IV.15.ii Nouvelle Droite – GRECE

Devenez complotiste avec le Volume IVChapitre 15 – Partie ii de l’incroyable Ordo ab Chao de l’auteur canadien David Livingstone, qui depuis 30 ans dévoile les coulisses de l’Histoire et vient de nous donner les droits de son intégrale traduction.

alain-de-benoist-1
Alain de Benoist, fondateur du Groupement de Recherche et d’Etudes pour la Civilisation Européenne (GRECE) en 1968 pour promouvoir les idées de la Nouvelle Droite.

Robert Dun, un ancien Français de la Waffen-SS, ancien membre de la WUNS et membre fondateur de la GRECE, a exprimé des opinions favorables à Yockey, en écrivant dans le magazine du Parti prolétarien national-socialiste, où il a fait l’éloge de l’Union soviétique « russo-aryenne » et a appelé à la création d’une « fédération de nations ethniques » ouvrant la voie à un « État mondial aryen ». » 1 Bien que méconnu du grand public, c’est l’intérêt de Dun pour le Yockey qui a influencé la pensée raciste de la Nouvelle Droite 2.

louisrougier
Louis Rougier, qui a organisé le colloque Walter Lippman qui a inspiré la fondation de Mont Pélerin Society.

Selon Tamir Bar-On, les arguments et les positions de la Nouvelle Droite ne peuvent pas être facilement positionnés dans la dichotomie traditionnelle gauche-droite, notant qu’il s’agit d’une sorte de synthèse idéologique des idées de la Révolution conservatrice allemande, y compris le Bolchevisme national et la Nouvelle Gauche 3. La Nouvelle Droite a beaucoup emprunté au marxiste italien Antonio Gramsci, un ami de Georg Lukács. Parmi les autres penseurs marxistes dont les travaux ont influencé la Nouvelle Droite, on trouve les intellectuels de l’Ecole de Francfort Theodor Adorno et Max Horkheimer, ainsi que des néomarxistes comme Louis Althusser et Herbert Marcuse 4. De plus, de Benoist a été influencé par Louis Rougier, le collaborateur de Vichy et ami de Walter Lippmann qui a organisé le Colloque Walter Lippman qui a inspiré la fondation de la Mont Pelerin Society. L’opposition de longue date de Rougier au christianisme s’alignait étroitement avec les vues de Benoist sur son mouvement GRECE 5.

arthur-koestler
Arthur Koestler, agent de la CIA et auteur de The Thirteenth Tribe, qui avance la thèse selon laquelle les Juifs ashkénazes descendent des Khazars.

Parmi les personnalités qui ont collaboré avec le GRECE, on peut citer Arthur Koestler, Hans Eysenck, Konrad Lorenz, Mircea Eliade, Jean-Francois Thiriart, fondateur de Jeune Europe, Thierry Maulnier et Anthony Burgess, auteur de A Clockwork Orange. En 1976, Koestler, qui avait été un agent actif de la CIA, travaillant en étroite collaboration avec Bill Donavan et plus tard Allen Dulles, et un des principaux fondateurs du front de la CIA, le Congress for Cultural Freedom (CCF), a publié The Thirteenth Tribe (La Treizième Tribu), pour prouver que la majeure partie des Juifs d’Europe de l’Est descendaient des Khazars. Bien que Koestler ait apparemment écrit le livre dans l’espoir de pouvoir démolir la base raciale de l’antisémitisme, le livre a été largement utilisé par les antisémites qui ont tenté de démontrer que les Juifs européens étaient des imposteurs 6.

Alain de Benoist, un ancien partisan de l’OAS, a avoué qu’il avait conçu le GRECE comme une synthèse de l’Ecole de Francfort, de l’Action Française et du Centre National de la Recherche Scientifique (CNRS) 7. De Benoist avait également écrit un livre sur l’Action Française et son fondateur, Charles Maurras. Cependant, de Benoist s’est vanté : « Je n’ai jamais été le disciple d’un seul homme. » 8. Il énumère ses nombreuses influences : en philosophie, Herder, Nietzsche, Husserl et Heidegger ; des auteurs comme Arthur Koestler qu’il a rencontré à plusieurs reprises à Londres ; les sociologues de l’Ecole Française comme Marcel Mauss ; dans les mythes religieux d’Eliade, de Jung et de Levi-Strauss ; les socialistes français comme Georges Sorel et Proudhon ; les non-conformistes comme Alexandre Marc et Georges Bataille ; les auteurs de la révolution conservatrice comme Moeller van der Bruck, Oswald Spengler et Ernst Jünger ; et enfin les situationnistes et les post-modernistes. 9

David LIVINGSTONE

1 – Robert Dun. Les Castratrophe de la Libre Pensee (2004), p. 15; cited in Nicola Lebourg. “The French Far Right in Russia’s Orbit.” Carnegie Council for Ethics in International Affairs (May 15, 2018).2 – Nicola Lebourg. “The French Far Right in Russia’s Orbit.” Carnegie Council for Ethics in International Affairs (May 15, 2018).

3 – Tamir Bar-On. “The Ambiguities of the Nouvelle Droite, 1968-1999”. The European Legacy 6 (3) (2001): pp. 333–351.

4 – Ibid., p. 342.

5 – Pierre André Taguieff. Sur la Nouvelle Droite. Jalons d’une analyse critique (Paris, Éditions Descartes et Cie, 1994), p. 136.

6 – Michael Scammell. Koestler: The Literary and Political Odyssey of a Twentieth-Century Skeptic (Random House, 2009), p. 546.

7 – Philippe Lamy (sous la dir. de Claude Dargent), Le Club de l’horloge (1974-2002) : évolution et mutation d’un laboratoire idéologique (thèse de doctorat en sociologie), Paris, université Paris-VIII, 2016, 701, p. 86, n. 1.

8 – Right Now! (1997); cited in Tamir Bar-On. Where Have All The Fascists Gone? (Routledge, 2016).

9 – Right Now! (1997); cited in Tamir Bar-On. Where Have All The Fascists Gone? (Routledge, 2016).