II.20.v Synarchie – Les Protocoles de Sion

Devenez complotiste avec le Volume IIChapitre 20 – Partie v de l’incroyable Ordo ab Chao de l’auteur canadien David Livingstone, qui depuis 30 ans dévoile les coulisses de l’Histoire et vient de nous donner les droits de son intégrale traduction.

800px-1905_2fnl_velikoe_v_malom_i_antikhrist
Page de titre de l’ouvrage de Serge Nilus, Great within the Small, The Protocols of Zion (1905)

Papus promeut son Ordre Martiniste comme un contrepoids aux loges maçonniques qui, selon lui, sont au service de l’impérialisme britannique et des syndicats financiers internationaux. Papus croyait que le vaste empire russe était la seule puissance capable de contrecarrer la vaste conspiration des « Shadow Brothers » et de préparer la guerre à venir avec l’Allemagne. Il pensait donc que dans les cercles des martinistes russes « la doctrine et le plan de la Révolution russe seront définis » 1. On pense que les bases des fameux protocoles ont été initialement rédigées par Papus, lorsqu’il a fait état d’une conspiration de la part de Maître Philippe et de ses partisans contre le tsar Nicolas II de Russie. Papus a partagé une série de Protocoles des séances des Loges maçonniques secrètes, qui avaient juré de détruire la famille impériale russe 2. Les Protocoles auraient été découverts pour la première fois en Russie par Sergei Nilus qui en a produit une traduction russe. Lorsque Victor Marsden, un correspondant russe du London Morning Post, a traduit les Protocoles en anglais pour la première fois en 1920, ils ont été largement acceptés comme authentiques par une grande partie d’éminents diplomates et hommes d’État.

En août 1921, le London Times a publié un article de son reporter de Constantinople, Philip Graves, qui affirmait avoir déterminé que les Protocoles étaient un faux. De façon suspecte, selon son biographe Peter Grose, c’est Allen Dulles, futur chef notoire de la CIA, qui a découvert « la source » fournie au Times 3. Le livre rare s’est avéré être un ouvrage de 1864 Dialogue en enfer entre Machiavel et Montesquieu, de Maurice Joly, le protégé d’Aldolphe Crémieux, Grand Maître du rite de Mizraim et chef de l’Alliance Israélite Universelle. Graves découvre alors ce qu’il croit être de nombreux parallèles avec lui, ce qui l’amène à conclure qu’une grande partie des Protocoles en sont des paraphrases. Selon l’analyse du texte faite par Norman Cohn, dans Warrant for Genocide :

Au total, plus de 160 passages des protocoles, soit les deux cinquièmes du texte, sont clairement basés sur des passages de Joly ; dans neuf des chapitres, les emprunts représentent plus de la moitié du texte, dans certains, les trois quarts, dans un (protocole VII), la quasi-totalité du texte. En outre, à moins d’une douzaine d’exceptions près, l’ordre des passages empruntés reste le même que dans Joly, comme si l’adaptateur avait travaillé mécaniquement dans le Dialogue, page par page, en copiant directement dans ses « protocoles » au fur et à mesure. Même la disposition des chapitres est à peu près la même – les vingt-quatre chapitres des Protocoles correspondent à peu près aux vingt-cinq du Dialogue. Ce n’est que vers la fin, où la prophétie de l’ère messianique prédomine, que l’adaptateur se permet une réelle indépendance de son modèle. Il s’agit en fait d’un cas de plagiat – et de trucage – aussi évident qu’on pourrait le souhaiter 4.

fyodor2bdostoevsky
Fyodor Dostoïevski (1821 – 9 février 1881)

L’idée d’une conspiration juive internationale était déjà en développement dans les années 1860. Jacob Brafman, un Juif russe de Minsk, s’est brouillé avec des agents du Kahal local, le gouvernement juif semi-autonome, et s’est donc retourné contre le judaïsme. Il s’est converti à l’Église orthodoxe russe et est l’auteur de polémiques contre le Talmud et le Kahal. Brafman affirme dans ses livres The Local and Universal Jewish Brotherhoods (1868) et The Book of the Kahal (1869), que le Kahal continue d’exister en secret et qu’il s’agit d’un réseau conspirateur international, sous le contrôle central de l’Alliance Israélite Universelle, alors sous la direction d’Adolphe Crémieux à Paris 5. L’œuvre de Brafman a été traduite en anglais, en français, en allemand et dans d’autres langues, et la figure du « kahal » en tant que centre d’un juif travaillant comme un État dans un État a été reprise par des publications anti-juives en Russie et par des fonctionnaires russes.

Les idées contenues dans les Protocoles ont également été préfigurées dans l’œuvre du célèbre auteur russe, Fyodor Dostoïevski (1821 – 9 février 1881), surtout connu pour Crime et Châtiment, L’Idiot, Démons et Les Frères Karamazov. Dostoïevski, explique Michael Kellogg, « a cristallisé l’idéologie révolutionnaire conservatrice dans la Russie impériale, tout comme Wagner a façonné les vues völkisch en Allemagne » 6. Dostoïevski a exprimé très clairement ses convictions antisémites dans la section « The Jewish Question » section of Diary of A Writer, où il a accusé les Juifs de xénophobie, de former un « statut in statu » (un État dans l’État) et de contrôler la finance mondiale et la politique internationale . Selon Dovstoïevski, « le Juif et son Kahal » ont formé une « conspiration contre les Russes » et « les Juifs sont la perte de la Russie » 8.

Une autre source proposée pour les Protocoles est un chapitre de Biarritz, un roman de 1868 du romancier antisémite allemand Hermann Goedsche. Biarritz contient un chapitre intitulé « Le cimetière juif de Prague et le Conseil des représentants des douze tribus d’Israël », dans lequel Goedsche dépeint une réunion nocturne clandestine des membres d’une mystérieuse cabale rabbinique qui prépare une diabolique « conspiration juive ». Le chapitre ressemble beaucoup à une scène du Collier de la Reine d’Alexandre Dumas, publié en 1848, où Cagliostro, chef des Supérieurs Inconnus, dont Swedenborg, arrange l’Affaire du Collier de Diamants.

C’est sur ces fils que porte le livre d’Umberto Eco, Le cimetière de Prague, Simone Simonini, un homme que Eco prétend avoir essayé de transformer en le personnage le plus cynique et le plus désagréable de toute l’histoire de la littérature 9. Le père de Simonini a été tué en 1848 en combattant pour une Italie unie. Il est élevé par son grand-père, un vieux réactionnaire qui héberge des réfugiés jésuites, et affirme que la Révolution française a été planifiée par les Templiers, les Illuminati bavarois et les Jacobins, mais que derrière eux se trouvaient tous les Juifs. Simonini est formé comme faussaire et est engagé par les services secrets du gouvernement du Piémont pour espionner afin de faire des rapports sur les mouvements de Garibaldi après qu’il ait pris possession de la Sicile. Le royaume du Piémont soutient prudemment l’unification de l’Italie mais craint que la renommée de Garibaldi n’éclipse celle de leur roi, Victor Emmanuel II. Simonini rencontre le romancier français Alexandre Dumas et les patriotes italiens Nino Bixio et Ippolito Nievo.

prague-cemetery-24_75x36_5
Cimetière juif de Prague

Au cours des trente-cinq années suivantes, Simonini tend des pièges aux révolutionnaires qui luttent contre Napoléon III, fournit des renseignements à l’époque de la Commune de Paris et forge le bordereau qui déclenchera l’affaire Dreyfus. Poussé par un désir de richesse, Simonini élabore un plan pour forger ce qui deviendra un jour les tristement célèbres Protocoles des Sages de Sion. L’idée de Simonini s’inspire d’abord du récit d’une réunion maçonnique dans le roman d’Alexandre Dumas, Joseph Balsamo, et il la brode progressivement à partir d’autres sources, chacune inspirée par l’autre : Les Mystères du Peuple d’Eugène Sue, Le Dialogue en enfer entre Machiavel et Montesquieu de Maurice Joly et Biarritz de Goedsche.

Comme l’a noté Umberto Eco, les plans révélés sont à peu près les mêmes que ceux décrits en 1880 par la Revue des Etudes Juives, qui a publié deux lettres attribuées aux Juifs du XVe siècle. Mais comme l’a indiqué Victor Marsden, il s’agit en fait d’un récit reproduit en 1608 par La Silva Curiosa de Julio-Inigues de Medrano. Dans la version de Goedsche, à minuit, le diable lui-même semble apporter ses opinions et sa perspicacité. Les figures assemblées représentent chacune les douze tribus d’Israël qui rendent compte de leurs activités au cours du siècle. Parmi elles, le Lévite annonce qu’Israël se relève, grâce à l’or qui est tombé entre ses mains, et qu’il peut désormais envisager un avenir proche où la terre entière leur appartiendra. Le représentant de Reuben rapporte que grâce aux bourses, les Juifs ont réussi à mettre tous les gouvernements d’Europe à leur merci et sont ainsi en mesure de les contrôler 10.

peter_rachkovsky
Pyotr Rachkovsky (1853 – 1910) était le chef d’Okhrana, le service secret de la Russie impériale. Il a été basé à Paris de 1885 à 1902.

Selon Marsden, en 1884, Yuliana Glinka a engagé Joseph Schorst-Shapiro, membre de la Loge Misraim de Joly, pour obtenir des informations sensibles, en lui achetant une copie des Protocoles 11. Glinka était la petite-fille d’un colonel dont les affiliations maçonniques avaient conduit à son arrestation pour implication dans le complot des Decembristes de 1825 contre le tsar Nicolas Ier, inspiré par Carbonari. 12 Glinka était également une compagne personnelle de H.P. Blavatsky, était un agent de Pyotr Rachkovsky, le chef parisien de l’Okhrana, les services secrets russes 11 Glinka les a ensuite donnés à un ami qui les a transmis à Nilus.

Rachkovsky était un partisan des activités de l’Union du peuple russe, une nouvelle organisation de droite créée en 1905, en plein bouleversement révolutionnaire socialiste, par des membres de l’Assemblée russe à Saint-Pétersbourg. L’Union était la plus importante des cent organisations politiques monarchistes noires de l’Empire russe entre 1905 et 1917. Les Cent-Noirs étaient de fervents partisans de la Maison Romanov et étaient également connus pour leurs doctrines russocentriques extrémistes, leur xénophobie, leur antisémitisme et leur incitation aux pogroms contre les Juifs.

Umberto Eco a souligné dans Le Pendule de Foucault que Rachkovsky semble être lié au Comte St Germain. Et comme le souligne Eco, le prince Charles de Hesse-Kassel – membre des Illuminati et des Frères Asiatiques – a déclaré que Saint-Germain était d’origine transylvanienne et qu’il s’appelait Rackoczi. George II Rakoczi (1621 – 1660) et son épouse Sophia Bathory étaient issus de deux familles qui utilisaient l’emblème de l’Ordre du Dragon 13. Selon les récits théosophiques, Francis Bacon feignit sa propre mort le dimanche de Pâques 9 avril 1626, puis voyagea beaucoup en dehors de l’Angleterre, pour finalement atteindre son Ascension physique dans un autre avion le 1er mai 1684 dans un château de Transylvanie appartenant à la famille Rakoczi 15.

Les prétendus faussaires du cercle de Rachkovsky auraient également utilisé une version antérieure des Protocoles découverts par Papus 16. Papus partagea une série de Protocols of the sittings of the secret Masonic Lodges, qui avaient juré de détruire la famille impériale russe 17. En octobre 1901, Papus collabora avec un journaliste antisémite, Jean Carrère, pour produire une série d’articles dans l’Echo de Paris sous le pseudonyme Niet (« non » en russe). Leurs attaques visaient des personnalités importantes du gouvernement russe, en particulier Rachkovsky et son parrain, le comte Sergei Witte, cousin de Blavatsky, ainsi qu’allié proche du prince Ukhtomskii, ami de Gurdjieff et partisan de Lama Dorjieff 18. En août 1903, Viatcheslav Plehve, ministre de l’Intérieur, a transmis au tsar Nicolas II des documents suggérant que Witte faisait partie d’une conspiration juive. En conséquence, Witte a été démis de ses fonctions de ministre des Finances 19.

Un article publié en 1920, dans l’ « Organ of the Democratic Idea« , affirmait que Papus avait rédigé un rapport pour le tsar de Russie – dont une partie comprenait les Protocols of the sittings of the secret Masonic Lodges – qui décrivait en détail une conspiration contre le tsar de la part de Maître Philippe. Cette histoire raconte que Rachkovsky « a pimenté ce rapport sensationnel afin de garantir l’effet recherché ». Papus et Rachkovsky étaient apparemment aussi assistés dans cette entreprise par l’adjudant général P. P. Gesse, et l’impératrice douairière, Marija Federovna, en tant qu’épouse de l’empereur Alexandre III, et la fille du roi Christian IX du Danemark et de Louise de Hesse-Kassel.

princess_catherine_radziwi2525c52525822525c5252582
Princesse Catherine Radziwill (1858 – 1941)

De nombreux auteurs soutiennent que c’est Matvei Golovinski, l’agent Rachkovsky, qui a rédigé à Paris, au début des années 1900, la première édition des Protocoles 20. Son père, Vasili Golovinski, était un ami de Fyodor Dostoïevsky. Cependant, dans son livre The Non-Existent Manuscript. Cependant, dans A Study of the Protocols of the Sages of Zion, l’universitaire italien Cesare De Michelis écrit que l’hypothèse de la paternité de Golovinski était basée sur les déclarations de la princesse Catherine Radziwill, dont on savait qu’elle n’était pas une source fiable. Elle prétend avoir vu le manuscrit des Protocoles écrits par Golovinski, Rachkovsky et Manusevich en 1905, mais en 1905, Golovinsky et Rachkovsky avaient déjà quitté Paris pour s’installer à Saint-Pétersbourg 21. Dans son livre de 2001, The Question of the Authorship of The Question of the Authorship of “The Protocols of the Elders of Zion,”, un universitaire ukrainien, Vadim Skuratovsky, prouve que Charles Joly, fils de Maurice Joly, a visité Saint-Pétersbourg en 1902 et que lui et Golovinsky ont travaillé ensemble au Figaro à Paris. Skuratovsky retrace également les influences de la prose de Dostoïevski, en particulier Le Grand Inquisiteur et Les Possédés, sur les écrits de Golovinsky, y compris les Protocoles. Rachkovsky a également subventionné Le Figaro pour aider d’autres journalistes à publier des articles pro-Tsaristes 22.

Les Protocoles ont été mentionnés pour la première fois dans la presse russe en avril 1902 par le journal de Saint-Pétersbourg Novoye Vremya, écrit par un célèbre publiciste conservateur Mikhail Menshikov qui « rapportait comment la dame de la mode [Glinka] l’avait invité chez elle pour voir ce document d’une grande importance. Assise dans un appartement élégant et parlant un français parfait, la dame l’informa qu’elle était en contact direct avec le monde au-delà de la tombe et procéda à l’initiation aux mystères de la Théosophie… Finalement, elle l’initia aux mystères des Protocoles » 23.

David LIVINGSTONE

1 – Philippe Encausse. Sciences occultes, ou, 25 années d’occultisme occidental: Papus, sa vie, son oeuvre (Paris 1949), p. 96sq.

2 – Ibid.

3 – Peter Grose. Gentleman Spy: The Life of Allen Dulles (Houghton Mifflin 1994).

4 – Norman Cohn, Warrant For Genocide: The Myth of the Jewish World Conspiracy and the Protocols of the Elders of Zion, (Pelican, Harmondsworth, 1970) p. 82.

5 – Esther Webman. The Global Impact of the Protocols of the Elders of Zion: A Century-Old Myth (Routledge, 2012), p. 60.

6 – Michael Kellogg. The Russian Roots of Nazism, p. 31.

7 – Cited in Michael Kellogg. The Russian Roots of Nazism, p. 32.

8 – Nikolai Ismailov. “Chudesnyi son.” Blagovest (December 1919), p. 3.

9 – Interview with Paul Holdengräber, New York Public Library (November, 8, 2011).

10 – Sir John Retcliffe (pseudonym of Hermann Goedsche), Biarritz, (Berlin, 1868), Vol. 1, pp. 162-93.

11 – Victor Marsden. The Protocols of the Learned Elders of Zion (Chicago: Patriotic Pub. Co., 1934), p. 100.

12 – Alex Butterworth, The World That Never Was: A True Story of Dreamers, Schemers, Anarchists and Secret Agents, (London: Vintage Books, 2011) p. 182.

13 – James Webb. The Occult Establishment, (A Library Press Book, Open Court Pub. Co, LaSalle, Ill: 1976), p. 217.

14 – Isabel Cooper-Oakley. The Comte de St. Germain (Milan, Italy: Ars Regia, 1912).

15 – Werner Schroeder. Ascended Masters and Their Retreats (Ascended Master Teaching Foundation 2004), pp. 250-255.

16 – Cesare G. De Michelis. The Non-Existent Manuscript: A Study of the Protocols of the Sages of Zion, trans. Richard Newhouse (Vidal Sassoon International Center for the Study of Antisemitism, the Hebrew University of Jerusalem, 2004) p. 115.

17 – Cesare G. De Michelis. The Non-Existent Manuscript: A Study of the Protocols of the Sages of Zion, trans. Richard Newhouse, (Vidal Sassoon International Center for the Study of Antisemitism, the Hebrew University of Jerusalem, 2004) p. 115

18 – Gary Lachman. Politics and the Occult: The Left, the Right, and the Radically Unseen (Quest Books, Theosophical Publishing House, 2008), p. 164

19 – Nicholas V. Riasanovsky. A History of Russia (Oxford University Press, 1977) p. 446.

20 – Martin J. Manning, Herbert Romerstein, Historical Dictionary of American Propaganda, p. 227; Eliza Slavet, Racial Fever: Freud and the Jewish Question, p. 244; Bat Yeʼor, Eurabia: The Euro-Arab Axis, p. 149; Michael Streeter, Behind Closed Doors: The Power and Influence of Secret Societies, p. 148; Avner Falk, Anti-Semitism: A History and Psychoanalysis of Contemporary Hatred, p. 147.

21 – “Matvei Golovinski.” Wikipedia.

22 – Catherine Evtuhov, Stephen Kotkin. The Cultural Gradient: The Transmission of Ideas in Europe, 1789-1991 (Rowman & Littlefield Publishers, 2002), p. 140.

23 – “1884: One Hot Number,” Joseph Trainor, ed. UFO Roundup. Volume 8. Number 40 (October 22, 2003).

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s