II.20.iv Synarchie – Le Tsar Blanc de Shambhala

Devenez complotiste avec le Volume IIChapitre 20 – Partie iv de l’incroyable Ordo ab Chao de l’auteur canadien David Livingstone, qui depuis 30 ans dévoile les coulisses de l’Histoire et vient de nous donner les droits de son intégrale traduction.

papus-1
Gérard Encausse, dit Papus (1865 – 1916), fondateur de l’Ordre Martiniste
pe25cc2581ladan
Joséphin Péladan (1858 – 1918)

L’un des auteurs réputés des Protocoles était le principal disciple de Saint-Yves, l’éminent Papus occultiste. Papus a travaillé à la mise en pratique des idéaux synarchistes en fusionnant les différentes sociétés secrètes de son époque. En 1891, Papus prétend avoir pris possession des papiers originaux de Martinez de Pasquales, et fonde donc, avec l’aide de Stanislas de Guaita (1861 – 1897 et Joséphin Péladan (1858 – 1918), l’Ordre moderne des Martinistes appelé l’Ordre des Supérieurs Inconnus. Papus était à la tête des martinistes, qui ont établi un certain nombre de sociétés basées sur des idées synarchistes.

En 1888, Papus et Saint-Yves d’Alveydre, ainsi que les célèbres occultistes Stanislas de Guaita et Joséphin Péladan, ont fondé l’Ordre Kabbalistique de la Rose-Croix (OKR+C), qui est devenu le « cercle intérieur » de l’Ordre Martiniste 1. Charles Bartlet (alias Albert Faucheux), membre du Mouvement Cosmique de Max Theon, travaille en étroite collaboration avec Papus. Bartlet fut l’un des premiers membres de la branche française de la Thésophical Society, qu’il quitta en même temps que Papus 2. Faucheux deviendra Grand Maître de l’OKR+C en décembre 1897 à la mort de Guaita, puis membre du Premier Conseil suprême de l’Ordre Martiniste en mars 1891.

En créant l’OKR+C, Papus, Oswald Wirth et Stanislas de Guaita rêvaient d’unir les occultistes au sein d’une fraternité rosicrucienne revivifiée, en tant qu’ordre occulte international, dans lequel ils espéraient que l’Empire russe jouerait un rôle de premier plan en tant que pont entre l’Est et l’Ouest 3. Un associé de Papus a plus tard affirmé que le martinisme était le « germe du soviétisme » 4 . Saint-Pétersbourg en 1905, selon Colin Wilson, auteur de The Occult,  » était probablement le centre mystique du monde  » 5 Comme le rapporte Richard B. Spence dans Secret Agent 666, à l’été 1897, Aleister Crowley s’était rendu à Saint-Pétersbourg en Russie, dans le but d’obtenir une nomination à la cour du tsar Nicolas II. Spence laisse entendre que Crowley l’avait fait sous l’égide des services secrets britanniques.

photo_by_bajetti_of_empress_alexandra_feodorovna_2526_tsar_nicholas_ii_from_the_illustrierte_zeitung_-1901
Nicolas II et la tsarine Alexandra
rasputin
Grigori Rasputin (1869 – 1916)

De ces cercles, la ville de Saint-Pétersbourg est devenue un foyer de complots d’intérêts britanniques et russes confondus. L’occultiste Gary de Lacroze, un ancien camarade de classe de Papus, a remarqué la rapidité avec laquelle le martinisme s’est répandu dans l’aristocratie et l’intelligentsia russes et a montré les mêmes effets que le martinisme a eu à la veille de la Révolution française. Papus a même recruté des membres parmi les Romanov. Lorsque le tsar russe Nicolas II et Tsaritsa visitèrent la France en 1896, c’est Papus qui leur envoya un salut au nom des « Spiritualistes français », espérant que le tsar « immortaliserait son Empire par son union totale avec la Divine Providence » 6 En 1901, il fut présenté au tsar, qui devint président des « Supérieurs Inconnus » qui contrôlaient son Ordre Martiniste à Saint-Pétersbourg.

alexandra-diary
Le journal de l’impératrice Alexandra

Papus a servi le Tsar Nicolas II et sa femme Tsarina Alexandra à la fois comme médecin et consultant occulte. Le célèbre mystique russe Raspoutine, a acquis une grande influence sur Alexandra qui croyait qu’il avait un remède pour son fils. Les historiens suggèrent souvent que la notoriété de Raspoutine a contribué à discréditer le régime tsariste, et donc à précipiter le renversement des Romanov, qui s’est produit quelques semaines après son assassinat. Raspoutine appartenait, selon la rumeur, à la secte Khlysty, qui pratiquait la recherche de la grâce divine pour le péché dans des rituels extatiques qui, selon la rumeur, se transformaient parfois en orgies sexuelles 7. Raspoutine a volé un certain nombre de traductions en russe des écrits de son père, réalisées par Arthur Dee. Elles furent ensuite récupérées par la famille Romanov et renvoyées à la bibliothèque impériale de Moscou 8.

Alexandra a utilisé une croix gammée tournée vers la gauche comme signe de reconnaissance secret dans sa correspondance. Dans son journal, elle a noté l’anniversaire de la mort d’une personne avec ce symbole. Lorsque Tatiana a donné le journal à sa mère, elle a brodé une croix gammée sur la couverture. En s’installant dans sa chambre à la maison Ipatiev, où la famille a finalement été exécutée, elle a inscrit une croix gammée sur un cadre de fenêtre, suivie de la date, le 17 avril 1918, et une autre croix gammée sur le mur au-dessus du lit 9.

maitre-philippe-de-lyon-guerisseur
Maître Philippe (Nizier Anthelme Philippe, 1849 – 1905)

Grâce à Papus, la famille impériale fit la connaissance de son ami et mentor spirituel, le mystique Maître Philippe (Nizier Anthelme Philippe). Si Raspoutine est plus communément connu comme l’occultiste qui s’occupait du couple royal, avant lui, Maître Philippe a également exercé une influence importante sur eux. On lui attribuait des pouvoirs de guérison remarquables, ainsi que la capacité de contrôler la foudre et de voyager de manière invisible. À Saint-Pétersbourg, en 1905, la rumeur voulait que, en présence du tsar et de son épouse, Papus évoque l’esprit du père du tsar, Alexandre III, qui donnait des conseils sur la façon de gérer une crise politique. Selon un récit, Papus aurait promis à la famille impériale que la monarchie Romanov serait protégée tant qu’il serait en vie. Lorsque la nouvelle de sa mort parvint à Alexandra en 1916, elle envoya une note à son mari, alors commandant des armées russes au front pendant la Première Guerre mondiale, disant : « Papus est mort, nous sommes condamnés » 10.

badmaev_p.a._1913-16_karl_bulla
Dr. Piotr Badmaev (ca. 1850 – 1920)

Piotr Badmaev, décrit par un historien russe comme « l’une des personnalités les plus mystérieuses de l’époque » et un « maître de l’intrigue », qui était étroitement associé au mystique guérisseur Raspoutine 11. Connu sous le nom de « Tibétain », Badmaev rêvait de l’unification de la Russie avec la Mongolie et le Tibet, et s’est impliqué dans plusieurs projets visant à créer un grand empire eurasien. La mission historique de la Russie, pensait-il, se situait à l’Est, d’où elle était destinée à unir les peuples bouddhistes et musulmans, en opposition au colonialisme occidental. Badmaev a exposé sa vision dans un rapport de 1893 à son parrain, le tsar Alexandre III, intitulé « Les tâches de la Russie dans l’Est asiatique ». L’influence politique de Badmaev a permis d’obtenir le soutien des tribus mongoles dans la guerre russo-japonaise. Badmaev s’est montré particulièrement préoccupé par l’influence de la Grande-Bretagne en Asie, déclarant dans un mémorandum spécial : « Le Tibet, qui – en tant que plus haut plateau d’Asie – règne sur le continent asiatique, doit sans aucun doute être aux mains de la Russie. En commandant ce point, la Russie sera sûrement en mesure de rendre l’Angleterre plus docile » 12.

dorjiev
Lama Agvan Dorjieff (1854–1938)

Badmaev connaissait la légende – populaire en Mongolie, en Chine et au Tibet – du « Tsar blanc » prophétisé qui viendrait du Nord (du « Shambhala du Nord ») et restaurerait les traditions désormais décadentes du vrai bouddhisme. Badmaev était étroitement associé au principal tuteur du Dalaï Lama XIII, Lama Agvan Dorjieff (ou Dorzhiev), qui assimilait la Russie au futur royaume de Shambhala prévu dans les textes Kalachakra du bouddhisme tibétain. Le Dalaï Lama a refusé de traiter avec le gouvernement britannique en Inde, et a envoyé Dorjieff comme émissaire à la cour de Nicolas II avec un appel pour la protection de la Russie en 1900. Dorjieff est également connu pour avoir construit le temple bouddhiste de Saint-Pétersbourg, où l’intérêt pour le bouddhisme était florissant en raison de l’intérêt généralisé pour la théosophie. Dans les années 1890, Dorjieff avait commencé à répandre l’histoire selon laquelle la Russie était le pays mythique de Shambhala au nord, suscitant l’espoir que le tsar soutiendrait le Tibet et sa religion.

La rencontre de Dorjieff avec Nicolas II a été organisée par le proche confident du Tsar, le prince Esper Ukhtomskii (1861 – 1921), un ami de Badmaev. Théosophe, l’allié le plus proche d’Oukhtomskii était le comte Sergei Witte, ministre des finances de Russie et cousin germain de Blavatsky. Oukhtomskii accompagna Nicolas II dans son grand voyage à l’Est, prit contact avec Blavatsky à Adyar et promit d’utiliser son influence pour faire avancer leurs projets 13. Blavatsky avait voulu réunir l’Asie centrale, l’Inde, la Mongolie, le Tibet et la Chine, avec la participation de la Russie, afin de créer une grande puissance eurasienne capable de s’opposer aux Britanniques. 14 Faisant allusion à la nature des ambitions russes qu’il représentait, Ukhtomskii écrivit : « dans notre lien organique avec toutes ces terres se trouve le gage de notre avenir, dans lequel la Russie asiatique signifiera simplement toute l’Asie » 15 :

Les liens qui unissent notre partie de l’Europe à l’Iran et au Turan [Asie centrale], et à travers eux à l’Inde et à l’Empire céleste [Chine], sont si anciens et durables que, jusqu’à présent, nous ne comprenons pas encore pleinement, en tant que nation et État, leur pleine signification et les devoirs qu’ils impliquent pour nous, tant dans notre politique intérieure qu’extérieure 16.

Le régime tibétain de Ganden Phodrang, qui était alors sous la domination administrative de la dynastie chinoise des Qing, est resté le seul État himalayen libre de l’influence britannique, et l’accès au Tibet aurait donné à la Russie une voie directe vers l’Inde britannique. En 1903, Lord Curzon, le chef du gouvernement britannique de l’Inde, et Francis Younghusband sont convaincus que la Russie et le Tibet ont signé des traités secrets menaçant les intérêts britanniques en Inde et soupçonnent que Dorjieff travaille pour le gouvernement russe. La crainte de voir la Russie attirer le Tibet dans le Grand Jeu pour contrôler les routes traversant l’Asie fut donc une des raisons de l’invasion britannique du Tibet en 1903-4. Le 31 mars 1904, un affrontement militaire fut connu sous le nom de massacre de Chumik Shenko, lorsque les Tibétains mal équipés furent « fauchés… les Tibétains en quelques minutes par un terrible massacre » 17. En 1904 à Lhassa, les Britanniques forcèrent les Tibétains à signer le traité de Lhassa, étant entendu que le gouvernement chinois ne permettrait à aucun autre pays de s’ingérer dans l’administration du Tibet. Dorjieff, dit-on, s’est alors enfui en Mongolie avec le Dalaï Lama.

Selon Rom Landau, un « journaliste spirituel » des années 1930, Lama Dorjieff n’était autre que George I. Gurdjieff, un hypnotiseur charismatique, marchand de tapis et espion, qui a travaillé comme agent secret russe au Tibet au début du XXe siècle. Cependant, James Webb, auteur de The Harmonious Circle : The Anatomy of a Myth, le premier livre complet sur Gurdjieff et son mouvement, suggère que Gurdjieff était un agent du gouvernement russe au même titre qu’Ushe Narzunoff, un associé de Dorjieff. Néanmoins, la légende selon laquelle Gurdjieff et Dorjieff étaient la même personne était largement répandue parmi les disciples de Gurdjieff 18.

doorofperception.com-gurdjieff
George Gurdjieff (1866 – 1949)

George Gurdjieff (1866 – 1949) est né de père grec et de mère arménienne à Alexandropol (aujourd’hui Gyumri, Arménie), qui faisait alors partie de l’Empire russe. L’enseignement de Gurdjieff affirmait que les êtres humains étaient impuissants, pris dans un « sommeil éveillé » incapable de percevoir pleinement la réalité, mais qu’il leur était possible de se transcender vers un état de conscience supérieur et de réaliser pleinement leur potentiel humain. Il a développé une méthode pour y parvenir, appelée « Le travail » ou « la méthode ». Parce que sa méthode d’éveil de la conscience était différente de celle du fakir, du moine ou du yogi, sa discipline est également appelée « Quatrième Voie ». La pensée de Gurdjieff est un amalgame de théosophie, de néopythagorisme, de rosicrucianisme et d’alchimie. Selon James Webb, la théosophie de Blavatsky était sa source la plus importante. Gurdjieff expliquait : « La voie du développement des possibilités cachées est une voie contre la nature et contre Dieu » 19. Ses méthodes trompeuses et tyranniques lui ont valu la réputation de « gourou coquin ». Au début de l’âge adulte, Gurdjieff affirme avoir voyagé dans de nombreuses régions du monde, notamment en Asie centrale, en Égypte et à Rome. Dans le récit des pérégrinations de Gurdjieff, Rencontres avec des hommes remarquables, chaque chapitre est nommé d’après un « homme remarquable », dont beaucoup sont membres d’une société de « chercheurs de vérité ». James Webb a proposé, et K. Paul Johnson est d’accord, que le modèle du « prince Lubovedsky », que Gurdjieff décrit comme un membre clé des « Chercheurs de la vérité », était Esper Ukhtomskii 20. Gurdjieff prétend avoir pris contact avec une « Sarmoung Brotherhood », située quelque part au cœur de l’Asie, à environ douze jours de voyage à cheval et à dos d’âne depuis Boukhara en Ouzbékistan. C’est auprès des Sarmoung que Gurdjieff a appris leurs danses sacrées, tout comme celles des derviches tourneurs. Selon Johnson, les récits de Gurdjieff suggèrent « …un canal possible pour les influences d’Isma’ili dans les enseignements de la Quatrième Voie » 21. Selon le principal disciple de Gurdjieff, John G. Bennett, qui était à la tête des services de renseignements militaires britanniques à Constantinople, et son ami Idries Shah, l’auteur populaire du soufisme, l’enseignement de Gurdjieff est né d’une chaîne de maîtres soufis qui étaient les descendants et les héritiers spirituels de l’ancien chamanisme des montagnes de l’Altaï, dont l’Asie centrale était le cœur depuis quarante mille ans ou plus 22.

David LIVINGSTONE

1 – Marcel Roggemans. History of Martinism and the F.U.D.O.S.I (Lulu.com, 2009), p. 36.2 – René Guénon, “F.-Ch. Barlet et les sociétés initiatiques,” Le Voile d’Isis, April 1925.

3 – Mehmet Sabeheddin, “The Secret of Eurasia: The Key to Hidden History and World Events,” New Dawn, No. 68 (September-October 2001).

4 – Markus Osterrieder, “From Synarchy to Shambala: The Role of Political Occultism and Social Messianism in the Activities of Nicholas Roerich,” Paper presented at the conference on The Occult in 20th Century Russia, Berlin, March 2007, 11, n. 68.

5 – Cited in Mehmet Sabeheddin. “The Secret of Eurasia: The Key to Hidden History and World Events.” New Dawn (68).

6 – Mehmet Sabeheddin. “The Secret of Eurasia: The Key to Hidden History and World Events.” New Dawn (68).

55 – C.S. Denton. Absolute Power (London: Arcturus Publishing, 2006), p. 577.

7 – E. Radzinsky. The Rasputin File, (Anchor, 2000).

8 – Arthur Dee. Fasciculus Chemicus translated by Elias Ashmole, edited Lyndy Abraham (Routledge, New York and London 1997).

9The Last Diary of Tsaritsa Alexandra (Yale University Press, 1997), p. 15.

10 – Stephan A. Hoeller. “Esoteric Russia.” Gnosis Magazine, No.31, Spring 1994.

11 – Mehmet Sabeheddin. “The Secret of Eurasia: The Key to Hidden History and World Events.” New Dawn (68).

12 – Mehmet Sabeheddin. “The Secret of Eurasia: The Key to Hidden History and World Events.” New Dawn (68).

13 – K. Paul Johnson, Initiates of Theosophical Masters, (Albany: State University of New York Press, 1995), p. 133.

14 – Mehmet Sabeheddin. “The Secret of Eurasia: The Key to Hidden History and World Events.” New Dawn (68).

15 – Ukhtomskii, Travels in the East of Nicholas II Emperor of Russia when Czarewitch 1890-91. Translated by Robert Goodlet, edited by James Birdwood. (Westminster: Archibald Constable & Co., 1896), p. 60.

16 – Ibid.

17 – Allen Charles. Duel in the Snows: The True Story of the Younghusband Mission to Lhasa (J.Murray) pp. 111-120.

18 – Paul Beekman Taylor. Gurdjieff’s America: Mediating the Miraculous. (Lighthouse Editions Limited, 2004) p. 146.

19 – P. D. Ouspensky. In Search of the Miraculous: Fragments of an Unknown Teaching (Harcourt, 1949). p. 47.

20 – K. Paul Johnson. Initiates of Theosophical Masters, (Albany: State University of New York Press, 1995) p. 141.

21 – Ibid., p. 155.

22 – J.G. Bennett. Gurdjieff: Making a New World (London: Turnstone Books, 1973) p. 9.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s