III.1.ii Ultime Thulé – Pangermanisme

Devenez complotiste avec le Volume III – Chapitre 1 – Partie ii de l’incroyable Ordo ab Chao de l’auteur canadien David Livingstone, qui depuis 30 ans dévoile les coulisses de l’Histoire et vient de nous donner les droits de son intégrale traduction.

im-tempel-der-zweieinheit-fidus-hugo-ho25cc2588ppener-1914-e1453821119280
Im Temple de l’Union (1914) de Hugo Reinhold Karl Johann Höppener (1868 – 1948), connu sous le nom de Fidus

L’ariosophie trouve ses racines politiques dans l’idéologie völkisch de la fin du XIXe siècle et le mouvement pan-allemand en Autriche. Les Frères Asiatiques se sont installés au Danemark, où ils étaient en grande partie composés de membres de l’aristocratie balte, où l’ordre a adopté les tendances völkisch et pan-allemande et a adopté la croix gammée du bouddhisme comme symbole de reconnaissance mutuelle 13. Le mouvement völkisch a été influencé par la notion de « volk » allemand exprimée par des nationalistes romantiques comme les frères Grimm, Herder et Fichte. En 1808, Fichte, dans ses Discours à la nation allemande publiés pendant les guerres napoléoniennes, déclarait : « Qu’est-ce qu’un peuple [volk], au sens supérieur du terme, et qu’est-ce que l’amour de la patrie ? » Selon Fichte, un individu « noble d’esprit » qui aimerait voir l’œuvre de sa vie gagner l’immortalité, et il continue : « Un tel ordre des choses est cependant la nature spirituelle particulière de l’environnement humain qui, bien qu’il ne soit pas à comprendre dans une quelconque conception, existe néanmoins réellement, et dont lui-même, avec toutes ses pensées et ses actions et avec sa croyance en leur éternité, a été issu – le peuple, dont il est descendu et parmi lequel il a été éduqué et a grandi pour devenir ce qu’il est maintenant » 14.

Selon l’ex-maçon français Paul Copin-Albancelli, « la puissance occulte a prêché le pacifisme et l’humanitarisme en France par le biais de la franc-maçonnerie française tandis qu’elle a prêché le patriotisme en Allemagne par le biais de la franc-maçonnerie allemande » 15 Le pan-germanisme a commencé comme l’idéologie de la petite minorité d’Allemands en Autriche qui a refusé d’accepter leur séparation permanente du reste de l’Allemagne après 1866, qu’ils ont décidé de réparer par l’Anschluss de ce qu’ils appelaient l’Autriche allemande. Les pan-germanistes cherchaient à l’origine à unifier tous les peuples germanophones et peut-être aussi germanophones en un seul État-nation appelé Großdeutschland. Le pan-germanisme était très répandu chez les révolutionnaires de 1848, notamment chez Richard Wagner et les frères Grimm, et a eu une grande influence sur la politique allemande au XIXe siècle lors de l’unification de l’Allemagne, lorsque l’Empire allemand a été proclamé État-nation en 1871, à l’exclusion de l’Autriche.

vonschoenerer
Georg von Schönerer (1842 – 1921)

Le nationaliste panallemand volkisch le plus radical en Autriche était Georg von Schönerer (1842 – 1921), dont les partisans utilisaient le symbole de la croix gammée. Le père de Schönerer, Mathias, un entrepreneur de chemin de fer au service des Rothschild, lui a laissé une grande fortune. Sa femme était l’arrière-petite-fille du rabbin Samuel Löb Kohen, qui mourut à Pohrlitz, en Moravie du Sud, en 1832 16. Comme beaucoup d’autres panallemands autrichiens, Schönerer espérait la dissolution de l’empire austro-hongrois et un Anschluss avec l’Allemagne. Le mouvement de Schönerer ne permettait à ses membres que d’être allemands et aucun d’entre eux ne pouvait avoir de parents ou d’amis juifs ou slaves, et avant qu’un membre puisse se marier, il devait prouver sa descendance « aryenne » et faire vérifier son état de santé pour tout défaut éventuel 17.

Selon Nicholas Goodrick-Clarke, « les idées [völkisch du pan-germaniste Georg von Schönerer’s] , son tempérament et son talent d’agitateur ont façonné le caractère et le destin du pan-germanisme autrichien, créant ainsi un mouvement révolutionnaire qui a embrassé l’anticapitalisme populiste, l’anti-libéralisme, l’antisémitisme et le nationalisme allemand prussophile » 18. Les opinions et la philosophie de Schönerer allaient exercer une grande influence sur Hitler et le parti nazi dans son ensemble. Hannah Arendt appelait von Schönerer le « père spirituel » d’Hitler 19, Schönerer, qui avait adopté la croix gammée comme symbole völkish 20, était appelé par ses partisans « Führer » et lui-même et ses partisans utilisaient également la salutation « Heil », deux choses qu’Hitler et les nazis adoptèrent plus tard 21.

Dans le monde occidental, le symbole de la svastika a connu une résurgence suite aux travaux archéologiques de Heinrich Schliemann qui, lors de ses fouilles de l’ancienne ville de Troie entre 1871-73 et 1878-79, a découvert le symbole sur le site et l’a associé aux anciennes migrations des Proto-Indo-Européens. Schliemann a établi un lien entre ses découvertes et la croix gammée sanscrite 22, qu’il a associée à des formes similaires trouvées sur d’anciens pots en Allemagne, et a émis l’hypothèse que la croix gammée était un « symbole religieux significatif de nos lointains ancêtres », reliant les cultures germanique, grecque et indo-iranienne. Utilisée par les hindous, les bouddhistes et les jaïns depuis des milliers d’années, elle s’est également répandue au Tibet. La svastika est également apparue dans la plupart des autres cultures anciennes du monde. La svastika est également un symbole traditionnel du vieux dieu nordique du tonnerre et de la puissance. En 1882, Ignatius L. Donnelly a publié Atlantis: The Antediluvian World, selon lequel une masse terrestre perdue avait autrefois existé dans l’Atlantique et était le foyer de la race aryenne, une théorie qu’il a soutenue en faisant référence à la répartition des motifs de la svastika.

David LIVINGSTONE

 

13 – Francis King. Megatherion: The Magical World of Aleister Crowley (Creation Books, 2012), p. 129.

14 – Johann Gottlieb Fichte. “Eighth Address.” Addresses to the German Nation (translated by Reginald Foy Jones), 134.

15 – Paul Copin-Albancelli. Le Pouvoir occulte contre la France (Paris: La Renaissance Francaise, 1908), p. 388.

16 – Joseph Jacobs & S. Mannheimer. “Schönerer, Georg von.” Jewish Encyclopedia (1906).

17 – Brigitte Hamann. Hitler’s Vienna: A Portrait of the Tyrant as a Young Man (Tauris Parke Paperbacks, 2010), p. 244.

22 – Nicholas Goodrick-Clarke. The Occult Roots of Nazism: The Ariosophists of Austria and Germany 1890-1935 (Wellingborough, England: The Aquarian Press, 1985), p. 10.

19 – Hannah Arendt. The Origins of Totalitarianism (New York 1973), p. 241.

20 – Kenneth Hite. The Nazi Occult (Bloomsbury, 2013).

21 – Brigitte Hamann. Hitler’s Vienna: A Portrait of the Tyrant as a Young Man (Tauris Parke Paperbacks, 2010), pp. 13, 244.

22 – Bernard Thomas Mees. The Science of the Swastika (Central European University Press, 2008). pp. 57–58.

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s