon 10.

r-a-schwaller-de-lubicz-ca0c6713-f226-42eb-a0cf-6c7d443dbd2-resize-750
René Adolphe Schwaller de Lubicz (1887 – 1961)

Coudenhove-Kalergi était également impliqué dans un groupe appelé Les Veilleurs, fondé par un occultiste français, René Adolphe Schwaller de Lubicz, et qui comprenait également Postel du Mas. De Lubicz, qui était également étudiant en théosophie et dans la synarchie de Saint-Yves d’Alveydre, était le fils d’un baron balte qui avait des liens avec le « baron fou » von Ungern-Sternberg, qui a établi un régime de courte durée en Mongolie extérieure, et pour lequel Ferdinand Ossendowsky était un conseiller clé. Bien que né d’une mère juive, de Lubicz et d’autres membres de la Theosophical Society se sont séparés pour former une organisation occulte de droite et antisémite, qu’il a appelée Les Veilleurs (Watchers), à laquelle le jeune Rudolf Hess appartenait également 12. Certains ont soutenu qu’il était possible que Hess ait emprunté aux Veilleurs des idées qu’il aurait pu introduire dans la Thule Society. Comme le souligne Joscelyn Godwin, il existe même un lien phonétique entre « Thulé«  et le nom du cercle intérieur des Veilleurs, « Tala » 13.

51gagbej0sl._sl250_Un autre membre des Veilleurs de Lubicz était Julien Champagne, dont certains croient qu’il était la véritable identité de Fulcanelli, le mystérieux alchimiste français et auteur du Mystère des Cathédrales sur l’architecture sacrée des Templiers. Cependant, selon le collaborateur de Pierre Plantard dans le mythe du Prieuré de Sion, Paul Le Cour, Fulcanelli n’était autre que l’alchimiste Eugène Canseliet 14, qui avait également été membre de la Confrérie d’Héliopolis avec Schwaler de Lubicz 15. Fulcanelli était un confident de de Lubicz et a collaboré avec lui dans plusieurs expériences alchimiques. Cependant, de Lubicz affirmait que Fulcanelli avait non seulement plagié ses idées sur le symbolisme des cathédrales, mais avait également tenté de fabriquer de l’or sans en comprendre pleinement le procédé. On a également soupçonné que de Lubicz lui-même était Fulcanelli 16.

Par la suite, de Lubicz s’est rendu en Égypte, où il a passé des années à étudier le temple de Louxor. Le Temple de l’Homme, publié en 1958, est son exposition sur le sens secret de l’architecture pharaonique. Jean Cocteau est également en contact avec Schwaller de Lubicz, avec lequel il partage de nombreux liens synarchistes. Cocteau, qui a séjourné chez les Lubicz en Égypte, a déclaré : « Je suis hérétique de naissance – que l’on me pardonne. Je m’agenouille devant la famille Lubicz » 17.

André VandenBroeck, élève de de Lubicz, a appris le lien entre Postel du Mas et Canudo et les Veilleurs et a remarqué qu’il avait entendu parler de « la société secrète qui aurait été une éminence grise derrière les gouvernements français des années 1930 et du début des années 1940, et dont certains croient qu’elle exerce encore aujourd’hui le pouvoir en France », et il ajoute que le Pacte synarchique de du Mas « a fait son chemin dans les couloirs de la Troisième République et pendant l’Occupation » 18.

Postel du Mas et Canudo ont tous deux poursuivi les objectifs de Saint-Yves pour la France et l’Europe unie. Canudo a commencé en 1933 en fondant la revue Terre d’Europe, sous-titrée la Revue des bâtisseurs de l’Europe Unie, et en mettant en place l’équipe européenne chargée de produire la revue et de créer un réseau d’autres organisations pro-européennes. Raoul Hussan, l’un des principaux chercheurs sur le synarchisme, raconte que « la majorité des jeunes se sont retrouvés, après juillet 1940, soit dans les couloirs du pouvoir à Vichy, soit dans les cercles collaborationnistes de Paris » 19. En 1934, Canudo a également fondé ce qui est devenu plus tard les États généraux de la Jeunesse Européenne, afin de mobiliser la jeunesse européenne en faveur des États-Unis d’Europe.

maurice2bgirodias
Maurice Girodias (1919 – 1990)

L’éditeur parisien Maurice Girodias a été un témoin important de leur synarchisme. Girodias est né Maurice Kahane à Paris, fils d’un père juif et d’une mère catholique. Kahane est le fondateur de l’Obelisk Press, que Girodias reprendra plus tard, et qui publie des ouvrages érotiques ainsi que des ouvrages de Henry Miller, James Joyce et Anaïs Nin. Girodias décrivait Canudo comme « le cerveau occulte des partis radicaux et socialistes, une aventurière militante de la franc-maçonnerie féminine et de la cause des femmes en général » 20. Girodias était impliqué dans une société ésotérique qui se réunissait chez Postel du Mas pour entendre les « maîtres secrets » parler à travers un médium de transe. Girodias fut d’abord intrigué par les conférences de Krishnamurti à la Theosophical Society en 1935, où Postel du Mas et Canudo dirigeaient un groupe habillé en chevalier templier portant des capes rouges et des bottes d’équitation. 21

Lors d’une conversation avec Girodias, Postel du Mas a désigné Coudenhove-Kalergi comme l’un des deux principaux promoteurs de ses plans et de ceux de Canudo. Les États Généraux de la Jeunesse Européenne de Canudo ont été rendus possibles en grande partie grâce au soutien de Kalergi 22. Girodias a parlé des salons magiques de Postel du Mas et de Canudo : « J’ai vu à ses pieds des hommes de science, des chefs d’entreprise et des banquiers » 23. Girodias a dit qu’ils étaient « des théosophes schismatiques avec des desseins politiques, et qu’ils sont liés au comte Coudenhove-Kalergi… qui est un champion des États-Unis d’Europe… Leur but est de lancer un parti politique paneuropéen et d’instituer dans le monde entier, à commencer par l’Europe, une société obéissant à une idée spiritualiste » 24.

David LIVINGSTONE

1 – E. Kövics and Mary Boros-Kazai. “Coudenhove-Kalergi’s Pan-Europe Movement on the Questions of International Politicsduring the 1920s.” Acta Historica Academiae Scientiarum Hungaricae, Vol. 25, No. 3/4 (1979), pp. 233.

2 – Guido Müller. “France and Germany After the Great War.” Culture and International History. Ed. Jessica C. E. Gienow-Hecht, Frank Schumacher (New York: Berghahn Books, 2003), p. 103.

3 – Anita Ziegerhofer. Botschafter Europas: Richard Nikolaus Coudenhove-Kalergi und die Paneuropa-Bewegung in den zwanziger und dreissiger Jahren (Böhlau, 2004), chap. v – 3

4 – circular by Dr. Richard Schlesinger, Grossmeister der Grosslogen, 1925, Freimauerlogen, 1412.1.244, in OA; as cited in Dina Gusejnova. European Elites and Ideas of Empire, 1917-1957 (Cambridge University Press, 2016), p. 85.

5 – Dieter Schwarz. “Freemasonry: Ideology, Organisation, And Policy.” Retrieved from https://web.archive.org/web/20110407062620/http://thecensureofdemocracy.150m.com/masonry.htm

6 – Ibid., p. 64.

7 – Picknett & Prince. The Sion Revelation, p. 362.

8 – Picknett & Prince. The Sion Revelation, p. 369.

9 – Zam Bhotiva. Asia Mysteriosa: La Confraternita dei Polari e l’Oracolo della Forza Astrale (Edizioni Arkeios, 2013).

10 – Picknett & Prince. The Sion Revelation, p. 369.

11 – Fr. L, “Esotericism and Espionage: the Golden Age, 1800–1950,” Journal of the Western Mystery Tradition, No. 16, Vol. 2. Vernal Equinox 2009.

12 – Joscelyn Godwin, “Schwaller de Lubicz: les Veilleurs et la connexion Nazie,” Politica Hermetica, number 5, pp. 101-108 (Éditions L’Âge d’Homme, 1991).

13 – Lachman. Politics and the Occult, Kindle Locations 3748-3752).

14 – Patrick Rivière. Fulcanelli: His True Identity Revealed (Red Pill Press, Ltd, 2006), p. 84.

15 – André Douzet. “The Treasure Trove of the Knights Templar,” Nexus, vol. 4, no. 3, (April/May 1997).

16 – Andre VandenBroeck. AL-KEMI Hermetic, Occult, Political, and Private Aspects of R. A. Schwaller de Lubicz (Great Barrington, Mass.: Inner Traditions/ Lindisfarne Press).

17 – Picknett & Prince. The Sion Revelation, p. 352.

18 – Lachman. Politics and the Occult, Kindle Location 3732.

19 – Ibid., p. 370.

20 – Ibid., p. 368.

21 – Ibid., p. 149.

22 – Ibid., p. 370.

23 – Maurice Girodias, Une journée sur le terre (Éditions de la Différence, 1990), vol. I, p. 411.

24 – Picknett & Prince. The Sion Revelation, p. 149.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s