III.3.v Ultime Thulé – Panturquisme

Devenez complotiste avec le Volume IIIChapitre 3 – Partie v de l’incroyable Ordo ab Chao de l’auteur canadien David Livingstone, qui depuis 30 ans dévoile les coulisses de l’Histoire et vient de nous donner les droits de son intégrale traduction.

ergenekon
À la demande d’Atatürk, le célèbre peintre turc Ibrahim Calli a peint ce célèbre tableau « Ergenekon et le loup gris » en 1928, représentant la vieille Asena qui conduisait les Turcs hors de l’Altaï.

Rudolf von Sebottendorff, le pseudo-aristocrate alias de l’occultiste allemand Adam Alfred Rudolf Glauer, franc-maçon, s’intéressant au soufisme, à la Kabbale, à la théosophie et à l’astrologie, et admirateur de Thule Society et de Lanz von Liebenfels, fut le fondateur de l’influente Société de Thulé, qui était dominée par des nazis de haut rang. L’écrivain français Jean Robin, comme son collègue français René Alleau, montre que l’idée centrale de Sebottendorf était de former une secte militante de dévots comparable aux Fedayeen ismaéliens (Assassins) guidés par leur chef spirituel, le Vieil Homme de la Montagne 1.

salonika-masons
Loge maçonnique à Salonique

Sebottendorff a passé la plus grande partie du reste de sa vie en Turquie, prenant la citoyenneté ottomane en 1911. Selon Nicholas Goodrick-Clarke, Sebottendorf a été initié par une famille de francs-maçons juifs à Salonique (Thessalonique), le cœur de la secte Dönmeh, dans une loge qui aurait été affiliée au Rite Français de Memphis 2. Il a finalement hérité de leur bibliothèque de textes sur l’alchimie, la Kabbale, la Rose-Croix et le soufisme. Il s’est d’abord intéressé à la théosophie et à la franc-maçonnerie, ce qui lui a permis de rencontrer les soufis Bektashi 3. Dans son livre de 1924, The Practice of Ancient Turkish Freemasonry, Sebottendorff décrit ses rencontres avec le soufisme, en particulier avec les bektashi, qu’il a appelés « ancienne franc-maçonnerie turque ». Dans leurs pratiques, un ensemble d’exercices de méditation numérologique, censés être pour la transformation subtile du corps, il croyait voir les traditions rosicruciennes, qui préservaient ces enseignements ésotériques que la franc-maçonnerie moderne avait oubliés 4.

Dans le The Dönmeh: Jewish Converts, Muslim Revolutionaries and Secular Turks, le professeur Marc David Baer écrit que de nombreux Dönmeh – cryptosabatéens de la communauté des Juifs secrets – descendent des adeptes de Sabbatai Zevi qui se sont convertis à l’Islam – avancés à des postes élevés dans les ordres soufis Bektashi et Mevlevi 5. En 1906, H.N. Brailsford écrivait à propos des Bektashi que « leur place dans l’islam est peut-être la plus proche de celle de la franc-maçonnerie dans le christianisme » et notait que « les Bektashis eux-mêmes aiment à imaginer que les francs-maçons sont des âmes sœurs » 6.

Richard Davey, auteur de The Sultan and His Subject, publié en 1897, a écrit : « [Les Bektashi] seraient même affiliés à certaines des loges maçonniques françaises. Une chose est certaine, l’ordre est maintenant constitué presque exclusivement de messieurs de l’éducation, appartenant au parti libéral, ou Jeune Turc » 7. En 1906, le nationalisme turc basé sur les théories pseudo-scientifiques de la race en Europe était devenu l’idéologie directrice du Comité d’Union et de Progrès (CUP) – un parti politique maçonnique, également connu sous le nom de Jeunes Turcs – créé dans les années 1880 8. Sir Gerard Lowther, ambassadeur britannique à Constantinople de 1909 à 1913, a appelé le CUP au pouvoir « le Comité juif d’Union et de Progrès » 9. Le ministre des finances Mehmet Cavid Bey était un  »juif secret, une manifestation officielle du pouvoir occulte du Comité, l’un des seuls membres du Cabinet qui comptent vraiment, et le sommet de la franc-maçonnerie dans l’empire », a déclaré Lowther 10.

En 1908, les Jeunes Turcs ont mené un coup d’état militaire contre le régime en ruine d’Abdul Hamid II, le sultan ottoman, qui a été renversé, et les Jeunes Turcs ont finalement pris le pouvoir sur l’Empire ottoman. Les Jeunes Turcs se considéraient comme les héritiers de l’organisation secrète connue sous le nom de Jeunes Ottomans, formée en 1865, qui s’inspirait des sociétés Carbonari fondées par Mazzini, comme la Jeune Europe, l’Italie, l’Espagne et la Pologne. Des théories persistent selon lesquelles les Dönmeh, étaient responsables du génocide arménien lorsqu’ils ont planifié et mis en œuvre la Déportation de 1915 qui a entraîné le massacre et la mort de la majeure partie de la population arménienne de l’Empire ottoman. Comme de nombreux dirigeants du CUP au pouvoir étaient originaires de Dönmeh, notamment Talat Pacha et Nazım Bey, ils ont proposé un tel plan au comité comme moyen d’éliminer leurs concurrents arméniens 11.

1024px-greek_lithograph_celebrating_the_ottoman_constitution
Une lithographie célébrant la jeune révolution turque, avec les sources d’inspiration du mouvement, Midhat Pacha, le prince Sabahaddin, Fuad Pacha et Namık Kemal, les chefs militaires Niyazi Bey et Enver Pacha, et le slogan liberté, égalité, fraternité (« hürriyet, müsavat, uhuvvet »).
al_afghani
Le « Maître Ascensionné » de Blavatsky, Jamal ud Din al Afghani (également « Haji Sharif » qui a inspiré Saint Yves d’Alveydre).

Le « Maître Ascensionné » Jamal ud Din al Afghani avait également participé à la création de la CUP, lorsqu’il s’est impliqué auprès de ses membres en Europe. Afghani a fondé Young Egypt qui était principalement composé de membres des Jeunes Turcs. Le sultan Abdulhamid l’a mentionné dans son journal : « Les deux associations [la Jeune Égypte et les Jeunes Turcs] ont travaillé dans la même direction pour imposer des constitutions et des lois au lieu de la charia et pour abroger le khalifat islamique. Dans cette affaire, Jamaluddin al-Afghani a déclaré que le salut du gouvernement est le régime parlementaire à l’européenne » 12. Selon le disciple de Mohammed Abduh, Rashid Rida, « Jamaluddin al-Afghani a créé à Alexandrie cette association appelée Jeune Égypte. Elle ne comptait pas un seul Égyptien parmi ses membres et la grande majorité d’entre eux étaient de jeunes Juifs » 13.

Grâce à ses relations avec les Bektashi, les théories de Sebottendorf étaient liées au panturquisme, la version turque des théories raciales nazies adoptées par les jeunes Turcs. Le panturquisme a été développé par le sioniste hongrois Arminius Vambery, un agent de Lord Palmerston, et source pour le Dracula de Bram Stoker, membre de Golden Dawn. Vambery s’est inspiré d’Alexandre Csoma de Körös, qui était une source importante pour Blavatsky, et le premier en Occident à mentionner Shambhala, qu’il considérait comme la source du peuple turc, et qu’il situait dans les montagnes de l’Altaï et du Xinjiang.

rudolf_von_sebottendorf_1933
Adam Alfred Rudolf Glauer, alias « Rudolf von Sebottendorf » (1875 – 1945 ?)

Sous l’influence des soufis Bektashi, le panturquisme aspire à faire revivre le chamanisme comme la véritable religion de l’héritage turc. Selon Baer, les Jeunes Turcs « ont adopté de tout cœur les théories de la race, bien qu’ils aient réorganisé les hiérarchies pour placer les Turcs au sommet. En 1906, le nationalisme turc basé sur les théories raciales pseudo-scientifiques de l’Europe était devenu l’idéologie directrice de la PUC » 14. Après l’effondrement de l’Empire ottoman, les Jeunes Turcs ont développé les ambitions du pan-turcisme et ont essayé de remplacer l’héritage perdu par un nouveau commonwealth turc. La légende d’Ergenekon – qui est liée au mythe synarchiste d’Agartha – a donc été promulguée par Atatürk, qui a cherché à créer un sentiment de nationalisme pour remplacer la religion de l’Islam comme identité principale du nouveau régime laïque turc 15.

Dans la mythologie nationaliste turque, Ergenekon est le nom d’une vallée inaccessible dans les montagnes de l’Altaï en Asie centrale, où les restes d’un certain nombre de tribus de langue turque se sont regroupés après une série de défaites militaires aux mains des Chinois et d’autres peuples non turcs, où ils ont été piégés pendant quatre siècles. Sous la direction de Bumin Khan (mort vers 552), elles se sont développées et ont fondé ce qui est connu sous le nom d’Empire Göktürk. Selon la légende, ils ont pu quitter Ergenekon lorsqu’un forgeron a créé un passage en faisant fondre de la roche, permettant au loup gris nommé Asena de les conduire dehors 16.

L’historien Arnold Toynbee, dans un rapport rédigé pour les services de renseignement naval britanniques en 1917, a noté les « tendances anti-islamiques » du mouvement pan-turc, notamment l’emploi comme symbole du mouvement de jeunesse de la CUP, et un ordre de l’armée turque ordonnant aux troupes d’inclure le Loup gris dans leurs prières. Toynbee a cité une circulaire produite par Turkish Hearth, un groupe pan-turc, qui condamne « la monstrueuse invention de l’imagination, qui est connue comme la communauté de l’Islam, et qui a longtemps fait obstacle au progrès actuel en général, et à la réalisation des principes de l’unité turanienne en particulier » 17.

David LIVINGSTONE

1 – Mehmet Sabeheddin, “Hitler – Nazis – And The Occult” New Dawn No. 41, (March-April 1997).2 – Goodrick-Clarke. The Occult Roots of Nazism, p. 138.

3 – Sebottendorf. Der Talisman des Rosenkreuzers, 1925: 65-68, cit. in Goodrick-Clarke (1985), pp. 138, 251.

4 – David Luhrssen. Hammer of the Gods: The Thule Society and the Birth of Nazism (Potomac Books, Inc., 2012).

5 – Marc Baer. The Dönme: Jewish Converts, Muslim Revolutionaries, and Secular Turks (Stanford: Stanford University Press, 2010), Kindle Location 373

6 – H. Brailsford, Macedonia: Its Races and Their Future (Methuen & Co., London, 1906) p. 244 [http://www.promacedonia.org/en/hb/hb_8_4.html#Bektashis]

7 – Richard Davey. The Sultan and His Subjects [1897] (Gorgias Press LLC, 2001), p. 65.

8 – Marc David Baer. The Dönme.

9 – Marc David Baer. “An Enemy Old and New: The Dönme, Anti-Semitism, and Conspiracy Theories in the Ottoman Empire and Turkish Republic.” The Jewish Quarterly Review, Vol. 103, No. 4 (Fall 2013) 523–555 p. 530.

10 – Ibid.

11 – Rifat Bali. A Scapegoat for All Seasons: The Döonmes or Crypto-Jews of Turkey (Georgias Press, 2010).

12 – Mustapha Fawzi ibn ‘Abdulatif Gazal, Da’watu Jamaluddin al-Afghani fi mizan al- Islam, (The Da’wa of Jamaluddin al-Afghani in the Balance of Islam), (Riyadh 1983), p. 99.

13 – Rashid Reda. Tarikh al-Ustadh al Imam, Vol. I, p. 75.

14 – Ibid.

15 – Gareth Jenkins. “Between Fact and Fantasy: Turkey’s Ergenekon Investigation” (Silk Road Studies, August 2009).

16 – Ibid.

17 – Luhrssen. Hammer of the Gods.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s