III.1.vi Ultime Thulé – Thule Society

Devenez complotiste avec le Volume IIIChapitre 1 – Partie vi de l’incroyable Ordo ab Chao de l’auteur canadien David Livingstone, qui depuis 30 ans dévoile les coulisses de l’Histoire et vient de nous donner les droits de son intégrale traduction.

1024px-carta_marina
L’île de Tile (Thulé) dans la marina de Carta, une carte murale de la Scandinavie. La légende se lit comme suit : Carte marine et Description des terres du Nord et de leurs merveilles, rédigées avec le plus grand soin à Venise en 1539 grâce à l’aide généreuse du Très Honorable Lord Hieronymo Quirino.

La légende d’Agartha relie le panturquisme à la Thulé nazie. La Thule Society a été fondée en 1910 par Felix Niedner, le traducteur allemand des Eddas nordiques. La société a identifié le peuple germanique comme étant la race aryenne, les descendants de Thulé, et a cherché à le transformer en une superrace en exploitant la puissance du Vril. Inspirés par les géographes gréco-romains qui ont localisé la terre mythique de « Ultima Thule » dans le nord le plus éloigné, les mystiques nazis l’ont identifiée comme la capitale de l’ancienne Hyperborée, une ancienne masse terrestre perdue censée être proche du Groenland ou de l’Islande. Les Grecs anciens ont écrit non seulement sur l’île engloutie de l’Atlantide, mais aussi sur l’Hyperborée, une terre nordique dont les habitants ont migré vers le sud avant qu’elle ne soit détruite par la glace. À la fin du XVIIe siècle, l’auteur suédois Olaf Rudbeck a localisé l’Hyperborée au Pôle Nord et plusieurs autres récits racontent qu’avant sa destruction, elle a fait irruption dans les îles de Thulé et Ultima Thulé.

Selon Jean-Claude Frére, auteur de Nazisme et Sociétiés Secretès, la Thule Society pensait que les habitants de l’Hyperborée après avoir migré vers le Désert de Gobi il y a plus de 6000 ans, auraient fondé un nouveau centre qu’ils ont appelé Agartha, assimilé à son homologue Asgaard, la maison des dieux dans la mythologie nordique. Ces idées découlaient également de la spéculation antérieure de Donnelly sur une masse terrestre perdue qui avait autrefois existé dans l’Atlantique et qui était le foyer de la race aryenne, représentée par la distribution des motifs de svastika. C’est Louis Jacolliot, dans Les Fils de Dieu, qui a lié le Vril de Bulwer-Lyttons aux peuples souterrains de Thulé, dont il pensait qu’ils allaient exploiter le pouvoir pour devenir des surhommes et dominer le monde.

La Thule Society, à l’origine un nom de couverture pour le Germanenorden (également appelé l’Ordre Teutonique), était une société secrète völkisch fondée à Berlin en 1912 par Theodor Fritsch et plusieurs éminents occultistes allemands de la List Society, de l’Ordo Novi Templi (ONT) et de l’High Armanen Order 1. L’High Armanen Order se réclame de la descendance des Templiers, et souhaite rétablir la science des runes et le culte de Wotan (ancien Haut Allemand pour Odin, ancêtre des Scandinaves qui ont émigré d’« Asgard ») ainsi qu’un empire dominé par les Aryens, vaguement basé sur les Chevaliers Teutoniques 2. Les Germanenorden, dont le symbole était une croix gammée, avaient une structure fraternelle hiérarchique basée sur la franc-maçonnerie et célébraient le Solstice d’Eté, une fête importante dans les cercles de Völkisch. Les membres étaient encouragés à étudier le Prose Edda ainsi que certains mystiques allemands, dont Maître Eckhart, Jacob Boehme et Paracelse. En plus des philosophies occultes et magiques, elle enseignait à ses initiés les idéologies nationalistes de supériorité raciale et d’antisémitisme nordiques.

En 1916, la Germanenorden se scinde en deux parties. La branche schismatique : la Germanenorden Walvater du Saint Graal, est rejointe la même année par Sebottendorff. Sebottendorff fit passer le nombre de membres de la Germanenorden d’une centaine en 1917 à 1500 à l’automne de l’année suivante 3. La loge munichoise de la Germanenorden Walvater, lors de son inauguration officielle le 18 août 1918, reçut le nom de couverture, la Thule Society. Sebottendorf chargea Karl Harrer de créer un groupe politique destiné aux travailleurs ordinaires, qui devint le Deutsche Arbeiterpartei (DAP) 4. Lorsque les thuléens du DAP rencontrèrent Hitler en 1919, beaucoup d’entre eux le crurent le rédempteur prophétisé 5. Hitler avait infiltré le DAP en juillet 1919 – moins d’un an après sa sortie de l’hôpital pour « cécité hystérique » à Pasewalk – et travaillait comme agent de renseignement de la Reichswehr. Après avoir prononcé son premier discours pour la DAP le 16 octobre 1920 au Hofbräukeller, Hitler devint rapidement l’orateur le plus actif du parti, attirant finalement des foules toujours plus nombreuses. Il organisa le plus grand rassemblement de 2000 personnes à ce jour, le 24 février 1920, dans la Staatliches Hofbräuhaus de Munich. Toujours dans le but de rendre le parti plus largement attractif pour de plus larges couches de la population, le DAP fut rebaptisé le 24 février Nationalsozialistische Deutsche Arbeiterpartei (NSDAP) 6.

dietrich_eckart_01
Dietrich Eckart (1868 – 1923)

Bien qu’il n’y ait aucune preuve qu’Hitler ait appartenu à la Thule Society, selon le biographe d’Hitler Ian Kershaw, la « liste des membres… se lit comme un Who’s Who des premiers sympathisants nazis et des personnalités de premier plan à Munich, dont Rosenberg et Eckart, ainsi que Rudolf Hess, Hans Frank, Julius Lehmann, Gottfried Feder et Karl Harrer. » 7 Dietrich Eckart avait exprimé son anticipation de la prophétie de List d’un « Messie allemand » qui sauverait l’Allemagne après la Première Guerre mondiale dans un poème qu’il publia en 1919, quelques mois avant de rencontrer Hitler pour la première fois. Quand Eckart a rencontré Hitler, il était convaincu qu’il avait rencontré le rédempteur prophétisé. Eckart parle d’Hitler comme du « Grand », du « Sans nom », de « Celui que tous peuvent sentir mais que personne n’a vu » 8. Eckart devient le mentor d’Hitler, échangeant des idées avec lui et aidant à établir les théories et les croyances du Parti. Hitler décrit Eckart comme « le fondateur spirituel du parti nazi » et lui consacre Mein Kampf 9. Eckart et Alfred Rosenberg croient qu’il est possible d’exploiter les forces cachées de Thulé en prenant contact avec les Grands de l’Ancien Monde, qui mettront à leur disposition des forces pour permettre à l’Allemagne d’atteindre la suprématie mondiale. Eckart aurait été l’initiateur d’Hitler et aurait commencé à le former aux méthodes permettant d’exploiter le Vril pour créer une race de surhommes aryens 10. A sa mort en 1923, Eckhart se vantait : « Nous lui avons donné les moyens de communiquer avec eux. Hitler dansera, mais c’est moi qui joue la mélodie… Ne pleurez pas pour moi, car j’aurai influencé l’histoire plus que tout autre Allemand » 11.

La plupart des auteurs s’accordent à dire que c’est Hitler lui-même qui a choisi la croix gammée comme symbole de son mouvement nazi. Dans Mein Kampf, Hitler a affirmé que la forme sous laquelle les nazis utilisaient la croix gammée était basée sur un dessin du Dr Friedrich Krohn, un dentiste qui avait appartenu à plusieurs groupes de Völkisch, dont le Germanenorder. La croix gammée, symbole des Chevaliers Teutoniques depuis longtemps, était utilisée par Lanz von Liebenfels, la Thule Society et un certain nombre d’unités du Freikorps. Krohn savait que la croix gammée bouddhiste, dont le sens est celui des aiguilles d’une montre, symbolisait la bonne fortune et le bien-être, et il a conçu son dessin en conséquence, les jambes de la croix gammée pointant vers la droite. La majorité des dirigeants nazis acceptèrent le dessin de Krohn, mais Hitler insista sur un sinistroverse ou dans le sens inverse des aiguilles d’une montre et modifia le dessin en conséquence, similaire à celui de droite 12.

David LIVINGSTONE

1 – Ibid., p. 73.

2 – Mark Sedgwick. Against the Modern World: Traditionalism and the Secret Intellectual History of the Twentieth Century (New York: Oxford University Press, 2004) p. 96.

3 – Goodrick-Clarke. The Occult Roots of Nazism, p. 142–43.

4 – Sedgwick. Against the Modern World, p. 96.

5 – Claus Hant. Young Hitler, (London: Quartet Books, 2010), p. 395.

6 – Ian Kershaw. Hitler: 1889–1936: Hubris (New York: W. W. Norton & Company, 1999), p. 87.

7 – Ian Kershaw. Hitler, 1889-1936: hubris, (W. W. Norton & Company, 2000) p. 138-139.

8 – Claus Hant. Young Hitler (London: Quartet Books, 2010), p. 395.

9 – Adolf Hitler. Mein Kampf; Adolf Hitler, Table Talk.

10 – Berzin. “The Nazi Connection with Shambhala and Tibet.”

11 – Levenda. Unholy Alliance, p. 92.

12 – Nevill Drury. Dictionary of Mysticism and the Occult (San Francisco: Harper and Row, 1985), 248-249

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s